vendredi 6 décembre 2019

Ailleurs : Fête des Lumières 2019, Lyon Ville Lumière, manifestation artistique et poétique d'envergure internationale



Au cœur de la nuit, juste avant le solstice d’hiver, la féérie des créations de la Fête de la Lumière réenchante Lyon. Evènement le plus célèbre et le plus populaire la Capitale des Gaules, cette grande manifestation artistique à la renommée internationale a réuni l’année passée 1,8 millions de visiteurs. A l'occasion de cette nouvelle édition, les professionnels de la lumière ont imaginé 65 projets et investi plus de 35 sites pour un parcours à travers chaque quartier de la ville aux deux collines. Illuminations, installations, mapping, vidéos scénarisées, spectacles vivants, le patrimoine urbain, architectural et culturel de la cité devient terrain d’expression artistique. Dans ce vaste élan créatif, la Fête de la Lumière rassemble de nombreux métiers, des compétences aussi diverses que pointues. Eclairagistes, urbanistes de la ville, designers, plasticiens, scénographes se saisissent du matériau chargé de sens du paysage urbain, pour réinventer un espace à l’aune de leur talent. Les façades des plus beaux bâtiments, les places emblématiques, les fontaines, les statues prennent une dimension nouvelle au rythme des expérimentations lumineuses et musicales. La programmation aussi cohérente qu’accessible affirme sa vocation d’art populaire de qualité et lance des ponts entre les publics, entre les générations. Si l’émotion et l’humanité sont les clés essentielles de la Fête des Lumières, les artistes en prise avec leur temps traduisent à travers leurs créations les préoccupations sociales et environnementales.

jeudi 5 décembre 2019

Music : Mark Ronson, Anderson .Paak - Then There Were Two



Then there were two
Right now we got to start somewhere
How far to go, I don't care
Just when I thought you leaving blue
You come around out of nowhere

mercredi 4 décembre 2019

Paris : L'Arbre des Voyelles, une oeuvre de Giuseppe Penone - Jardin des Tuileries - Ier



L’Arbre des Voyelles, une oeuvre de l’artiste italien Giuseppe Penone, figure majeure du courant Arte Povera, joue à cache-cache avec le visiteur dans un parterre presque retourné à l’état sauvage du jardin des Tuileries. Au sol, parmi les herbes folles, un chêne est couché comme déraciné par les intempéries, arbre pétrifié par quelque désastre écologique. Il s’agit d’une réplique en bronze moulé sur un véritable chêne selon la technique de la cire perdue. Giuseppe Penone interroge ici l’essence même du végétal qui est putrescible et celle du métal immarcescible. Il développe une réflexion existentielle sur la fragilité de la nature, dans un propos écologique qui accepte l’idée du vivant comme matière sculpturale. L’oeuvre commandée par le Ministère de la Culture en 1998 a été prémonitoire. En 1999, une grande tempête s’est abattue sur la France, ravageant de nombreux arbres, décimant de précieuses forêts patrimoniales. L’Arbre des Voyelles a été installé aux Tuileries en décembre 1999. 

mardi 3 décembre 2019

Cinéma : Indianara, un documentaire de Aude Chevalier-Beaumel et Marcelo Barbosa



Au Brésil, l’âge moyen de décès d’une personne transgenre est de trente-trois ans. Durant deux, Aude Chevalier-Beaumel et Marcelo Barbosa ont suivi le quotidien d’Indianara Siqueira, militante transexuelle engagée en politique. Cette activiste flamboyante lutte au jour le jour pour l’acceptation des personnes LGBTQ et la reconnaissance de leurs droits. Candidate aux élections municipales de Rio de Janeiro avec le slogan « une pute au conseil », elle est élue suppléante et combat en plein jour pour ses convictions. En 2016, elle prend l’initiative d’ouvrir un refuge, la Casa Nem, pour les personnes trans en situation de grande précarité.  Santé mentale, physique, orientation professionnelle, cette bulle protectrice propose un accompagnement pour pallier les déficiences de l’Etat. Au quotidien, Indianara organise et mène des manifestations, des cortèges mais aussi des fêtes. A la joie de l’intimité préservée du refuge succèdent les moments de grande tristesse, les enterrements ou le meurtre de Marielle Franco elle aussi militante et élue de Rio assassinée par deux policiers militaires. 

lundi 2 décembre 2019

Lundi Librairie : De fringues, de musique et de mecs - Viv Albertine



De fringues, de musique et de mecs - Viv Albertine : A la fin des années 1970, Viviane Albertine, gamine de la classe moyenne anglaise, est fascinée par la scène alternative londonienne. Selon sa mère ne s’intéresse qu’aux fringues, à la musique et aux mecs. Elle vit dans des squats, fréquente la boutique de Vivienne Westwood et Malcolm McLaren, se fait remarquer pour son look punk. Avec un enthousiasme candide, elle s’embarque dans ce mouvement aux excès et au nihilisme assumés. Devenue la petite-amie officielle de Mike Jones des Clash, Viv s’achète une guitare et apprend seule à en jouer. Elle veut devenir musicienne dans un milieu quasi exclusivement masculin. Elle envisage un temps de former un groupe avec Sid Vicious pas encore bassiste des Sex Pistols, fréquente Johnny Thunders. Puis, elle rejoint l’un des premiers groupes punks exclusivement féminin the Slits avec lequel elle enregistrer l’album légendaire Cut en 1979. Lorsque tout s’arrête brutalement au début des années 1980, Viv a 27 ans. Sans projet d’avenir ni formation, elle trouve une voie nouvelle comme réalisatrice puis productrice. Avec son mari, elle s’installe à Hastings, s’ennuie, peine à faire un enfant, tombe malade. Puis la cinquantaine venue, sa vocation de musicienne la rappelle. 

samedi 30 novembre 2019

Coup de Coeur : Pierre Hermé imagine un dessert en accord avec la cuvée Brut Sous Bois de la Maison de Champagne Billecart-Salmon



Pour la première fois cette année, la cuvée Brut Sous Bois de la Maison Billecart-Salmon, cuvée exclusive qui existe depuis 2006, est proposée en magnum. Cette édition limitée à cinq-cents bouteilles numérotées est présentée dans un coffret en bois de châtaignier massif, élégant écrin qui enchantera les tables de fin d’année. L’étiquette en bois de cerisier unique distingue chaque bouteille. Afin de célébrer cette parution, deux recettes exclusives ont été imaginées par de grands chefs pour un repas de fête placé sous le signe du champagne Brut Sous Bois. Le chef multi-étoilé Jean-Georges Vongerichten, a composé un turbot rôti, infusion noix de coco citron vert, herbes fraîches et fenouil. Le chef Pierre Hermé, sacré meilleur pâtissier du monde en 2016, dévoile son inspiration dans l’exercice délicat du dessert. Sa création, intitulée Dryade, clin d'oeil aux nymphes de la forêt, rend hommage à la complexité du champagne Brut Sous Bois Billecart-Salmon, à la délicatesse de ses arômes. Notes boisées, vertes, fraîcheur des agrumes, gourmandise de la vanille, jeu des textures, cette assiette souligne avec grâce les fabuleuses qualités organoleptiques du vin. Ces deux recettes, à tester chez soi, sont détaillées étapes par étapes dans un livret gourmand glissé dans le coffret.

vendredi 29 novembre 2019

Expo : L'Inde, au miroir des photographes - Musée national des arts asiatiques Guimet - Jusqu'au 6 février 2020

Udaipur, palais de Jag Mandir sur le lac Pichhola - Studio Bourne & Shepherd

Au cours de la seconde moitié du XIXème siècle, les photographes de l’Empire britannique, hérauts d’un art balbutiant, vont par leur pratique aussi artistique que documentaire, donner à voir la splendeur d’une civilisation millénaire. A partir de 1858, l’expansion du Raj, colonie indienne de sa très gracieuse majesté la reine Victoria, entraîne la multiplication des opérations militaires dans un pays encore méconnu des Occidentaux. Les fonctionnaires de l’Empire, les aventuriers d’origines diverses, tous photographes, amateurs ou professionnels, tentent de traduire par leur pratique  l’émerveillement ressenti face la majesté des sites naturels et archéologiques, tels qu’Elephanta, Qust Minar, le Taj Mahal, la curiosité engendrée par la diversité ethnographique, la fascination pour des villes, Delhi, Fatehpur-Sikri, Agra, Varanasi, si singulières à l’œil européen. La monumentalité des paysages et de l’architectures trouvent sous leur objectif un pendant à échelle humaine avec d’émouvants portraits et des scènes du quotidien pleines de vie. Ils produisent une multitude d’images nouvelles dont l’empreinte fantasmagorique marque encore les esprits occidentaux de nos jours. Le musée national des arts asiatiques Guimet présente à l’occasion d’une exposition fascinante quatre-vingt-dix tirages originaux, aussi rares que fragiles, issus de ses collections. Dans la pénombre conservatrice, les clichés de l’Inde du XIXème convoquent mystères, beautés et contrastes d’un pays à la civilisation millénaire.