mercredi 31 décembre 2014

Mes Adresses : Odette Paris, choux à la crème - 18 rue Montorgueil - Paris 1



Il a beaucoup été question des choux à la crème d’Odette sur la toile depuis l’ouverture en janvier dernier de la boutique salon de thé située à deux pas de Notre-Dame. Les avis dithyrambiques au sujet de ces petites pâtisseries auto-proclamées meilleurs choux de Paris ont piqué ma curiosité. A la très belle échoppe du Quartier Latin, implantée dans un immeuble datant du XVIIème siècle, Frédéric Berthy, le fondateur, a offert une petite sœur rive droite, un corner gourmand sur la vivante rue Montorgueil. L’officine minuscule et grande ouverte sur la rue tient dans un mouchoir de poche. Petite pensée pour les deux jeunes femmes charmantes mais frigorifiées qui nous reçoivent. Les codes maison noir et blanc sont repris, carrelage à damier et marqueterie, sans pourtant parvenir à retrouver le charme de son aînée. Un peu impersonnelle dans le brouhaha des Halles toutes proches. Mais je ne suis pas venue pour inspecter la décoration, ce sont les choux à la crème replets qui ont mené mes pas jusque-là.

mardi 30 décembre 2014

Cinéma : A most violent year de JC Chandor - [ #Concours Inside - Tentez de gagner 5 invitations pour 2 ] Avec Oscar Isaac et Jessica Chastain



New York, 1981, année record pour la criminalité. Abel Morales, self-made man dans le business du fuel et sa femme Anna, fille d’un mafieux de Brooklyn, sont sur le point de signer un contrat déterminant dans l’expansion de leur entreprise, Standard Oil Company. Au risque de tout perdre, ils mettent toutes leurs économies dans une valise afin de conclure un deal pour acheter des entrepôts portuaires à la périphérie de la ville dont l’emplacement idéal leur permettra d'accaparer une grande partie du marché. Ils ont trente jours pour régler le solde ou ils perdront leur acompte et le contrat. C’est alors que les ennuis commencent. Dans un monde entaché par la corruption et la violence, Abel tient à rester honnête, à garder les mains propres. Tandis que ses transporteurs se font attaquer, les camions et leur précieuse cargaison détournés, les syndicats de chauffeurs font pression sur lui pour armer illégalement les conducteurs. Sa famille est menacée par des inconnus. Le fisc lui tombe dessus au plus mauvais moment. Les banquiers retirent leur offre de prêt le laissant à la merci de ses rivaux, concurrents déloyaux qui rêvent de le voir couler. Abel se retrouve devant un dilemme moral : mettre à mal son intégrité ou céder aux compromissions et autres arrangement moraux ou juridiques.

lundi 29 décembre 2014

Lundi Librairie : Mémoires de porc-épic - Alain Mabanckou



Mémoires de porc-épic - Alain Mabanckou : Narrateur de ce récit, Ngoumba le porc-épic s’est réfugié au creux d’un baobab à la mort de son maître, Kibandi, un sorcier dont il était le double nuisible. Ame damnée exécutant les basses besognes de l’homme torturé à qui il était voué par la magie, l’animal aux longues épines, de nature paisible et philosophe malgré son destin sanguinaire, se confesse à l’arbre majestueux. Il raconte son histoire en témoin éclairé de l’étrange comportement du "cousin germain du singe" et la tragique destinée de son alter ego humain, entre violence et réflexions métaphysiques sur l’ordre du monde.

samedi 27 décembre 2014

Théâtre : King Kong Théorie d'après Virginie Despentes - Théâtre de la Pépinière - Paris 2



"J'écris de chez les moches, pour les moches, les frigides, les mal baisées, les imbaisables, toutes les exclues du grand marché à la bonne meuf, aussi bien que pour les hommes qui n'ont pas envie d'être protecteurs, ceux qui voudraient l'être mais ne savent pas s'y prendre, ceux qui ne sont pas ambitieux, ni compétitifs, ni bien membrés. Parce que l'idéal de la femme blanche séduisante qu'on nous brandit tout le temps sous le nez, je crois bien qu'il n'existe pas". Ainsi débute le brûlot pour un nouveau féminisme de Virginie Despentes publié en 2006, King Kong Théorie. Ecrivain engagé, révolté, punk, elle y évoque la question du genre, de la condition de la femme et par répercussion de l’homme dans notre société où les normes morales de l’ordre bien-pensant aliènent les individus quelque soit leur sexe. Etat des lieux dans la brutalité des faits, Vanessa Larré, jeune metteur en scène, a adapté, pour le théâtre, cet essai percutant et essentiel.

vendredi 26 décembre 2014

Expo : Marcel Duchamp. La peinture, même - Centre Pompidou - Jusqu'au 5 janvier 2015



Le Centre Pompidou présente, jusqu’au 5 janvier, une exposition mettant en lumière l’une des facettes méconnues du père du ready-made, Marcel Duchamp (1887-1968) qui par sa seule volonté transforme des objets prosaïques en œuvre d’art. Alors que ces saillies abondantes et définitives annoncent la mort de tout "art rétinien" revendiquant "l’expression intellectuelle plutôt que l’expression animale" cet érudit qui doute de l’utilité même de peindre, révèle à travers cette rétrospective une passion picturale paradoxale. La centaine d’œuvres exposées ensemble pour la première fois retrace le parcours de Marcel Duchamp du début des années 1910 jusqu’à 1923, date à laquelle il renonce tout à fait à peindre.

jeudi 25 décembre 2014

Music : Mariah Carey feat. Michael Bublé - All I Want For Christmas Is You


I don't want a lot for Christmas
There is just one thing I need
I don't care about the presents
Underneath the Christmas tree

I just want you for my own
More than you could ever know
Make my wish come true
All I want for Christmas is you, yeah.

mardi 23 décembre 2014

Cinéma : La famille Bélier de Eric Lartigau - Avec Karine Viard, Louane Emera, Eric Elmosnino et François Damiens



La famille Bélier tient une petite exploitation agricole prospère. Rodolphe et Gigi, les parents, ainsi que Quentin, le fils, sont sourds tandis que Paula, 16 ans, la fille aînée est la seule à entendre. Au lycée, elle décide de rejoindre la chorale pour se rapprocher d’un garçon. Sous la houlette de monsieur Thomasson, caustique professeur de musique, fan de Michel Sardou, elle se découvre un don pour le chant. Alors qu’elle décide de participer à un concours organisé par Radio France, elle réalise que pour suivre sa voie et monter à Paris, elle devra faire un choix entre son destin tout tracé d’agricultrice, sa famille pour laquelle elle joue les interprètes avec le monde extérieur et ses rêves de musique.

lundi 22 décembre 2014

Lundi Librairie : Rendez-vous - Christine Angot



Rendez-vous - Christine Angot : L’œuvre toute entière de Christine Angot, travail ambitieux sur l’autofiction, ne parle que d’elle-même. L’auteur sujet de son propre livre examine et analyse les moindres détails de ses émotions et relations amoureuses. A chaque nouvel opus, elle palpe son âme et ausculte son corps avec une ferveur monomaniaque. Rendez-vous relate par le menu ses liaisons successives avec un banquier d’affaire obstiné, autoritaire, jouisseur, vulgaire et un comédien de théâtre talentueux, alcoolique, insaisissable. Le chassé croisé entre les deux amants débute par une première entrevue hasardeuse avec le banquier plus âgé, chauve, physiquement ingrat à propos duquel Christine Angot hésite entre fascination et répulsion, occasion pour l’auteur d’esquisser une étude de mœurs et d’apporter un nouvel éclairage sur l’inceste avec le père. Avec une précision clinique, pas dépourvue d’une certaine complaisance, elle détaille leurs relations sexuelles jusqu’à la nausée.

samedi 20 décembre 2014

Théâtre : Deux hommes tout nus de Sébastien Thiéry au Théâtre de la Madeleine - Avec François Berléand et Isabelle Gélinas



Alain Kramer, grand avocat arrogant, se réveille chez lui en pleine après-midi, nu dans un lit en compagnie de Nicolas Prioux,  l’un de ses collègues, également en costume d’Adam. Les deux hommes ignorent comment ils sont arrivés là ou ce qui s’est passé entre eux. Décontenancés par cette situation incongrue, ils tentent de lever le mystère de leur black-out quand surgit Catherine, l’épouse de Kramer. En plein déni et prêt à raconter n’importe quoi pour sauver son couple, ce dernier se lance dans des explications abracadabrantes. Histoire classique prise à rebrousse-poil du triangle amoureux, le mari, la femme et l’amant dans une comédie absurde sur les incertitudes du désir entre farce et levée des tabous de la bourgeoisie.

vendredi 19 décembre 2014

Art : Rencontre avec Arkin Demirel, artiste-peintre parisien - Exposition le 20 et 21 décembre 2015 - 65 rue Meslay - Paris 3



Une présence. Essentielle, explicite dans l’harmonie du rythme imposé à l’ensemble des lignes. La toile travaillée, grattée, scarifiée est une surface parcourue de griffures, d’aplats, de sillons nervurés dans un geste presque calligraphique où la maîtrise du vocabulaire plastique permet de se débarrasser du superflu. Arkin Demirel explore la distance entre le réel et le sens donné, reflet d’un rayonnement intérieur méditatif. Né à Izmir en Turquie, cet artiste vit et travaille à Paris. Très jeune, il se prend de passion pour l’origami qu’il découvre seul à travers une émission de télévision destinée aux enfants. Son approche picturale, sa faculté d’abstraction, son sens de la géométrie sensible traduisent les influences de cet art ancestral. Elégance asiatique, lumière de la Méditerranée, noirs des grandes villes européennes marquent son travail d’une esthétique singulière s’exprimant dans la vibration d’une énergie contenue.

jeudi 18 décembre 2014

Thursday Oh Yeah ! : Chris Evans, 10 anecdotes fantastiques



Chris Evans, l’homme du jour est un comédien américain dont la plastique impressionnante a fait de lui l’un des sex-symbols de ces dernières années. Révélé par la comédie pour ado Sex Academy en 2001, il enchaîne les rôles en prenant soin de diversifier les genres. C’est en super-héros qu’il rencontre la consécration, tout d’abord en  interprétant La Torche Humaine dans la super-production Les Quatre Fantastiques en 2005 puis à partir de 2011 en tant que Captain America et la série des Avengers de Marvel. Science-fiction en 2007 dans le long-métrage de Danny Boyle Sunshine, film policier sombre avec Au bout de la nuit en aux côtés de Keanu Reeves et Forrest Whitaker en 2008, comédie romantique comme Journal d’une baby-sitter en compagnie de Scarlett Johansson en 2007 ou (S)Ex List en 2011, il joue sur tous les tableaux pour séduire son public. En 2015, il sera de nouveau à l’affiche de la franchise Marvel avec Avengers : Age of Ultron de Joss Whedon. Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, monsieur Chris Evans sous vos applaudissements !

Music : The White Stripes - When I Hear My Name


When I hear my name
I wanna disappear
Whoa-oo-o
Whoa-oo-o
Whoa-oo-o

When I see my face
I wanna disappear
Whoa-oo-o
Whoa-oo-o
Whoa-oo-o

mercredi 17 décembre 2014

Résultats du Concours Rubens Barn : Qui a gagné la jolie poupée Frida ?


Il y a deux semaines, je lançais un sympathique concours de Noël tout en vous faisant découvrir les adorables poupées suédoises Rubens Barn. Vous avez été très nombreux à participer pour tenter de gagner Frida la mini-ballerine. Je vous remercie pour votre enthousiasme pour l'un de mes coups de coeur de la soirée eStory Noël magique organisée par les e-Parisiennes chic et choc, Sheily et Nathalie. Je suis un tout petit en retard pour diffuser les résultats du concours et je vous prie de m'en excuser. Je me rattraperai sur l'envoi éclair. Ne vous faisons pas languir plus longtemps.

mardi 16 décembre 2014

Cinéma : The Search de Michel Hazanavicius - Avec Bérénice Bejo, Abdul Khalim Mamatsuiev - Par Lisa Giraud Taylor



Quand le réalisateur de The Artist plonge dans le conflit Tchétchène de 1999, il nous entraîne sur les traces de quatre personnages, au cœur de la violence et des atrocités de la guerre. Dans un village tchétchène, Hadji, neuf ans, interprété par Abdul Khalim Mamatsuiev, assiste impuissant à l’assassinat de ses parents. Fuyant le lieu du massacre, il rejoint les cohortes de réfugiés avec son petit frère nouveau-né. Il croise le chemin de Carole (Bérénice Bejo), une chargée de mission pour  l’Union Européenne, militante des droits de l’Homme esseulée- elle ne parle qu’à sa mère- qui prend sous son aile l’orphelin. Sa grande sœur Raïssa (Zukhra Duishvilli) ne voulant pas se résoudre à l’idée que ces frères puissent avoir péri sous les décombres de leur village, les cherche obstinément parmi les civils en exode. Parallèlement, Kolia (Maxime Emelianov), un jeune russe de 20 ans, est enrôlé de force dans l’armée et envoyé sur le front après une condamnation pour avoir fumé un joint. Il tente de résister à l’embrigadement visant à faire de lui un soldat sans pitié, une machine tandis qu’il découvre l’horreur quotidienne de la guerre.

lundi 15 décembre 2014

Lundi Librairie : A moi seul bien des personnages - John Irving



A moi seul bien des personnages - John Irving : A défaut d'avoir connu son père biologique, William dit Billy Abbott, le narrateur, a adopté le patronyme de son beau-père lorsqu’il est devenu écrivain. Il nous raconte la naissance de sa vocation et son parcours mouvementé. Membre d’une famille d’enseignants un peu excentriques, il grandit à First Sister dans le Vermont. Ils sont les piliers du théâtre amateur de la petite ville, troupe pour laquelle le grand-père travesti incarne régulièrement les rôles féminins. Les premiers émois de Billy font apparaître chez lui de singulières difficultés de prononciation. Dans l’Amérique puritaine des années 50, cet adolescent sensible, tout de désir comme on l’est à cet âge, s’interroge sur sa sexualité et ses objets d’amour protéiformes. Il s’éprend de Miss Frost la bibliothécaire à carrure d’athlète qui lui fait découvrir Dickens, mais également de son beau-père Richard Abbott professeur de littérature et de théâtre et enfin de Kitteridge, le champion de lutte de son école. Alors qu’il cherche des solutions dans les livres à ces "erreurs d’aiguillage amoureux", peu à peu, Billy découvre son attirance pour les beautés à l’identité sexuelle trouble.

samedi 13 décembre 2014

Expo : Rétrospective Jeff Koons - Centre Georges Pompidou - Paris 4



Chantre de la provocation et du kitsch, maître incontesté des salles de vente où ses créations atteignent des sommes colossales, Jeff Koons, artiste polémique s’il en est, brouille les frontières entre la culture populaire et les beaux arts. Reprenant à son compte, les codes de la société de consommation, il satisfait les désirs d’une époque avide d’images faciles, trace à travers ses sculptures monumentales, régressives, œuvres lisses aux couleurs acidulées, un paysage mental de l’Occident où l’apparence a pris le pas sur la profondeur. Cet ancien trader de Wall Street qui assume sa quête de gloire par l’art, pur produit de la société américaine en harmonie avec son temps, s’installe au Centre Pompidou jusqu’au 27 avril 2015 pour une rétrospective sur ses trente-cinq ans de carrière. Après le Whitney Museum de Londres et avant le Guggenheim de Bilbao, c’est donc le monde de l’art parisien qui adoube, aujourd’hui, le trublion néo-pop.

vendredi 12 décembre 2014

Art : Chaufferie avec cheminée - Jean Dubuffet - 1996 - Carrefour de la Libération - Vitry-sur-Seine



Haute silhouette bleu-blanc-rouge dressée au centre du Carrefour de la Libération à Vitry-sur-Seine, Chaufferie avec cheminée est une œuvre monumentale de Jean Dubuffet (1901-1995) inaugurée le 28 mars 1996, prélude au Musée d’art contemporain du Val de Marne lui faisant face qui ouvrit ses portes en 2005. Base cubique trapue surélevée par un pic de volutes évoquant la fumée qui s’échappe d’une cheminée, cette sculpture comme un clin d’œil à l’histoire industrielle de la ville est l’un des exemples forts de la politique culturelle municipale en faveur des arts menée depuis les années 60.

jeudi 11 décembre 2014

Music : Tom Waits - Time


Well, the smart money's on Harlow
And the moon is in the street
The shadow boys are breaking all the laws
And you're east of East St. Louis
And the wind is making speeches
And the rain sounds like a round of applause
Napoleon is weeping in the Carnival saloon
His invisible fianc is in the mirror
The band is going home
It's raining hammers, it's raining nails
Yes, it's true, there's nothing left for him down here

mercredi 10 décembre 2014

Théâtre : La Vénus à la fourrure de David Ives au Théâtre Tristan Bernard - Avec Marie Gillain et Nicolas Briançon



L’écrivain et metteur en scène Thomas Novachek cherche le premier rôle féminin de sa dernière création librement inspirée du sulfureux roman de Leopold Sacher-Masoch, La Vénus à la fourrure. Après une longue journée d’auditions infructueuses, il désespère de trouver la comédienne qui interprétera sa Wanda von Dunajev, héroïne de la pièce. Alors qu’il s’apprête à quitter le théâtre, apparaît Vanda Jordan, maquillage outrancier, accent traînant et verbe fleuri, vêtue de cuir sous son manteau léopard, collier de chien autour du cou. Tout d’abord ulcéré par cette intrusion tardive, Novachek accepte tout de même de la recevoir et de poursuivre la lecture en sa compagnie. Séduit par son interprétation, le metteur en scène est entraîné presque malgré lui dans un jeu de rôles où les rapports de force vont s’inverser, dominant et soumis. Mais qui est vraiment Vanda qui de vulgaire et maladroite se révèle peu à peu complexe, charnelle et joueuse ?

mardi 9 décembre 2014

Cinéma : Qu'Allah Bénisse la France d'Abd Al Malik - Avec Marc Zinga et Sabrina Ouazani



Adaptation sur grand écran du livre autobiographique d’Abd Al Malik slameur poète, Qu’Allah Bénisse la France raconte le destin d’un jeune homme, enfant d’immigrés congolais qui grandit dans une cité HLM avec ses frères et leur mère pour seul soutien. Elève brillant, Régis, interprété par Marc Zynga, lumineux, s’ouvre au monde, à la culture et la philosophie tandis que pour réaliser ses rêves de musique, il flirte avec les interdits, l’argent facile, la drogue. Régis converti à l’Islam devient Abd Al Malik et trouve la paix grâce à la spiritualité et à l’amour. Chroniques de la cité, hommage aux quartiers et aux existences en périphérie, le réalisateur saisit avec sincérité le quotidien d’un groupe d’adolescents qui se cherchent entre délinquance, solitude du bitume et grands espoirs secrets.

lundi 8 décembre 2014

Lundi Librairie : L'envie - Sophie Fontanel



L'envie - Sophie Fontanel : "Pendant une longue période, qu’au fond je n’ai à cœur ni de situer dans le temps ni d’estimer ici en nombre d’années, j’ai vécu dans peut-être la pire insubordination de notre époque, qui est l’absence de vie sexuelle."  Dans un monde de plus en plus érotisé, corrodé par la surenchère de sexualité comme une injonction à jouir, Sophie Fontanel raconte, à travers un texte à peine romancé, comment elle a cessé de faire l’amour. Défiant la norme qui voudrait que la réussite sociale passe par la réussite du couple, dans un amalgame abscons liant le sexe et la performance, l’auteur évoque le corps qui se révolte « cadenassé aux endroits stratégiques », le refus des diktats afin de retrouver son équilibre, se réapproprier sa propre chair en remplaçant l’amant par l’imagination et le fantasme.

samedi 6 décembre 2014

Coup de coeur : Les macaronias de Paris Chocolat par Eric Monterrat, maître-chocolatier



Lors de la superbe soirée de Noël e-Parisiennes aux Jardins du Marais, la gourmandise était à l’honneur. Fondée en 1951 à Luc-sur-Aude tout près de Carcassonne, la chocolaterie Nougalet est une entreprise familiale où les méthodes artisanales dans le respect de la tradition s’allient avec bonheur à l’esprit d’innovation. Jusqu’en 2010, la production est destinée uniquement aux professionnels mais désireux de partager ce savoir-faire avec le grand public, le maître-chocolatier Eric Monterrat choisit de lancer la marque Paris Chocolat. Saveurs riches et généreuses des cacaos grand cru, Ghana, Côté d’Ivoire ou encore Mexique, amandes espagnoles, noisettes italiennes, les ingrédients de ces chocolats hauts de gamme sont sélectionnés avec rigueur et passion des beaux produits. Praliné, noir origine, lait ou blanc, les délices de Paris Chocolat seront un must au pied du sapin. Et parmi toutes les créations, j’ai totalement craqué pour une petite confiserie chamarrée qui cache bien son jeu.

jeudi 4 décembre 2014

Thursday Oh Yeah ! : Damon Albarn, 10 anecdotes à quatre mains



Damon Albarn, l’homme du jour aura nécessité quatre mains pour tracer son portrait. Lisa, en grande fan, s’est joint à moi afin de glaner les anecdotes sur ce musicien surdoué, chanteur, pianiste, violoniste, producteur, compositeur. Enfant terrible du rock britannique - on se souvient des accrochages dantesques avec les frères Gallagher du groupe Oasis - il est une figure incontournable de la Britpop, leader des groupes Blur, The Gorillaz, The God, the Bad and the Queen mais également l'auteur des opéras rock Monkey, Journey to the West avec Jamie Hewlett et Dr Dee : An English Opera. Il a lancé son premier album solo, Everyday Robots, en avril dernier. Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, monsieur Damon Albarn, sous vos applaudissements !

Music : Deep Purple - Smoke on the Water



We all came out to Montreux
On the Lake Geneva shoreline
To make records with a mobile
We didn't have much time
Frank Zappa and the Mothers
Were at the best place around
But some stupid with a flare gun
Burned the place to the ground
Smoke on the water, fire in the sky

mercredi 3 décembre 2014

Théâtre : Kinship de Corey Perloff - Avec Isabelle Adjani, Vittoria Scognamiglio et Niels Schneider - Théâtre de Paris



La charismatique rédactrice en chef d’un journal local américain, deux enfants et un mari qu’elle aime,  s’éprend d’un petit reporter, charmeur arrogant, scénariste raté qui s’essaie au journalisme, et qui se trouve être, mais elle l’ignore, le fils de sa meilleure amie, pétulante mère intrusive. Le jeune homme tout d’abord obsédé par cette femme brillante et glaciale qu’il parvient malgré tout à séduire, finit par la repousser en réalisant qu’il ne l’égalera jamais, effrayé par cet amour dévorant. Histoire triangulaire de passion inassouvie et de transgression, Corey Perloff, l’auteur s’est librement inspiré lors de l’écriture de Kinship, de Phèdre de Racine, pièce qu’elle avait montée peu de temps auparavant et qui la hantait encore.

mardi 2 décembre 2014

Résultats du concours L'incomprise d'Asia Argento - Qui a gagné les 5 invitations pour 2 personnes ?



A l'occasion de la sortie du film L'incomprise d'Asia Argento, je vous proposais, la semaine passée, un joli concours afin de tenter de gagner l'une des cinq invitations pour deux personnes mises en jeu. Je vous remercie pour votre enthousiasme concernant ce long métrage. Ne soyez pas déçus si vous n'avez pas remporté l'un des prix aujourd'hui, je vous promets de nombreux concours à venir qui éclaireront la nouvelle rubrique cinéma du mardi.  

Cinéma : Night Call de Dan Gilroy avec Jake Gyllenhaal et Rene Russo - Par Sand



Louis Bloom, un loser asocial, vivote de petits larcins. Mais Louis veut s’en sortir, il a de grandes, de très grandes ambitions. Alors quand sa route croise celle de reporters écumant Los Angeles by night, à la recherche d’images choc à vendre aux chaînes locales, il y voit LA bonne idée qu’il attendait, celle qui correspond à ses attentes ET à ses capacités. Branché sur les fréquences radio de la police, caméra miteuse au poing, il devient chasseur de scoops. Charognard des temps modernes, diablement doué pour dénicher les faits divers sanglants, graves accidents de la route, incendies, meurtres, qui satisferont le voyeurisme des téléspectateurs. Bloom ne tarde pas à franchir la ligne jaune dans une course sans limite à l’info spectacle, au sensationnalisme. 

lundi 1 décembre 2014

Lundi Librairie : Le Royaume - Emmanuel Carrère #MRL14



Le Royaume - Emmanuel Carrère : Au début des années 90, Emmanuel Carrère a vécu une crise mystique. En panne d’inspiration, le romancier s’est tourné vers la religion. Exégèse le matin et messe tous les soirs, se nourrissant de la vérité des Evangiles, il a embrassé une foi qu’il a abandonné depuis pour un agnosticisme tiède. Ouvrage de vulgarisation captivant, texte hybride que l’auteur qualifie lui-même de « mémoire autobiographique, enquête historique, méditation sur le Christianisme », Le Royaume remonte aux sources de notre civilisation à travers un récit foisonnant aux multiples entrées, sorte de péplum métaphysique.