mercredi 30 novembre 2016

Mes Adresses : Le Tea Time des Fêtes du Buddha Bar Hotel Paris, escale gourmande entre modernité et fusion - Paris 8



Quartier prestigieux, le Faubourg Saint Honoré attire les élégantes du monde entier aussi bien que les hommes d'affaires pressés. Longtemps fief exclusif de l'aristocratie, il est aujourd'hui associé au luxe des grandes maisons de couture. Architecture historique et nombreuses boutiques aux charmes séculaires font le bonheur des badauds qui se pressent dans ses rues des plus haussmanniennes. A deux pas de la Madeleine, rue d'Anjou, une vénérable bâtisse du XVIIIème siècle, entièrement repensée par l'architecte François Wapler, déploie des attraits hôteliers à nuls autres pareils. Escale dépaysante au cœur de Paris, véritable invitation au voyage, le Buddha Bar Hotel Paris allie le raffinement français et les influences asiatiques dans une harmonie fusionnelle des cultures. L'art de vivre comme une philosophie. En suivant le dragon, génie familier des lieux, les visiteurs se préparent à une expérience délicieuse. A l'occasion des fêtes de fin d'année, le bar-lounge le Qu4tre, entre rituel du thé et mixologie pointue, propose une pause gourmande aux parfums de Noël, un tea time élégant dans un cadre intimiste. Découvertes gustatives et créativité sont au rendez-vous.

mardi 29 novembre 2016

Cinéma : Ma’Rosa de Brillante Ma Mendoza - Avec Jaclyn Jose, Julio Diaz, Felix Roco - Par Didier Flori



Dans un quartier populaire du centre de Manille, Ma’Rosa survit comme elle peut en compagnie de son mari et de ses quatre enfants. Leur pauvreté est aussi celle de leurs voisins avec lesquels ils forment une communauté où le commerce se fait par l’intermédiaire d’échanges, dettes et avoirs. Dans sa boutique, on pense d’abord que Ma’ Rosa se contente de revendre plus chers des produits achetés en gros dans des grandes surfaces. On déchante face à une réalité nettement plus sordide, celle d’un trafic de drogue, dont les enfants de la ville même sont des consommateurs friands. La descente de la police qui vient arrêter Ma’Rosa et son mari nous amène à découvrir la corruption des forces de l’ordre, dernière touche apportée à ce tableau alarmant.

lundi 28 novembre 2016

Lundi Librairie : Cartographie de l'oubli - Niels Labuzan - Sélection Cultura Talents à découvrir 2016



Cartographie de l'oubli - Niels Labuzan : A la suite de la conférence de Berlin en 1884 qui conduit au partage de l'Afrique entre les puissances occidentales coloniales, les territoires du Sud-Ouest africain situés entre les fleuves Cunene et Orange sont placés sous protectorat allemand. En 1889, à la tête d'un contingent militaire de vingt et un hommes, le capitaine Curt von François débarque dans la baie de Lüderitz où il retrouve le haut commissaire Heinrich Göring. L'empereur Guillaume II projette de créer une colonie de peuplement, en signant des accords avec les tribus pour apporter la modernité dont les Allemands se figurent être les étendards. Jakob Ackerman, dix neuf ans, le visage parcouru d'une profonde cicatrice causé par une morsure de chien, s'est engagé pour satisfaire les desiderata de son père ancien militaire. Au milieu du désert, cet anti-héros timide pense pouvoir se réinventer. 

samedi 26 novembre 2016

Paris : Jardin des Rosiers Joseph Migneret, discrète oasis en plein coeur du Marais - IVème



Le jardin des Rosiers Joseph Migneret, créé en 2007, achevé en 2014, est un havre de paix verdoyant à l'abri des regards. Aménagée en retrait de la rumeur urbaine, cette oasis de verdure au cœur du Marais est née de la réunion des jardins privés de trois beaux hôtels particuliers typiques du quartier datant du XVIIème siècle, les hôtels de Coulanges, Barbes et d'Albret. Appelé jardin Francs-Bourgeois-Rosiers à l'ouverture de la première parcelle en 2007, il a été renommé en 2014 jardin des Rosiers Joseph Migneret en l'honneur du directeur de 1920 à 1944 de l'école communale voisine 8-10 rue des Hospitalières Saint Gervais, résistant actif pendant la Seconde Guerre Mondiale, Juste parmi les nations qui sauva des enfants juifs de la déportation. Visite depuis l'entrée de la rue des Rosiers.

vendredi 25 novembre 2016

Mes Adresses : Hôtel de Sers, le Baby Palace de charme - 41 rue Pierre Ier de Serbie - Paris 8



Au cœur du Triangle d'or, où bat le pouls des élégances parisiennes, un écrin précieux joue la carte de la sérénité pour une halte parisienne discrète. L'Hôtel de Sers est un baby palace à taille humaine alliant le charme intime des anciens hôtels particuliers et le luxe moderne des établissements cinq étoiles de la Capitale. Ancienne résidence du marquis de Sers, parlementaire militaire de carrière, construite en 1880 par l'architecte Jules Pellechet, le bâtiment a subi diverses transformations au fil des âges et des fonctions tout en conservant sa belle identité architecturale fin XIXème. 45 chambres, 4 junior suites, 2 suites panoramiques, 1 appartement de 80m2, l'Hôtel de Sers cache de plaisants secrets que j'ai eu l'occasion de découvrir avec ravissement. Harmonie entre l'élégance haussmannienne et le panache contemporain, ce lieu de vie à l'épure heureuse a su trouver une cohérence entre son histoire unique et la modernité prisée par une clientèle exigeante.

jeudi 24 novembre 2016

Music : Emily Loizeau - Mona



Il y a des choses étranges ici
Je voudrais qu'on m'explique
Les gens savent tout
Mais ne disent rien
Je vois le monde en plastique

Mona, Mona
I see the world upside down
Tell me why
Tell me why

mercredi 23 novembre 2016

Fashion Craving : Le pull en cachemire, l'indispensable de l'hiver, le basique de la Parisienne

Crédit Uniqlo


"Être Parisien, ce n'est pas être né à Paris, c'est y renaître". Fine mouche, celle qui applique cet aphorisme de Sacha Guitry avec esprit, c'est la Parisienne, cette icône de mode insaisissable. Sa fausse désinvolture, son style sans effort, tout un art ! Combinant couture et casual, elle sait à merveille mélanger le luxe des belles marques, fleurons du savoir-faire français et la cool attitude des grands distributeurs. Elle assortit sans complexe Saint Laurent et H&M. Longuement réfléchi sans y paraître, l'élément luxe s'associe à sa silhouette comme un heureux hasard. La Parisienne ose, joue les têtes chercheuses, se laisse guider par la curiosité hors des sentiers battus entre petites boutiques, griffes en vogue et lieux mythiques. Sa garde robe se compose de découvertes, pièces vintage, marques créatives abordables et de très beaux intemporels, car c'est avec les bons basiques qu'on mitonne les bons looks. Les 7 indémodables de l'hiver à toujours avoir dans son dressing, elle maîtrise !

mardi 22 novembre 2016

Cinéma : La fille de Brest d'Emmanuelle Bercot - Avec Sidse Babett Knudsen, Benoît Magimel, Charlotte Laemmel



En 2008, Irène Frachon, pneumologue au CHU de Brest lance une alerte au sujet du Mediator, un médicament commercialisé par le laboratoire Servier depuis trente ans comme antidiabétique et souvent détourné comme coupe-faim. Epaulée par le professeur Le Bihan, un chercheur, le Dr Frachon dénonce la dangerosité de cette molécule à l'origine de graves pathologies cardiaques et d'hypertension artérielle pulmonaire. Tandis que les institutions publiques qui ont manqué à leurs obligations de contrôle laissent faire, la pneumologue bretonne entre en résistance pour que soit interdit ce médicament responsable de la mort de milliers de patients et que le laboratoire soit condamné. Dans ce combat solitaire hors du commun, Irène Frachon fait face au mépris et au cynisme de l'industrie pharmaceutique. Le scandale sanitaire éclate grâce à sa ténacité. 

lundi 21 novembre 2016

Lundi Librairie : California Girls - Simon Liberati



California Girls - Simon Liberati : Los Angeles 1969. Charles Manson, ancien proxénète passé maître dans l'art de manipuler les très jeunes femmes, a fondé une secte qu'il nomme la Family. Ses rêves de gloire musicale envolés, il traîne son aigreur mais fréquente encore le milieu des producteurs. La communauté de Manson a trouvé refuge au Spahn Ranch, d'anciens décor de cinéma dans les collines de Los Angeles. Elucubrations psychotiques et idéologie fumeuse, le gourou suprémaciste et sataniste mystique se prend pour la réincarnation de Jésus-Christ. Obsédé par l'album blanc des Beatles, il y voit des messages. Charles Manson est vénéré par une bande de créatures somnambuliques, hippies fanatisés, drogués, paumés qui ont perdu le contact avec la réalité sur fond. La Family vit de rapines de plus en plus violentes, le gourou s'excluant lui-même des exactions qu'il commandite. Katie, Sadie, Squeaky, Gipsy, Leslie, Snake, des filles mineures, sont à la fois son harem et son bras armé. Jusqu'au jour où le Manson décide de prendre sa revanche contre les élites qui l'ont dédaigné en ordonnant à ses fidèles de commettre des meurtres dans les quartiers résidentiels de la ville. Le 8 août, sur les hauteurs de LA, trois filles et un garçon de la Family pénètrent dans la propriété du 10050 Cielo Drive et tuent d'une façon atroce cinq personnes dont Sharon Tate, épouse de Roman Polanski enceinte de huit mois.

samedi 19 novembre 2016

Expo : De bruit et de fureur, Bourdelle sculpteur et photographe - Musée Bourdelle - Jusqu'au 29 janvier 2017



Elève d'Alexandre Falguière, praticien d'Auguste Rodin qui le qualifiera "d'éclaireur de la modernité", professeur d'Alberto Giacometti, c'est en remportant un concours en 1895, qu'Antoine Bourdelle reçoit sa première commande publique monumentale. Le jeune artiste a 34 ans. Il se voit confier la réalisation dans sa ville natale de Montauban, d'un monument hommage aux soldats de la guerre franco-prusse de 1870-1871, une défaite qui marque la chute du Second Empire, la naissance de la Troisième République et l'espoir d'une revanche. Pendant sept années, Bourdelle travaille sur le Monuments aux Morts, aux Combattants et Serviteurs du Tarn et Garonne de 1870-1871. Le groupe inauguré le 14 septembre 1902 représente l'aboutissement d'intenses recherches formelles et sera un creuset d'inspiration pour des réalisations ultérieures, telles que l'Héraklès archer (1906-1909) ou le Centaure mourant (1911-1914). L'exposition De bruit et de fureur, Bourdelle sculpteur et photographe présentée au musée Bourdelle jusqu'au 29 janvier prochain, retrace la genèse de l'oeuvre à travers de nombreuses études préparatoires et variations révélant les différentes facettes du processus créatif. Outil de décryptage inédit, l'abondant corpus photographique dévoile en écho les étapes de la composition, le long périple qu'est la réalisation d'un chef-d'oeuvre. Un fascinant dialogue entre sculptures et photographies, expérience captivante de la puissance créatrice en marche.

vendredi 18 novembre 2016

Paris : Square du Vert Galant, jardin romantique et lieu d'histoire - Ier



Le square du Vert Galant placé sous les auspices de la bagatelle est aujourd'hui une promenade romantique dont la situation exceptionnelle au cœur de Paris ravie les flâneurs. Comme une proue fendant les flots, à la pointe du jardin se rejoignent les deux bras de Seine qui enserrent l'île de la Cité. Tout devant, le pont des Arts, à droite une perspective superbe sur le Louvre, à gauche la Monnaie de Paris et le dôme de l'Institut quai de Conti. Ce lieu historique ne manque pas d'atouts charme. A la jonction des deux parties du Pont Neuf, plus vieux pont de Paris inauguré en 1607, la majestueuse statue équestre en bronze de Henri IV pointe vers la place Dauphine. L'originale commandée par Marie de Médicis en 1614 fut détruite sous la Révolution en 1792. Celle-ci réalisée par le sculpteur François-Frédéric Lemot sur ordre de Louis XVIII date de 1818. Le bon roi Henri tourne le dos à l'une des pépites parisiennes prisée des touristes et des Parisiens eux-mêmes, le square du Vert Galant. Cette curieuse appellation pour un jardin public renvoie au surnom d'Henri IV dont la passion pour la gent féminine était légendaire. L'expression désigne un homme entreprenant auprès des femmes malgré son âge. Et il fallait bien de l'ardeur au souverain pour contenter ses soixante-treize maîtresses officielles. Vert Galant !

jeudi 17 novembre 2016

Music : Iggy Pop - Nightclubbing



Nightclubbing we're nightclubbing
We're what's happening
Nightclubbing we're nightclubbing
We're an ice machine
We see people brand new people
They're something to see
When we're nightclubbing
Bright-white clubbing
Oh isn't it wild?

mercredi 16 novembre 2016

Spectacle : Tristan Lopin pense comme une nana - Comédie des 3 Bornes et au Théâtre du Marais à partir du 20 janvier 2017



Romantique contrarié, Tristan Lopin, éternel célibataire en quête du prince charmant, n'en est pas à une contradiction près. Sans filtre, son personnage très peste de délicieux cabotin possède ce petit grain de folie contagieuse qui fait mouche. Epinglant les travers de sa génération, il nous embarque dans sa vie qui ressemble furieusement à la nôtre. Les ex, les peines de cœur colmatées à grand renfort de Nutella - à la petite cuiller s'il-vous-plaît -, les potes relous, la famille, dans ce seul en scène empreint d'autodérision, le jeune humoriste se révèle sensible et culotté, original et tout simplement irrésistible de drôlerie. Gouailleur, excessif, soupe au lait, Tristan Lopin pense vraiment comme une nana !

mardi 15 novembre 2016

Cinéma : Moi, Daniel Blake de Ken Loach - Avec Dave Johns, Hayley Squires - Par Lisa Giraud Taylor



Newcastle, Royaume – Uni. A 59 ans, Daniel Blake, veuf, est victime d’une attaque cardiaque. Il décide de faire les démarches pour être reconnu comme invalide. Alors qu’il tente de faire appel du premier refus essuyé, l’administration le somme de chercher un nouveau travail, contre l’avis du médecin qui l’estime « incapable de travailler ». Lors de ses pérégrinations, il croise Katie, maman de deux enfants en bas âge, qui est engluée dans une situation précaire. Elle a été contrainte de quitter Londres et ses loyers exorbitants et, subsiste grâce à la banque alimentaire. Daniel et Katie s’entraident tant bien que mal.

lundi 14 novembre 2016

Lundi Librairie : Avant que naisse la forêt - Jérôme Chantreau - Prix Cultura Talent à découvrir



Avant que naisse la forêt - Jérôme Chantreau : Heureux en ménage, père d'une petite fille, Albert mène une vie apaisée dans une jolie banlieue parisienne. Au cœur de l'été, il apprend sur son répondeur le décès de sa mère. Après la crémation et juste avant l'enterrement, il se rend avec l'urne dans la propriété familiale en Mayenne, un domaine forestier isolé où elle habitait. Obsédé par l'idée de trouver la chanson idéale pour la cérémonie des obsèques, Albert commence de faire le tri dans les affaires de la défunte. La nuit des bruits étranges se font entendre dans la maison, comme des échos du passé. Alors que les souvenirs affleurent dans cette atmosphère singulière de deuil, le quadragénaire se sent vaciller et perd la notion du temps, uni par un lien ambigu à la forêt. L'emprise de la nature sauvage se fait chaque jour plus forte, plus inquiétante. Le grand chêne que sa mère a fait abattre avant sa mort aurait-il libéré un sortilège puissant ?

samedi 12 novembre 2016

Mes Adresses : Découverte du Bouillon Racine à l'occasion de la Quinzaine d'automne de Restopartner - Paris 6



Adresse mythique du Quartier Latin, le Bouillon Racine est une brasserie parisienne dont l'ambiance Belle Epoque doit tout à son flamboyant décor Art Nouveau classé au même titre que la devanture. Panneaux de bois sculptés et miroirs alternant avec les grandes bais à structure métallique, celle-ci annonce les splendeurs d'un établissement entièrement restauré en 1996. Repris en 2002 par le mirifique Luc Morand également propriétaire du Pharamond dont je vous parlais ici, le Bouillon Racine séduit les habitués du quartier autant que les touristes du monde entier. Un consensus rare. A la carte qui évolue en fonction des saisons, plats traditionnels des brasseries parisiennes, bouillons, pots au feu, belles viandes, terroir français classique et recettes contemporaines se côtoient dans une belle harmonie. Produits frais, plats maisons, la cuisine est généreuse et l'addition raisonnable avec ses formules malignes. A l'occasion de la Quinzaine d'automne organisée par Restopartner, qui se déroule du 7 au 20 novembre, j'ai découvert avec plaisir cette belle adresse gourmande. 

vendredi 11 novembre 2016

Expo : Hervé Di Rosa, Plus jamais seul - Célébration des arts modestes à La Maison Rouge - Paris 12



Acteur majeur du mouvement de la Figuration Libre avec Robert Combas qu'il rencontre en 1976, Hervé Di Rosa a développé un univers complexe mêlant la bande dessinée, la culture de l'image, l'art dit classique, la création contemporaine. Cet artiste libertaire à l'imagination fertile, célèbre pour son humour et son engagement, explore et revisite inlassablement les formes de création les plus diverses dans un élan de résistance aux idéologies institutionnelle. Son travail caractérisé par une dynamique du trait, des couleurs vives saturées, une prolifération des images et le télescopage des figures, fait appel à l'enfance et à notre capacité d'émerveillement. Comics américains, bande dessinées, fanzine, livres d'art et reproductions plutôt qu'originaux dans les musées forment à ses yeux un terreau saturé d'inspiration. L'exposition Hervé Di Rosa, Plus jamais seul qui se tient à la Maison Rouge jusqu'au 22 janvier prochain, dévoile le collectionneur compulsif, l'ogre artistique, en faisant dialoguer d'égal à égal les collections personnelles d'objets chinés dans le monde entier, ce qu'il appelle l'art modeste et les propres œuvres de Di Rosa

jeudi 10 novembre 2016

Music : Kaleo - We Down, We Go



Father tell me, we get what we deserve
Oh we get what we deserve

And way down we go
Way down we go
Say way down we go
Way down we go

mercredi 9 novembre 2016

Spectacle : Gaspard Proust, Nouveau Spectacle - Comédie des Champs-Elysées



Grinçant, insolent cynique, Gaspard Proust digne héritier de Pierre Desproges pratique l'humour très noir et ne s'interdit rien. Echappant à tout formatage, il fait fi du politiquement correct lorsqu'il s'attaque aux sujets les plus sensibles. Sur le fil du rasoir, l'humoriste tranche dans le vif, texte ciselé et ton acide, épingle les lâchetés, les contradictions, dénonce les hypocrisies et les ridicules de notre époque. Sans tabou, ce misanthrope assumé, dandy moqueur au verbe haut, revient pour un nouveau spectacle au Studio des Champs Elysées, un seul en scène désabusé à la dérision cinglante.

mardi 8 novembre 2016

Cinéma : Creative Control de Benjamin Dickinson - Avec Benjamin Dickinson, Nora Zehetner, Alexia Rasmussen



A New York, dans un futur très proche, David est créatif dans une agence de publicité. Pour tenir le coup sous la pression, drogue, alcool, anxiolytiques sont son quotidien. Il est chargé de mettre en place la campagne de lancement des lunettes de réalité virtuelle Augmenta. Alors que le couple qu'il forme avec Juliette, ancienne alcoolique devenue prof de yoga, bat de l'aile, il tombe amoureux de Sophie. Styliste qui cherche encore le succès, elle est surtout la copine officielle de Wim, le meilleur ami de David, un photographe de mode aux mœurs très libres. Tiraillé par ses désirs, David créé à l'aide des lunettes Augmenta et de l'empreinte digitale de Sophie un avatar de celle-ci. Obnubilé par ses interactions avec l'hologramme, les frontières entre réel et virtuel, désir et vécu se brouillent progressivement.

lundi 7 novembre 2016

Lundi Librairie : Riquet à la houppe - Amélie Nothomb



Riquet à la houppe - Amélie Nothomb : Alors que ses parents n'espéraient plus avoir d'enfant, nait Déodat, adoré par sa mère mais très laid, hideux au point de ressembler à un petit vieux fripé. Il est très vite confronté au regard d'un monde qui l'accable de sarcasmes, persécuté par ses camarades de classe. D'une intelligence supérieure, l'enfant disgracieux mais surdoué met au point des stratagèmes pour ne pas être rejeté. Une capacité d'adaptation qui lui assure adolescent malgré un corset pour ne pas devenir bossu, un grand succès auprès de la gent féminine. Elevée par sa grand-mère un peu sorcière, cartomancienne qui dort chaque nuit recouverte de ses plus beaux bijoux, Trémière est une petite fille magnifique à la personnalité contemplative. Son mutisme fait dire d'elle qu'elle est idiote et elle grandit victime des préjugés qui associent la beauté à la sottise. Hors norme chacun à leur façon, ils vivent la même hostilité et le harcèlement des autres. Ils étaient fait pour se rencontrer.

samedi 5 novembre 2016

Expo : The Color Line, les artistes africains-américains et la ségrégation - Musée du quai Branly Jacques Chirac



Véritable leçon d'histoire à travers le prisme de l'art, l'exposition The Color Line, les artistes africains-américains et la ségrégation retrace 150 ans de création au sein de la communauté noire américaine, depuis la fin de la guerre de Sécession jusqu'à nos jours. Photographies, affiches, coupures de presse, unes de magazines, tracts, revues The Crisis, Ebony, pamphlets, livres d'histoire et de sociologie, projection d'extraits de films, d'interviews, 600 œuvres et documents issus de collections privées et publiques américaines illustrent combats politiques et faits historiques par le biais d'une production artistique d'une grande richesse. Si l'expressivité et l'esthétique des œuvres sont universelles, les thèmes, abordés par le biais de cet art qui trouve son inspiration dans la vie, racontent l'histoire tragique d'une communauté en lutte pour la reconnaissance et l'égalité. Longtemps absents des musées, dédaignés par les collectionneurs, oubliés des milieux officiels, les artistes africains-américains s'engagent et s'affirment. Entre retour sur le passé et regard porté sur la création contemporaine, le travail artistique se fait l'écho d'un pan essentiel de l'histoire américaine. Du pot de terre datant de 1858 de David Drake, esclave et potier dans une plantation de Caroline du Sud, à Origine of the universe signé Mickalene Thomas en 2012, version noire de L'origine du monde de Courbet, l'exposition The Color Line interroge le rejet de l'autre, les communautarismes, l'activisme politique et la persistance du racisme de nos jours.

vendredi 4 novembre 2016

Coup de coeur : Capitaine Fracasse, dîner-croisière sur la Seine, Paris au fil des flots



Jouer les touristes dans sa propre ville est un plaisir de gourmet. Pour redécouvrir la cité de l'amour, ses splendeurs révélées sous un angle inédit même pour les plus parisiens d'entre nous, le Capitaine Fracasse propose de larguer les amarres à la tombée de la nuit. A bord d'un bateau, atmosphère chaleureuse et charme élégant, Paris paré de son habit de lumière se dévoile tout entier pour une aventure fluviale gourmande. Dîner-croisière romantique en amoureux, ludique en famille avec les enfants, cette escapade enchantée est la promesse d'une soirée inoubliable.

jeudi 3 novembre 2016

Music : Patti Smith - Because the night



Take me now baby here as I am
Pull me close, try and understand
Desire is hunger is the fire I breathe
Love is a banquet on which we feed

Come on now try and understand
The way I feel when I'm in your hands
Take my hand come undercover
They can't hurt you now,
Can't hurt you now, can't hurt you now

mercredi 2 novembre 2016

Paris : Cour du Commerce Saint-André, Moyen-âge, Siècle des Lumières, Révolution et Belle Epoque, un concentré d'histoire - VIème



La Cour du Commerce-Saint-André, ensemble pittoresque chargé d'histoire, passage aux pavés disjoints, relie le boulevard Saint-Germain à la rue Saint-André-des-Arts. Le vallonnement improbable de la chaussée, les hardis accidents de nivellement surprennent dans un quartier aux lignes rectilignes repensées par Haussmann.  Boutiques coquettes, bistrot 1900 comme Le Relais de l'Odéon, café historique avec le célébrissime Procope, ce passage qui joue la carte charme des coquettes surannées a connu les gloires littéraires et les histoires sanglantes de la Révolution. Frisson, poésie et point chaud touristique, all inclusive!

mardi 1 novembre 2016

Cinéma : Mademoiselle de Park Chan-Wook - Avec Kim Min-Hee, Kim Tae-Ri, Jung-Woo Ha - Par Didier Flori



Dans la Corée des années 30, sous l’occupation japonaise, l’orpheline Sookee vit d’escroqueries et de vols, en compagnie d’autres jeunes filles recueillies et élevées par Madame Sasaki. L’opportunité se présente un jour à elle de sortir de son existence précaire, avec l’arrivée du séduisant Comte. Ce dernier lui demande de se faire passer pour une dame de compagnie auprès d’une jeune aristocrate fragile psychologiquement. Il compte ainsi tromper la surveillance de l’oncle protecteur de cette dernière, avec lequel elle vit dans un manoir isolé.