mardi 31 juillet 2018

Cinéma : Contes de juillet, de Guillaume Brac - Avec Miléna Csergo, Lucie Grunstein, Jean Joudé - Par Didier Flori



Juillet 2016. Vendeuse dans un grand magasin, Lucie craque après avoir subi encore une fois le mépris d’une cliente. Elle se confie à sa collègue Milena et le lendemain, les deux jeunes femmes se retrouvent pour passer le dimanche à la base de loisirs de Cergy-Pontoise. Le même été, le jour de la fête nationale, Hanne se réveille sous le choc à la maison de Norvège de la Cité Universitaire. Elle découvre son ami Andrea, qu’elle avait autorisé à dormir dans sa chambre, en train de se masturber en la regardant endormie…

vendredi 27 juillet 2018

Rediff : Paris : Ancien atelier des Peignes A. Mermet - 35 rue Clavel - XIXème



Bien qu’ancienne, la rue Clavel située à proximité des Buttes Chaumont garde peu de traces de son histoire. La plupart des constructions qui la bordent sont très récentes. Créée avant 1730, elle est alors un chemin emprunté par les meuniers pour accéder aux moulins de la Butte Chaumont, le moulin du Coq et le moulin de la Bruyère. En 1812, le chemin des Moulins devient la rue des Moulins puis en 1868 prend le nom du Général de Brigade Pierre Clavel (1773-1843) qui défendit Belleville contre les troupes autrichiennes et russes lors de la Campagne de France en 1814. Les promoteurs immobiliers ayant oeuvré, elle manque aujourd’hui de charme. Cependant, il s’y trouve encore la trace d’une activité artisanale typique de ce que fut ce quartier populaire au début du XXème siècle. Au numéro 35, un singulier petit pavillon vétuste attire le regard grâce à son enseigne à tessons, une mosaïque bleu et jaune annonçant Peignes A. Mermet.

jeudi 26 juillet 2018

Music : Depeche Mode - I feel you


I feel you
Your sun it shines
I feel you
Within my mind
You take me there
You take me where
The kingdom comes
You take me to
And lead me through Babylon

mercredi 25 juillet 2018

Rediff : Paris : L'Oiseau Lunaire de Joan Miró - 45 rue Blomet - XVème



Jardin paisible où cavalent les enfants du quartier, le square du 45-47 rue Blomet a été ouvert en 1969. Il déploie ses minces allées poudreuses rehaussées de verdure sur 4200 m2. Rebaptisé square de l’Oiseau Lunaire en juin 2010 en référence à la statue de bronze offerte à la Ville de Paris par Joan Miró et placée dans le parc en 1974. Par ce geste, l’artiste a voulu rendre hommage à son ami le poète Robert Desnos déporté par les Nazis en 1944 et mort du typhus, en juin 1945, un mois après la libération du  camp de Theresienstadt en Tchécoslovaquie. Bac à sable et aire de jeux ont remplacé une grande bâtisse ceignant une vaste cour arborée où naquit le surréalisme. Les anciens ateliers d’artistes détruits au début des années 50 racontent encore leur histoire à travers la sculpture intrigante qui amuse fort les gamins. 

lundi 23 juillet 2018

Lundi Librairie : Les plus jolies fautes de français de nos grands écrivains - Anne Boquel et Etienne Kern



Les plus jolies fautes de français de nos grands écrivains - Anne Boquel et Etienne Kern : "Les fautes des autres, c’est toujours réjouissant" disait André Gide. Plongée malicieuse dans l’histoire de la langue et de la littérature, Les plus jolies fautes de français de nos grands écrivains se déploie en un florilège réjouissant qui désacralise les maîtres du verbe, humanisant les plus érudits, les plus doctes de nos littérateurs. A travers ce recueil amusant, Anne Boquel et Etienne Kern, professeurs de lettres, ont rassemblé les plus belles perles, petites étourderies et grosses bévues, de la fine fleur de nos écrivains. Dénichant les pépites inopinées, les bévues des plus belles plumes, ces archéologues de la langue ont fouillé le patrimoine. Voltaire, Chateaubriand, Balzac, Hugo, Stendhal, Zola, Rimbaud, Proust, Rimbaud, Proust, Gide, Claudel, Camus, Mauriac, Céline, leurs coquilles les plus cocasses sont compilées avec humour et bienveillance, l’occasion pour nous de réviser les règles de la langue et célébrer la liberté de l’écriture.

samedi 21 juillet 2018

Rediff : Paris : Le plus vieil arbre de Paris, le robinier du square René-Viviani, sentinelle insolite, témoin du temps qui passe - Vème



Au cœur du quartier Latin, haut lieu touristique de Paris, le square René-Viviani du nom d’un avocat et homme politique français, député socialiste cofondateur en 1904 du journal l’Humanité avec Jean Jaurès, offre depuis le quai de Montebello une vue imprenable sur Notre-Dame. Au fond du jardin se dresse l’Eglise Saint-Julien-le-Pauvre, parmi l'une des doyennes de Paris. Mais la star incontestée du lieu est un étrange arbre penché recensé comme le plus vieil arbre connu et identifié de la Capitale. Ce robinier ou faux-acacia  a été planté en 1601 par Jean Robin arboriste du roi Henri IV, directeur du Jardin des Apothicaires devenu depuis le Jardin des Plantes. Il fête cette année ses 412 ans. 

jeudi 19 juillet 2018

Music : Julien Déniel - Jean Rochefort


J’ai le moral à zéro
Un caillou dans ma chaussure
Je n’attends rien aujourd’hui
Peut-être une ou deux factures

Ils le disent à la télé
Les soirs de présidentielles
Quand on reçoit sur la gueule
Beaucoup plus lourd que le ciel

mercredi 18 juillet 2018

Spectacle : Frédérick Sigrist - Tout le monde croit que je suis un mec bien - Le Funambule Montmartre



Humoriste, chroniqueur sur France Inter dans la Bande originale de Nagui, Frédérick Sigrist s’allonge sur le divan du psy pour s’auto-analyser dans un seul en scène caustique illustré par les dessins complices de Bauer. Auscultant ses travers personnels qui se révèlent tout à fait universels, le quadragénaire fait le point sur ses propres contractions, décortique l’époque et ses paradoxes par le prisme de sa propre expérience. Depuis qu’il est père de deux enfants, Frédérick Sigrist perçoit notre société différemment. Cette vision bouleversée le pousse à un examen de conscience acide, décalé, volontiers cocasse teinté d’une bonne dose d’auto-dérision. Satire cathartique, introspection salutaire Tout le monde croit que je suis un mec bien est un one-man-show aussi caustique que jubilatoire.

mardi 17 juillet 2018

Cinéma : The Guilty, de Gustav Möller - Avec Jakob Cedergren, Jakob Ulrik Lohmann, Laura Bro - Par Didier Flori



Sanctionné pour une faute commise lors d’une patrouille, Asger est obligé de travailler dans un centre d’appel d’urgences. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il est loin de compatir avec ses interlocuteurs ; il fait la leçon à un drogué en état d’overdose, ou laisse intentionnellement dans l’attente un client qui s’est fait voler par une prostituée. Le policier a hâte de revenir sur le terrain, et il le fait savoir. Frustré d’être réduit à l’inaction, il s’attend à une soirée sans grand intérêt mais bientôt, un appel au secours laconique va le pousser à s’investir pleinement, peut-être plus que de raison.

lundi 16 juillet 2018

Lundi Librairie : Champagne Billecart-Salmon, deux siècles d'aventures - Yves Tesson



Champagne Billecart-Salmon, deux siècles d'aventures - Yves Tesson : Beau livre anniversaire frappé de l’élégant logo minimaliste liant le B et le S, Champagne Billecart-Salmon, deux siècles d’aventures célèbre le bicentenaire d’une maison indépendante, l’une des rares qui appartienne encore à la famille fondatrice. Yves Tesson historien spécialiste du champagne, docteur de l’Université Paris-Sorbonne, s’est penché sur le destin des sept générations Billecart-Salmon qui depuis 1818 perpétuent un savoir-faire précieux. La devise de la maison « Privilégier la qualité, viser l’excellence » exprime cette passion courageuse, cette quête portée par une belle intuition, cette audace dans l’élaboration de nouvelles méthodes de vinification qui ont fait la réputation de Billecart-Salmon. En dix-huit anecdotes, Yves Tesson retrace la légende familiale sur deux-cent ans au fil d’une véritable épopée peuplée de grands personnages confrontés aux défis de leur époque. Cet ouvrage riche en documents rares, en belles photographies rappelle sans cesse le cœur du métier, la passion du champagne et le travail délicat de l’œnologue. Histoire de modernité, d’exigence, récit inspirant, Champagne Billecart-Salmon, deux siècles d’aventures comblera les amoureux de la maison.

samedi 14 juillet 2018

Paris : La Grisette de 1830, incarnation du vieux Paris populaire, statue de Jean-Bernard Descomps - XIème



La Grisette de 1830, figure anonyme du vieux Paris populaire, sourit aux passants au croisement du boulevard Jules Ferry et de la rue du Faubourg du Temple, là où le canal Saint Martin, souterrain depuis 1906 entre la Bastille et cet embranchement, réapparaît à la surface. Au bout du square Jules Ferry qui ferme la promenade plantée le long du boulevard, cette statue est l’oeuvre de Jean-Bernard Descomps (1872-1948), élève d’Alexandre Falguière (1831-1900), qui s’est illustré dans les styles Art nouveau et Art déco. L’installation de la Grisette en son square n’a pas été sans souci. En 1910, le terre-plein est réaménagé à la suite des travaux de recouvrement. Dans le square Jules Ferry tout neuf, un kiosque à musique est ajouté. La statue de la grisette, dont le modèle a été présenté par Jean-Bernard Descomps en 1909 au Salon, est réalisée en 1911 afin d’en orner l’extrémité. Placée exactement sur le tracé du désormais souterrain canal Saint Martin, son poids est tel qu’il risque d’entamer la solidité de la voûte. Il est alors nécessaire de renforcer les assises de la construction récente. Depuis, la Grisette de 1830 veille sur une circulation des véhicules qui a terriblement évolué.

vendredi 13 juillet 2018

Expo : Doze Green, Transmissions (Future, Recollections) - Galerie Openspace - Jusqu'au 28 juillet 2018



Les racines de la culture hip hop née dans le Bronx s’inscrivent au croisement des arts, là où se rencontrent musique, danse, graphisme et finalement muralisme. Graffeur historique de la scène new-yorkaise des années 1970-80, membre fondateur du Rock Steady Crew, Doze Green assume ce riche héritage avec panache. Artiste-citoyen dont la vision est portée par un sentiment altermondialiste profond, il est passé de la rue à la toile tout en développant une intense réflexion sociale. Ses oeuvres empreintes d’une forte dimension politique prolonge son engagement - comme son soutien auprès des Amérindiens dans leur lutte contre le pipeline du Dakota du Nord, ou plus généralement la protection de la nature. La troisième exposition de Doze Green à la galerie Openspace, Transmissions (Future, Recollections), ausculte le monde contemporain ultra-connecté tel qu’il est pour mieux dénoncer ses dysfonctionnements.

jeudi 12 juillet 2018

Music : Delgres - Mr President


Misié pwézidan
Ou entélijan
Fo ou espliké mwen sa ki ka pasé
Misié pwézidan
Séw ka gouvèwné
Fo espliké mwen pou ki rézon nou ka goumé

mercredi 11 juillet 2018

Théâtre : Darius, de Jean-Benoît Patricot - Avec Clémentine Célarié, Dominique Pinon - Comédie des Champs Elysées



Darius, dix-neuf ans, est atteint d’une maladie neurodégénérative qui peu à peu le prive de tous ses moyens. Lui qui aimait tant voyager est aujourd’hui cloué dans un fauteuil, aveugle, ne pouvant plus communiquer que par le toucher. Il lui reste aussi l’odorat. Claire, sa mère, chercheuse au CNRS, a une intuition. C’est par ce sens, sa puissance d’évocation, qu’elle va permettre à son fils de vivre une dernière aventure lointaine. Elle prend contact avec Paul, un grand parfumeur, le seul nez capable de retranscrire par les fragrances les lieux et les souvenirs. Mais ce dernier, retiré du monde après le décès de son épouse, a renoncé à la création, incapable de surmonter son deuil. S’il refuse tout d’abord d’apporter son aide à Claire, le projet fou de cette mère courage va le séduire comme un merveilleux défi olfactif. Ensemble, ils récréent les senteurs de Rochefort sous la pluie, l’odeur du métro parisien, l’émotion des parfums de Rome.

mardi 10 juillet 2018

Cinéma : Dogman, de Matteo Garrone - Avec Marcello Fonte, Edoardo Pesce, Alida Baldari Calabria - Par Didier Flori



Attention chien méchant ! On n’a pas vraiment envie de s’approcher de l’American Bully qui aboie avec férocité face caméra. Marcello doit pourtant le laver, et progressivement parvient à dompter la bête, avec un calme impressionnant. Toiletteur dans une banlieue déshéritée, il communique sa douceur à des animaux qu’il appelle ses "amours". Complice avec sa jeune fille, il s’entend bien avec les commerçants des boutiques voisines. Mais ces derniers s’inquiètent de plus en plus du comportement de Simone, une brute épaisse que personne ne semble en mesure de contrôler. Il oblige Marcello à lui fournir de la drogue, et le recrute un soir à son corps défendant comme chauffeur d’un cambriolage.

lundi 9 juillet 2018

Lundi Librairie : L'Idéal / Au secours pardon - Frédéric Beigbeder



L'Idéal / Au secours pardon - Frédéric Beigbeder : Dans le confessionnal d’un prêtre orthodoxe, Octave Parango se confie. Transfuge de la pub, après la prison, après la télé, il se fait oublier. Le quadragénaire désenchanté s’est reconverti en talent scout, chercheur de jolies têtes, dénicheur de futurs mannequins pour des agences avides de chair fraîche. Et pour cela il s’est établi à Moscou car en Russie « la beauté est un sport national ».  Fête, alcool, drogue, nihilisme, il mène grand train grâce à ses amis, mafieux russes et oligarques sulfureux, pour qui il lui arrive d’accepter de jouer les rabatteurs. Abruti par cette vie facile de débauche, Octave accepte la mission que lui confie L’Idéal, le plus grand groupe de cosmétiques au monde. Il est chargé de découvrir la nouvelle égérie de la marque phare, visage de l’innocence, le plus jeune possible. Il faut bien imposer la tyrannie de la jeunesse pour vendre des crèmes anti-rides. Octave se lance dans une quête sous influence jusqu’au fin fond de la Russie. Lors d’une de ses escales, il croise Lena, quatorze ans, adolescente de Saint Pétersbourg qui pourrait bien être ce visage inédit. Fou amoureux, il se découvre au fil de cette relation platonique une âme de romantique.

samedi 7 juillet 2018

Paris : La plus vieille horloge publique de Paris, belle mécanique au palais de la Cité et restauration de la Tour de l'Horloge - Ier



La plus ancienne horloge publique de Paris, commandée par Charles V (1338-1380) vers 1371, orne toujours l’une des tours du Palais de la Cité, à l’angle du boulevard du Palais et du quai de l’Horloge. Remaniée à de nombreuses reprises, cette délicate mécanique, a subi depuis sa création des restaurations plus ou moins heureuses. Lors de la grande campagne de restauration de la tour de l’Horloge datant de 2011-2012, un soin particulier a été apporté à la réhabilitation de l’horloge afin qu’elle retrouve un état conforme au plus vieux document présent dans les archives de la BNF. Couleurs passées, dorures et argentures très dégradés, symboles devenus illisibles, sculptures - originellement signées Germain Pilon - abîmées, l’ensemble s’est vu restituer l’aspect du XVIIème siècle. Pour cela, les équipes se sont appuyées sur un descriptif précis de la grande restauration de 1852 qui a permis de reconstruire les décors tels qu’ils étaient en 1686, notamment le fond bleu semé de fleur de lys. Un peu d’histoire si vous le voulez bien.

vendredi 6 juillet 2018

Paris : Lorànt Deutsch imagine deux nouveaux itinéraires audioguidés à travers la ville pour ParisCityVision



Spécialiste des circuits touristiques, ParisCityVision propose tout une gamme de visites guidées, audioguidées, excursions à pied, en voiture, en bus ou encore croisières. Afin de découvrir les secrets de Paris, deux nouveaux itinéraires, autour du Palais de la Cité, et de Notre-Dame, ont été imaginés en collaboration avec le comédien et écrivain Lorànt Deutsch. Passionné par l’Histoire, il est l’auteur de livres à succès, la série Métronome, dont le premier tome s’est vendu à plus de 2 millions d’exemplaires. Ces livres sont depuis devenus une série documentaire. Lorànt Deutsch, en véritable passeur d’histoires, a puisé dans ses réserves d’anecdotes afin de créer deux parcours autour des monuments incontournables et des lieux méconnus de l’île de la Cité, berceau de la ville actuelle. Endossant avec enthousiasme le rôle de guide touristique, cet ambassadeur de luxe prête sa voix aux commentaires de l’audioguide. Ce type d’escapades urbaines alternatives est destinée à une nouvelle clientèle plus autonome et notamment les personnes connaissant déjà Paris qui souhaitent découvrir la ville sous un angle insolite.

jeudi 5 juillet 2018

Music : Dominique A - Toute latitude


Oh comme ça cognait
Phébus à bloc
On s’abritait dans la forêt
Mille sentiers nous parcouraient
Mille odyssées à notre porte
Les cohortes d’ennui filaient
On le savait, elles reviendraient

mercredi 4 juillet 2018

Théâtre : La révolte, de Villiers de L'Isle Adam - Avec Julie-Marie Parmentier, Olivier Cruveiller - Théâtre de Poche Montparnasse



Tard le soir, dans le salon bourgeois de Félix, riche banquier du Second Empire, Elisabeth, son épouse soumise et consciencieuse termine les comptes. Celui-ci commente la journée, envisage l’éviction de locataires indigents qui ne sont plus capables de payer leur loyer, se demande s’il ne va pas réserver une soirée au théâtre et surtout se félicite du travail impeccable d’Elisabeth grâce auquel la fortune familiale a triplé en quelques années. Aveuglé par son autosatisfaction, tout occupé à se congratuler de la bonne marche des affaires, il ne voit pas venir le coup. Elisabeth lui annonce soudain qu’elle le quitte. Leur existence commune lui est insupportable. Elle étouffe dans cette vie étriquée et rêve d’absolu, de poésie et afin de vivre cela elle est prête à abandonner jusqu’à son enfant. Stupeur de Félix, récriminations, incompréhension.

mardi 3 juillet 2018

Cinéma : Joueurs, de Marie Monge - Avec Tahar Rahim, Stacy Martin - Par Didier Flori



Ella mène une vie sans grand relief, gérant un bar restaurant aux côtés de son père. Alors qu’elle contrôle les stocks, elle surprend Abel, postulant serveur, qui s’est introduit dans les lieux et s’est mis au travail de son propre chef. Malgré ses appréhensions, elle est séduite par l’aplomb du candidat et lui donne sa chance. Son essai au premier service est probant mais la jeune femme déchante lorsqu’il prend de l’argent dans la caisse alors qu’elle s’apprête à fermer le restaurant. Il l’entraîne bientôt dans un cercle de jeux où il l’encourage à participer. L’adrénaline des jeux d’argent et le charme d’Abel ne tardent pas à griser Ella.

lundi 2 juillet 2018

Lundi Librairie : Auprès de moi toujours - Kazuo Ishiguro



Auprès de moi toujours - Kazuo Ishiguro : Kathy, trente-et-un ans, est accompagnante, entre l’infirmière et la dame de compagnie, auprès de mystérieux malades, des donneurs. Elle parcourt le pays sans attaches, dort dans des hôtels anonymes, ne semble pas avoir de vie propre. Elle se souvient avec nostalgie de son enfance aux côtés de Ruth et Tommy. Elèves à Hailsham, une école modèle perdue dans la campagne anglaise, ces adolescents sans parents ont grandi entourés de leurs professeurs, qu’ils appelaient leurs gardiens, protégés du monde extérieur. Ruth est alors à la tête d’un petit groupe de filles qui se prétendent plus affranchies qu’elles ne le sont vraiment. Tommy est un jeune garçon ombrageux qui pique des colères inexpliquées. Kathy s’attache à l’une, s’éprend de l’autre mais c’est Ruth qui sort finalement avec Tommy. Adolescence sans nuage, gamins insouciants, ils reçoivent une éducation centrée sur les arts et l’expression de soi. Néanmoins le calme et la douceur de vivre ne pourraient faire oublier, même s’ils ignorent alors tout de leur véritable nature, qu’ils sont des êtres à part à la destinée toute tracée.