mercredi 31 juillet 2019

Paris : Sainte Catherine, hommage à l'ouvrière parisienne - Une oeuvre signée Jules Lorieux - IXème



Sainte Catherine, A l’ouvrière parisienne annonce par son inscription gravée sur le socle, une amusante sculpture représentant cinq jeunes femmes accortes en costume 1900. Le groupe de catherinettes a été composé en 1908 par Julien-Auguste Lorieux (1876-1915), élève d’Alexandre Falguière et Antonin Mercié aux Beaux-arts de Paris, prix de Rome à deux reprises en gravure et en médaillé, mort au front durant la Première Guerre Mondiale. La maquette de cette Sainte Catherine est présentée au Salon de 1913. A cette occasion, la Ville de Paris commande le marbre à l’artiste. Il ne sera néanmoins placé au cœur du square Montholon qu’en 1923 en replacement de L’Aigle et le Vautour se disputant le cadavre d’un ours, oeuvre moins souriante signée Cain.

mardi 30 juillet 2019

Cinéma : Daniel Darc, pieces of my life, un documentaire de Marc Dufaud et Thierry Villeneuve



Itinéraire cabossé du dernier punk français, Daniel Darc, pieces of me explore les contradictions d’un homme torturé, perpétuellement au bord du précipice, les paradoxes d’un poète éclairé par les fulgurances. Ce personnage ambigu aussi touchant qu’exaspérant, disparu à l’âge de 53 ans le 28 février 2013, emporté par un œdème pulmonaire, a dissimulé sa timidité, sa sensibilité extrême derrière son image de mauvais garçon en révolte. Anti-héros, rebelle égaré, junkie autodestructeur, sa voix singulière, reflet d’une époque, s’est tu. Marc Dufaud et Thierry Villeneuve lui rendent un hommage authentique entre ombre et lumière qui évite l’écueil de l’hagiographie. 

lundi 29 juillet 2019

Lundi Librairie : Article 353 du code pénal - Tanguy Viel



Article 353 du code pénal - Tanguy Viel : Martial Kermeur, ancien ouvrier spécialisé de l’arsenal de Brest, a été arrêté pour avoir lors d’une partie de pêche, jeté à la mer afin qu’il se noie, Antoine Lanzenec, un promoteur immobilier véreux. Déféré devant le juge d’instruction, Kermeur raconte tout, retrace les événements, l’engrenage qui a fait de la victime un coupable, un assassin. A la suite de son licenciement des chantiers navals, il a perçu une prime qui pourrait devenir un avenir. Séparé de sa femme après un divorce douloureux, il a conservé la garde de son fils, Erwan, qui a grandi dans la colère de voir son père sans cesse humilié par les circonstances. A dix-sept ans, le gamin dort désormais en prison. Dans cette province française économiquement sinistrée, la classe ouvrière, sous le coup du déclin industriel, a perdu le goût de la révolte pour embrasser une forme douloureuse de résignation. Le petit bourg côtier qu’habite Kermeur, une presqu’île du Finistère, est un jour visité par un promoteur. Antoine Lanzenec débarque, flambeur, grosses voitures et restaurants étoilés, un projet immobilier mirobolant dans ses valises. 

samedi 27 juillet 2019

Paris : Tourelle à l'angle des rues Marcadet et du Mont-Cenis, architecture pittoresque à Montmartre - XVIIIème



Une singulière tourelle dresse sa silhouette pittoresque à l’angle de la rue Marcadet et de la rue du Mont-Cenis, sur le versant nord de la Butte Montmartre. Coiffée en poivrière et accolée à d’anciens corps de bâtiment, son aspect piquant dans la configuration naturelle du tissu urbain pose de nombreuses questions. Le long de la rue Marcadet, une grande arcade à refends surmontée d’une corniche classique indique un reliquat de l’ancien portail de la Manufacture de porcelaine de Clignancourt qui connut entre 1771 et 1799 un certain succès. L’ensemble paraît peu entretenu même si la tourelle à l’angle du mur d’enceinte est inscrite aux Monuments historiques par arrêté du 31 mai 1965. Aujourd’hui occupé par un club libertin, le Château des Lys, il s’agit de l’une des plus anciennes maisons de Montmartre dont le destin a croisé celui d’une manufacture de porcelaine passée sous le haut patronage du frère du roi, le comte de Provence en 1775. Cette curieuse tourelle devenue un hôtel-restaurant a été immortalisée à de nombreuses reprises par le peintre Maurice Utrillo entre 1911 et 1954. 

vendredi 26 juillet 2019

Ailleurs : Les Rubans Ephémères de Patrick Hourcade s'invitent dans les jardins du château de Vaux-le-Vicomte



Les jardins à la française du château de Vaux-le-Vicomte ont connu récemment un désastre écologique qui a bouleversé durablement cette création paysagère patrimoniale en détruisant les 3/4 des buis iconiques. Privés de leurs arabesques végétales, les boulingrins situés en face du château, au Sud, ont vécu un changement inédit. La famille de Vogüé, propriétaire du domaine, a choisi de procéder à leur remplacement provisoire, le temps de trouver une solution pérenne afin d’assurer la santé des buis. A la suite d'un appel à candidature, paysagistes, artistes, designers ont proposé des projets d’oeuvres éphémères afin d’orner les deux parterres diminués. Patrick Fourcade, directeur artistique, photographe, designer et plasticien, multiples facettes d’une même vocation créative, a été choisi afin de mettre en place ses Rubans éphémères, longues volutes métalliques qui suivent l’exact tracé épuré des buis disparus. Cette oeuvre particulière respecte l’idée fondatrice des jardins imaginés par Le Nôtre, celle des perspectives idéales. L'art contemporain entre avec panache à Vaux-le-Vicomte !

jeudi 25 juillet 2019

Music : Donny Hathaway - Little Ghetto Boy



Little ghetto boy, playing in the ghetto street
Whatcha' gonna do when you grow up
And have to face responsibility?
Will you spend your days and nights in the pool room?
Will you sell caps of madness to the neighborhood?
Little ghetto boy
You already know how proud life can be
'cause you've seen so much pain and misery

mercredi 24 juillet 2019

Paris : La Montmartroise, une sculpture de Théophile Camel - square Carpeaux - XVIIIème



La Montmartroise, une statue signée Théophile Camel (1863-1911), a été installée en 1907 dans le nommé en hommage Jean-Baptiste Carpeaux (1827-1875) sculpteur et peintre. Né à Toulouse et devenu artiste de la Butte Montmartre, Camel s’est très largement inspiré dans son oeuvre des anonymes croisés dans la rue, muses et modèles rencontrées au hasard. L’élégante Montmartroise du square Carpeaux fait partie de ces figures allégoriques du Paris populaire mises en place à travers la ville au début du XXème siècle, avant la Première Guerre Mondiale. La Grisette 1900 dont je vous parlais ici appartient également à ce groupe d’oeuvres. Toilette simple et soignée, à la mode de 1900, taille marquée, étole sur les épaules, un tambour sur le côté, la Montmartroise, victime des aléas, a vu disparaître sa main délicatement posée sur une hanche. Parmi les éléments de la composition se retrouvent des symboles du quartier, sur le tambour se distingue encore un moulin à demi effacé par le temps, la palette du peintre et ses pinceaux. Des grappes de roses et un angelot accroché à son châle viennent parer la jeune femme de charmes supplémentaires.

mardi 23 juillet 2019

Cinéma : L'Etincelle : une histoire des luttes LGBT+, un documentaire de Benoît Masocco



Documentaire passionné, sobre et émouvant, L’Etincelle retrace de 1969 à 2019, cinquante ans de combats LGBT+, des émeutes de Stonewall à nos jours. Benoît Masocco, auteurs de courts-métrages et de pièces de théâtre, remet en lumière les événements importants parfois oubliés de ces luttes et les grandes figures de ces actions militantes souvent invisibilisées. La répression des années 1960 et l’homophobie institutionnalisée, la liberté sexuelle des années 1970, la tragédie du Sida des années 80, la lutte pour l’égalité des droits des années 1990 à nos jours, le réalisateur interroge l’évolution de la société occidentale et le changement de perception. De New York à San Francisco, de Paris à Amsterdam, il porte un regard éclairé sur le militantisme contre les oppressions, soulignant les enjeux majeurs du combat. Moments de lutte, d’espoir, de colère et de joie, la communauté LGBT+ invente un espace de liberté, remet en question la normalisation de la société et se bat pour ses droits. Alors que le nombre d’agressions homophobes augmente dans le monde, que l’homosexualité est toujours considérée comme un crime dans plus de 70 pays parmi lesquels 11 appliquent la peine de mort, ce documentaire apparaît indispensable.

lundi 22 juillet 2019

Lundi Librairie : Coraline - Neil Gaiman



Coraline - Neil Gaiman : Espiègle fillette, Coraline vient d’emménager avec ses parents dans une vieille et grande maison divisée en appartements. Ces derniers toujours très occupés travaillent depuis leur domicile et ils consacrent peu de temps à la gamine qui s’ennuie un peu. Coraline fait tout d’abord connaissance avec leurs singuliers voisins qui ne cessent de se tromper de prénom. Il y a Miss Miriam Forcible et Miss April Sink, d’anciennes comédiennes à la retraite. Les deux vieilles dames excentriques vivent entourées de leurs chiens en rêvant de leur gloire passée. M. Bobo, le vieux monsieur du dessus, se dit dresseur de souris savantes, en rodage pour un grand spectacle de cirque. A fureter dans la vénérable demeure, explorant les recoins les plus sinistres, Coraline se rend compte de bruits étranges, d’ombres furtives. Elle découvre un jour une porte condamnée qu’elle parvient à ouvrir. Derrière, se déploie un monde parallèle insoupçonné, identique au sien mais en mieux. Mieux parce qu’y vivent les Autres parents, doubles conformes de son père et sa mère si ce n’est leurs yeux en forme de boutons, mais parents qui auraient du temps à lui accorder pour jouer, pour lui préparer de bons petits plats. Un chat hautain décide de guider Coraline dans cet univers coloré.  Peu à peu derrière le masque séduisant des Autres parents apparaît une réalité plus inquiétante. L’Autre mère, créature qui n’a rien d’humain, est prête à tout pour retenir la fillette auprès d’elle. 

samedi 20 juillet 2019

Mes Adresses : Takaramono, Japon et Méditerranée enchantent les compositions du chef Alexandre Arnal



Takaramono, mon trésor en japonais présente sa nouvelle carte d’été pleine de saveurs. Produits de saison et fraîcheur des compositions soutiennent le raffinement d’un métissage Japon Méditerranée que le chef Alexandre Arnal mène avec panache. Depuis mars 2018, ce lieu de vie, à la fois restaurant, café, bar à saké et à cocktails, dispense une jolie philosophie de partage et de convivialité dans le cadre d’un vieux bistrot parisien pimpé en rose et redécoré en mode tendance. Le soir, les tapas à partager, associations audacieuses et belles nuances aromatiques, font fureur autour de cocktails maisons, des classiques twistés qui lorgnent du côté du Soleil Levant. Vins naturels, bières artisanales, sakés pointus célèbrent le raffinement des terroirs. La carte resserrée se fait invitation au voyage à la suite d’un chef, audacieux gastronome.

vendredi 19 juillet 2019

Ailleurs : Les décors de la cour itinérante de François Ier réinventés par Jacques Garcia pour le château de Chambord



Emblème de la Renaissance française dans le monde, le Domaine de Chambord, plus grand parc clos d’Europe, s’étend sur 5 440 hectares. A sa tête depuis 2010, Jean d’Haussonville poursuit deux objectifs, accroître son rayonnement et atteindre l’indépendance financière d’ici 2020. Chambord se réinvente en permanence afin de séduire les visiteurs, toucher de nouveaux publics variés. A l’occasion des 500 ans du monument, de nombreux événements ont été mis en place, parmi lesquels une exposition événement, Chambord 1519-2019 l’utopie à l’oeuvre dont je vous parlais ici, la restitution des 6,5 hectares de jardins à la française tels qu’ils étaient au XVIIIème siècle au pied même du château. D’autres encore célèbrent ce demi-millénaire tels que La cuvée Chambord 2019, un vin issu des vignes biologiques du château ou l’inauguration d’un hôtel de luxe. Classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, le château comporte plus de 400 pièces. Une seule était jusqu’alors consacrée à l’évocation de la Renaissance. Un vaste projet de décors replace désormais François Ier, le grand commanditaire de Chambord, au cœur de la visite. Jacques Garcia, décorateur et scénographe, a été mandé afin de recréer certains décors de la cour itinérante, selon les témoignages de la dernière visite du roi en 1545. Cinq pièces ont été entièrement rhabillées parmi lesquelles une interprétation des appartements du roi plus conforme à la réalité historique ainsi qu’une reconstitution du théâtre de Molière conçu selon le souhait de Louis XIV. 

jeudi 18 juillet 2019

Music : Metronomy - Salted Caramel Ice Cream



She's sparkling like a fresh glass of Perrier
She's happy like my birthday
My birthday, oui, tout à fait

mercredi 17 juillet 2019

Ailleurs : Nouveaux parcours sonores immersifs au château de Vaux-le-Vicomte, une expérience sensorielle enthousiasmante



Chef-d’œuvre architectural et paysager du XVIIème siècle, joyau créé par l’architecte Louis le Vau, du peintre Charles le Brun et du paysagiste André le Nôtre, Vaux-le-Vicomte est le plus grand château privé classé au titre des Monuments historiques. A la pointe de l’innovation, le château propose chaque année des nouveautés afin de renouveler l’expérience de la visite. Depuis le 6 mai dernier, deux nouveaux parcours sonores immersifs dont un destiné aux enfants ont été mis en place. Ce projet novateur et pédagogique a été rendu possible grâce au partenariat avec la société Focal qui fournit les casques audio, l’aide de la région ainsi que le mécénat. Les parcours sont inclus dans le prix du billet d’entrée. Complétés par la technologie novatrice du son binaural spatialisé dit son 3D qui reproduit à 360° l’expérience de l’ouïe humaine, les audioguides nouvelle génération offrent au visiteur une véritable plongée dans le Grand Siècle. Au rythme des déambulations dans le château, sur les traces de la création originale L’Affaire Fouquet, chacun découvre l’histoire d’une disgrâce, celle du trop riche, trop puissant et trop ambitieux surintendant des Finance du roi Louis XIV, Nicolas Fouquet, à l’origine du domaine de Vaux-le-Vicomte. Le 17 août 1661, Fouquet donne une fête grandiose au cours de laquelle il cherche à éblouir le roi par la splendeur du château et la beauté de l’événement. Il ne s’attire que les ires du souverain. Louis XIV, humilié par la magnificence de Vaux-le-Vicomte, à une époque où ses propres caisses irrévocablement vides l’ont conduit à faire fondre la vaisselle d’apparat en métaux précieux, est si piqué au vif qu’il songe à le faire arrêter le soir même. Il remet son projet à plus tard. Suspectant des indélicatesses de la part de son ministre, il fomente un complot avec Jean-Baptiste Colbert afin de le faire tomber. Arrêté le 5 septembre 1661 par d’Artagnan alors commandant en chef des mousquetaires, Fouquet sera condamné à la réclusion à perpétuité. 

mardi 16 juillet 2019

Cinéma : Inna de Yard, un documentaire de Peter Webber - Avec Winston McAnuff, Ken Boothe, Cédric Myton, Kiddus I, Judy Mowatt



Collectif de l’âge d’or du reggae, Inna de Yard est avant tout un concept, celui d’un mode d’enregistrement hors studio, dans le yard, l’arrière-cour des maisons jamaïcaines. Trente ans après l’essor du courant musical, légendes vivantes Kiddus I, Winston McAnuff, Ken Boothe, Cedric Mython, Judy Mowatt, les Viceroys et jeune relève Jah9, Kush McAnuff ou encore Var se réunissent à Kingston. Ils enregistrent ensemble un album monument définitif, les plus grands succès du reggae repris dans des versions inédites, en pleine nature avant un grand concert événement à Paris au Trianon et une tournée dans le monde entier. Portraits d’hommes et de femmes qui ont connu aussi bien le succès que les revers de fortune et constituent aujourd’hui l’héritage vivant de ce mouvement.

lundi 15 juillet 2019

Lundi Librairie : Les inéquitables - Philippe Djian



Les inéquitables - Philippe Djian : Dans une grande maison en bord de mer, Marc le taiseux habite avec Diana dont le mari, Patrick, qui était son frère, est mort dans des circonstances violences il y a tout juste un an. Il habite avec elle pour son bien. Même s’il ne peut réprimer un certain trouble face à cette cohabitation, il s’est donné pour mission de veiller sur elle depuis qu’elle a tenté plusieurs fois de se suicider, hantée par un deuil impossible. Quitte à se faire tabasser l’amant de Diana, Serge, fils du maire, grand magouilleur et mari de Charlotte qui fait pousser sa propre herbe. Une nuit, sur la plage, Marc découvre échoués par hasard des kilos de cocaïne. Avant que la police n’intervienne, il s’empare de quelques sachets dans l’idée d’éponger des dettes de jeu. Il se tourne vers un spécialiste des combines illégales, Joël, le frère de Diana avec lequel elle est en froid, pour écouler la marchandise. Mais les choses ne se déroulent pas comme prévu avec les revendeurs. En instance de divorce, Joël s’en prend violemment à sa jeune épouse Brigitte et l’étrangle dans un accès de rage. Marc accepte de l’aider.

samedi 13 juillet 2019

Expo : Andrew Hem - Fragmentz - Galerie Openspace - Jusqu'au 20 juillet 2019



A l’occasion de sa première exposition solo en France, l’artiste Andrew Hem présente à la Galerie Openspace, une série de peintures sur toiles et une sélection d’aquarelles sur papier issues de ses carnets de croquis. Américain d’origine cambodgienne, ses parents ont fui le génocide des Khmers Rouges pour s'installer en Californie. Il y a grandi bercé par la culture skate de Los Angeles et depuis nourrit son oeuvre de ce double acquis. A l’héritage de la société rurale et animiste de ses ancêtres, il mêle l’univers de la rue californienne, celle des quartiers les plus modestes. Formé dans la section illustration au Art Center College of Art and Design of Pasadena, Andrew Hem a longtemps été à la fois enseignant et illustrateur pour la presse, The Los Angeles Times, New Scientist, The Atlantic... et les marques telles que Lucky Brand Jeans, Adidas, Sony Pictures. Désormais, il se consacre à son travail personnel. Issu de l’univers du street art, il a apprivoisé gouache, huile et acrylique pour son travail d’atelier. Proche des artistes David Choe, Sainer, Escao, James Jean, Andrew Hem expose dans le monde entier, Los Angeles, Chicago, Seattle, New York, Londres, Zurich et aujourd’hui Paris avec ce premier événement intitulé Fragmentz.

vendredi 12 juillet 2019

Coup de Coeur : Little Moons, les mochis glacés à découvrir au rayon frais des magasins Franprix



Parmi les nouvelles tendances culinaires de la street food, les mochis japonais, ces petites boules de riz gluants fourrées, connaissent un engouement grandissant. Ils se dégustent chauds, version boule coco, grand classique des traiteurs chinois, froids ou dans la dernière version la plus tendance, glacés. Les nourritures nomades invitent aux échanges gastronomiques pour une fusion des plaisirs entre modernité et tradition. En France Little Moons, la marque de mochis glacés so british créée à Londres en 2010 par les frères et sœurs Vivien et Howard Wong, investit le rayon frais des magasins Franprix. Fermes et rebondis les petites boules toutes douces s’y dégustent à l’unité dans un rituel ludique soit avec les doigts soit piqués sur des bâtonnets.

jeudi 11 juillet 2019

Music : Angèle - Balance ton quoi



Ils parlent tous comme des animaux
De toutes les chattes ça parle mal
2018 j'sais pas c'qui t'faut
Mais je suis plus qu'un animal
J'ai vu qu'le rap est à la mode
Et qu'il marche mieux quand il est sale
Bah faudrait p't'être casser les codes
Une fille qui l'ouvre ça serait normal

mercredi 10 juillet 2019

Ailleurs : Chambord 1519-2019, l'utopie à l'oeuvre, l'exposition qui célèbre les 500 ans du château de Chambord



Symbole de la Renaissance française, le château de Chambord est le fruit de son époque, celle d’une nouvelle philosophie. Elément de propagande et de communication, cet édifice a été imaginé par François Ier, roi bâtisseur, au lendemain de la bataille de Marignan, à la veille du grand duel diplomatique contre Charles Quint pour la couronne du Saint Empire Romain Germanique. Inspiré par Léonard de Vinci décédé à Amboise quelques mois avant le début de la construction et également par les travaux de l’architecte italien Boccador, célèbre pour son escalier à double révolution, deux vis qui permettent à deux personnes de l’emprunter en même temps sans jamais se croiser, le château de Chambord a traversé cinq siècles d’histoire sans livrer tous ses secrets. Il suscite admiration et fascination, forme absolue de création. Afin de célébrer en majesté les 500 ans du domaine, neuf événements seront organisés au cours de l’année. « Chambord 1519-2019 l’utopie à l’oeuvre » pièce majeure de ce dispositif est une exposition d’envergure, rétrospective et prospective, la plus vaste jamais présentée au château, la plus ambitieuse également. Genèse, inachèvement, enjeux et préoccupations liées au patrimoine, représentation, espoirs, Chambord en majesté se révèle dans sa splendeur, édifice énigmatique cinq fois centenaire qui inspire les recherches les plus innovantes.

lundi 8 juillet 2019

Lundi Librairie : Art et décès - Sophie Hénaff



Art et décès - Sophie Hénaff : Mise en disponibilité pour se lancer dans le cinéma après ses succès à la télévision, la capitaine Eva Rosière rencontre quelques difficultés sur le tournage du film dont elle est la scénariste. Le réalisateur a malmené son histoire via d’importants changements. Tempérament de feu, fidèle cabot à ses côtés, elle fulmine sur le plateau en menaçant de le tuer. Le type est alors retrouvé dans sa loge, un couteau planté entre les omoplates, chargé à la kétamine, une drogue anesthésiante puissante. Désormais principale suspecte, Eva Rosière fait appel à la Brigade des Innocents pour la tirer de ce mauvais pas. La commissaire Anne Capestan, officieusement de retour de congé maternité, bébé de 18 mois sur les bras, mène les investigations aux côtés de Lebreton, l’ancien de l’IGS, Torrez le chat noir, Merlot l’ivrogne mondain, Dax le hacker génial devenu neuneu après un combat de boxe, Evrard l’accro au jeu, Levitz le fou du volant, Saint-Lô qui se prend pour un mousquetaire de Louis XIII…

vendredi 5 juillet 2019

Expo : Paradis d'Oiseaux, Ecole des Arts Joailliers Van Cleef & Arpels - Jusqu'au 13 juillet 2019



Réaliste ou stylisé, en vol ou posé sur une branche, l’exposition Paradis d’Oiseaux à l’Ecole des Arts Joailliers se consacre au motif de l’oiseau au fil d’un parcours chronologique couvrant la période de 1860 à 1960. Cet événement exceptionnel rendu possible grâce aux prêts de deux collections privées de bijoux, auxquels se sont joints les fonds patrimoniaux de la Maison Van Cleef & Arpels, fait dialoguer la création joaillière et la démarche scientifique naturaliste. Créature entre ciel et terre, l’oiseau fascine par sa beauté, sa délicatesse animale, sa vivacité mais également par la force des symboles qu’il porte sur ses ailes. Paon, hirondelle, flamant rose, canard, moineau, toucan, perroquet, du naturalisme du Second Empire jusqu’à l’abstraction des années 1960, cet ensemble représentatif ausculte l’évolution de la représentation, le développement des techniques et des savoir-faire.

jeudi 4 juillet 2019

Music : João Gilberto - Aquarela do Brasil



Brasil, meu Brasil brasileiro
Meu mulato inzoneiro
Vou cantar-te nos meus versos
O Brasil, samba que dá
Bamboleio que faz gingar
O Brasil do meu amor
Terra de Nosso Senhor
Brasil! Brasil!
Pra mim... Pra mim...