samedi 30 avril 2016

Paris : La Maison Rose à Montmartre, petite histoire et grands artistes - 2 rue de l'Abreuvoir - XVIIIème



Annexée à Paris en 1860, la commune champêtre de Montmartre, entre vignes et moulins à vent fut au XIXème siècle, l'un des centres de la vie artistique parisienne.  Jean-Baptiste Corot, Théodore Géricault, Auguste Renoir, Edgar Degas, Paul Cézanne, Max Jacob, Guillaume Apollinaire, Juan Gris, Maurice de Vlaminck, Georges Braque, Pablo Picasso, Suzanne Valadon, Maurice Utrillo, tous ont fréquenté la Butte célébrée dans de nombreuses œuvres. Si aujourd'hui, Montmartre n'appartient plus exactement aux artistes, les règles architecturales strictes qui régissent le bâti ont su préserver de l'appétit des promoteurs l'atmosphère de village, la faible densité et les constructions peu élevées. Au carrefour des rues des Saules, Cortot et de l'Abreuvoir, se trouve l'une des maisons les plus célèbres de Montmartre qui doit sa renommée aux tableaux de Maurice Utrillo, peintre des paysages urbains de la Butte. Un peu d'histoire, si vous le voulez bien.

vendredi 29 avril 2016

Mes Adresses : Le Café de l'Industrie, une institution à Bastille - Paris 11



Au début des années 90, du côté de la Bastille, un ancien bistrot de quartier périclitant est transformé en brasserie de caractère. Aujourd'hui, fort d'un succès qui ne se dément pas, le Café de l'Industrie compte trois établissements en vis à vis sur le même carrefour, trois déclinaisons du concept : le bar à vin, le bistrot et le restaurant. Institution du quartier fréquentée par les parisiens pur jus et les touristes du monde entier, nous sommes allés expérimenter le restaurant du 16 rue Saint-Sabin. Décoration rétro chic, menu à l'ardoise, plats de tradition bistrotière, cuisine maison, le Café de l'Industrie a bien des atouts en main. Tient-il ses promesses ?

jeudi 28 avril 2016

Cinéma, les sorties DVD : Le grand jeu et My life directed by Nicolas Winding Refn - Par Didier Flori et Caroline



Le Grand Jeu de Nicolas Pariser 
Avec Melvil Poupaud, André Dussollier, Clémence Poésy, Sophie Cattani
Sortie dvd le 19 avril 2016

Deux hommes font connaissance sur la terrasse d’un casino de nuit. Pierre Blum (Melvil Poupaud) a écrit un livre à succès il y a une dizaine d’années mais sa carrière d’auteur en est restée là ; Joseph Paskin (André Dussolier) est quant à lui un homme entouré de mystère mais dont on comprend qu’il est influent. Pierre réalise que leur rencontre n’est pas le fruit du hasard lorsqu’il se voit commander l’écriture d’un curieux roman par Joseph.  Récompensé du prix Louis-Delluc du premier long métrage, le film de Nicolas Parizer  aborde un genre assez rare dans le cinéma français contemporain, celui du thriller politique. Son Grand Jeu a du style et rappelle par son minimalisme sec les films de Jean-Pierre Melville. D’abord exploration fascinante des jeux de pouvoirs et manipulations à l’œuvre dans les hautes sphères, le film prend une dimension plus intime tout aussi convaincante dans un second temps. A travers les hésitations de son protagoniste, Pariser pose brillamment la question de l’engagement politique et idéologique après les désillusions de mai 68. Les très bons courts métrages proposés en bonus des éditions DVD et Blu-Ray permettent de se familiariser davantage avec cet auteur au talent singulier à suivre de très près.

Music : INXS - Need you tonight



Come over here
All you got is this moment
The twenty-first century's yesterday
You can care all you want
Everybody does yeah that's okay

So slide over here
And give me a moment
Your moves are so raw
I've got to let you know
I've got to let you know
You're one of my kind

mercredi 27 avril 2016

Coup de coeur : MyRoomIn, le service de réservation en ligne qui vous dégote la chambre d'hôtel de vos rêves



Expérience au coeur de la ville, séjour hors des sentiers battus, des tracés touristiques et des chaînes sans âme, les attentes des nouveaux voyageurs se recentrent aujourd'hui autour de la personnalisation. Alors que la plupart des plateformes de réservation en ligne proposent des services standardisés, soumis aux aléas d'un choix de gamme sans spécificité, MyRoomIn, une jeune startup lancée en juillet 2015 par Marie Le Roy et Jérémie Manigne, a développé un concept centré sur la dimension humaine et la satisfaction des envies particulières de chaque client. S'inspirant du modèle Airbnb, tout en bénéficiant du professionnalisme de l'hôtellerie, atouts non-négligeables, ce service permet d'éviter les mauvaises surprises de la réservation classique. Dans une même catégorie, certaines chambres ont plus de charme que d'autres. Seuls les habitués dans le secret des dieux, les aficionados connaissent ces astuces. MyRoomIn donne un accès direct à ces pépites. L'idée n'est plus de réserver un hôtel mais de choisir une chambre spécifique, celle de nos rêves.

mardi 26 avril 2016

Cinéma : Captain America : Civil War de Anthony et Joe Russo - Avec Chris Evans, Robert Downey Jr - Par Lisa Giraud Taylor



Steve Rogers, aka Captain America, désormais à la tête des Avengers, a pour mission de protéger l'humanité. A la suite d’une nouvelle intervention ayant causé d'importants dégâts collatéraux, le gouvernement décide de mettre en place un organisme de commandement et de supervision. Cette nouvelle donne provoque une scission au sein de l'équipe : Steve Rogers reste attaché à son indépendance et à sa volonté de s'engager sans ingérence gouvernementale, tandis que d'autres se rangent derrière Tony Stark, le mégalo Iron Man qui, contre toute attente, décide de se soumettre au gouvernement. Deux camps se forment et vont s’affronter inéluctablement.

lundi 25 avril 2016

Lundi Librairie : Consumés - David Cronenberg



Consumés - David Cronenberg : Naomi Seberg et Nathan Math, deux photojournalistes, parcourent la planète en quête de scoops juteux. Amants et concurrents sur le plan professionnel, ils se croisent entre deux avions au hasard de leurs pérégrinations dans des hôtels d'aéroports. Bien qu'ils soient en couple, leurs relations, leurs échanges sont principalement virtuels. Partageant une technophilie dévorante qui confine au fétichisme, ils traquent les histoires sensationnelles aux relents douteux en purs produits de l'ère des nouveaux médias qu'ils sont. A Paris, Naomi enquête sur un crime sordide. Le corps de Célestine Arosteguy atrocement mutilé, partiellement dévoré, a été retrouvé dans l'appartement qu'elle partage avec son mari Aristide. Ce couple de philosophes post-existentialistes, professeurs à la Sorbonne et libertins, auraient d'étranges contacts avec la Corée du Nord. Spécialiste des cas médicaux, Nathan assiste, à Budapest, à une opération expérimentale sur une patiente atteinte d'un cancer en phase terminale. Seul un chirurgien sulfureux soupçonné de trafic d'organes a accepté de tenter ce dernier traitement.

samedi 23 avril 2016

Paris : Impasse des Deux-Néthes, venelle villageoise au passé sulfureux - XVIIIème



Au sud du quartier des Grandes Carrières, à l'aplomb des anciennes excavations d'où étaient extraites le gypse, le square des Deux-Néthes est un espace vert reconquis sur le bâti, ouvert au public 2003. Jardin partagé, aire de jeu et oeuvre hommage à l'Abbé Pierre signée JonOne dont je vous parlais ici. Issu de la réhabilitation d'un ilot vétuste, le square est longé par deux petites impasses singulières l'impasse de la Défense entièrement rénovée dans un style très Bauhaus et l'impasse des Deux-Néthes qui lui a donné son nom, ruelle rustique laissée dans son jus, pittoresque et improbable aux charmes légèrement décatis.

jeudi 21 avril 2016

Cinéma, les sorties DVD : Comment c'est loin et L'humour à mort



Comment c'est loin de Orelsan et Christophe Offenstein
Avec Orelsan, Gringe, Seydou Doucouré
Sortie dvd le 19 avril 2016

Cinq ans qu'Orelsan et Gringe, aspirants rappeurs normands, champions de la procrastination, se promettent d'écrire un album après avoir été remarqués sur les ondes d'une radio locale. Leurs producteurs excédés leur donnent vingt-quatre heures pour écrire un titre qui tienne la route. En panne d'inspiration, ces deux anti-héros traînent leur flemme et essaient mollement de s'y mettre, découragés dans leurs tentatives par des galères, entre potes lunaires, patrons relous et problèmes de meufs. Comédie très en phase avec son époque, Comment c'est loin dégage une vibration singulière dans la lignée des films de Kevin Smith tels que Clerks. Orelsan s'est inspiré de sa jeunesse en province pour construire un scénario dont l'humour décalé fait mouche. Pas dénué d'une certaine mélancolie, ces instantanés de vie sonnent juste. Naturel dégingandé, spontanéité, il incarne avec son camarade Gringe un duo de glandeurs désillusionnés dont les déconvenues prêtent à sourire tout en exprimant les difficultés d'une génération. Belle complicité à l'écran et à la ville pour ces deux amis. Ennui, errance, solitude sur fond de béton et de centre commercial, province tristoune des classes moyennes, ce film au rythme particulier touche à une qualité de réalisme mêlant, avec bonheur, l'émotion et l'humour.

Music : Louis The Child - It's Strange feat. K.Flay



(Verse)
 Heart been so cold that I don’t feel at all
Scarred up inside so I built all these walls
Head rollin’ back, but I’m fakin’ the rush
Out every night and I’m lonely as fuck

(Pre-Chorus)
I make my own rules and my own plans
I got no room for no man
That’s my way, that’s my way
Then I saw u in a dream right
I want to call u, a kind of feelin’
I can’t name, I can’t name

mercredi 20 avril 2016

Paris : Rue Dieulafoy, expérimentation architecturale et couleurs pastel - XIIIème



Dans le XIIIème arrondissement, le quartier Maison-Blanche / Abbé Hénocque préservé des grands travaux d'urbanisme inspirés du modernisme des années 60 a conservé un charme singulier de jolie province. Édifiés sur les anciennes carrières, petits lotissements et cités ouvrières réinventées ont gardé les particularités liées à la fragilité des terrains aux sous-sols instables. Percée en 1912, la rue Dieulafoy est un passage remarquable typique du vieux XIIIème. Les enduits colorés récents qui donnent aux pavillons des allures de maison de poupée évoquent les micro-quartiers anglais ou hollandais. Jaune poussin, bleu ciel, rose layette, céladon, c'est une explosion de teintes pastel. Promenons-nous le long de cette coquette rue pavée au destin singulier, oasis heureuse au cœur de la ville.

mardi 19 avril 2016

Cinéma : Desierto de Jonás Cuarón - Avec Gael García Bernal, Jeffrey Dean Morgan, Alondra Hidalgo - Par Didier Flori



Une camionnette traverse une étendue désertique avec à son bord un groupe de Mexicains. Pour le groupe qui tente de passer clandestinement aux Etats-Unis, les choses se compliquent vite avec le véhicule qui tombe en panne. Un mécanicien qui se trouve parmi les immigrés (Gael García Bernal) confirme qu’il leur faudra braver le désert, à pied. Leurs ennuis ne font cependant que commencer alors qu’un inquiétant américain (Jeffrey Dean Morgan), armé d’un fusil et accompagné de son berger allemand, rode dans les environs. 

lundi 18 avril 2016

Lundi Librairie : Sagan 1954 - Anne Berest



Sagan 1954 - Anne Berest : Au début de l'année 1954, Françoise Quoirez a dix-sept ans et n'est pas encore Sagan. Elle a passé son été à écrire un roman qu'elle rêve, avec son amie Florence Malraux, de voir publier. Jeune fille de la bourgeoisie, père industriel fantasque et mère élégante, elle est la benjamine choyée d'une fratrie de trois enfants à qui toutes les fantaisies sont permises. Lorsqu'elle présente son livre dans trois maisons d'édition, elle ne doute pas. De drôles de fées vont se pencher sur son berceau d'écrivain naissant, son éditeur René Julliard, Michel Déon et François Mauriac ainsi que le jury du prix des critiques, Jean Paulhan, Maurice Nadeau, Georges Bataille, Marcel Arland, Roger Caillois. Le roman signé par une si jeune femme est jugé sulfureux et fait scandale. Le succès est immédiat. Soixante ans plus tard, Anne Berest, l'auteur, vit une rupture douloureuse. Elle vient de se séparer du père de sa fille et ne croit plus à l'amour. Denis Westhoff, le fils de Françoise Sagan, lui propose de raconter l'histoire de la parution de Bonjour Tristesse, ce premier ouvrage qui fit tout basculer.

samedi 16 avril 2016

Expo : StinkFish Solo Show, les couleurs du street art - Next Street Gallery - Paris 4



Expression artistique libre, spontanée, en prise directe avec le public des citadins, le street art célèbre à la fois la mémoire collective et celle personnelle des artistes. Art contextuel fondé sur le principe d'immersion, il procède d'une esthétique du surgissement où le réel est prélevé à un niveau élémentaire. Reconfigurant l'espace urbain à sa mesure, l'artiste corrige l'esthétique publique ou fait valoir une présence polémique. Acte déclaratif et participatif violemment correcteur, message social énergique, le graffiti est une formule plastique qui vient requalifier de façon éphémère la géographie sensible de la ville. Aujourd'hui, je vous emmène découvrir à la Next Street Gallery le travail d'un jeune artiste colombien, StinkFish dont c'est la première exposition en France.

vendredi 15 avril 2016

Mes Adresses : Auberge Flora, cuisine méridionale pour une table de charme - 44 bd Richard Lenoir - Paris 11



Vingt et une chambres et un coquet bistrot contemporain, l'Auberge Flora est la version urbaine des villégiatures de bord de mer.  De l'ancien établissement seul demeure le vieux comptoir en zinc, tout a été repensé à l'ouverture en 2012 dans un esprit chaleureux et élégant. Ambiance rouge passion côté accueil hôtellerie, crème et boiserie au comptoir, et grands aplats de turquoise dans la petite salle de restauration aux murs décorée d'assiettes signées Bernardaux.  Les fourneaux apparents et les tables joliment sérusées sans nappe soulignent le cadre bistrotier de charme. A la tête de ce lieu aux accents méridionaux, la chef Flora Mikula, l'une des rares femmes étoilées, met son instinct et sa générosité au service d'une cuisine qui fleure bon le Sud. Tempérament, célébration des terroirs, assiettes colorées, cuisson maîtrisée, finesse des assaisonnements, inventivité, le tout proposé à la carte ou en formules très abordables.

jeudi 14 avril 2016

Cinéma, les sorties DVD : Mia Madre, Oups j'ai raté l'arche, The Lobster - Par Didier Flori et Caroline



Mia Madre de Nanni Moretti
Avec Margherita Buy, John Turturro, Giulia Lazzarini et  Nanni Moretti
Sortie dvd le 27 avril 2016

En plein tournage d’un film avec la star Barry Huggins, la réalisatrice Margherita doit composer avec la maladie de sa mère hospitalisée. La situation va vite devenir ingérable pour elle, entre ses démêlés avec l’acteur récalcitrant et l’annonce que sa mère vit probablement ses derniers jours. D’habitude au centre de ses fictions autobiographiques, Moretti se choisit ici un alter-ego féminin pour évoquer la douleur du deuil maternel. Mia Madre est un peu son Huit et Demi, récit d’une crise créatrice et existentielle traversée de rêves. A la différence que les excentricités baroques du style fellinien laissent la place à la sobriété, comme l’atteste la mise en scène troublante de réalisme des songes. D’un côté drame intimiste tout en retenue porté par une Margherita Buy admirable, Mia Madre offre aussi des scènes de comédie jubilatoires où brille un John Turturro déchaîné. Moretti équilibre ces deux pôles de main de maître, renforce l’émotion par leur rencontre imprévisible.

Music : Peter Doherty - Flags of the Old Regime



So let’s have it right
We all know the score
Been up for three nights
You’re stuck behind the door
Chewing off your jaw

The fame they stoned you in
You soldiered it
And made your fortune but you broke inside

I don't wanna die anymore
Anymore than I did wanna die before

mercredi 13 avril 2016

Théâtre : Old Times de Harold Pinter - Avec Marianne Denicourt, Adèle Haenel, Emmanuel Salinger - Théâtre de l'Atelier - Paris 18



Dans leur villa en bord de mer, Deeley et son épouse Kate attendent la venue d'Anna qui fut la colocataire de cette dernière, vingt ans auparavant. Modestes secrétaires à Londres, insouciantes et très courtisées, les deux femmes étaient fascinées par le monde des artistes, des comédiens qu'elles croisaient dans les pubs, les clubs branchés. Alors que Deeley et Kate évoquent cette époque, Anna qui a fait le voyage depuis Taormina est déjà là. Elle les écoute, sait tout de leur histoire mais ils ne la voient pas encore, ne l'entende pas, présence fantomatique du passé. Deeley prétend ne pas la connaître. Kate laisse échapper des indices sur l'ambiguïté de leur relation. Lorsqu'Anna se joint à eux, la conversation dérive sur des révélations énigmatiques alors que les souvenirs entrechoqués refont surface.

mardi 12 avril 2016

Cinéma : Les Ardennes de Robin Pront - Avec Jeroen Perceval, Kevin Janssens, Veerle Baetens



Kenneth, un sanguin colérique et Dave, le benjamin, sont deux frangins liés par des sentiments fraternels complexes. Impliqués dans un braquage qui tourne mal, Dave parvient à s'enfuir tandis que l'aîné est arrêté. Kenneth refuse de dénoncer ses complices et passe quatre ans en prison. A sa sortie en conditionnelle, il est mû par le ressentiment qu'il éprouve à l'égard de ceux qui l'ont abandonné à son sort. Submergé par la colère et ses pulsions violentes, il éprouve des difficultés à se réinsérer, à se réadapter au quotidien. Lorsqu'il tente de se rapprocher de son ex, Sylvie, qui a pourtant cessé de venir le voir pendant son incarcération, il découvre qu'elle entretient une relation avec Dave et qu'elle est enceinte de ce dernier. Dave, tiraillé entre la femme qu'il aime et son frère, va se laisser entraîner malgré lui sur la pente choisie par Kenneth.

lundi 11 avril 2016

Lundi Librairie : La fille de son père - Anne Berest



La fille de son père - Anne Berest : La narratrice assistant à l'enterrement de son père auquel elle n'a pas été conviée se remémore comment une révélation dix ans auparavant a bouleversé son quotidien sans aspérité. A Reims, en 1990, les trois sœurs de la fratrie sont réunies pour l'anniversaire de l'aînée, Irène dans la maison familiale habitée par Albert, le père et Catherine, la belle-mère. Trois filles, trois caractères, hantées par le souvenir de leur mère, Martine, décédée lorsqu'elles étaient enfants. Les sœurs ne ménagent pas leur belle-mère et font front commun contre cette femme maladroite qui enchaîne les bévues. Bouleversée, Catherine explose et dans sa colère laisse échapper un secret de famille. L'une des trois ne serait pas la fille de son père. Sur le moment, personne ne réagit mais cette annonce va peu à peu altérer leurs relations et les mener sur la piste de celui qui fut l'amant de leur mère avant qu'elle ne rencontre Albert.  

samedi 9 avril 2016

Paris : Cité Jandelle, souvenirs du vieux Belleville - XIXème



L'Est de Paris, populaire et ouvrier offre un paysage urbain contrasté. Le quartier administratif Combat dans le XIXème arrondissement en est un exemple frappant. Parmi les tours d'habitation, les immeubles haussmanniens bordant le parc des Buttes Chaumont, les constructions de l'entre-deux-guerres, il demeure encore quelques petites maisons individuelles appartenant à l'ancien tissu urbain bellevillois. Victime des grands aspirations bétonnières des années 60/70 quand l'architecture a pris le pas sur l'histoire et remodelé le territoire de la ville, celui-ci est aujourd'hui réduit à peau de chagrin. La rue Rébeval, ancien chemin Saint-Laurent menant de Belleville au quartier Saint-Laurent par le chemin de la Chopinette de l'autre côté du boulevard, date de 1672. Du côté des numéros impairs, les nombreuses ruelles de traverse étaient des passages qui conduisaient aux moulins et aux carrières de la Butte où l'on extrayait sable, pierre à bâtir, argile, gypse. Entre les 53 et 55 de la rue Rébeval, s'ouvre la cité Jandelle, étroite allée se terminant en impasse, à priori pas franchement avenante, qui réserve de jolies surprises pour peu que le flâneur prenne le temps de s'y attarder.

vendredi 8 avril 2016

Théâtre : Une leçon d'histoire de France - Deuxième époque : de 1515 au Roi Soleil - De et avec Maxime d'Aboville - Poche Montparnasse



Nœud papillon, blouse grise des instituteurs de la IIIème République et baguette à l'ancienne, Maxime d'Aboville fait revivre, seul en scène, deux siècles d'histoire de France, de la victoire de François Ier à Marignan jusqu'au décès de Louis XIV. Il prête sa voix aux plus belles plumes françaises, Dumas, Michelet, Hugo, Saint-Simon, offrant une relecture des classiques qu'il réunit et assaisonne à sa façon, diction impeccable, mimes d'anthologie pour notre plus grand bonheur. Les guerres de religion, Henri IV le Gascon, les humeurs dépressives de Louis XIII, les mousquetaires du roi, les maîtresses du Roi Soleil, la leçon est menée à un train d'enfer par un comédien habité par son sujet, professeur investi à la belle vivacité. Maxime d'Aboville conte l'histoire avec panache et humour pour redonner le goût d'une matière négligée au profit des sciences.

Société : Marriage Market, un mini-documentaire inspirant de la campagne #changedestiny de SKII

Crédit Common Creative Wikipedia

Acteur engagé pour la cause des femmes à travers le monde, la marque de cosmétiques SKII, spécialiste des produits de beauté à la pointe de la technologie, a lancé une campagne globale #changedestiny afin de valoriser le parcours ou les initiatives de femmes exceptionnelles qu'elles soient célèbres ou inconnues. Partageant leurs histoires à travers de courts films, histoire de défis à relever, d'obstacles à franchir, leur réussite devient source d'inspiration pour toutes celles qui veulent réaliser leurs rêves. Le mini-documentaire Marriage Market évoque la situation des femmes chinoises, victime d'une pression sociale très importante qui les enjoint de trouver un mari avant leur vingt-cinq ans. Un âge à partir duquel si elles sont toujours célibataires, elles sont considérées comme des "Shen Nu", des laissées pour compte désespérées. Elles font des études, elles se consacrent à leur carrière ou elles attendent tout simplement le grand amour, des centaines de femmes fortes, confiantes en leur valeur et en leur capacité ont répondu à l'appel de SKII afin d'affirmer leur droit à choisir leur propre destin.

jeudi 7 avril 2016

Cinéma, les sorties DVD : Taj Mahal, Une histoire de fou, The End par Didier Flori, Lisa Giraud Taylor et Caroline



Taj Mahal de Nicolas Saada
Avec Stacy Martin, Louis-Do de Lencquesaing et Gina McKee
Sortie DVD le 5 avril 2016

Louise, jeune parisienne de 18 ans, part s’installer pour 2 ans à Bombay avec ses parents. Alors qu’elle se familiarise difficilement avec une Inde à la culture bien différente, elle se retrouve parmi les otages de l’attaque du palace Taj Mahal qui a marqué la nuit du 26 novembre 2008. Nicolas Saada réussit l’évocation de ce fait divers qui n’est pas sans rappeler les tragédies qui ont endeuillé récemment Paris. On pense au début à Lost in Translation dans la description par fines touches de la profonde solitude de Louise, qui peine aussi bien à trouver sa place dans Bombay que dans sa cellule familiale. Avec l’irruption des événements dramatiques, le cinéaste orchestre ensuite un quasi huis clos à l’esthétique baroque proche du cinéma fantastique. Noir et blanc nocturne, flammes infernales et fumée opaque créent une ambiance visuelle suffocante et fascinante. La tension est toujours palpable à travers un hors-champ menaçant suggéré par les sons violents et les échanges téléphoniques affolés. Expérience d’immersion d’une intensité rare dans le cinéma français, Taj Mahal est par ailleurs un plaisir pour les oreilles, de la musique originale composée par Nicolas Godin du groupe Air à Nick Drake, en passant par Phillip Glass et Ravi Shankar.

Music : Boris Vian - J'suis snob



J'suis snob... J'suis snob 
C'est vraiment l'seul défaut que j'gobe 
Ça demande des mois d'turbin 
C'est une vie de galérien 
Mais lorsque je sors avec Hildegard 
C'est toujours moi qu'on r'gard' 
J'suis snob... Foutrement snob 
Tous mes amis le sont 
On est snobs et c'est bon 

mercredi 6 avril 2016

Paris : Uranus, une oeuvre d'Etienne Hajdu - place Marcel Achard - XIXème



Espace public urbain végétalisé, bordé d'un double alignement de marronniers blancs, l'ilot Rébeval-Villette entièrement reconstruit dans les années 60-70 est un exemple assez peu flatteur, à l'instar de la place des Fêtes, de la vague de bétonnage qui a touché Belleville. Plusieurs fois réaménagé, l'ilot présente aujourd'hui un visage vertigineux de la ville avec ses hautes constructions sur dalle ponctuée de jardinets. La place Marcel-Achard tapissée d'un revêtement rose, tentative d'égayer l'ensemble, pourrait faire songer aux étendues méta-urbaines de la Défense. A son entrée, une singulière oeuvre d'art veille. Cette sculpture de bronze réalisée en 1995 et intitulée Uranus est signée Etienne Hajdu (1907-1996), artiste d'origine hongroise, rattaché à la nouvelle Ecole de Paris.

mardi 5 avril 2016

Cinéma : A bigger splash de Luca Guadagnino - Avec Tilda Swinton, Matthias Schoenaerts, Ralph Fiennes, Dakota Johnson



Marianne Lane, star du rock aphone, se remet d'une opération des cordes vocales. Convalescente, elle passe de paisibles vacances sur l'île de Pantelleria, au large de la Sicile, en compagnie de son jeune amant, le taciturne mais très prévenant, Paul de Smedt. Cette apparente sérénité est troublée par l'arrivée impromptue de Harry Hawkes, ex de Marianne, un producteur de musique excentrique, jouisseur invétéré, et de sa fille Pénélope à laquelle Paul n'est pas indifférent.

lundi 4 avril 2016

Lundi Librairie : Vladimir M. - Robert Littell



Vladimir M. - Robert Littell : Mars 1953. Dans une chambre de l'hôtel Metropole à Moscou, quatre femmes se réunissent autour d'un étudiant américain R. Litzky et son magnétophone pour évoquer la relation qui les liait au poète et dramaturge Vladimir Maïakovski. Suicidé vingt-cinq ans auparavant, chacune a aimé le grand artiste, chacune en a été aimée : Lilia Brick la passionaria bolchévique avec laquelle il a connu un ménage à trois, Tatiana Iakovlena, aristocrate pudibonde rencontrée à Paris, Elly Jones, russe immigrée à New York, mère de son enfant, Nora Polonskaïa, une comédienne flamboyante qui fut sa dernière maîtresse. Elles convoquent le souvenir et se rappellent d'un homme complexe auquel elles prêtent des traits fondamentalement différents jusqu'à ne pas se mettre d'accord sur la couleur de ses yeux.

samedi 2 avril 2016

Paris : Clin d'oeil au passage Boiton en flânant du côté de la Butte aux Cailles - XIIIème



Petites maisons, dédales de ruelles pavées peu fréquentées par les voitures, places piétonnes où se réunissent les Cailleux, heureux riverains, la Butte aux Cailles est un lieu pittoresque et charmant. Hors du temps, préservé de l'intense activité citadine si proche et si pourtant si lointaine, ce véritable village indépendant des grandes artères urbaines a su préserver l'atmosphère de convivialité d'un quartier historiquement populaire. Haut lieu du festival street art, les Lézarts de la Bièvre, le passage Boiton, du nom d'un ancien propriétaire de la parcelle, est une petite voie de la Butte aux Cailles bordée de maisons individuelles en cœur d'ilot et de petits immeubles. Cheminant sur 103 mètres de long, il débute au 11 rue de la Butte aux Cailles roulant en pente douce jusqu'au 8 rue Bernard-Martin. Une adorable pépite des plus dépaysantes.

vendredi 1 avril 2016

Mes Adresses : Meriggio, l'Italie au coeur pour une trattoria parisienne - 3 rue Rougemont - Paris 9



Véritable célébration de l'art de vivre à l'italienne, cette nouvelle adresse gourmande fait la part belle à une gastronomie transalpine résolument terroir. Epicerie fine, cave à vin, restauration rapide haut de gamme, café, bar à cocktails, Meriggio a le parfum des escapades ultramontaines, une escale ensoleillée en plein cœur de Paris. Du café du matin à l'aperitivo du soir dans la plus pure tradition, cette jolie trattoria est une invitation au voyage au pays de l'avventura. Produits artisanaux amoureusement sélectionnés, fromages d'exception, charcuterie épatante, vins plein d'esprit, les trésors culinaires introuvables en France trouvent ici une alcôve de choix au meilleur prix grâce à une démarche sans intermédiaire valorisant le travail des producteurs.