jeudi 31 mai 2018

Music : Arctic Monkeys - Four out of Five


Advertise in imaginative ways
Start your free trial today
Come on in, the water's lovely
Look, you could meet someone you like
During the meteor strike
It is that easy
Lunar surface on a Saturday night
Dressed up in silver and white
With coloured old grey whistle test lights

mercredi 30 mai 2018

Expo : Roman Cieslewicz, la fabrique des images - Musée des Arts Décoratifs - Jusqu'au 23 septembre 2018



Figure majeure de l'art visuel, artiste essentiel de la scène graphique de la seconde moitié du XXème siècle, Roman Cieslewicz (1930-1996) aura marqué de son empreinte la refonte des arts graphiques et de la communication visuelle entamée dans les années 1960/70. Publicité, édition, illustration, il confronte les signes graphiques, reflets de notre monde, par le prisme une prise de conscience politique qui fait toute sa singularité. Vogue, Elle, dans les années 1970, il travaille pour les grands noms de la presse en parallèle de travaux personnels plus engagés. Porté par l'acuité d'un regard net et critique, Roman Cieslewicz détourne les symboles du pouvoir afin de se les réapproprier par le biais d'un travail très codé parcouru de fulgurances. La clarté de ses créations, leur épure manifeste, leur poésie sans concession sont au service d'un discours percutant, pas exempt d'humour. Sa notoriété dépasse rapidement les frontières nationales. Aujourd'hui, son oeuvre protéiforme continue d'inspirer et d'influencer designers et graphistes. La rétrospective qui lui est consacrée au Musée des Arts décoratifs de Paris propose de décrypter son héritage, sa manière de travailler, son engagement politique, en soulignant son point de vue sur le monde et ce que doit son intégrité graphique à cet œil unique.

mardi 29 mai 2018

Cinéma : Une année polaire, de Samuel Collardey - Avec Anders Hvidegaard, Asser Boassen - Par Didier Flori



Jeune enseignant de vingt-huit ans, le Danois Anders Hvidegaard ne fait pas le choix de la facilité pour sa première année d’exercice. Non seulement il décide de partir pour le Groenland, mais alors qu’on lui propose un poste dans une grande ville, il lui préfère celui dans le petit village isolé de Tiniteqilaaq. Motivé par l’envie de s’éloigner de la ferme familiale, Anders se lance à la hâte dans une aventure humaine très éloignée de ce qu’il pouvait imaginer. Pas évident de s’intégrer dans une communauté de quatre-vingt Inuits lorsqu’on ne parle même pas leur langue…

lundi 28 mai 2018

Lundi Librairie : Mon frère - Daniel Pennac



Mon frère - Daniel Pennac : Dans un récit intime poignant, Daniel Pennac évoque avec sensibilité, Bernard, son aîné de cinq ans, mort à la suite d'une erreur médicale en 2007.  "Pour silencieux qu’il fût, c’est ce frère qui m’apprit à parler. Et d’ailleurs à lire, plus tard, les romans qu’il aimait. Donc à écrire." Mentor en littérature avec lequel il a partagé une chambre jusqu'à ses 11 ans, réconfort du jeune cancre désespéré par ses résultats scolaires, partenaire de parties d'échecs durant lesquelles il ne fallait surtout pas gagner, Bernard aura transmis à Daniel le goût de la lecture et de la dérision, le sens de la formule. 

samedi 26 mai 2018

Théâtre : Le Maître et Marguerite, d'après Mikhail Boulgakov, adapté par Igor Mendjisky - Théâtre de la Tempête



Le diable se promène sur la terre. A Moscou en 1930, sous les traits humains de Woland, il donne des séances de magie noire en compagnie d'une troupe inquiétante composée de Fagoto, de la sorcière Hella, du tueur Azazello et d'un chat qui parle. Il prédit à Berlioz, chef de file de la scène littéraire moscovite qu'il mourra la tête tranchée. Plus tard dans la journée, Berlioz est victime d'un accident fatal. Il chute sur les rails d'une ligne de tramway et se fait couper la tête par une rame. Ivan, un jeune écrivain qui a assisté à la prédiction veut donner l'alerte et dénoncer la cohorte de Woland afin de révéler son caractère démoniaque. Mais il est interné dans un hôpital psychiatrique où il fait la connaissance du Maître, écrivain également, rendu fou par l'insuccès de son dernier ouvrage. Désespéré par le rejet de son roman au sujet de Ponce Pilate et Jésus, le Maître l'a jeté au feu. Se détournant de l'amour de Marguerite, il a renoncé au monde.

jeudi 24 mai 2018

Music : Prodigy - Smack My Bitch Up


Change my pitch up
Smack my bitch up
Change my pitch up
Smack my bitch up
Change my pitch up
Smack my bitch up
Change my pitch up
Smack my bitch up
Smack my bitch up

mercredi 23 mai 2018

Expo : Subodh Gupta, Adda / Rendez-vous - Monnaie de Paris - Jusqu'au 26 août 2018



Figure majeure de l'art contemporain, le plasticien Subodh Gupta fait l'objet à la Monnaie de Paris de sa première exposition monographique en France. Une trentaine de pièces inspirées par le concept de ready-made de Duchamp illustrent le travail de l'artiste, célèbre pour ses sculptures en métal et plus particulièrement ses accumulations d'ustensiles de cuisine, véritables performances techniques. Ces amoncellement d'objets du quotidien détournés de leur fonction première et devenus oeuvre d'art par la seule volonté de l'artiste sont marqués dans leur essence par l'intérêt particulier de Subodh Gupta pour la spiritualité et la politique. Sa vision très personnelle, hautement métaphorique du quotidien interroge la place du rituel dans la vie de tous les jours. Les nombreux codes qu'il a développés évoquent la dualité, les paradoxes de l'Inde dont la société est scindée par de puissants clivages. Industrie et artisanat, ruralité et vie urbaine, tradition et modernité, l'artiste questionne les stéréotypes afin d'aborder le champ social différemment, les questions notamment de déplacement des populations, de l'exil. Il mêle sa propre histoire à celle de son pays, à celle encore élargie du monde ponctuant ses installations de références critiques à l'histoire de l'art contemporain.

mardi 22 mai 2018

Cinéma : Senses, de Ryusuke Hamaguchi - Avec Sachie Tanaka, Hazuki Kikuchi, Maiko Mihara - Par Didier Flori



Sur une colline de Kobe, Akari, Fumi, Jun et Sakaruko, quatre femmes d'une quarantaine d'années, se retrouvent pour un déjeuner. Le temps est pluvieux, mais les amies sont tout à la joie d’être ensemble, échangeant des compliments sur leurs plats qu’elles reçoivent rarement d’ordinaire. Elles évoquent l’idée d’une excursion prochaine à des sources chaudes pour un week-end, sous réserve de l’accord de leurs maris. En attendant, Fumi leur propose de participer à un atelier qu'elle organise dans un centre culturel de la ville, animé par un artiste en résidence.

lundi 21 mai 2018

Lundi Librairie : Lolito - Ben Brooks



Lolito - Ben Brooks : Durant les vacances, Etgar, quinze ans, est livré à lui-même alors que ses parents sont allés rendre visite à l'oncle Michael. Sa seule mission est de garder en vie, Amundsen, le chien, en le promenant et en le nourrissant. Etgar est déprimé parce que sa petite amie, Alice est également loin, à Antigua. Alors qu'il s'ennuie, il pirate le compte Facebook de celle-ci et se fait passer pour la jeune fille auprès de ses copines afin de tirer au clair une histoire de garçon plus âgé et tatoué. Il trouve la preuve de son infidélité et s'envoie en douce toutes les bouteilles d'alcool de ses parents pour se remonter le moral. Il s'inscrit aussi sur un forum pour adultes où il prétend être un agent en assurance de vingt-six ans. Etgar ne tarde pas à rencontrer virtuellement Macy, une mère célibataire de trente-six ans aussi paumée que lui qui ne se doute pas qu'elle est en train de tomber sous le charme d'un adolescent. 

jeudi 17 mai 2018

Music : Brigitte - Opium




Dans le port de Saïgon gong
Est une jonque chinoise
Mystérieuse et sournoise
Qu'on ne connait pas le nom

Et le soir dans l'entrepont
Quand la nuit se fait complice
Les Européens se glissent
Cherchant des coussins profonds

mercredi 16 mai 2018

Cinéma : Manhattan Stories, de Dustin Guy Defa - Avec Abbi Jacobson, Michael Cera, Tavi Gevinson



New York en automne, la ville a des accents d'éternité, celle des films de Woody Allen. Benny qui collectionne les vinyles rares et les chemises hawaïennes vient d'apprendre par son revendeur favori qu'un particulier souhaite céder une édition rare d'un disque de Charlie Parker. Mais son colocataire, Ray est dans un sale état. Après une dispute avec sa petite amie, il a publié des photos d'elle nue sur internet et ne sait plus comment rattraper son imbécillité. Claire, toute jeune stagiaire dans un quotidien passe son premier jour aux côtés de Phil, journaliste d'investigation aux méthodes se rapprochant de celles des tabloïds, à enquêter sur la mort d'un homme retrouvé une balle dans le crâne. Jimmy, un vieil horloger pourrait bien détenir malgré lui la solution de ce mystère. Wendy l'étudiante misanthrope affirme avec conviction sa détestation du monde, déjà désabusée. Mais elle est troublée par les sentiments naissants à l'égard de sa meilleure amie. 

lundi 14 mai 2018

Lundi Librairie : La folle du logis - Rosa Montero



La folle du logis - Rosa Montero : Romancière, journaliste, essayiste, Rosa Montero s'interroge sur les rapports avec ce que Sainte Thérèse d'Avila appelait la folle du logis, c'est à dire l'imagination. "Etre romancier, c'est cohabiter harmonieusement avec la cinglée du dernier étage". Texte jubilatoire qui mêle l'autofiction, l'autobiographie romancée à l'essai pointu, ce récit interpelle l'essence même du romancier, cette expérience de la création littéraire, enfance perpétuelle du toujours possible, du "et si" infini. De ses expériences personnelles à celles de ses auteurs fétiches, Rosa Montero ausculte l'inattendu, sonde avec tendresse et curiosité les créateurs de cet art qui valse si souvent avec la déraison. "Dans la courte nuit de la vie humaine, la folle du logis allume des chandelles". L'auteur décrypte ces curieuses manifestations que sont la célébrité, l'adulation, les aigreurs, les jalousies et le retour du naturel. 

samedi 5 mai 2018

Théâtre : Providence, de Neil LaBute - Avec Marie-Christine Letort et Xavier Gallais - Les Déchargeurs



Le 11 septembre 2001, Ben devait se rendre à un rendez-vous d'affaires au World Trade Center. Mais il a préféré rejoindre chez elle, Abby avec qui il entretient une liaison mouvementée depuis trois ans, maîtresse qui est également sa supérieure hiérarchique. Tous les deux ont réchappé à la tragédie des tours jumelles et ils sont les seuls à le savoir. Ben est marié, père de deux enfants, Abby célibataire. Alors que les heures avancent, dans la ville traumatisée, les survivants se manifestent. Les sirènes retentissent au loin. Et le téléphone de Ben ne cesse de sonner. Sans qu'il réponde. Car lui vient une idée, une tentation sordide, comme une impulsion, celle de se faire passer pour disparu pour recommencer sa vie, aux Bahamas ou dans le Midwest, avec Abby. Elle est troublée, tentée par la proposition de cet amant plus jeune qu'elle. Elle résiste, le provoque. Seule la confiance mutuelle absolue pourrait rendre possible ce projet de tout abandonner. C'est l'heure des vérités cruelles, des règlements de compte qui soulignent la dépendance amoureuse.

vendredi 4 mai 2018

Expo : Zeugma - Gérard Garouste - Galerie Templon - Jusqu'au 12 mai 2018



Trois événements parisiens composent l'actualité foisonnante de Gérard Garouste. Le premier qui se tient aux Beaux-Arts s'inspire de Rabelais et Dante tandis que dans le cadre du deuxième, au musée de la Chasse et de la Nature dont je vous parlais ici, l'artiste revisite sous l'intitulé Diane et Actéon le mythe gréco-romain. A la galerie Templon, l'exposition Zeugma, dans un registre de folie douce, de loufoquerie un peu à côté de la sérénité, joue sur l'intertextualité et les double-sens, mêlant les champs d'inspiration, parfois ésotériques pour mieux renverser les interprétations. Le zeugma, figure de style (un même verbe utilisé pour plusieurs compléments sans rapport, dans un registre différent, qui créée un effet de surprise et apporte une dimension poétique à la phrase par ce décalage) signifie également en grec, le pont, le lien. Flirtant avec l'absurde, la drôlerie du pastiche, Gérard Garouste cherche à créer le lien entre les œuvres d'un point de vue à la fois pictural, philosophique et sémantique. Références à histoire de l'art, aux grands textes fondateurs de la Bible à Cervantès et dimension autobiographique, dans le cadre de l'exposition il ne déploie ses obsessions que pour mieux explorer l'exégèse talmudique qu'il considère comme l'inconscient de la philosophie occidentale. 

jeudi 3 mai 2018

Music : Alain Chamfort - Les microsillons



Passe ton doigt sur les microsillons
Autour de mes yeux le long de mon front
Les entends-tu bien toutes les chansons
Que le temps a gravées au plus profond
Les entends-tu bien toutes les chansons?

De rides heureuses en fines pattes d'oie
Il y a des berceuses sous tes doigts
Ballades amoureuses, ineffables joies
Que les années creusent malgré moi
Tu verras avec l'âge tout est sur le visage

mercredi 2 mai 2018

Cinéma : Takara. La nuit où j'ai nagé, de Damien Manivel et Kohei Igarashi - Avec Takara Kogawa, Keiki Kogawa



En pleine nuit, un père de famille quitte son foyer pour aller travailler en ville, au marché où il est poissonnier. Réveillé par ce départ, Takara, son petit garçon de six ans, est seul dans la maison silencieuse, tandis que sa mère et sa grande sœur dorment encore. Il regarde tomber la neige, s'installe quelques instants devant la télévision, prend en photo ses figurines de dinosaures puis dessine sur une feuille de papier une flopée de poissons multicolores. Le lendemain, sur la route de l'école, Takara sème sa sœur qui l'accompagne et prend la clé des champs pour aller offrir le dessin à son père sur son lieu de travail.