mardi 30 juin 2015

Déco : Refaire sa salle de bain dans un esprit méditerranéen moderne



J’ai décidé de refaire ma salle de bain, de réinventer cette triste salle d’eau, seule pièce à laquelle je n’avais pas pu toucher en emménageant à cause d’un problème général d’étanchéité. Tout l’immeuble étant atteint de ce défaut de construction, sa résolution nécessite de gros travaux, tellement importants qu'il faudrait déménager les habitants pendant trois mois et détruire intégralement chacune d’elles pour les mettre aux normes et enfin résoudre le cauchemar de l’humidité constante, moisissure incluse, de ces champignonnières. Cela fait aujourd’hui sept ans que je suis propriétaire et le procès contre les promoteurs ne progressant pas, j’ai pris la décision de repenser cette horrible chose dans laquelle je passe quand même un certain temps. Mes velléités sont restreintes par la menace d’une prochaine destruction complète, contrairement au balcon où je m’en suis donné à cœur joie, rappelez-vous c’était ici. Là, j’en ai ras la couenne du beigeasse, des carreaux à petites fleurs ringards et du sol en lino ignoble. Donc sans me lancer dans des grands travaux en rasant tout - mon rêve - je vais tenter de repenser les volumes en trichant sur les couleurs tout en apportant de la lumière malgré l’absence d’ouverture sur l’extérieur. J’ai comme des fantasmes maritimes de méditerranée. 

Cinéma : Vice-Versa de Pete Docter - Avec Charlotte Lebon, Pierre Niney, Mélanie Laurent, Gilles Lellouche, Marilou Berry - Par Sand



Un jour, dans une maternité, naît une jolie petite fille Riley. Simultanément, Joie naît dans le cerveau de Riley. Très vite rejointe par Tristesse, Dégoût, Peur et Colère, les quatre autres émotions qui avec Joie vont aider Riley à grandir, à affronter la vie. Mais si les Emotions, situées dans le Quartier Général, sont aux commandes de Riley, elles font partie d’un écosystème dans lequel L’Ile de la Famille, de l’Amitié, le Pays de l’imagination, la Pensée Abstraite, le studio de Production de rêves sont autant d’éléments qui constituent la personnalité de la petite fille. Lorsqu'un accident survient, ce bel équilibre bascule…

samedi 27 juin 2015

Expo : Adolfo Wildt, le dernier symboliste - Musée de l'Orangerie - Jardin des Tuileries - Paris 1



Placée sous le signe d’une esthétique mystique mêlant art antique, Renaissance, néogothique, naturalisme, l’œuvre d’Adolfo Wildt (1869-1931) évoque la variété de ses sources d’inspiration. Le sculpteur a réinventé un vocabulaire plastique expressionniste unique, langage poétique et mélancolique dans la lignée des symbolistes où la force expressive du modelé s’allie à la grâce du motif purement décoratif.  Au fil du temps, l’artiste s’émancipe d’un certain académisme, s’éloignant de la réalité anatomique pour accéder à des formes plus épurées, reflet puissant de la spiritualité, sans se départir d’un certain lyrisme. Entre hybridation et collision, échappant à toute catégorisation, ce syncrétisme le place en marge de la tradition sans pour autant l’intégrer au mouvement des avant-gardistes. Le musée de l’Orangerie propose jusqu’au 13 juillet une rétrospective de l’œuvre d’Adolfo Wildt à travers une scénographie finement pensée entre chronologie et thématique. A découvrir, soixante sculptures, trente-quatre dessins et esquisses, documents d’époque mis en parallèle avec dix-neuf moulages de sculptures antiques, peintures de la Renaissance ou travaux de ses contemporains comme Auguste Rodin et de ses propres élèves comme Lucio Fontana.

vendredi 26 juin 2015

Mes Adresses : Pharamond, modernité et terroir normand dans un cadre Art Nouveau - 24 rue de la Grande Truanderie - Paris 1



Si les Halles de nos jours n’ont plus grand-chose à voir avec le Ventre de Paris décrit par Zola, le quartier n’en demeure pas moins l’un des plus animés de la Capitale. Grouillant de monde, souvent abordé en faisant des mines par les aficionados de Montorgueil, il réserve quelques jolies surprises aux gourmands éclairés, des institutions fermement campées dans leur savoir-faire et leur amour des beaux produits carnés. Rue de la grande Truanderie à l’écart de la foule, une placette arborée accueille un charmant anachronisme, une curieuse maisonnette à colombages, le restaurant Pharamond ouvert en 1879 sous le nom A la Petite Normande. Si les murs classés et les nombreux touristes pourraient inquiéter, la présence de vieux briscards gastronomes est le signe d’une carte alliant avec esprit l’authenticité de la tradition et la modernité, cuisine de terroir en adéquation avec l’identité du lieu, une gastronomie normande décomplexée façon bistrot et des assiettes pimpantes diablement séduisantes.

jeudi 25 juin 2015

Thursday Oh Yeah ! : Josh Hartnett, 10 anecdotes terroir



Josh Harnett, l’homme du jour était l’acteur à suivre au début des années 2000. Physique avantageux, il truste, à l'époque, les couvertures de magazines ciné ou même mode. Virgin Suicides, Pearl Harbour, La Chute du Faucon noir, Sin City, Crazy in love, Le Dalhia noir, il enchaîne les rôles dans les productions prestigieuses. Un avenir pavé d’or lui est promis. Mais sa sensibilité de bon gars proche des siens et de son Minnesota natal le pousse à prendre ses distances avec Hollywood. En pleine gloire, il s’arroge un break, ce qui ne plait pas vraiment au milieu du cinéma. Depuis quelques années, il fait un retour plus posé. En 2008, il est même devenu l’égérie du parfum Armani, Diamonds for men. Aujourd’hui, son interprétation charismatique dans la série Penny Dreadful aux côtés d’Eva Green fait beaucoup parler de lui. Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, monsieur Josh Hartnett, sous vos applaudissements !

Music : Marina and the Diamonds - Forget



Sometimes I think I'm not that strong
But there's a force that carries me on
Sick of my small heart, made of steel
Sick of those wounds that never heal

'Cause I have lived my life in debt
I've spent my days in deep regret
Yeah, I've been living in the red
Oh, 'cause I can't forgive and I can't forget
Forget

mercredi 24 juin 2015

Théâtre : Un amour qui ne finit pas d'André Roussin - Avec Michel Fau, Léa Drucker, Pascale Arbillot, Pierre Cassignard - Théâtre de l'Oeuvre - Paris 9



A Divonne-les-Bains, lors d’une cure thermale, Jean croise la charmante Juliette. Epoux volage lassé de liaisons décevantes, il décide de nouer avec elle une relation platonique univoque. En quelques minutes de présentation excentriques, il lui expose son projet lui demandant expressément de ne pas répondre à cet amour, de se laisser adorer sans contrepartie. La jeune femme, elle-même mariée, bien que décontenancée est en quelque sorte séduite, amusée par le propos. De retour chez elle, Jean lui écrit tous les jours imaginant une idylle romantique idéale que l’objet adulé ne viendrait pas ternir par son intervention. Sans réciprocité, sans passion physique, sans mesquinerie ni mensonge, un amour prétexte aux songes, sentiment désincarné et pur. Roger, le mari de Juliette, mis au courant par sa femme de cette relation épistolaire en prend ombrage. Il compte faire cesser instamment cette lubie. Germaine, l’épouse de Jean, échaudée par ses incartades ne croit pas à la sincérité de celui-ci et tente de le pousser à consommer cette aventure afin de l’en dégoûter.

mardi 23 juin 2015

Cinéma : Poltergeist (2015) de Gil Kenan - Avec Sam Rockwell, Rosemary DeWitt, Jane Adams



Eric et Amy Bowen emménage avec leurs trois enfants dans une banlieue tranquille touchée de plein fouet par la crise économique. Alors qu’Eric a perdu son emploi, Amy se consacre à un projet de livre. Rapidement, les choses prennent une tournure singulière. Les appareils électriques se mettent en marche tout seuls et la plus jeune, Madison semble parler à des amis imaginaires cachés dans le placard. Griffin, son frère, surprend la fillette communiquant avec l’écran neigeux de la télévision. Lorsque les parents confient la garde des deux petits à la sœur aînée, Kendra, pour assister à un dîner, les esprits se déchaînent et Madison disparaît. La maison ainsi que tout le lotissement ont été construits sur un ancien cimetière et les âmes des morts cherchent à rejoindre la lumière. Eric et Amy font appel à une équipe de parapsychologues pour entrer en contact avec leur fille, retenue dans l’outre-monde.

lundi 22 juin 2015

Lundi Librairie : La folle histoire de l'urinoir qui déclencha la guerre - Laurent Flieder et Dominique Lesbros



La folle histoire de l'urinoir qui déclencha la guerre - Laurent Flieder et Dominique Lesbros : En 1910, alors que la crue de la Seine fait vivre des heures terribles aux Parisiens, le gouvernement français songe à organiser au sein de la Capitale, une nouvelle Exposition Universelle, célébration de la concorde universelle dont le lustre et le modernisme devrait supplanter de loin celle de 1900. Jules Chiche-Portiche, à la tête du comité d’organisation, humaniste et diplomate, compte fermement mener l’initiative à bien jusqu’à son inauguration prévue en 1915. Tandis que les artistes de l’avant-garde, parmi lesquels Guillaume Apollinaire, Marcel Duchamp et Erik Satie, fomentent un projet dissident, une exposition parallèle anticonformiste qui sera ouverte à leurs œuvres novatrices, une bombe explose dans les locaux de la commission. Les visionnaires de l’art sont soupçonnés puis rapidement blanchis, ils rejoignent le comité de Chiche-Portiche tout en prêtant main forte dans la résolution de l’enquête visant à déjouer le complot contre l’Exposition et la paix dans le monde.

samedi 20 juin 2015

Street Art : Le Collectif Quai 36 réenchante la Gare du Nord - Paris 10



Lieu de passage plus que lieu de vie, riche de symboles et marquée par une architecture singulière, la Gare du Nord vibre d’une animation de fourmilière qui ne prend fin que tard le soir et débute très tôt le matin. En 2013, un groupe d’amis, usagers réguliers des trains de banlieue, fonde le Collectif Quai 36 en hommage au quai par lequel ces street artists et amoureux de l’art urbain accèdent à Paris. A leur tête, Jonas Ramuz. Il démarche Patrick Ropert, directeur général de SNCF Gares et Connexions, afin de proposer un projet d’ampleur, une résidence d’artistes dans l’enceinte même de la plus grande gare d’Europe. Alors que les murs du métro font partie des supports de prédilection du street art, les rivages anonymes de la Gare du Nord,  plutôt sinistres à l’origine, avouons-le, apparaissent rapidement comme une surface idéale pour mener à bien cette initiative tout en dynamisant les lieux. Réinventant l’espace public, seize artistes du monde entier se proposent de poétiser le quotidien à travers une expérience esthétique et humaine jusqu’au 8 juillet. Partons à la découverte de ce musée-galerie d’un nouveau genre où chaque jour se presse une foule dense et pressée que l'art pourrait bien interpeller sur le vif au hasard d'un trajet. 

vendredi 19 juin 2015

Paris : Cité du Figuier, des ateliers de métallurgie aux ateliers d'artistes - 104-106 rue Oberkampf - XIème



Dans le quartier de la Folie Méricourt, la rue Oberkampf est plus célèbre pour ses nuits endiablées que pour son charme. Cet ancien chemin rural se déploie sur un bras mort de la Seine jusqu’aux pentes de Ménilmontant marquées par ce qui fût la Barrière des Fermiers généraux. L’urbanisation, à partir de la fin du XVIIIème siècle se fait progressivement. L’agencement y est représentatif des rues-faubourgs de l’est parisien. Les constructions d’un ou deux étages avec commerce sur rue sont la règle. En marge du Faubourg Saint Antoine où le bois est travaillé, cours et arrière-cours abritent dès le début du XIXème siècle artisanat et petite industrie centrés autour de la métallurgie. Ferronniers, batteur d’or, chaudronniers s’installent dans des impasses, petites cités ouvrières typiques du XIème arrondissement. Ces cours intérieures irrégulières, mal pavées souvent très humides sont bordées d’ateliers érigés en matériaux légers, relativement bas et aux fondations peu profondes. Il est toujours surprenant de découvrir au gré de promenades quelques résurgences de ce vieux Paris que des riverains enthousiastes ont su à la fois préserver et réhabiliter. Au 104-106 rue Oberkampf se cache l’un des plus jolis secrets du quartier, la Cité du Figuier qui aurait bien pu disparaître sans la patience et la passion qui animent ses habitants.

jeudi 18 juin 2015

Music : Belle & Sebastian - Piazza, New York Catcher



Elope with me Miss Private and we’ll sail around the world
I will be your Ferdinand and you my wayward girl
How many nights of talking in hotel rooms can you take?
How many nights of limping round on pagan holidays?
Oh elope with me in private and we’ll set something ablaze
A trail for the devil to erase

San Francisco’s calling us, the Giants and Mets will play
Piazza, New York catcher, are you straight or are you gay?
We hung about the stadium, we’ve got no place to stay
We hung about the tenderloin and tenderly you tell
About the saddest ending of a book you ever had to read
The statue’s crying too and well he may

mercredi 17 juin 2015

Théâtre : Gustave d'après la correspondance de Gustave Flaubert - Avec Jacques Weber - Théâtre de l'Atelier - Paris 18



En 1854, une nuit d’orage à Croisset, alors que Gustave Flaubert s’échine sur le manuscrit de Madame Bovary, forçat de la littérature obsédé par la perfection du style et le Beau, il reçoit une lettre de rupture de sa maîtresse Louise Colet. S’adressant à Eugène son domestique presque muet à côté de cet ogre déchaîné, le misanthrope génie torturé par l’angoisse de la création, entre grandeur et vicissitudes, vitupère contre les femmes, le conformisme mièvre des gens de lettres, la morale bourgeoise d’une société parisienne qu’il exècre, la bien-pensance. Porté sur les grands vins et les vénus mercenaires, volontiers paillard, Flaubert, intransigeant et bourru, truculent et angoissé méprise les conventions, la bienséance, se révolte contre la médiocrité, la paresse intellectuelle, les romantiques et leur sang de navet.

mardi 16 juin 2015

Cinéma : Valley of Love de Guillaume Nicloux - Avec Isabelle Huppert et Gérard Depardieu



Isabelle et Gérard, deux icônes du cinéma français qui ont été mariés il y a longtemps, se retrouvent dans un motel en Californie, aux portes de la Vallée de la Mort. Ils ont pour folle espérance de revoir leur fils, Michael, qui a mis fin à ses jours six mois plus tôt. Il leur a laissé à chacun des lettres les convoquant pour un dernier adieu. S’ils suivent les consignes, elles leur promettent une apparition après son décès. En attendant un signe de l’au-delà, ces rendez-vous dans le désert sur les traces de leur enfant suicidé sont l’occasion de régler des comptes, de s’interroger sur le couple et les parents qu’ils furent, sur le caractère immarcescible des choses.

lundi 15 juin 2015

Lundi Librairie : La Sorcière - Marie Ndiaye



La Sorcière - Marie Ndiaye : Dans un lotissement pour cadre moyen en périphérie d’une ville de province, la timide et maladroite Lucile mène une existence morne aux côtés de Pierrot, son mari, et de leurs jumelles. Descendante d’une lignée de puissantes sorcières, elle vit son médiocre don dans la honte alors que sa propre mère, infiniment douée, a préféré dissimuler les siens pour vivre une vie ordinaire. Arrivées à la puberté, Lucie initie ses filles, Maud et Lise. Bien que relativement indifférentes à cet enseignement, elles révèlent un talent immense. Peu à peu les deux fillettes s’échappent dans leur monde et Pierrot quitte sa famille du jour au lendemain en vidant le compte épargne de Lucie.

vendredi 12 juin 2015

Expo : Lascaux 3, à la découverte de l'art pariétal de Cro-Magnon - Paris Expo - Porte de Versailles - Paris 15



A la Porte de Versailles jusqu’au 30 août, une exposition itinérante d’envergure met à l’honneur la plus belle collection de peintures rupestres au monde, un trésor archéologique classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, la grotte de Lascaux. Après Bordeaux, Chicago, Houston, Montréal, Bruxelles, cet événement exceptionnel annonce l’ouverture en 2016 de Lascaux 4 à Montignac en Dordogne, une réplique intégrale de la grotte originelle découverte en 1940 par quatre adolescents mais fermée au public depuis 1963 pour des raisons de préservation. Sanctuaire décoré sur un siècle par notre ancêtre Cro-Magnon, la signification des 1500 gravures, 600 peintures et 450 signes présents à Lascaux n’a pas encore été élucidée. Lieu de transmission, d’initiation, sur les murs la grotte périgourdine s’ébattent 900 animaux, aurochs, bisons, chevaux, cerfs. Surnommée la Chapelle Sixtine de la Préhistoire, elle est un exemple rarissime de l’art des peintres graveurs du Solutréens. 

jeudi 11 juin 2015

Thursday Oh Yeah ! : Michiel Huisman, 10 anecdotes émouvantes



Michiel Huisman, l’homme du jour nous vient du plat pays, dégaine nonchalante de beau gosse aux yeux clairs. S’il a jusque-là trusté les hits de la télévision en jouant dans des séries comme Orphan Black, Treme ou Nashville, les petits malins ont surtout repéré son sex-appeal dans Game Of Thrones où il interprète Daario Naharis, mercenaire devenu chevalier servant de  Daenerys Targaryen, la mère des dragons. Une présence et un charme que Gisele Bündchen trouve très à son goût dans la dernière publicité du Chanel n°5. On ne lui en veut pas. Alors que sa carrière se déroulait essentiellement sur petit écran, la Mecque du cinéma lui fait aujourd’hui du pied et il devrait prendre son essor dans le monde des A-listers d’Hollywood. Il était d’ailleurs dernièrement dans toutes les salles aux côtés de Blake Lively dans la romance fantastique du printemps, Adaline. Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, monsieur Michiel Huisman sous vos applaudissements !

Music : Jenny Lewis - She's not me



I used to think you could save me,
I've been wandering lately
Heard she's having your baby,
And everything's so amazing
It goes on and on and on and on,
It goes on and on and on and on

But she's not me, she's easy

mercredi 10 juin 2015

Théâtre : D'autres vies que la mienne d'après Emmanuel Carrère - Avec David Nathanson - Manufacture des Abbesses - Paris 18



En compagnie d’Hélène et de leurs fils respectifs, Emmanuel Carrère est en vacances au Sri Lanka en 2004 lorsque le tsunami frappe l’Asie. Un couple de français avec qui ils ont sympathisé perd leur petite fille dans la tragédie. Alors que la femme mutique, sous le choc, semble s’éloigner des vivants, son mari développe des trésors d’amour et de force pour la soutenir. En rentrant à Paris, Emmanuel et Hélène apprennent que la sœur de celle-ci, Juliette, handicapée depuis son adolescence à cause d'une erreur médicale advenue lors du traitement d’un cancer, a été hospitalisée plus tôt pour une embolie pulmonaire. Elle a développé un nouveau cancer métastasé. Elle ne s’en sortira pas. Avec courage, cette brillante magistrate affronte la souffrance de la médicalisation afin de prolonger un peu le temps à passer avec ses trois fillettes et son époux. A son décès, Emmanuel Carrère est amené à croiser la route d’Etienne Rigal qui a été juge aux côtés de Juliette au tribunal d’instance de Vienne. Amputé d’une jambe, il a survécu à la maladie qui l’a frappé au début de l’âge adulte. Juliette et Etienne ont formé un tandem dénonçant les abus des sociétés de crédit à la consommation dans des affaires de surendettement, défendant les indigents contre l’avidité et la malhonnêteté de ces organismes.

mardi 9 juin 2015

Cinéma : Manglehorn de David Gordon Green - Avec Al Pacino, Holly Hunter, Harmony Korine



Dans une petite ville du Texas, un serrurier misanthrope vit reclus avec pour seule compagne une chatte du nom de Fannie qui ne va pas très bien et ne mange plus. Depuis vingt ans, A.J. Manglehorn écrit jusqu’à l’obsession à Clara le grand amour de sa vie, partie il y a si longtemps et qui lui retourne toutes ses lettres sans les lire. Malgré les années, il ne parvient pas à surmonter cette perte, il s’enlise dans la monotonie d’un quotidien sans éclat, fuyant ses semblables avec qui il n’arrive pas à créer de liens comme Gary un ancien protégé dont il a été le coach et qui a mal tourné ou encore son fils Jacob, un trader arriviste. Amour perdu, héritage dilapidé, gloriole passée, et pourtant il y a les après-midi rieurs avec sa petite-fille et Dawn, une employée de banque qu’il croise tous les vendredis et qui ne cache pas son béguin pour lui. 

lundi 8 juin 2015

Lundi Librairie : Mémé - Philippe Torreton



Mémé - Philippe Torreton : Hommage sobre et émouvant à sa grand-mère maternelle, Philippe Torreton trace un portrait de mémé Denise par petites touches, parfois rugueuses, toujours justes, à travers lesquelles s’exprime toute la tendresse du monde, sans jamais sombrer dans la mièvrerie. Amoureusement ciselée, cette ode à son aïeule de Triqueville, femme modeste au grand-cœur évoque une vie simple de labeur et de dévouement aux autres, une existence d’abnégation, d’économie et de générosité. Dans la solitude d’une petite ferme de Normandie pleine de courants d’air, forte, bienfaisante, droite, Mémé a su transmette à ses petits-enfants des valeurs pérennes. Trois maris, un frère bien aimé disparu pendant la guerre, elle a connu l’usine pour pouvoir payer des études à ses enfants et le quotidien sans repos des agriculteurs.

vendredi 5 juin 2015

Expo : Felice Varini, la Villette en suites - Anamorphoses monumentales, architecture transfigurée



Lorsque la Villette devient un parc en 1974, la Grande halle se transforme en espace culturel pluridisciplinaire. La structure de verre et de métal de cet ancien marché aux bestiaux pensé en en 1865 par l’architecte Jules de Mérindol offre un bel exemple de l’architecture du XIXème siècle. Dans le cadre du programme d’art contemporain de la Villette, Felice Varini, artiste suisse travaillant à Paris, propose une lecture nouvelle du bâtiment, à la fois contemplative et dynamique. Le long de la Galerie Est et au cœur du Pavillon Paul-Delouvrier plus récent, il a réalisé, pour l’occasion, une série de créations in situ, œuvres monumentales inspirées du minimalisme et de l’art optique.

jeudi 4 juin 2015

Thursday Oh Yeah ! : Jason Statham, 10 anecdotes viriles



Jason Statham, l’homme du jour, de nouveau un sujet de sa très gracieuse majesté, est à la fois une star de films d’action et l’un des acteurs fétiches de Guy Ritchie. Son amour du sport lui confère un corps spectaculaire qu’il entretient non-seulement pour l’esthétique mais également dans l’optique de pouvoir réaliser la plupart de ses propres cascades ainsi que les scènes de combat. Révélé en 1998 à l’âge de 30 ans, dans Arnaques, crimes et botanique, dès 2000, il joue aux côtés de Brad Pitt et Benicio del Toro. Mais c’est la série des films Le Transporteur qui assoit sa réputation internationale d’homme d’action. Fusil au point et prompte au combat, ses rôles se ressemblent même s’il se laisse parfois tenter par des comédies loufoques comme Braquage à l’italienne. Certains affirment qu’il s’est un peu égaré avec les vieux en jouant dans la série des Expendables mais il revient aujourd’hui sur les grands écrans avec Spy de Paul Feig. Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, monsieur Jason Statham, sous vos applaudissements !

Music : Clean Bandit - Rather be



We're a thousand miles from comfort, we have traveled land and sea
 But as long as you are with me, there's no place I'd rather be 
I would wait forever, exalted in the scene 
As long as I am with you, my heart continues to beat   

With every step we take, Kyoto to The Bay 
Strolling so casually 
We're different and the same, gave you another name 
Switch up the batteries   

If you gave me a chance I would take it
 It's a shot in the dark but I'll make it 
Know with all of your heart, you can't shame me
 When I am with you, there's no place I'd rather be
 N-n-n-no, no, no, no place I'd rather be 
N-n-n-no, no, no, no place I'd rather be 
N-n-n-no, no, no, no place I'd rather be 
Ooh ooh   


mercredi 3 juin 2015

Paris : Cité Durmar, survivance du vieux Paris en péril - 154 rue Oberkampf - XIème



Le long de la très commerçante rue Oberkampf subsistent encore, malgré la pression des promoteurs avides du moindre mètre carré, jolis passages et petites cours, lieux de mémoire du passé industriel de Paris. La Cité Durmar est une ancienne enclave maraîchère du quartier Saint-Ambroise situé au pied de Ménilmontant. Au cours du XVIIIème siècle, les cultivateurs construisent des maisonnettes sur leur parcelle. Celles-ci sont peu à peu transformées en ateliers divers et surélevées avec habitation à l’étage. Dès la fin du XVIIIème siècle, l’essor de l’industrie et de l’artisanat du bois local permet le développement de passages animés à l’atmosphère champêtre. Pavés disjoints polis par le temps, un petit chemin cahotant dans les herbes folles s’élance depuis le 154 rue Oberkampf dont l’entrée peu flatteuse laisse à peine deviner cette voie privée ouverte au public.

mardi 2 juin 2015

Cinéma : On voulait tout casser de Philippe Guillard - Avec Kad Merad, Charles Berling, Benoît Magimel - Par Sand



C’est l’histoire de cinq amis d’enfance, unis comme les cinq doigts de la main, inséparables, complices. Mais lorsque Kiki (Kad Merad) se découvre mourant d’un cancer, il le cache à ses chers potes et décide de partir vivre son rêve d’enfance : faire le tour du monde en bateau. Les vieux amis se parlent beaucoup, mais se disent-ils vraiment les choses ? A regarder attentivement la vie des uns et des autres, le vernis de perfection s’écaille, les faiblesses, les douleurs des uns et des autres se font jour.

lundi 1 juin 2015

Lundi Librairie : Liverpool Connexion - Lisa Giraud Taylor



Liverpool Connexion - Lisa Giraud Taylor : Sur la Terre ravagée par une épidémie de peste pulmonaire mutante, les Etats ont disparu au profit d’un pouvoir unique, l’ICV. De ce gouvernement totalitaire globalisé est né un monde nouveau de suspicion et de paranoïa. Ce système implacable où toute pensée est cadenassée annonce la fin de la civilisation telle que nous l’avons connue. Entre restriction des libertés individuelles et effets pervers des politiques ultra-sécuritaires, les survivants de la pandémie ont renoncé à leurs droits élémentaires. Dans la clandestinité, la résistance s’organise. Le B3 - Big Brother Band - est l’un de ces groupuscules armés qui luttent pour renverser l’ICV. Gaëlle Swanson, héritière oisive jusqu’à l’avènement de cette dictature de la terreur, est une femme forte que les événements ont révélé à elle-même. Surnommée Le Colonel, elle se trouve à la tête du B3 composé de mercenaires impitoyables, anciens terroristes, hackers de génie. Ces hommes dangereux imprévisibles, auxquels elle a accordé sa confiance, se sont trouvés une cause commune et un chef à rallier. Alliance contre-nature entre des êtres aux idéaux opposés mais liés par la volonté de combattre le nouvel ordre, la faction rebelle semble justifier par son existence les manœuvres du super-état policier. Alors que les tensions entre les membres du groupe de résistance s’accroissent, ils quittent la Serbie pour rejoindre la seule zone encore indépendante : l’Angoumois-Périgord.