Ailleurs : Planches Contact 2022, la 13ème édition du festival de photographie de Deauville - Jusqu’au 1er janvier 2023


La treizième édition du festival Planches Contact à Deauville sollicite les imaginaires autour du territoire normand. L’évènement a pour vocation de faciliter la création photographique, d’enrichir la collection contemporaine de la ville conservée aux Franciscaines et de favoriser les rencontres autour de débats, tables rondes et moments d’échanges entre les publics et les artistes. Laura Serani commissaire d’exposition, autrice, directrice du festival depuis 2019, Philippe Augier, maire de la ville de Deauville et Caroline Clémensat, directrice des Franciscaines ont invité à l’occasion de cet opus une trentaine de photographes, iconiques, confirmés et émergents. Les têtes d’affiche, Jessica Lange, invitée d’honneur, exposée pour la première fois en France, Raymond Depardon, Bettina Rheims, Georges Rousse, The Anonymous Project côtoient artistes établis et jeunes talents. Les nombreuses résidences organisées à cette occasion proposent à ces derniers des conditions privilégiées de création, de production et présentation ainsi que des moments de solidarité avec une vente aux enchères caritative. 

Deauville havre de liberté et plus largement la Normandie, décor et protagoniste, ont inspiré Jean-Christophe Béchet, Carolle Benitah, Jean-Christian Bourcart, Stefano De Luigi, Omar Victor Diop, Francesco Jodice. Les sept photographes proposent des travaux inédits produits dans ce cadre, images exposées dans les lieux deauvillais les plus iconiques, de la plage à l’hôtel Normandy, dans les centres d’art, Franciscaines dont la programmation a fait l'objet d'un article antérieur ici et Point de vue, et des lieux originaux tel que l’ancien yacht club, le grand bain, le petit bain, la promenade Lucien Barrière, l’embarcadère. Le parcours conçu comme une chasse aux trésors à travers la ville invite à la flânerie. Les scénographies innovantes sur-mesure réalisées par Jean-Charles Remicourt-Marie soulignent la variété des regards, démarches documentaires, poétiques, oniriques. L’engagement social n’est pas en reste avec les résidences fondation Photo4food auxquelles ont participé Stanislas Augris, Diana Lui, Anne-Laure Maison et Michel Cam, Anne-Charlotte Moulard. Le Tremplin jeunes Talents plus largement évoqué ici dont les séries sont exposées aux Franciscaines, soutient la création des débutants. Les points de vue multiples d’une programmation internationale et transgénérationnelle interrogent le rôle de la photographie, la perception du réel. Surgissement de l’insolite, de l’inattendu, visions éclectiques. 



Bettina Rheims

Bettina Rheims

Georges Rousse

Georges Rousse

Stanislas Augris

Stanislas Augris

Anne-Laure Maison et Michel Cam

Anne-Laure Maison et Michel Cam

Créé en 2010, le festival Planches Contact fondé sur le principe des commandes publiques accueille chaque année plusieurs photographes en résidence, de quelques semaines à plusieurs mois. Leur travail sur les identités deauvillaises, étendu à tout le territoire normand, s’adresse à tous les publics, regards croisés de personnalités reconnues et de talents émergents. Soutien permanent aux artistes, expériences, opportunités pour les plus jeunes, le festival Planches Contact s’attache à fournir aux photographes les conditions nécessaires et la liberté pour produire, concevoir des installations et des expositions ambitieuses ainsi qu’un catalogue dans un temps limité. Il leur offre la possibilité de dépasser les frontières entre les pratiques, glissement de la photographie, vers la vidéo, l’architecture, le dessin. La ville studio à ciel ouvert, le territoire normand lieu d’expérimentation esthétique à investir renouvellent les enjeux plastiques. Les univers se confrontent, lancent des passerelles avec le cinéma, nouent des liens entre le festival du film américain et Planches Contact. 

Au Point de vue, Bettina Rheims présente avec la collaboration de Marie-Noëlle Perriau « La Chapelle » une installation immersive développée pour la première à Hyères en 2018. Des photographies de magazines, à l’esthétique très 1990, tapissent une caisse de transport en pin monumentale du sol au plafond. Lacérations, déchirement, le procédé détourne les clichés, redonne vie aux images de stars, Madonna, Elizabeth Berkley, Monica Bellucci. Il évoque le travail des affichistes, de Jacques Villeglé et Mimo Rotella. 

L’exposition « Pérégrinations » de Georges Rousse, photographe plasticien rend compte de son travail sur les anamorphoses à l’ancien yacht club de Deauville. Cette présentation des photographies finale décrypte le procédé de l’artiste, repérage des lieux, dessins préparatoires, intervention sur le bâtiment et finalement photographies sans jamais aucun trucage.

Sur la plage de Deauville, dans le cadre de la résidence Photo4food, sont présentés les projets « La Morsure » de Stanislas Augris, au sujet de l’influence de l’industrie portuaire sur la nature normandes, et « Human Soul » du tandem Anne-Laure et Michel Cam, interventions monumentales sur des bâtiments qui valorisent le parcours d’anonymes. Photo4food, fondation caritative créée par Virginie et Olivier Goy, promeut le travail de photographes qui en retour offrent certaines de leurs images. Dans le cadre de Planches Contact, l’institution finance la résidence et l’exposition de cinq artistes. La vente des photographies au profit des associations engagées contre la pauvreté, la précarité, permet de fournir des repas aux plus démunis, et de soutenir l’action d’association locale comme La Croix Rouge de la Côte Fleurie. 


Raymond Depardon

Raymond Depardon

Raymond Depardon

Raymond Depardon

Diana Lui

Diana Lui

Anne-Charlotte Moulard

Anne-Charlotte Moulard


Raymond Depardon, en couleurs et en format américain, évoque la beauté du littoral français, la modernité de la plage, la lumière de la côte normande. Le photographe met en avant les qualités esthétiques particulières du film Kodak 400 ASA, fabriqué à Rochester, dans l’état de New York aux Etats-Unis, sur le même méridien que Deauville. Et donc particulièrement adapté.

The Anonymous Project réunit, conserve l’une des plus importantes collections de photographies couleur amateur du XXème siècle. Invité dans le cadre du festival Planches Contact, Lee Shulman, l’homme derrière cet extravagant travail de fourmi, met en scène certaines de ces images, apparitions incongrues dans la ville, rencontres impromptues sur les Planches. L’installation centrale du projet deauvillais a investi une ancienne bibliothèque de quartier transformée en trois pièces, habité par une famille des années 1960. L’oeuvre n’est visible que de l’extérieur par les portes fenêtres. 

Au Grand Bain, dans le cadre de la résidence Photo4food, Diana Lui livre la série « Les épées de Jeanne. Cartographies des contemporaines de Jeanne d’Arc ». Elle réinvente cette figure historique qui se trouve réincarner à travers des femmes d’aujourd’hui, engagées. Anne Charlotte Moulard, réalisatrice et photographe, déploie un palindrome en images, « Léon a rasé César à Noël » récit mystérieux, non-linéaire, fragmenté, dans lequel elle capture l’essence de lieux normands hors du temps.



Omar Victor Diop

Omar Victor Diop

Omar Victor Diop

Omar Victor Diop

Carolle Bénitah

Carolle Bénitah

Jean-Christian Bourcart

Jean-Christian Bourcart



Au Petit bain, au square François André et aux Franciscaines, le travail ponctué d’accents biographiques d’Omar Victor Diop noue des dialogues entre les paysages deauvillais et son pays natal, le Sénégal. A trente ans, il travaille dans la finance et la communication d’entreprise. Autodidacte, il plaque tout pour embrasse une nouvelle vie à travers la photographie nouvelle vie. Sur le fil tendu d’une mythologie personnelle, Omar Victor Diop se met en scène à travers la ville, matière brute à laquelle il prête une essence dakaroise. La série « Odysseia », ses déambulations poétiques feront objet d’une parution aux Editions Vuitton. 

Dans le hall de l’hôtel Normandy Barrière, Carolle Bénitah se plonge dans les archives photographiques de Deauville et réenchante la vie de tous les jours en questionnant la disparition d’anonymes passés sur cette terre sans laisser d’autres traces que de vieilles photographies jaunies par le temps. A l’Embarcadère, Jean-Christian Bourcart expose « Blow up Normandie. Fragments d’une chronologie du hasard » un tableau vivant de la Normandie par le biais de ces habitants, portraits d’anonymes saisis dans leur vie quotidienne, saynètes décomposées en kaléidoscope cinématographique.

Planches Contact - Festival de Photographie de la ville de Deauville
Jusqu’au 1er janvier 2023

143 avenue de la République - 14800 Deauville

Les Franciscaines 
145 b avenue de la République - 14800 Deauville
Accueil : 02 61 52 29 20
Horaires : Ouvert du mardi au dimanche de 10h30 à 18h30 - Fermé le lundi

Point de Vue 
7 rue de la Mer - 14800 Deauville
Tél : 02 31 14 02 02


Les invités de la 13ème édition

Jessica Lange, invitée d’honneur
Raymond Depardon
Bettina Rheims
Georges Rousse 
The Anonymous Project


Les résidences Planches Contact 

Jean-Christophe Béchet

Carolle Bénitah 

Jean-Christian Bourcart

Stefano De Luigi 

Omar Victor Diop 

Francesco Jodice


Les résidences avec la fondation photo4food

Stanislas Augris

Anne-Charlotte Moulard 

Diana Lui 

Anne-Laure Maison et Michel Cam 


Les résidences Tremplin jeunes talents


Les lieux d’expositions

- Le Point de Vue
Bettina Rheims
Georges Rousse
Reflexions Masterclass 2.0

- Petit bain
Omar Victor Diop

- La plage
Raymond Depardon
Stanislas Augris
Anne-Laure Maison et Michel Cam

- Grand bain
Anne-Charlotte Moulard
Diana Lui

- Square François André
Omar Victor Diop

- La Chatonnière et autres lieux dans la ville
The Anonymous Project

- Embarcadère
Jean-Christian Bourcart

- Les Franciscaines
Jessica Lange
Stefano De Luigi
Omar Victor Diop
Carolle Benitah
Francesco Jodice
Jean-Christophe Béchet
Ciro Battiloro
Dana Cojbuc
Émile Garçon et Lise Guillon
Henri Kisielewski
Bruno Labarbère
Concours de la 25ème Heure Longines



Caroline Hauer, journaliste depuis le début des années 2000, a vécu à Londres, Berlin et Rome. De retour à Paris, son port d’attache, sa ville de prédilection, elle crée en 2011 un site culturel, prémices d’une nouvelle expérience en ligne. Cette première aventure s'achève en 2015. Elle fonde en 2016 le magazine Paris la douce, webzine dédié à la culture. Directrice de la publication, rédactrice en chef et ponctuellement photographe de la revue, elle signe des articles au sujet de l’art, du patrimoine, de la littérature, du théâtre, de la gastronomie.