jeudi 20 septembre 2018

Music : Yellow days - The way things change



I can't hear any words they say
I swear I must have lost the frame
Well, my friends think my soul is dead (thanks man)
But I'm just trapped in my own head

And I cry, and you cry
Cause we don't lie
The way things change
And I hold it down but I ain't the same
You keep goin', keep goin'
You have to keep goin', you keep goin'
Well you keep goin', you keep goin', ya
You keep goin', you have to keep goin'

mercredi 19 septembre 2018

Paris : 67 rue de Turenne, ancien décor de boucherie, têtes de boeufs et crochets de fonte incongrus - IIIème



Au 67 rue de Turenne, le rez-de-chaussée d’un immeuble néo-classique datant du Premier Empire conserve un étonnant décor qui signale la présence d’une ancienne boucherie. Deux colonnes doriques et deux pilastres encastrés dans le mur ont trouvé naturellement leur place au fronton d’une boutique de prêt-à-porter. Mais plus marquantes encore, trois têtes de bœufs au-dessus d’un porche soutiennent un petit balcon. Demeurent également, vaguement menaçant, des éléments en fonte, anciens crochets de la boucherie auxquels étaient suspendues en devanture des carcasses. C’est qu’on n’était pas trop bégueule sur la barbaque en ces temps-là.

mardi 18 septembre 2018

Cinéma : Climax, de Gaspar Noé - Avec Sofia Boutella, Romain Guillermic, Souheila Yacoub, Kiddy Smile



Une troupe de danseurs se retrouve dans une salle des fêtes paumée en pleine cambrousse afin de célébrer la fin des répétitions d’un spectacle qui doit les emmener en tournée aux Etats-Unis et vers la gloire. Buffet, platines minimalistes, déco kitsch, ils savourent l’heure et leur formidable énergie collective. Mais à l’insu de la troupe, quelqu’un verse de l’acide dans la sangria. Le psychotrope se fait révélateur des failles individuelles et collectives. De fête animée, la soirée devient célébration orgiaque puis danse macabre.

lundi 17 septembre 2018

Lundi Librairie : La toile du monde - Antonin Varenne



La toile du monde - Antonin Varenne : Journaliste américaine libérée avant l’heure, personnalité anachronique élevée dans les grandes plaines du Nevada par un père aventurier et une mère humaniste, la scandaleuse Aileen Bowman se rend à Paris pour le compte du New York Tribune afin de couvrir l’Exposition Universelle de 1900. Affranchie des conventions, fougueuse et rebelle, la belle rousse a obtenu du préfet une dérogation afin de porter le pantalon alors que la loi l’interdit pour les femmes. Tandis qu’elle livre des articles classiques pour son employeur originel, elle écrit sous pseudonyme dans La Fronde, premier journal féminin et féministe, des papiers qui défraient la chronique. Introduite dans la société parisienne interlope par le sulfureux peintre Julius LeBlanc Stewart, elle visite les maisons closes et fréquente les lieux de mauvaise vie. Dans la Ville Lumière, sous l’impulsion de l’Exposition Universelle, le rêve moderne technologique se fait rêve de liberté. La première ligne du métropolitain reliant la porte de Vincennes à la porte Maillot va bientôt être inaugurée. L’électricité pour tous n’est plus une vague promesse. Rudolf Diesel, l’inventeur du moteur fonctionnant à l’huile d’arachide remporte un prix. Mais si Aileen s’est rendue à Paris, c’est pour résoudre une histoire familiale complexe. Elle est venue rejoindre Joseph, métis indien, fils de son frère adoptif mort de froid dans une réserve Sioux avec sa compagne. Violent, alcoolique, tourmenté par son double héritage, Joseph qui a fui les Etats-Unis, a été engagé comme figurant dans le Pawnee Bill’s Historic Wild West Show.

samedi 15 septembre 2018

Paris : Fresque de William Mackendree - angle de la rue des Dames et de la rue Biot - XVIIème



La fresque monumentale à l’angle de la rue des Dames et de la rue Biot a été réalisée d’après une oeuvre de William Mackendree, un artiste américain qui vit entre New York et Paris depuis le début des années 1980. La maquette de cette oeuvre d’art publique a été présentée en 1999 à la Mairie de Paris dans le cadre du projet Les murs de l’an 2000. A cette occasion, une douzaine d’artistes majeurs de la scène internationale ont été contactés afin de proposer leur vision de la ville et autant de fresques destinées à orner les murs de Paris. Mais sans pour autant intervenir dans l’exécution. Prenant la suite, des artisans muralistes ont alors été chargés des tâches plus prosaïques dont le ravalement de façade préalable puis la réalisation de l’oeuvre. Financé grâce à l’intervention d’un annonceur en échange d’espaces publicitaires à travers la ville, ce programme artistique de grande ampleur a permis de réhabiliter certains immeubles du domaine public tout en faisant un geste pour démocratiser l’art contemporain. Les murs de la ville se font cimaises, Paris, musée à ciel ouvert.   

vendredi 14 septembre 2018

Paris : 77 rue de Charonne, les ateliers réhabilités d'une ancienne cour industrielle témoignent du passé artisanal de l'arrondissement - XIème



Au 77 rue de Charonne, derrière un immeuble sur rue qui date de 1886, se trouve une magnifique cour industrielle à la physionomie inhabituelle. Cet ensemble remarquable qui contraste si fortement avec les allures bourgeoises de la pierre de taille en façade aurait pu être construit indépendamment à une date différente. Cependant, la structure de fonte évoque avec panache le style architectural de l’époque. Les ateliers répartis sur cinq étages ployés en U sont desservis par des coursives. La charpente de métal peinte en rouge, l’ocre de la brique traditionnelle et les éléments de bois s’associent en un heureux camaïeu de teintes, lesquelles semblent fort exotiques à l’œil parisien. Au fond de la cour pavée, un monte-charge silencieux témoigne d’un passé industrieux. Aménagé et rénové, le bâtiment est aujourd’hui occupé par des bureaux, un studio de danse, une salle de yoga, un cours de comédie, un cabinet d’architecte ou encore une agence de voyage. La loge, un petit théâtre créé en 2009 par Alive Vivier et Lucas Bonnifait, a jusqu’en juillet dernier ouvert ses planches aux nouveaux talents de la musique, de la danse, du théâtre. Avec le succès de leur programmation, ses fondateurs ont fermé cette salle afin de s’installer dans des locaux plus grands.

jeudi 13 septembre 2018

Music : Lou Reed - Walk on the wild side



Holly came from Miami F.L.A.
Hitch-hiked her way across the U.S.A.
Plucked her eyebrows on the way
Shaved her legs and then he was a she
She said, hey babe, take a walk on the wild side,
Said, hey honey, take a walk on the wild side