vendredi 29 juin 2018

Expo : Seven Lakes Drive, Laurie Karp - Musée de la Chasse et de la Nature - Jusqu'au 2 septembre 2018



Les précieuses miniatures en céramique de Laurie Karp disséminées parmi les collections du musée de la Chasse et de la Nature détournent la notion d’art décoratif. Jouant avec les éléments réinventés du service traditionnel, assiettes, soupières, plats de service, la plasticienne franco-américaine impose une vision de la nature où bestialité et humanité se hƒeurtent dans des scènes déroutantes, troublantes, fondamentalement carnassières. L’exposition Seven Lakes Drive regroupe une trentaine de créations disséminées à travers les salles qui forment un vaste jeu de piste. Férocité impitoyable de la chasse, spectacle de la vie et de la mort, évocation puissante d’un désir de dévoration aussi sensuel qu’élémentaire quand il se fait nécessité de se nourrir, Laurie Karp imaginent des figures monstrueuses échappées de ses cauchemars intimes. Sa forêt imaginaire possède une dimension inquiétante, parfois onirique souvent glaçante. La présence obsédante d’un monde organique cruel et sanglant, beauté du bizarre, prolonge le sentiment d’étrangeté, de poésie dérangeante. La barbarie côtoie la délicatesse suscitant des interrogations profondes.

jeudi 28 juin 2018

Music : Feu ! Chatterton - L'oiseau


Au bord de l'eau 
Un pigeon défunt 
Pour un oiseau 
Mais quelle drôle de fin 
Sur la plage échoue sans cesse 
Jeté par les vagues 
échoue sans cesse 
Là-bas 

mercredi 27 juin 2018

Coup de Coeur : Robe Rose, la nouvelle bougie parfumée signée Les Caves du Parc Christelle Taret



Rencontre de deux univers, découverte tout en sensorialité, les bougies des Caves du Parc dont je vous parlais précédemment ici présentent leur Cuvée 2018. La bougie Robe Rose déploie des nuances florales aussi voluptueuses qu’un beau soir d’été au bord de l'eau, indispensable verre de rosé frais à la main. A la lueur moirée de la flamme, les effluves poudrés dispensent une douce chaleur, préciosité soyeuse de la reine des fleurs. Christelle Taret caviste à Neuilly depuis dix ans, ancienne sommelière, a imaginé une collection de bougies parfumées dont les fragrances s’inspirent des notes ressenties lors de la dégustation du vin. La dernière née de la gamme est un enchantement des sens.

mardi 26 juin 2018

Cinéma : Un couteau dans le cœur, de Yann Gonzalez - Avec Vanessa Paradis, Nicolas Maury, Kate Moran



Paris, fin des années 1970, juste avant l’épidémie de Sida, le sexe est encore libre. Anne Pareze dirige d’une main de fer une société de production dont la spécialité est le porno gay réalisé à la chaîne. Sa compagne Loïs qui est aussi la monteuse de ses films vient tout juste de la quitter.  Anne noie sa douleur dans l’alcool, hante les lieux interlopes des nuits canailles où elle trouve les futurs acteurs de ses productions. Pour surmonter son chagrin, elle décide de se lancer avec l’aide d’Archibald, son bras droit, son confident, réalisateur et comédien désinhibé, dans un projet plus ambitieux que ses films habituels, un long-métrage érotique et sanglant. Le tournage débute mais un mystérieux tueur masqué décime l’équipe, armé d’un godemiché avec lame rétractable. La commissaire Morcini se lance dans l’enquête sans conviction. L’explication de ce carnage pourrait bien se trouver dans l’auberge tenue par Cathy et son père au cœur d’une étrange forêt.

lundi 25 juin 2018

Lundi Librairie : Brunchs et goûters à Paris, 120 adresses gourmandes - Vanessa Besnard - Edition 2018



Brunchs et goûters à Paris, 120 adresses gourmandes - Vanessa Besnard - Edition 2018 : Guide savoureux, pimenté d’une bonne dose de malice et d’humour, Brunchs et goûters à Paris, 120 adresses très gourmandes, de Vanessa Besnard est un véritable manuel malin à l’usage de tous les becs sucrés de la Capitale. Les éditions Parigramme viennent de publier la mise à jour 2018 du joli volume. Indispensable traité de gourmandise destiné aux Parisiens et visiteurs de passage, ce précis de gastronomie légère reflète une personnalité pétillante, celle d’une amoureuse du goût et de Paris. Virées épicuriennes entre amis, à deux en amoureux, avec les marmots ou en solo, sorties dominicales, pauses café, notre cicérone gourmet parcourt les vingt arrondissements pour dégoter les adresses qui combleront nos attentes. 

samedi 23 juin 2018

Théâtre : Berlin Kabarett, de et mis en scène par Stéphan Druet - Avec Marisa Berenson, Stéphane Corbin, Sebastian Galeota - Théâtre de Poche Montparnasse



Ancienne prostituée rongée par la rancœur, Kirsten dirige un cabaret interlope dans le Berlin du début des années 1930. Son fils Viktor s’y produit tous les soirs dans un grand numéro de transformiste. Il préfère les garçons. Elle ne l’accepte pas mais exploite son talent sans état d’âme. Dans la petite troupe, il y a Karl, auteur de chansons et poète, ancien-amant de Kirsten et puis Fitz, le pianiste compositeur. Tous deux sont juifs. Alors que le parti National Socialiste poursuit son inexorable ascension, les persécutions contre les juifs, les communistes et les homosexuels s’amplifient. Et si la licence artistique permet à Kirsten de poursuivre son activité, d’échapper à la censure des nouveaux maîtres du pays, elle n’hésite pas à rendre service aux nazis en échange de leur protection. Pour détourner le regard du drame qui se prépare, de la barbarie en marche, mieux vaut s’étourdir de divertissements transgressifs.

vendredi 22 juin 2018

Coup de Coeur : Billecart-Salmon Cuvée 200, le vin racé qui célèbre le bicentenaire d'une élégante Maison de Champagne



En 2018, la Maison Billecart-Salmon, l’une des rares en Champagne à avoir su préserver son indépendance tout en demeurant familiale, célèbre son bicentenaire avec toute l’élégance qui la caractérise. Depuis le début de l’année, des événements gastronomiques exceptionnels sont organisés à travers le monde de New York à Los Angeles, jusqu’à Londres et Tokyo. En sus, pour fêter les deux-cent ans de cette institution champenoise, les éditions Tallandier publient un beau livre signé Yves Tesson, historien spécialiste du champagne. L’ouvrage abondamment documenté retrace la grande histoire de Billecart-Salmon depuis ses origines, une aventure marquée par la passion de l’excellence et un engagement pérenne. Point d’orgue des festivités, le château de Mareuil-sur-Aÿ a accueilli, le 17 juin dernier, près de 2 500 invités. La Cuvée 200 créée en l’honneur du bicentenaire a été révélée au public à cette occasion. Edition limitée prestigieuse, ce vin puissant et racé célèbre le savoir-faire de la maison. Ce champagne non millésimé exprime tout l’art des beaux assemblages dans une finesse et une clarté emblématiques du style Billecart-Salmon.

jeudi 21 juin 2018

Music : Shannon Shaw - Broke my own


So just leave me behind
And go and get on
My worst enemy is my own flesh and bone

Don't worry about this heart of mine
It's been busted for a long long time
You'll only find static on the line
So hang up the telephone
Cause I already broke my own

mercredi 20 juin 2018

Paris : Passage des Deux Pavillons, le plus petit passage couvert de Paris - Ier



Le passage des Deux Pavillons, tracé dans les années 1820 par un promoteur privé, un certain comte Dervilliers, a été ouvert au rez-de-chaussée d’un immeuble datant du XVIIème siècle. Raccourci à travers le pâté de maison reliant les jardins du Palais Royal à la rue des Petits-Champs, il doit son nom au deux pavillons encore visibles de nos jours entre lesquels son escalier d’accès se glisse depuis la rue de Beaujolais. Long de 33 mètres et large de 2,2 mètres, le passage des Deux Pavillons détient le titre de plus petit passage couvert de Paris. Néanmoins, sa situation particulière a fait de lui dès sa construction un objet de convoitise de la part des propriétaires originels de la galerie Vivienne dont je vous parlais ici et de son éternelle rivale la galerie Colbert à laquelle j’ai consacré un article par là. Un peu d’histoire si vous le voulez bien. 

mardi 19 juin 2018

Cinéma : How to talk to girls at parties, de John Cameron Mitchell - Avec Elle Fanning, Alex Sharp, Nicole Kidman



En 1977, dans la banlieue de Londres, trois adolescents fan de punk rock rêvent de fonder un groupe à l’instar de leurs idoles les Damned et les Sex Pistols. Le soir, ils hantent les pubs enfumés du quartier de Brixton où se produisent des musiciens énervés devant une jeunesse locale amatrice de pogos et de bière. Boadicea, grande prêtresse punk clone de Vivienne Westwood, règne sur ces nuits survoltées avec sa garde rapprochée. Les trois acolytes, tout à leur rébellion adolescente, ont bien du mal avec les filles. Lors d’une soirée particulière, ils échouent dans une grande maison isolée où est censée se dérouler une fête. Là, ils découvrent une étrange communauté new age aux principes rigoristes qui ressemble fortement à une secte. Enn l’un des trois garçons s’éprend de Zan une curieuse jeune fille appartenant à cette congrégation qui choisit de se rebeller contre sa famille et lui demande de lui faire découvrir l’esprit punk. Mais rapidement, Enn découvre que le comportement décalé de Zan est lié à un grand secret : elle vient d’une autre planète.

lundi 18 juin 2018

Lundi Librairie : Paradis clef en main - Nelly Arcan



Paradis clef en main - Nelly Arcan : Antoinette Beauchamp, la trentaine, a manqué sa mort qu’elle avait pourtant organisée avec l’aide d’une étrange compagnie secrète, Paradis clef en main, spécialiste du suicide assisté et mis en scène selon les desiderata du client. Mais pour Antoinette, tout ne s’est passé comme prévu. Paraplégique depuis cet échec, enfermée dans une luxueuse clinique privée où elle est surveillée 24 heures sur 24, rattachée à d’innombrables machines, elle rumine sa rancœur contre la société, contre sa propre mère, richissime fondatrice d’un groupe de cosmétiques. Chaque jour, Antoinette se saoule jusqu’à en être malade. Elle se rappelle de son enfance, de Léon l’oncle adoré qui s’est lui-même suicidé grâce à Paradis clef en main, de la façon dont il lui a fallu prouver son désir de mort absolu, sincère et irrévocable devant le comité de sélection de cette singulière entreprise.

samedi 16 juin 2018

Théâtre : Les Créanciers, de August Strindberg - Avec Adeline d’Hermy, Sébastien Pouderoux, Didier Sandre - Studio de la Comédie Française



Ils viennent de se rencontrer mais ils sont déjà amis. Gustaf, homme d’âge mûr, élégant, sûr de lui, et Adolf, jeune artiste fragile et déprimé qui de peintre est devenu sculpteur tout récemment, s’entretiennent des déboires amoureux de ce dernier. La jeune épouse d’Adolf, Tekla, une romancière à succès émancipée, ne lui accorde pas l'attention dont il aurait besoin. Il se sent délaissé par une muse qui est empêchée par sa propre réussite. Gustaf s’entend à lui démontrer à quel point celle-ci manque à ses devoirs, à quel point sa nature de séductrice compulsive est mauvaise, empoisonnant peu à peu son esprit. Mais ce qu’Adolf ignore, c’est que Gustaf n'est pas un inconnu pour Tekla. Il s'agit de son ex-mari épousé en premières noces. Rongé par le ressentiment, Gustav ne rêve que de se venger de celle qui l’a abandonné.

vendredi 15 juin 2018

Paris : Galerie Vivienne, lustre soigneusement restauré de l'un des plus beaux passages couverts de Paris - IIème



La galerie Vivienne, chère à Colette, dernière demeure de Vidocq, est née de la bonne fortune d’un homme, un certain Marchoux, notaire de son état, qui résidant au 6 rue Vivienne décida, dans les années 1820, d’investir sa nouvelle fortune dans la construction d’une galerie commerciale prestigieuse. Sur des plans imaginés par l’architecte François-Jacques Delannoy, lauréat du prix de Rome en 1778, les travaux de construction débutent en 1823. La galerie Vivienne sera officiellement inaugurée en 1826. Elle rencontre alors un succès commercial immédiat grâce à l’élégance des boutiques mais surtout à sa situation privilégiée à proximité du Palais Royal, foyer de la vie parisienne jusqu’en 1831. De nos jours propriété de l’Institut de France, la galerie Vivienne a retrouvé tout son lustre après avoir été menacée de destruction dans les années 1970. 200 appartements et 30 boutiques de luxe se dispersent sur une longueur totale de 146 mètres, réparties en éléments architecturaux variés, rotonde, salles rectangulaires, branches courtes et galerie principale. Cafés et salons de thé modernes, boutiques de mode, de décoration côtoient galeries d’art contemporain et d’estampes anciennes, librairie et cave patrimoniales. 

jeudi 14 juin 2018

Music : Lana Del Rey - Once Upon A Dream


I know you, I walked with you once upon a dream
I know you, that look in your eyes is so familiar a gleam
And I know it's true that visions are seldom all they seem
But if I know you, I know what you'll do
You'll love me at once, the way you did once upon a dream

mercredi 13 juin 2018

Expo : Artistes & Robots - Grand Palais - Jusqu'au 9 juillet 2018



Les robots sont-ils capables de créer des œuvres ? L’exposition Artistes & Robots qui se tient au Grand Palais jusqu’au 9 juillet lance le débat à travers un parcours muséographique chronologique des années 1950 à nos jours. Plasticiens, informaticiens, ingénieurs et scientifiques se retrouvent autour du questionnement de l’intelligence artificielle et sa place de plus en plus prépondérante dans notre quotidien. Parcourant les nouveaux territoires de la création, cet art numérique assisté par ordinateur se déploie sur plusieurs niveaux, la robotique et ses machines intelligentes utilisées à des fins artistiques, les installations interactives, l’art dit génératif dont les créations sont générées par des algorithmes. Les programmes robotiques, les logiciels informatiques inventés par les artistes et mis au service de la réalisation artistique, produisent-ils des œuvres ? L’oeuvre ne serait-t-elle pas en réalité le processus de création même ? La puissance visuelle des créations façonnées par les robots générant des figures inédites à l’esthétique singulière proche de l’abstraction géométrique interroge avec subtilité la notion d’artiste et d’oeuvre d’art.

mardi 12 juin 2018

Cinéma : Trois visages, de Jafar Panahi - Avec Behnaz Jafari, Jafar Panahi, Marziyeh Rezaei - Par Didier Flori



La scène est presque insoutenable. La jeune Marziyeh, aspirante actrice qui vient de passer avec succès un concours de conservatoire, est contrainte d’abandonner ses rêves suite aux refus fermes de sa famille. Elle se filme alors dans un message vidéo désespéré avant de se pendre en direct. Si on a du mal à soutenir le regard face à un tel spectacle, la chose ne peut être que plus difficile pour la destinataire du message, la star iranienne Benhaz Jafari. Bouleversée aux côtés de Jafar Panahi qui la conduit pour enquêter sur les lieux du drame, elle refuse de croire à la tragédie, cherchant un truc de mise en scène. Et nous-mêmes, regardons nous une fiction ou un documentaire ?

samedi 9 juin 2018

Mes Adresses : Le Duc, dîner sous les embruns dans un mythique restaurant dédié au poisson - Paris 14



Institution dédiée au poisson qui a fêté ses cinquante ans au printemps dernier, Le Duc a été, dès son inauguration en 1967, l’un des premiers restaurants parisiens à proposer des poissons crus déclinés en tartare et carpaccio, bien avant la mode des sushis. A la carte, coquillages, crustacés, poissons de ligne issus d’une pêche au large des côtes françaises sur des petits bateaux d’artisans, assument avec panache leur qualité exceptionnelle, fruit d’une sélection soignée. Histoire d’héritage, histoire de la famille Minchelli, les fondateurs, Le Duc se consacre au registre de la fraîcheur et des compositions nettes. Le chef Pascal Hélard, breton de Saint-Brieuc, oeuvre depuis plus de trente ans aux fourneaux qu’il dirige depuis 1995. Il y perpétue la tradition Minchelli dans la sincérité de la vision, travaillant sans esbroufe, cuisson réduite, juste apprêt. Clientèle fidèle, habitués et dénicheurs d’adresses de qualité ne s’y trompent pas. 

vendredi 8 juin 2018

Paris : Square Saint-Gilles-Grand-Veneur-Pauline-Roland, un jardin secret du Marais, une roseraie au printemps - IIIème



Le Square Saint Gilles Grand Veneur Pauline Roland, créé en 1988, est un petit jardin à la française de 987m2. Planté d’érables qui flamboient en automne, c'est à la belle saison qu'il déploie tous ses charmes. La roseraie y offre le plus beau des spectacles au printemps. Treillages et bosquets odorants s’expriment alors dans l’abondante floraison de nombreuses variétés de roses dont la Pierre de Ronsard et la Catherine Deneuve. Cette nature luxuriante en plein cœur de la ville, à l’abri du chahut de la rue, offre un écrin divin pour les pique-niques en famille ou les instants romantiques. Bien caché, ce joli secret du Marais est peu fréquenté. Bancs de pierre blonde engageants, avenants carrés de pelouse, la quiétude de ce jardin labellisé espace vert écologique se trouve à peine troublée par le chant des oiseaux. Seuls les initiés et les habitants du quartier semblent connaître le chemin qui mène à l’oasis à travers un dédale de ruelles discrètes.

jeudi 7 juin 2018

Music : Anna Calvi - Don't Beat the Girl out of my Boy


Don't beat the girl
Out of my boy
Don't beat the girl
Out of my boy
Stare in the light
Pale green eyes
Don't beat the girl
Out of my boy

mercredi 6 juin 2018

Théâtre : L'Oiseau Vert, de Carlo Gozzi - Mise en scène Laurent Pelly - Théâtre de la Porte Saint Martin



Tartaglia, roi de Monterotondo, a passé dix-huit à guerroyer au loin avant de pouvoir rentrer chez lui. Pendant son absence, la reine-mère, la cruelle Tartagliona, a fait en sorte de se débarrasser de Ninette, la dulcinée de son fils et de leurs jumeaux Renzo et Barbarina. Terrassé par ce triple deuil, Tartaglia n'a plus goût à rien. Mais en réalité, enterrée sous l'évier du château Ninette survit grâce à l'aide d'un mystérieux oiseau vert doté de pouvoirs magiques. Quant aux jumeaux, jetés dans le canal, ils ont été secourus de la noyade et recueillis par un couple de charcutiers qui les ont élevés comme leurs propres enfants sans rien savoir de leurs royales origines. Renzo et Barbarina, devenus de doctes jeunes gens férus de philosophie nouvelle, tout engoncés de leur prétention intellectuelle, se montrent d'une rare ingratitude envers eux.

mardi 5 juin 2018

Cinéma : Champions, de Javier Fesser - Avec Javier Gutiérrez, Athenea Mata, Luisa Gavasa - Par Didier Flori



Il y a des soirées où rien ne va, comme celle qu’est en train de vivre Marco. Entraîneur adjoint d’une équipe de basket de haut niveau, il en vient aux mains avec son supérieur durant un match. Hué par le public, il va noyer sa frustration dans l’alcool, avant de prendre le volant. Une altercation avec des forces de l’ordre plus tard, il se retrouve en cellule. Le lendemain, son réveil est des plus rudes. Il est renvoyé de son poste et se voit ordonné comme travail d’intérêt public d’entraîner une équipe de basket composée de joueurs déficients mentaux.

lundi 4 juin 2018

Lundi Librairie : La nuit nous grandissons - Ben Brooks



La nuit nous grandissons - Ben Brooks : Jasper Wolf, 17 ans, n'est pas très sérieux. Avec ses amis Ping, Jonah et Tenaya la seule fille du groupe, ils s'ennuient dans cette banlieue grise de l'Angleterre profonde. Alors ils testent leur limite dans des fêtes placées sous le signe de l'alcool frelaté, des drogues commandées en toute impunité sur internet, du sexe sans lendemain, des comas éthyliques et des black-out sous stupéfiants. Jasper aimerait bien entrer dans les bonnes grâces de Georgia Treely mais à la place il couche avec Abby Hall. En thérapie depuis une sale histoire de chat mort violemment, il se fait des films d'un rien, s'invente une réalité alternative. Il est d'ailleurs persuadé que son beau-père Keith est un meurtrier qui s'est débarrassé de sa première épouse et n'attend que le bon moment pour faire de même avec sa mère et lui-même. Les soirs d'insomnie qu'il ne passe pas à écrire un roman ou à mater du porno live, Jasper les passe échafauder les théories les plus dingues. Pendant ce temps, sa mère le harcèle pour qu'il organise les révisions de son examen de fin de lycée. Une camarade se suicide après que son petit ami a fait circuler une vidéo compromettante. Abby prétend être enceinte de Jasper. 

samedi 2 juin 2018

Expo : Kupka, pionnier de l'abstraction - Grand Palais - Jusqu'au 30 juillet 2018



Artiste radical, visionnaire mystique, František Kupka (1871-1957) aura consacré sa vie à la couleur jusqu'à la disparition de la représentation. Le parcours à la fois chronologique et thématique de la rétrospective qui lui est consacrée au Grand Palais suit le cheminement du peintre vers l'abstraction, mouvement dont il fut le précurseur avec Kandisky, Malevitch, Mondrian et le couple Delaunay. Trois cents œuvres, peintures, dessins, gravures, manuscrits, journaux, livres, photographies, films, illustrent la modernité d'un artiste féru de philosophie, de littérature, de spiritualité, d'ésotérisme, de sciences. Soutenu par des mécènes, tel que l'industriel Jindrich Waldes, František Kupka est parvenu à s'affranchir des soucis matériels mais ne signa son premier contrat avec un galeriste qu'à l'âge de quatre-vingt ans. Kupka, du symbolisme à l'expressionnisme, du réalisme à l'abstraction, itinéraire solitaire d'un grand théoricien de l'art.

vendredi 1 juin 2018

Mes Adresses : Bistrot Belhara, déjeuner bistronomique de haute volée et addition compréhensive - Paris 7



Le Bistrot Belhara, troquet très parisien à l'envergure gastronomique, séduit, depuis 2013, une clientèle de quartier à laquelle se mêlent touristes gourmets et pro des bons plans. Atmosphère de brasserie le jour, ambiance plus intimiste le soir, tables nappées et bougies, ce restaurant chaleureux ne boude pas ses discrètes influences basques. Le chef Thierry Dufroux né dans le Maine et Loire mais devenu Bayonnais à l'âge de dix ans, a donné à son établissement le nom de l'une des plus grosses vagues au monde, la Belharra - deux r - qui prend naissance au large de la corniche d’Urrugne du côté de Saint-Jean-de-Luz. Dans l'assiette, il dispense avec légèreté cette même passion pour son pays d'adoption, ponctuant ses plats de clins d'œil subtils. Sérénité d'un art culinaire maîtrisé, excellence d'une bistronomie d'émotions, la carte établie en fonction des saisons s'élance aux côtés de l'ardoise du jour. Le chef y décline des plaisirs culinaires généreux selon l'arrivage, le marché et l'inspiration. Je vous avais fait découvrir le Bistrot Belhara version soir ici, aujourd'hui c'est pour le déjeuner que je laisse la gourmandise me guider. La formule entrée, plat, dessert à 34 euros remporte tous les suffrages, addition hautement compréhensive dans un arrondissement plutôt dispendieux. Le Bistrot Belhara, un repère de connaisseurs !