samedi 30 septembre 2017

Théâtre : Pour l'amour de Simone, d'après la correspondance de Simone de Beauvoir - Le Lucernaire



Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre, les amants du Flore, sont liés par un contrat moral. Attachés l'un à l'autre dans la fidélité des esprits, ils se laissent la liberté des corps, libres de vivre d'autres amours qu'ils nomment contingentes. Sans tabou, ni dissimulation, ils se racontent tout de cette non-exclusivité. Simone entretient une relation avec Jacques-Laurent Bost, dit le Petit Bost, ancien élève de Sartre, l'un des fondateurs de la revue Les Temps modernes, son amant par intermittence, son ami toujours. Aux Etats-Unis, elle vit avec l'écrivain américain Nelson Algren une passion charnelle marquante. 

vendredi 29 septembre 2017

Mes Adresses : Au Taillevent, le chef David Kinch célèbre en France les 15 ans du Manresa, son restaurant californien triple étoilé



Afin de célébrer le quinzième anniversaire du Marensa, le chef David Kinch traverse l'Atlantique pour investir les cuisines de trois établissements de renom, membres du groupe Relais et Châteaux. Etabli en Californie depuis 2002, à une centaine de kilomètres de San Francisco, le chef revendique depuis toujours son attachement à la culture gastronomique française. Il a développé une cuisine contemporaine locavore, travaillant produits frais de saison en partenariat avec une ferme biodynamique voisine de son restaurant de Los Gatos. Largement influencé par la cheffe Alice Waters qui dans les années 1970 fut une pionnière avec son restaurant baptisé Pannisse, en hommage à Pagnol, le chef David Kinch se fait chantre des terroirs et défenseur des saveurs authentiques. Cet adepte de la slow food a choisi de s'établir le temps d'une résidence gastronomique éphémère en France en compagnie de sa brigade afin de fêter quinze années d'accomplissement. Le Taillevent d'Alain Solivérès à Paris, L'Oustau de Baumanière de Jean-André Charial aux Baux-de-Provence, Le Petit Nice de Gérald Passédat à Marseille deviennent à cette occasion des lieux d'échange des savoir-faire associant terroir français et convivialité californienne.

jeudi 28 septembre 2017

Music : Lady Sir - Je rêve d'ailleurs



Je rêve d'ailleurs, d'ailleurs féériques
Je rêve d'ailleurs, d'ailleurs atmosphériques
Win nedhek w nebki
Mâa hbabi f jenna
F jenna f rehba
Ta3erfih anou zahyin
Je rêve d'ailleurs de villes constellées
Je rêve d'ailleurs de pays safranés

mercredi 27 septembre 2017

Expo : Belles ! Belles ! Belles ! - Niki de Saint-Phalle - Galerie Vallois - Paris 6



Girondes créatures aux couleurs vibrantes, les Nanas de Niki de Saint Phalle, formes démesurées, corps libres en mouvement, sont plus grandes que les hommes afin de pouvoir devenir leurs égales, pour écraser le masculin des sociétés patriarcales. Dans l'exubérance jubilatoire d'une féminité triomphante, l'artiste a représenté deux aspects antonymiques, la joie chamarrée et la sombre violence larvée. Les Nanas sont des amazones, guerrières du féminisme. L'oeuvre radicale et complexe de Niki de Saint Phalle (1930-2002), à la croisée du Pop Art, du Nouveau réalisme et du Néo-dada exprime sa nécessité absolue d'être créatrice. L'artiste se réinvente par le biais d'une iconographie débridée, inventant sa propre mythologie, imposant son oeuvre dans l'espace public et dans le cœur des gens. A l'occasion de l'exposition Belles ! Belles ! Belles, la Galerie Vallois qui représente la succession Niki de Saint Phalle depuis 2013, revient sur la période de 1965 jusqu'au début des années 1970, moment charnière où son travail s'engage sur une voie politique revendiquée, à la fois féministe et contre les discriminations raciales.

mardi 26 septembre 2017

Cinéma : Une suite qui dérange : le temps de l'action de Bonni Cohen et Jon Shenk



Depuis vingt ans, Al Gore, ancien vice-président des Etats-Unis, homme politique devenu ambassadeur de la cause écologique, mène une croisade contre le réchauffement climatique. En 2006, le documentaire Une vérité qui dérange alertait l'opinion publique sur le dérèglement de notre climat. Infatigable énergie, stature internationale et talents d'orateur, ce personnage romanesque met à profit ses connexions dans les domaines de la politique, de l'industrie, de l'humanitaire. Onze ans plus tard, un Oscar et un prix Nobel de la paix, il poursuit son action afin de sensibiliser les dirigeants politiques, convaincre les chefs d'entreprise, tout en incitant les citoyens à se réapproprier les enjeux universels de ce combat. 

lundi 25 septembre 2017

Lundi Librairie : Ma Reine - Jean-Baptiste Andrea - Sélection Cultura Talents à découvrir 2017



Ma Reine - Jean-Baptiste Andrea : Eté 1965, un jeune garçon de douze ans s'ennuie dans la station-essence de ses parents, perdue dans les collines de Haute-Provence. Les voitures se font rares, les automobilistes préférant les grosses structures multinationales. Le gamin ne parvenait pas à suivre les leçons de l'institutrice. Il a été déscolarisé. Différent, maltraité par Macret, la petite brute de l'école, il ne trouve pas sa place dans un monde avec lequel il est en décalage. Lorsque, par accident, il manque de mettre le feu à la garrigue, ses parents se résolvent, sur les conseils de la sœur aînée, à l'envoyer dans une institution spécialisée. Il décide alors de partir à la guerre, celle que l'on voit à la télévision, pour prouver qu'il est devenu un homme et gagner des médailles. Il ne sait pas bien où se trouve cette guerre, au-delà des montagnes certainement. Oubliant son sac à dos, il quitte la maison en quête d'aventures. Réfugié dans une bergerie abandonnée, le garçon candide fait la connaissance de Viviane, une petite parisienne en vacances. Cette intrépide fille-fée s'autoproclame "reine du plateau et des montagnes" et exige qu'il la serve fidèlement. Elle le rebaptise Shell d'après la broderie de son blouson promotionnel, lui raconte des histoires merveilleuses, invente des jeux sans fin. 

samedi 23 septembre 2017

Paris : Passage Molière, du Théâtre Molière à la Maison de la Poésie, destinée singulière d'une salle de spectacle - IIIème



Le passage Molière, dans le quartier Saint-Avoye, en plein cœur du Marais, enchante les flâneurs par ce petit air anachronique d'un Paris d'antan. Sol pavé et bâti du XVIIIème siècle aux charpentes de bois, cette voie piétonne a conquis les plus revêches par l'originalité de ses petites boutiques aux façades classées, la convivialité de ses restaurants. Fin 2015, un grand ravalement a été lancé afin de redonner tout son lustre à cette pépite si parisienne. A cette occasion, de nombreux désordres structurels se sont révélés, des fissures si importantes que cinq locaux commerciaux et trois logements ont dû être étayés. Paris Habitat propriétaire des immeubles du passage Molière s'est vu dans l'obligation de reloger tous les riverains, particuliers comme commerçants afin de pouvoir envisager des travaux d'envergure afin de le sauver. Ce temps mort permettra également de remettre aux normes modernes l'ensemble des bâtiments. La tâche a été confiée au cabinet d'architecte Wao qui interviendra dès cet automne en débutant par une purge et une mise à nue des structures. Les chapes de béton coulées sur les planchers lors d'opérations de réhabilitation datant des années 1970-80 seront retirées, le cloisonnement revisité, l'isolation thermique repensée. La fin de chantier prévue d'ici 2019 laissera place à un projet lancé par la municipalité qui prévoit de transformer le passage Molière en pôle culturel axé sur la littérature. Si aujourd'hui, les vitrines badigeonnées de blanc d'Espagne semblent bien mélancoliques, la vie qui a déserté cette petite venelle reviendra bientôt dans l'esprit porté par son histoire.

vendredi 22 septembre 2017

Paris : Passage du Ponceau, mélancolie d'un passage dénaturé au cours des années 1970 - IIème



Le passage du Ponceau, qui fait lien entre la rue Saint-Denis et le boulevard de Sébastopol, n'a jamais vraiment connu de moments glorieux. Modeste dès sa construction en 1826, les vagues successives de travaux d'aménagement ont peu à peu dénaturé le lieu, l'amputant de son décor d'inspiration néo-classique, le privant de son âme. Aujourd'hui, le long de la galerie, entrepôts, magasins de prêt-à-porter en gros, quelques rares boutiques au détail, échoppes de restauration rapides tiennent le haut du pavé alors qu'une galerie d'art fait une timide tentative d'incursion.

jeudi 21 septembre 2017

Music : The Sherlocks - Live for the moment



When things don't seem to go your way
The whole world's ganging up
It's devised a plan to send a telegram of viagra
Well you're acting strange and you feel deranged
You're lasting Soledad
You're thinking 'bout the future now it drives you mad
So please don't try and run before you can walk
And don't jump the gun
Live for the moment
You never know whats coming 'round the corner
We'll have to go sometime

mercredi 20 septembre 2017

Théâtre : Au But de Thomas Bernhard - Avec Dominique Valadié, Léna Bréban - Théâtre de Poche Montparnasse



Dans un cossu appartement Art Déco, une grande-bourgeoise se prépare pour sa villégiature estivale en compagnie de sa fille qui vit avec elle, véritable souffre-douleur qu'elle terrorise et martyrise en la maintenant dans un état de servilité. Les deux femmes ont passé la soirée au théâtre où elles ont assisté à la représentation de Sauve qui peut, premier succès d'un jeune auteur. Après la pièce, la mère a invité celui-ci sur un coup de tête à venir passer quelques jours en leur compagnie dans leur maison au bord de la mer. Tandis que la fille prépare les malles, la vieille dame lancée dans ses ratiocinations que l'on devine habituelles, éructe son horreur du monde, sa détestation des autres, de sa vie, du théâtre aussi, son désenchantement, ses résignations, ses aigreurs. La présence du jeune dramaturge vient troubler le couple fusionnel et dysfonctionnel de la mère et la fille. 

lundi 18 septembre 2017

Lundi Librairie : Summer - Monica Sabolo



Summer - Monica Sabolo : Hanté par la disparition de Summer, sa sœur, il y a vingt-quatre ans, Benjamin Wassner est un adulte tourmenté, incapable de communiquer ses émotions. Entre deuil impossible, chagrin insurmontable et interrogations en suspens, il est rongé par le mal de vivre, une détresse qu'il fuit dans la drogue et les médicaments. Dans le cabinet du Dr Traub, un psychologue, il tente de recomposer les souvenirs parcellaires qui le dévorent. Cet été là, Summer, blonde solaire vers qui tous les regards sont attirés, a dix-neuf ans. Dans leur résidence huppée des bords du lac Léman, les Wassner forment, en apparence, un couple idéal, collectionnant tous les symboles de réussite sociale. Le père, star du barreau, est l'avocat des puissants. La mère, très belle femme insaisissable, a renoncé à sa vocation de comédienne pour devenir la parfaite épouse. Malgré la douceur de vivre d'une enfance privilégiée, Benjamin, quatorze ans, est un adolescent mal dans sa peau. Il se vit comme le vilain petit canard de la famille. D'une timidité maladive, anxieux, il s'automutile en secret, développe des tics nerveux. Seule l'adoration qu'il éprouve pour son aînée semble lui apporter de la joie. Lors d'un pique-nique organisé entre amis sur les bords du lac, Summer se volatilise. A-t-elle été enlevée, s'est-elle enfuie, s'est-elle noyée ? La famille est brisée par cette disparition mystérieuse. 

samedi 16 septembre 2017

Théâtre : Les deux frères et les lions de Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre - Théâtre de Poche Montparnasse



Les frères jumeaux Barclay, implacables self-made men milliardaires, nous accueillent pour l'heure du thé dans leur manoir transformé en bunker. L'occasion de se raconter et de revenir sur leur folle ascension. Partis de rien, ces fils d'un modeste voyageur de commerce écossais débutent, adolescents, comme vendeurs à la criée du Daily Telegraph. Ils ne manquent pas d'idées et possèdent un sens aigu des affaires. Le boom immobilier londonien dans les années 1970 va leur permettre d'établir leur empire. Discrétion, cynisme et vénalité sont leurs maîtres mots. Anoblis en 2000 par la reine Elisabeth II, propriétaires d'un vaste parc immobilier, de casinos, de journaux, d'agences de pub, de services de vente à distance, ils se sont installés sur l'île de Brecqhou, un paradis fiscal dépendant juridiquement de l'île de Sercq. Bien décidés à transmettre leur patrimoine à leurs filles, les deux frères se trouvent confronter à la survivance du droit archaïque anglo-normand, celui qui leur permettait d'échapper à l'impôt mais qui empêche les femmes d'hériter de leurs parents. Ils iront jusqu'à faire appel au Tribunal européen des droits de l'homme pour tenter de faire abroger les lois ancestrales.

vendredi 15 septembre 2017

Expo : Beautiful Decay - Eric Lacan - Galerie Openspace - Paris 11



Mage mystique, Eric Lacan, lance de subtils sortilèges par le biais de ses œuvres envoûtantes. Jusqu'au 7 octobre, la galerie Openspace présente les trois dernières années de travail en atelier de cet artiste singulier qui signe Monsieur Qui lorsqu'il s'exprime sur les murs de la ville. Entre romantisme crépusculaire et décadentisme contemporain, l'exposition Beautiful Decay regroupe une quarantaine d'œuvres au carrefour des techniques, peinture sur toile, sur bois, papier découpé. Eric Lacan se joue des contrastes métaphysiques, exprime ses idées par le biais d'une iconographie puissante. Femmes-vanités aux élégants visages noyés dans les motifs végétaux, délicates fleurs vénéneuses, animaux inquiétants, hyènes, chiens, corbeaux, vautours, les signes comme autant de symboles signifiants peuplent des œuvres hyper-esthétisées. La vie et la mort, le beau et le laid entrent en collision afin que de ce choc jaillisse une nouvelle harmonie troublante. 

jeudi 14 septembre 2017

Music : Curtis Harding - On and on



Then they break your heart
Lonesome sue, she's in love with ol'Sam
Take him from the fire into the frying pan
On and on

She just keeps on trying
And she smiles when she feels like crying
On and on, On and on, On and on

mardi 12 septembre 2017

Cinéma : Le Redoutable de Michel Hazanavicius - Avec Louis Garrel, Stacy Martin, Bérénice Bejo



En 1967, Jean-Luc Godard termine le tournage de La Chinoise dont Anne Wiazemsky, jeune actrice de dix-huit ans, petite-fille de François Mauriac, incarne le personnage principal. Le cinéaste star de sa génération épouse en cachette cette nymphette de seize ans sa cadette et encore mineure. Les jeunes mariés sont heureux et amoureux mais le film, incompris à sa sortie, est un échec critique et public. Dans un contexte de déferlante politique, Jean-Luc Godard remet en question tout son art. Durant cette phase de réinvention, il s'éloigne de ses amis, ses proches, néglige sa jeune épouse, se cherche en artiste hors système, s'enferme dans ses postures révolutionnaires. En mai 68, il intervient lors de l'annulation du festival de Cannes tandis que les manifestations contestataires font rage entre combats de rue et déroutes. Expériences de cinéma autogéré, projets collectifs à travers les films militants du groupe Dziga Vertov, Jean-Luc Godard vit un moment charnière de sa carrière et de sa vie d'homme.

lundi 11 septembre 2017

Lundi Librairie : Innocence - Eva Ionesco



Innocence - Eva Ionesco : Eva a trois ans lorsque ses parents se séparent. Irène, sa mère, une ancienne danseuse de cabaret à Pigalle qui tient un restaurant iranien où se retrouve le tout Paris, a des velléités artistiques. L'enfant occupe une minuscule chambre de bonne avec son arrière-grand-mère qu'elle appelle Mamie tandis qu'Irène transforme son appartement en studio. Elle s'essaie un temps à la peinture avant de se tourner vers la photographie. Eva sera sa muse. Inspirée par le travail de David Hamilton, Irène fait poser la fillette qu'elle déshabille dans des mises en scène équivoques dès l'âge de quatre ans. Elle répète comme un mantra aux rares personnes qui pourraient s'interroger "Ce n'est pas grave, la petite est innocente". Sous couvert d'alibi artistique, Irène livre sa fille aux regards, vend les clichés à de riches collectionneurs puis à des magazines sans que le milieu dans lequel elle évolue ne s'en émeuve. Quand Eva réclame son père, le seul qui pourrait la sauver de ce cauchemar, Irène se fait fuyante, repoussant la figure paternelle dans les limbes de sa propre mythomanie.

samedi 9 septembre 2017

Paris : Passage du Grand-Cerf, pimpante galerie marchande et rénovation drastique - IIème



Le passage du Grand-Cerf, couvert par une verrière filante reposant sur des arceaux de fer boulonnés, est l'un des plus lumineux de Paris mais également le plus haut. Il s'élève sur trois étages et une hauteur de 11,8 mètres. Relativement étroit en comparaison, trois mètres de large, ses proportions peu communes lui confèrent un aspect pittoresque souligné par la légèreté de la structure qui est renforcée de tirants et de passerelles métalliques. Inscrit à l'inventaire des Monuments historiques par arrêté du 14 novembre 1985, le passage du Grand-Cerf a bien failli disparaître dans les années 1980 tant il était dégradé par manque d'entretien. Sa rénovation, aboutie au début des années 1990, en aura fait l'un des passages couverts les plus prisés des Parisiens. Les jolis commerces fleurissent le long de ses rives. Boutiques de décoration, de design, de mode, mercerie, bijoux, objets du monde attirent les flâneurs autant que son atmosphère pimpante, ripolinée de frais.

vendredi 8 septembre 2017

Paris : Passage Nationale, réminiscence contrastée du XIXème siècle dans un quartier réinventé dans les années 1960 - XIIIème



Le passage Nationale présente des caractéristiques assez semblables au passage Bourgoin dont je vous parlais ici. Néanmoins, sa largeur plus importante, 15 mètres contre 2,5 mètres, l'a ouvert à la circulation des voitures. L'organisation du bâti y est plus ordonnée, les maisons originellement moins modestes. Les édifices sur deux niveaux sont implantés sur des parcelles aux configurations régulières, allongées d'est en ouest, typiques des anciennes exploitations viticoles. Le long de la rue Nationale, dans le XIIIème arrondissement, impasses et passages conservent le souvenir des derniers jardins ouvriers de Paris. Au cœur de ce curieux quartier composite entre vestiges des constructions du XIXème siècle et modernité des tours, surgissent des petits coins de campagne préservés au milieu des bétonnades vertigineuses. Cet étonnant contraste, confrontation de deux héritages, crée des atmosphères singulières. Un peu d'histoire, si vous le voulez bien.

jeudi 7 septembre 2017

Music : La Femme - Tatiana



Je veux te voir, je veux t'avoir
New York dans le night club tu t'es rapprochée de moi
Je n'vais pas oublier le contact de ta peau, ton sourire et ton rire
C'est comme si on se connaissait déjà
Quand on s'est mis à danser tu m'as donné un baiser
De cristal à déposer là sur la langue
Fais sauter son top en jean's
Je crève en voyant sa poitrine
Maintenant mon coeur bat au rythme des pas de Tatiana

mercredi 6 septembre 2017

Cinéma : Barbara de Mathieu Amalric - Avec Jeanne Balibar, Mathieu Amalric



Brigitte, actrice française qui vit aux Etats-Unis, revient en France pour interpréter le rôle de la chanteuse Barbara dans un film réalisé par Yves Zand. Transi d'admiration, le cinéaste est troublé dans le sujet de son adoration, fasciné par la chanteuse qu'incarne la comédienne dont il est amoureux. Pour mieux comprendre la vérité du rôle, Brigitte cherche à tout connaître de Barbara, s'imprègne des gestes jusqu'au mimétisme, des rituels de "la longue dame brune". L'équipe de tournage part sur la route à travers la France. De préparations en répétitions, l'actrice compose, improvise alors que peu à peu l'envoûtement des illusions opère dans le trouble de l'incarnation.

lundi 4 septembre 2017

Lundi Librairie : On ne naît pas grosse - Gabrielle Deydier



On ne naît pas grosse - Gabrielle Deydier : Gabrielle Deydier a seize ans lorsqu'elle achète un pantalon en 42 plutôt qu'en 40 qui était sa taille jusque-là. Sous la pression de sa mère, obsédée tout comme son père par l'extrême minceur, elle tente sans succès les diètes des magazines avant de consulter un nutritionniste endocrinologue. Le médecin pose un mauvais diagnostic. Il lui prescrit un cocktail d'hormones et un régime hypocalorique draconien. En huit mois, son rapport à l'alimentation va être bouleversé et son poids doubler. Pression psychologique, conditionnement familial, incompréhension du monde médical, problèmes hormonaux, dépression, Gabrielle entre dans un cycle infernal de dévalorisation ponctué par des troubles violents du comportement alimentaire. A 37 ans, elle pèse 150kg pour 1,53m. L'obésité, sujet tabou, la désigne comme objet de railleries. Persécutée, harcelée dans le cadre professionnel, moquée dans sa vie quotidienne, méprisée par le corps médical, Gabrielle est prise dans un engrenage qui la contraint à la précarité et à la marginalité. Dans son livre, forme de thérapie, elle livre un témoignage aussi glaçant que bouleversant mêlant au récit de son parcours personnel, l'investigation journalistique. 

samedi 2 septembre 2017

Théâtre : Le jardin d'Alphonse de Didier Caron - Avec Didier Caron, Yves Collignon, Julia Dorval - Théâtre Michel



En Bretagne, toute la famille Lemarchand est réunie dans la maison d'Alphonse, le patriarche qui vient de mourir, pour lui rendre un dernier hommage. Jean-Claude, le père de la fratrie réunie, et sa seconde femme, Michelle, annoncent que la maison va être léguée aux enfants. Troublée par le passé trouble du grand-père Alphonse, certaines relations louches pendant la Seconde Guerre Mondiale, Magali, la fille aînée soutenue par sa petite amie Zoé qui parle aux arbres, ne veut pas de cet héritage. Le partage entre les enfants est à réexaminer ce qui met de l'huile sur le feu de la bisbille entre les frères, Serge, le fils raté et Fabien le trader infatué de lui-même qui est venu en compagnie de Nadège fausse blonde évaporée et vraie femme vénale qui se trouve être l'ex de Serge. Sous l'œil d'un couple d'amis proches, le caustique Daniel et son épouse Suzanne, bourgeoise parisienne décalée, la famille se livre aux règlements de compte dans un grand déballage des névroses et des doutes. Au jeu des vérités fracassantes, personne ne sort vainqueur.

vendredi 1 septembre 2017

Paris : Passage du Bourg-l'Abbé, poésie surannée, atmosphère singulière - IIème



Le passage du Bourg-l'Abbé, moins flamboyant que son voisin, le passage du Grand-Cerf, est emprunté par les passants comme un raccourci au charme suranné plutôt que lieu de promenade. Ouvert en 1828 sur une dépendance de l'Abbaye de Saint-Martin-des-Champs, le Bourg l'Abbé, le passage est alors l'un des jalons d'une promenade piétonne déployée en réseau de la rue Saint-Denis à la rue Saint-Martin, du passage du Grand-Cerf à celui de l'Ancre dont je vous parlais ici. Protégés des intempéries, du trafic auquel les rues rarement dotées de trottoirs laissent libre-court, la saleté des voies qui ne sont pas encore pavées, les nouveaux flâneurs découvrent alors les joies des balades nonchalantes. Etabli au début du XIXème siècle, âge d'or des passages couverts bordés d'échoppes, celui du Bourg-l'Abbé a peu à peu perdu ces attraits originels sans pour autant laisser s'échapper une certaine poésie.