jeudi 21 juin 2018

Music : Shannon Shaw - Broke my own



So just leave me behind
And go and get on
My worst enemy is my own flesh and bone

Don't worry about this heart of mine
It's been busted for a long long time
You'll only find static on the line
So hang up the telephone
Cause I already broke my own

mercredi 20 juin 2018

Paris : Passage des Deux Pavillons, le plus petit passage couvert de Paris - Ier



Le passage des Deux Pavillons, tracé dans les années 1820 par un promoteur privé, un certain comte Dervilliers, a été ouvert au rez-de-chaussée d’un immeuble datant du XVIIème siècle. Raccourci à travers le pâté de maison reliant les jardins du Palais Royal à la rue des Petits-Champs, il doit son nom au deux pavillons encore visibles de nos jours entre lesquels son escalier d’accès se glisse depuis la rue de Beaujolais. Long de 33 mètres et large de 2,2 mètres, le passage des Deux Pavillons détient le titre de plus petit passage couvert de Paris. Néanmoins, sa situation particulière a fait de lui dès sa construction un objet de convoitise de la part des propriétaires originels de la galerie Vivienne dont je vous parlais ici et de son éternelle rivale la galerie Colbert à laquelle j’ai consacré un article par là. Un peu d’histoire si vous le voulez bien. 

mardi 19 juin 2018

Cinéma : How to talk to girls at parties, de John Cameron Mitchell - Avec Elle Fanning, Alex Sharp, Nicole Kidman



En 1977, dans la banlieue de Londres, trois adolescents fan de punk rock rêvent de fonder un groupe à l’instar de leurs idoles les Damned et les Sex Pistols. Le soir, ils hantent les pubs enfumés du quartier de Brixton où se produisent des musiciens énervés devant une jeunesse locale amatrice de pogos et de bière. Boadicea, grande prêtresse punk clone de Vivienne Westwood, règne sur ces nuits survoltées avec sa garde rapprochée. Les trois acolytes, tout à leur rébellion adolescente, ont bien du mal avec les filles. Lors d’une soirée particulière, ils échouent dans une grande maison isolée où est censée se dérouler une fête. Là, ils découvrent une étrange communauté new age aux principes rigoristes qui ressemble fortement à une secte. Enn l’un des trois garçons s’éprend de Zan une curieuse jeune fille appartenant à cette congrégation qui choisit de se rebeller contre sa famille et lui demande de lui faire découvrir l’esprit punk. Mais rapidement, Enn découvre que le comportement décalé de Zan est lié à un grand secret : elle vient d’une autre planète.

lundi 18 juin 2018

Lundi Librairie : Paradis clef en main - Nelly Arcan



Antoinette Beauchamp, la trentaine, a manqué sa mort qu’elle avait pourtant organisée avec l’aide d’une étrange compagnie secrète, Paradis clef en main, spécialiste du suicide assisté et mis en scène selon les desiderata du client. Mais pour Antoinette, tout ne s’est passé comme prévu. Paraplégique depuis cet échec, enfermée dans une luxueuse clinique privée où elle est surveillée 24 heures sur 24, rattachée à d’innombrables machines, elle rumine sa rancœur contre la société, contre sa propre mère, richissime fondatrice d’un groupe de cosmétiques. Chaque jour, Antoinette se saoule jusqu’à en être malade. Elle se rappelle de son enfance, de Léon l’oncle adoré qui s’est lui-même suicidé grâce à Paradis clef en main, de la façon dont il lui a fallu prouver son désir de mort absolu, sincère et irrévocable devant le comité de sélection de cette singulière entreprise.

samedi 16 juin 2018

Théâtre : Les Créanciers, de August Strindberg - Avec Adeline d’Hermy, Sébastien Pouderoux, Didier Sandre - Studio de la Comédie Française



Ils viennent de se rencontrer mais ils sont déjà amis. Gustaf, homme d’âge mûr, élégant, sûr de lui, et Adolf, jeune artiste fragile et déprimé qui de peintre est devenu sculpteur tout récemment, s’entretiennent des déboires amoureux de ce dernier. La jeune épouse d’Adolf, Tekla, une romancière à succès émancipée, ne lui accorde pas l'attention dont il aurait besoin. Il se sent délaissé par une muse qui est empêchée par sa propre réussite. Gustaf s’entend à lui démontrer à quel point celle-ci manque à ses devoirs, à quel point sa nature de séductrice compulsive est mauvaise, empoisonnant peu à peu son esprit. Mais ce qu’Adolf ignore, c’est que Gustaf n'est pas un inconnu pour Tekla. Il s'agit de son ex-mari épousé en premières noces. Rongé par le ressentiment, Gustav ne rêve que de se venger de celle qui l’a abandonné.

vendredi 15 juin 2018

Paris : Galerie Vivienne, lustre soigneusement restauré de l'un des plus beaux passages couverts de Paris - IIème



La galerie Vivienne, chère à Colette, dernière demeure de Vidocq, est née de la bonne fortune d’un homme, un certain Marchoux, notaire de son état, qui résidant au 6 rue Vivienne décida, dans les années 1820, d’investir sa nouvelle fortune dans la construction d’une galerie commerciale prestigieuse. Sur des plans imaginés par l’architecte François-Jacques Delannoy, lauréat du prix de Rome en 1778, les travaux de construction débutent en 1823. La galerie Vivienne sera officiellement inaugurée en 1826. Elle rencontre alors un succès commercial immédiat grâce à l’élégance des boutiques mais surtout à sa situation privilégiée à proximité du Palais Royal, foyer de la vie parisienne jusqu’en 1831. De nos jours propriété de l’Institut de France, la galerie Vivienne a retrouvé tout son lustre après avoir été menacée de destruction dans les années 1970. 200 appartements et 30 boutiques de luxe se dispersent sur une longueur totale de 146 mètres, réparties en éléments architecturaux variés, rotonde, salles rectangulaires, branches courtes et galerie principale. Cafés et salons de thé modernes, boutiques de mode, de décoration côtoient galeries d’art contemporain et d’estampes anciennes, librairie et cave patrimoniales. 

jeudi 14 juin 2018

Music : Lana Del Rey - Once Upon A Dream



I know you, I walked with you once upon a dream
I know you, that look in your eyes is so familiar a gleam
And I know it's true that visions are seldom all they seem
But if I know you, I know what you'll do
You'll love me at once, the way you did once upon a dream

mercredi 13 juin 2018

Expo : Artistes & Robots - Grand Palais - Jusqu'au 9 juillet 2018



Les robots sont-ils capables de créer des œuvres ? L’exposition Artistes & Robots qui se tient au Grand Palais jusqu’au 9 juillet lance le débat à travers un parcours muséographique chronologique des années 1950 à nos jours. Plasticiens, informaticiens, ingénieurs et scientifiques se retrouvent autour du questionnement de l’intelligence artificielle et sa place de plus en plus prépondérante dans notre quotidien. Parcourant les nouveaux territoires de la création, cet art numérique assisté par ordinateur se déploie sur plusieurs niveaux, la robotique et ses machines intelligentes utilisées à des fins artistiques, les installations interactives, l’art dit génératif dont les créations sont générées par des algorithmes. Les programmes robotiques, les logiciels informatiques inventés par les artistes et mis au service de la réalisation artistique, produisent-ils des œuvres ? L’oeuvre ne serait-t-elle pas en réalité le processus de création même ? La puissance visuelle des créations façonnées par les robots générant des figures inédites à l’esthétique singulière proche de l’abstraction géométrique interroge avec subtilité la notion d’artiste et d’oeuvre d’art.