jeudi 22 août 2019

Music : Black Pumas - Colors



I woke up to the morning sky, first
Baby blue, just like we rehearsed
When I get up off this ground
I shake leaves back down to the brown, brown, brown, brown
'Til I'm clean

mercredi 21 août 2019

Paris : Fontaine Médicis au jardin du Luxembourg, les multiples métamorphoses d'une icône - VIème



La fontaine Médicis, prisée pour son charme par les photographes du monde entier, attire sur ses rives étudiants, flâneurs et amoureux tout au long de l’année. Le couple de marbre tendrement enlacé de son motif central prête aux doux sentiments. L’ombre bienfaisante de sa double allée de platanes lui confère une quiétude heureuse. Classée par liste de 1889 aux Monuments historiques, la fontaine Médicis a tout d’abord été la grotte du Luxembourg, une construction artificielle inspirée par la grotte de Buontalenti du Palais Pitti, où la reine-mère Marie de Médicis (1575-1642) a vu le jour. Au lendemain de la mort d’Henri IV, sa veuve, la régente de France jusqu’en 1614, souhaite faire construire une résidence à Saint-Germain-des-Prés dans le style florentin, en souvenir de sa ville natale. En 1611, elle fait l’acquisition de l’hôtel particulier de François de Piney, duc de Luxembourg. Pour donner de plus royales proportions au domaine, elle achète des terrains aux alentours. De 1612 à 1614, l’architecte Salomon de Brosse s'attèle à la conception des plans. Pour son nouveau Palais du Luxembourg, Marie de Médicis souhaite que le jardin égale en beauté celui de Boboli. Elle imagine déjà de nombreux bassins, fontaines, nymphées, terrasses et grottes à l’instar de la grotte du Luxembourg, future fontaine Médicis. 

mardi 20 août 2019

Cinéma : Thalasso, de Guillaume Nicloux - Avec Michel Houellebecq et Gérard Depardieu



Cinq ans après son enlèvement, Michel Houellebecq suit une cure dans un centre de thalassothérapie pour se refaire une santé. Massages, enveloppement, cryothérapie, il enchaîne les traitements. Sans alcool, ni cigarette, Michel se désespère de tenir une semaine au régime sec, eau et légumes vapeur, imposé par l’établissement à ses clients. Il rencontre alors par hasard Gérard Depardieu, un habitué des lieux, qui va lui remonter le moral car il dissimule dans sa chambre des réserves de vin et de rillettes. Ensemble, ils se planquent pour ripailler, sauteries improvisées propices aux longues conversations éméchées. Ils refont le monde en peignoir, discutent de l’existence de Dieu, de la résurrection des corps, de l’art, de la politique, de l’absurde quête d’éternité. Mais leur séjour est bientôt perturbé par l’apparition des trois anciens ravisseurs de Michel. La femme du chef de gang s’est fait la malle avec son jeune amant et elle aurait bien pu mettre son ami l’écrivain dans la confidence.

lundi 19 août 2019

Lundi Librairie : Tuer le père - Amélie Nothomb



Tuer le père - Amélie Nothomb : A Reno, Nevada, Joe Whip est un gamin solitaire qui passe ses journées à exercer ses dons de prestidigitation devant un miroir. Sa mère, Cassandra, beauté fanée, croqueuse d’hommes sur le retour, n’a jamais voulu lui dire qui était son père. A moins qu’elle ne l’ait jamais vraiment su elle-même. Si elle collectionne les amants de passage, elle a un mal fou à les retenir. Et le jour où un prétendant semble décidé à rester, elle choisit de sacrifier le fiston et le met à la porte avec la promesse de lui verser chaque mois une petite pension. Joe, quatorze ans, se retrouve livré à lui-même. Son extrême dextérité naturelle et son émouvante jeunesse lui valent quelques succès dans les bars où il pratique des tours de magie dans l’espoir de récolter suffisamment de pourboires pour payer sa chambre d’hôtel. Un soir, un inconnu lui conseille d’aller trouver le plus grand magicien du monde afin de recevoir un enseignement digne de son don. Joe fait la connaissance du célèbre Norman Terence et de sa compagne, Christina, jongleuse de feu. Très vite, il s’installe chez eux, obsédé par l’idée d’apprendre avec le meilleur. L’adolescent va trouver en Norman un père de substitution, un guide spirituel et un maître en magie. Mais si ce dernier est pure honnêteté, le garçon est irrémédiablement attiré par la triche.  

samedi 17 août 2019

Spectacle : Seb Mellia ne perd jamais - Théâtre BO Saint Martin - Jusqu'au 31 août 2019



Seb Mellia ne perd jamais est un spectacle convivial, plein de jolies surprises dans la veine du pur stand-up. Naturel et authentique, l’humoriste maîtrise avec panache l’alternance de textes très écrits, au rythme précis et des moments d’improvisation réussis, reflet de la belle alchimie avec son public. Les interactions avec le public sont menées avec bienveillance et à propos. Ce one man show bon enfant, jamais vulgaire, puise son inspiration à la source intarissable du quotidien et de ses aléas cocasses. Les moments d’impro et les événements de sa vie personnelle nourrissent un spectacle qui évolue au fil du temps. Les anecdotes sur le thème classique du couple foisonnent. Seb Mellia évoque sa copine, leurs disputes et réconciliations, et au passage son chat Jean-Jacques Chirac, 3500 abonnés sur Instagram. En prise avec son époque, il transforme le point de détail amusant en véritable aventure comique, les arnaques sur le Bon coin, les stages de récupération de points de permis. Avec une faconde souriante, un art subtil de raconter les histoires, l’humoriste nous entraine dans le RER B où il se sent victime désignée, il se souvient de son enfance, des nuits effrayantes chez sa grand-mère à la Réunion. 

vendredi 16 août 2019

Paris : From Paris with love, une installation monumentale de Bruno Peinado - Porte de Saint-Ouen - XVIIIème



From Paris with love, curieuse installation signée Bruno Peinado, a été officiellement inaugurée le 24 novembre 2018 en même temps que le carrefour récemment réaménagé de la porte de Saint-Ouen. Les grands travaux engagés à l’occasion du prolongement de la ligne de tramway T3 en direction de la Porte d’Asnières ont redonné à ce quartier du nord de Paris un nouveau souffle. A l’entrée de l’hôpital Bichat Claude Bernard, deux placettes en vis à vis, de part et d’autre du carrefour, accueillent les deux modules distincts de l’oeuvre d’art public. A cheval sur le XVIIème et le XVIIIème arrondissements, des éléments iconiques de l’espace urbains, devenus sous le regard de Bruno Peinado pièces acidulées, composent ces ensembles pastel insolites. Les trois éoliennes, potelets, panneaux signalétiques et caissons lumineux codant de façon aléatoire en morse, assemblés en une ronde colorée, évoquent des bouquets de fleurs surdimensionnées. 

jeudi 15 août 2019

Music : Feist - My moon, my man



My moon, my man's a changeable land
Such a lovable land to me
My care, my co-lead barber I know
There's nowhere to go but up