vendredi 31 août 2018

Paris : Diane, une statue signée Henry Arnold au jardin du Port de l'Arsenal - XIIème



L’agrandissement de la Diane, imaginée en 1929 par le sculpteur Henry Arnold (1879-1945), a quitté les réserves de la Ville de Paris en 1983 à l’occasion de l’inauguration du jardin du Port de l’Arsenal dont je vous parlais ici. En contrebas de la place de la Bastille, l’espace vert, aménagé en terrasses le long du bassin de plaisance, déploie des charmes dépaysants, en plein cœur de la Capitale. Exposée au bout d’une pergola ensevelie sous les plantes grimpantes, la statue en bronze à patine nuancée et signée sur la terrasse, représente une baigneuse nue accroupie. Un motif classique inspiré de la statuaire antique.

jeudi 30 août 2018

Music : Thirty Seconds to Mars ft Halsey - Love is Madness


You are insane
My desire
A violent daydream
Love, love
You are crazy
A perfect liar
Said you'd save me
Love, love

mercredi 29 août 2018

Paris : Jardin du Port de l'Arsenal, une promenade plantée au bord de l'eau, riche histoire de fossés médiévaux - XIIème



Le jardin du Port de l’Arsenal, discret espace vert accessible en contrebas de la place de la Bastille s’étend jusqu’au pont Morland. Etabli le long d’un charmant port de plaisance, hors du chaos de la ville, il s’étend, préservé des crues de la Seine par les écluses, sur le quai est de l’Arsenal sur environ un hectare. Conçu par l’architecte paysagiste Serge Eyzat et l’architecte Philippe Mathieux, il se déploie en un système de terrasses comme dans le Sud de la France le long d’une promenade plantée d’arbres, érables, arbres à soie et saules. L’alternance d’espaces ensoleillés et ombragés bordant la rive en font un lieu privilégié de flânerie très apprécié des Parisiens. Un amphithéâtre végétal, abondance de lavandes et de céanothes bleues, mène jusqu’à la pergola sur laquelle chèvrefeuilles et bignones prospèrent. Au bout des arceaux envahis de roses grimpantes, une Diane de bronze signée Henry Arnold (1879-1945) dévoile ses attraits. Sur la jetée, un café-restaurant dont l’architecture est inspirée des serres du XIXème siècle, rêve des villégiatures de bord de mer avec transats rayés de bleu et parasols idoines.  

mardi 28 août 2018

Cinéma : Burning, de Lee Chang-Dong - Avec Yoo Ah-In, Steven Yeun, Jeon Jong-seo - Par Didier Flori



Fils d’exploitants fermiers et apprenti romancier, Jongsu travaille comme livreur à mi-temps à Paju, près de la frontière avec la Corée du Nord. Lors d’une livraison, il se fait reconnaître par Haemi, une voisine de son enfance. Le jeune homme est à la fois attiré par la jeune femme et intrigué par sa personnalité extravertie. Elle lui parle bientôt de son voyage prochain en Afrique et lui demande de s’occuper de son chat pendant son absence. Lorsqu’elle l’emmène dans son appartement, Jongsu ne voit aucune trace de l’animal mais à l’initiative de Haemi ils finissent par avoir une relation sexuelle. Obsédé par la jeune femme, il attend son retour avec fébrilité mais déchante lorsqu’il la voit arriver aux côtés de Ben, un hédoniste aisé entouré de mystères.

samedi 25 août 2018

Paris : Vestiges de la Bastille, maigres reliquats d'une prison forteresse mythique



Symbole fort de la justice monarchique arbitraire mis à bas par la vindicte populaire, la prise de la Bastille le 14 juillet 1789 n’aura en réalité libéré que sept prisonniers et aucun du fait du roi. La démolition de cette prison d’Etat est ordonnée dès le 16 juillet. Sous la houlette de l’entrepreneur Pierre-François Palloy, la forteresse est démantelée en vingt-et-un mois par plus de huit cents hommes qui attaquent les murs tout d’abord à la pioche avant de raser jusqu’aux soubassements. En moins de trois ans, il ne reste plus rien de la Bastille qu’un terrain vague peu à peu grignoté par la ville en évolution. De nos jours, les très rares vestiges visibles du fort sont des reliquats des fondations découverts lors de travaux postérieurs dans les sols de la place. Si en eux-mêmes, ces témoins historiques sont assez peu spectaculaires d’autant qu’ils sont présentés dans des lieux pas exactement propices, ils n’en demeurent pas moins assez émouvants.

vendredi 24 août 2018

Paris : Bicyclette ensevelie, une oeuvre d'art monumentale et pop de Claes Oldenburg à La Villette



La Bicyclette ensevelie (Buried Bicycle) est une installation monumentale imaginée par le couple de plasticiens Claes Oldenburg et Coosje Van Bruggen. Inaugurée en novembre 1990 dans le parc de la Villette, véritable héritier des jardins d’illusion, cette réplique pop et gigantesque d’un objet du quotidien se trouve propulsée de manière inattendue dans l’espace public. Le gigantisme de cette oeuvre in sitù entre en écho avec celui de l’espace vert dessiné par l’architecte Bernard Tschumi et vaste de 55 hectares. Les divers éléments dispersés le long d’un chemin répondent au jeu de lignes et de courbes d’un vélo fractionné. Selle, pédale, roue, guidon, les quatre parties émergeant du sol disparaissent en partie dans le vert de la prairie. Oeuvre joyeuse au pouvoir évocateur, La Bicyclette ensevelie renvoie à l’univers de l’enfance et entre en écho avec le parc, lieu public de promenade, de culture et de jeu. Ce dispositif de présentation singulier qui convoque une image globale, demande au promeneur de reconstruire mentalement l’ensemble, le temps d’une déambulation entre les différents morceaux épars.

jeudi 23 août 2018

Music : Julien Clerc - Ce n'est rien


Ce n'est rien
Tu le sais bien
Le temps passe
Ce n'est rien

Tu sais bien
Elles s'en vont comme les bateaux
Et soudain
Ça revient
Pour un bateau qui s en va
Et revient
II y a mille coquilles de noix
Sur ton chemin
Qui coulent et c'est très bien

mercredi 22 août 2018

Expo : Will Ryman à la Villette, la troisième édition du Festival 100% - Jusqu'au 16 septembre 2018



Will Ryman, plasticien newyorkais né en 1969, est l’invité d’honneur à La Villette de la troisième édition du Festival 100% instigué par Didier Fusillier. Cette manifestation artistique pluridisciplinaire, grand rendez-vous de la création et de l’innovation est l’occasion pour une cinquantaine de jeunes artistes de présenter leurs œuvres à travers un panorama inédit de la création française des dix dernières années. Afin de rendre hommage au festival, ainsi que de célébrer le 35ème anniversaire de La Villette, Will Ryman a réalisé trois œuvres in sitù monumentales qui cherchent à poétiser l’espace urbain et végétal sous un ange inattendu. Plus grande exposition en extérieur de l’histoire du parc, mise en oeuvre par le commissaire d’exposition Jérôme Neutres et la Paul Kasmin Gallery, cet événement est également le plus important auquel ait participé l’artiste américain en Europe à ce jour. 

mardi 21 août 2018

Cinéma : Le monde est à toi, de Romain Gavras - Avec Karim Leklou, Isabelle Adjani, Vincent Cassel



Petit trafiquant sans envergure, François / Farès rêve d’une vie honnête avec femme et enfants, d’un pavillon avec une petite piscine. Pour échapper à son destin criminel, il met soigneusement de l’argent de côté. Il a une grande idée, celle de devenir en toute légalité le distributeur officiel de Mr Freeze au Maghreb.  Mais lorsqu’enfin pour réaliser le deal, il a besoin de ses économies qu’il a confiées à sa mère, Dany, il réalise que cette dernière a tout flambé au jeu. Cheffe d’un gang de femmes pickpockets qui se déguisent en riches épouses du Golfe pour dévaliser les boutiques de luxe, cette mère indigne aussi bling que manipulatrice fait tout pour empêcher son fils de s’émanciper. Afin de se refaire, pressé par le temps, François accepte de mener un go-fast depuis l’Espagne pour Poutine, le caïd de la cité. En compagnie de Lamya dont il est amoureux depuis toujours, d’Henri son ex-beau-père paumé qui vient de sortir de prison, des deux Mohammed, hommes de main de Poutine obnubilés par les théories complotistes, François débarque à Benidorm, station balnéaire de la Costa Blanca.

lundi 20 août 2018

Lundi Librairie : Longues peines - Jean Teulé



Longues peines - Jean Teulé : Cyril Combustat, trop qualifié, trop sensible pour le job, a choisi de devenir surveillant pénitentiaire. Mal dans sa peau, pas fait pour ce métier, il va très vite être dépassé par la réalité monstrueuse des lieux et des êtres. Dans cette prison française, le quartier des hommes fait face au quartier des femmes et les détenus échangent malgré la distance derrière leurs barreaux. Dans la cellule 203, Jacky Coutances, un gringalet fourbe, incarcéré pour le meurtre de trois de ses fiancées, s’est épris d’Elsa alias Corinne Lemonnier, une tueuse d’enfants. Elle se fait passer pour une délicate créature. Il lui fait croire qu’il est un grand blond athlétique, en se décrivant comme son compagnon de cellule Sergueï Kazmarek. Force de la nature, celui-ci est enfermé pour avoir rendu hémiplégique une jeune épousée dont le promis lui avait fait une queue de poisson. Illettré, il correspond par l’entremise de ses codétenus qui lui prêtent leur plume avec une sorte de marraine de prison. Derrière les apparences bonhommes de Pierre-Marie Poupineau, se cachent un pédophile dénoncé par ses belles-filles au décès de leur mère. Instituteur fragile dépassé par les événements, Sébastien Biche a commis l’irréparable lors d’un coup de folie. Dans le quartier des femmes, Nadège Desîles, enfermé pour le meurtre de son enfant, a décrété que le troisième barreau de la fenêtre était son mari. Depuis elle le couvre d’attentions, le nourrit, le câline et refuse que les autres prisonnières l’approche.

samedi 18 août 2018

Paris : L'homme aux semelles devant, hommage à Arthur Rimbaud de Jean-Robert Ipoustéguy [Edit 2019 : Oeuvre à découvrir port Saint Bernard, jardin Tino Rossi]



Dans les années 1980, sous l’impulsion de François Mitterrand alors président de la République, les pouvoirs publics souhaitent rendre une série d’hommage à des personnalités dans l’air du temps par le truchement de monuments commémoratifs. Ainsi voient le jour, un Hommage à Georges Pompidou, statue signée Louis Derbré ou plus tard un Hommage au capitaine Dreyfus par TIM. En 1984, le sculpteur français Jean-Robert Ipoustéguy (1920-2006) est chargé par le Ministère de la Culture et de la Mairie de Paris de célébrer Arthur Rimbaud (1854-1891). La statue, fondue dans les ateliers de la Fonderie d’art Landowski à Bagnolet, est réalisée en 1985. Cette oeuvre en bronze est inaugurée place du Père-Teilhard-de-Chardin en face de la Bibliothèque de l’Arsenal en 1988. Sculpture monumentale (hauteur 1,5 mètres, largeur 4 mètres, profondeur 2 mètres) aussi originale qu’intrigante, elle s’inscrit dans la veine des œuvres d’Ipoustéguy, alliant puissante fantaisie et force expressive. [Edit mars 2019 : La statue a été déplacée cet automne. Elle est désormais exposée au musée de la Sculpture en plein air, sur le port Saint Bernard, dont je vous parle en détails ici.]

vendredi 17 août 2018

Mes Adresses : Artisan de la Truffe Marais, la truffe dans tous ses états, les mille parfums du précieux tubercule



L’Artisan de la Truffe, après avoir inauguré deux restaurants à Paris et un établissement à Lyon, s’installe rue Rambuteau entre Marais et Beaubourg, dans une nouvelle échoppe toute embaumée des parfums de la truffe. A la fois épicerie fine et restaurant dédié au précieux tubercule, cette nouvelle adresse intimiste d’une trentaine de couverts célèbre le diamant noir sous toutes ses formes. L’Artisan de la Truffe s’est donné pour mission de rendre accessible un produit d’exception par le biais d’une gamme d’épicerie abordable que complète une offre de restauration aux tarifs plus que cléments. La truffe fraîche, célébrée au gré des saisons et des récoltes dans le monde entier de la France jusqu’à l’Australie, se fait petit luxe au quotidien à prix tout doux. Rue Rambuteau, les joies gourmandes du noble champignon s’expriment dans l’élégance de ses arômes, de l’apéritif au dessert. A la carte, l’harmonie des compositions imaginées par le chef Arnaud Vachet suggère des voluptés épicuriennes, la simplicité et la générosité d’une cuisine bienveillante.

jeudi 16 août 2018

Music : Bon entendeur / Mouloudji - L'amour, l'amour (Remix)


L'amour, l'amour, l'amour
Dont on parle toujours
Ah l'amour, c'est un printemps craintif
Une lumière attendrie, ou souvent une ruine
L'amour, l'amour, c'est le poivre du temps
Une rafale de vent, une feuillée de lune

mercredi 15 août 2018

Spectacle : Réda Seddiki - Deux mètres de liberté - Le Lucernaire



A 17 ans, Réda Seddiki a quitté l’Algérie et son village natal de Tlemcen, afin de poursuivre des études de mathématiques et de cryptographie au sein d’une prestigieuse université parisienne. La France, il en rêvait mais quand l’idéal rencontre la réalité, les désillusions sont nombreuses. Réflexions sur le monde tel qu’il est, sans pathos, ni tabou, ni démagogie, le spectacle de Réda Seddiki s’inscrit dans une mise en perspective élargi de la condition humaine observé par le prisme de sa propre histoire. Le grand jeune homme dégingandé, silhouette longiligne qui a gardé quelque chose de l’enfance, interroge le monde et propose sa vision de notre temps en interprétant un personnage lunaire et sensible qui lui ressemble comme deux gouttes d’eau. Et c’est grâce à cette part autobiographique que l’humoriste parvient à questionner la capacité de chacun à accepter l’autre qui débute par celle qui consiste à s’accepter soi-même.

lundi 13 août 2018

Lundi Librairie : No smoking - Will Self



No smoking - Will Self : Tom Brodzinsky, en vacances avec femme et enfants sur une île continent aux mesures anti-tabac draconiennes, décide d’arrêter de fumer. Accoudé au balcon de son hôtel, il savoure une dernière cigarette en rêvant à l’homme nouveau qu’il deviendra. Tout à ses bonnes résolutions, il jette négligemment son mégot dans le vide. Celui-ci atterrit sur le crâne du voisin du dessous, Reginald Lincoln, un Anglo-saxon sexagénaire marié à une jeune indigène pas commode. Cet acte anodin va le plonger dans un véritable cauchemar kafkaïen. Embringué dans un imbroglio judiciaire, il doit s’en remettre aux lois tribales improbables et tenter de suivre les instructions incompréhensibles de l’administration. Tom est accusé de tentative de meurtre sur la personne de Reginald. Il ne peut plus quitter le pays et se voit soumis à une surveillance étroite le temps de l’instruction criminelle. Tom est condamné par la tribu des Tayswengos à laquelle appartient la femme de la victime, à verser des dommages et intérêt en main propre à l’autre bout du pays. Débute alors un road trip halluciné à travers les paysages grandioses et inquiétants, rythmé par les rites initiatiques ancestraux et les attentats des tribus rebelles. Arrêter de fumer peut être très dangereux.

vendredi 10 août 2018

Expo : Willy Ronis par Willy Ronis - Pavillon Carré de Baudouin - Prolongation jusqu'au 2 janvier 2019

Les amoureux de la Bastille - Willy Ronis - 1957

Neuf ans après le décès du photographe Willy Ronis (1910-2009), une exposition événement, gratuite, célèbre ce poète du quotidien, cet humaniste engagé. Au Pavillon Carré de Baudouin, au cœur de Ménilmontant qui avec Belleville fut son quartier de prédilection, cette grande rétrospective présente près de 200 tirages réalisés entre 1926 et 2002 issus d’une sélection réalisée par Ronis lui-même et accompagnés de ses commentaires soigneux. En 1995, il a alors 85 ans, Willy Ronis plonge dans ses archives et compose à partir de son fond photographique une série de six albums, qu’il considère comme l’essentiel de son oeuvre, une sorte de testament photographique. Les 590 clichés révèlent le portrait intimiste de la société par le prisme d’une vision poétique, un regard empathique. Si l’ordinaire du quotidien vu par Willy Ronis est charmant, le photographe sait également saisir la dureté d’une époque et du monde du travail, les luttes ouvrières. Le regard qu’il porte sur l’instant, l’intimité, est au service d’un engagement social. L’accrochage en noir et blanc ne présente qu’une partie des six albums. La totalité de la sélection est en revanche consultable sur des tablettes qui permettent un affichage sur des grands tableaux numériques accrochés au mur tandis qu'une série de vidéos et de films ponctuent le parcours. 

jeudi 9 août 2018

Music : Eels - Today is the day


Today is the day that I chuck
Everything I thought out the door
Today is the day I ask myself
What the hell was I living for, that's right

Today is the day it starts right here
Don't gotta thing to worry about now
Today is the day it starts right here

mercredi 8 août 2018

Mes Adresses : (V)ivre Canal Saint Martin, le nouveau bistrot tradi réinventée de Caroline Savoy et Bruno Blain - Paris 10



Inauguré début juillet dans le quartier du Canal Saint Martin, (V)ivre, deuxième du nom après celui ouvert du côté de l’Opéra, a emprunté son joli patronyme, qui sonne comme une invitation, à celui d’un album du jazzman français Henri Texier. Ce nouvel établissement imaginé par Caroline Savoy, fille du chef triplement étoilé Guy Savoy, et son compagnon Bruno Blain, se veut lieu de vie et de partage. En proue de ce beau navire, gastronomie et convivialité suggèrent de se faire plaisir autour d’un bon repas. Le restaurant (V)ivre Canal Saint Martin s’inscrit dans une philosophie du bien manger qui s’y ancre avec souplesse. Il s’agit pour cela de sélectionner avec exigence des produits que la brigade travaillera afin de réaliser des assiettes de qualité, et cependant accessibles. Troussées dans l’esprit terroir et tradition des plats familiaux, celles-ci racontent de belles histoires, celles des hommes et des femmes, les producteurs, les petits artisans avec lesquels Caroline Savoy et Bruno Blain travaillent.

mardi 7 août 2018

Cinéma : Under the Silver Lake, de David Robert Mitchell - Avec Andrew Garfield, Riley Keough, Topher Grace



A trente-trois ans, Sam a laissé filer ses rêves à Los Angeles, la ville du cinéma. Résigné, désenchanté, il passe ses journées à boire des bières et fumer des joints tandis qu’il espionne aux jumelles son voisinage et plus précisément les jeunes aspirantes actrices de la résidence de Silver Lake où il habite. Milieu en marge, vie d’expédients, rares cachets, sous le glamour des fêtes branchées en rooftop, cette jeunesse a perdu ses illusions. Les adeptes de la théorie du complot se multiplient. Dans le quartier, la présence d’un tueur de chiens intensifie la paranoïa. Sam s’amourache alors d’une nouvelle venue en quête de gloire, Sarah. Mais la blonde sexy disparaît inexplicablement. Les signes cabalistiques laissés sur le mur de son appartement poussent Sam à se lancer dans une enquête qu’il mène à travers les vapeurs de substances diverses plutôt que de se préoccuper de son avis d’expulsion. 

lundi 6 août 2018

Lundi Librairie : Les secrets de Paris - Clémentine Portier-Kaltenbach



Les secrets de Paris - Clémentine Portier-Kaltenbach : Recueil de chroniques parues dans le supplément Paris du Nouvel Obs, Les secrets de Paris sont une véritable invitation à la flânerie, livre en main, nez au vent. En compagnie de Clémentine Portier-Kaltenbach, historienne, journaliste et pour notre plus grand plaisir vulgarisatrice d’un savoir érudit, le lecteur s’embarque dans un voyage à travers la ville et les époques. Il découvre la face cachée de cette cité et retrace sa mémoire intime par le biais d’anecdotes savoureuses, souvent oubliées voire méconnues qui ont fait la petite histoire et aussi la grande. Le succès de la première édition sortie en 2012, suivie d’une édition de poche à glisser dans son sac, a été complété par celui d’une édition prestige enrichie de nombreuses illustrations façon coffee table book. Arpentant les quartiers d’une ville familière, l’auteur nous invite à emprunter les chemins de traverses, à humer l’insolite, à explorer la véritable âme de la capitale.

jeudi 2 août 2018

Music : Bob Sinclar ft Raffaella Carra - Far l'amore


Ah ah ah ah a far l'amore comincia tu 
Ah ah ah ah a far l'amore comincia tu... 

Se lui di porta su un letto vuoto 
il vuoto daglielo indietro a lui 
fagli vedere che non è un gioco 
fagli capire quello che vuoi