vendredi 14 avril 2017

Paris : Mouzaïa, le micro-quartier de charme, la Butte Beauregard bucolique - XIXème



Entre les Buttes Chaumont et du Chapeau Rouge, la Butte Beauregard à l'ombre des tours de la place des Fêtes, dissimule un petit quartier pittoresque hors du temps, épargné par la folie bétonnière des années 1970. Articulé autour du triangle formé par les rues Miguel Hidalgo, de Mouzaïa, de Bellevue et David d'Angers, le quartier de la Mouzaïa se compose de ruelles escarpées, succession de villas abondamment fleuries. Le labyrinthe de venelles se pare des attraits de la rose et du lilas. Dans l'abondance des glycines et des bignones, le chèvrefeuille fait chorale de son parfum entêtant. Les bicoques accrochées à la pente jouent à cache cache dans la verdure. Agrippées l'une à l'autre derrière des palissades, les petites maisons de ville datent la plupart de la fin du XIXème, début du XXème siècle. A l'origine, habitat ouvrier, la poésie bucolique de leur cadre préservé est aujourd'hui très prisée. Tout d'abord voies privées, les villas ont été progressivement ouvertes à la circulation publique déployant cette configuration singulière de petites sentes de campagne, pavées comme à la ville, éclairées par des lampadaires modèle Oudry, mât décoré de lierre caractéristique de Paris. La Mouzaïa, une promesse de dépaysement !










Construite sur les anciennes carrières de gypse exploitée depuis le XIIIème siècle jusqu'au XIXème, la Mouzaïa et son ensemble de villas en pente douce qui grimpent vers la place des Fêtes, apparaît comme l'une des dernières enclaves bucoliques du quartier Amérique - qui selon une légende urbaine inexacte doit son nom à l'exportation jusqu'en Louisiane du plâtre extrait dans les carrières de la Butte Beauregard. Son destin s'est fixé à la fin du XIXème siècle à la suite du rattachement des communes à la ville de Paris en 1860.

Avec la fin de l'exploitation des carrières, l'urbanisation en marche louche vers cette butte pelée dont les sous-sols instables ont limité la constructibilité. A part quelques cabanes établies par une population indigente, c'est la zone. Seuls les Apaches y trouvent leur compte et jusqu'à ce que les entrées soient comblées, ils ont pour habitude, fuyant la police, de trouver refuge dans les galeries des carrières.









Un grand projet de marché aux chevaux et au foin voit le jour en 1870. Défaite contre les Prussiens, Commune de Paris et magouilles des édiles transforment l'aventure en fiasco financier mais le quartier conserve le tracé des grandes rues percées en 1875. Tracé qui sera complété en 1889 par le Y des rues Liberté, Egalité, Fraternité dont le nom exalte les valeurs républicaines à l'occasion du centenaire de la Révolution. 

A partir de 1881, la ville de Paris, concerné par l’insalubrité de l’habitat aux portes de la capitale, envisage la construction de logements économiques à destination des populations modestes. L'architecte et promoteur Paul Casimir Fouquiau, qui était déjà du projet de marché aux chevaux profite dès 1889 de la loi Siegfried instituant les HBM - Habitations à bon marché, ancêtre des HLM - pour créer une société immobilière et bénéficier de prêts immobiliers publics pour la construction de logements ouvriers répondant aux nouvelles idées hygiénistes en vogue. La Ville cède les terrains à bas prix aux investisseurs privés. 








Paul Casimir Fouquiau est le principal promoteur du lotissement qui progresse le long des nouvelles voies et des anciens chemins qui menaient aux moulins de la Butte Beauregard. De courts passages sont percés entre les rues existantes. Terrain en pente et sous-sols fragiles minés par les carrières restreignent les constructions à un habitat de dimensions modestes. 

Le quartier est populaire et de nos jour la Maison Oeuvre de la Bouchée de Pain située rue de la Fraternité en témoigne encore. Fondée en 1884 par Monsieur et Madame Dehaut, cette fondation privée offre couvert et gîte aux plus démunis. Reconnue d'utilité publique par décret du 30 juillet 1900, cette association caritative existe encore et le bâtiment du 5 rue de la Fraternité dans le XIXème en est le dernier réfectoire. De 1890 à 1920, sous la IIIème République, les premières mesures politiques de logement voient le jour.

En 1898, la villa de Bellevue entièrement imaginée par Fouquiau comprend trente maisons ouvrières conçues selon quatre types répondant à des critères identiques : un demi-étage à l'entresol, une pièce à vivre au rez-de-chaussée, une chambre à l’étage, un jardinet devant, une courette à l’arrière où se trouvent les sanitaires, une étroite porte d’entrée couverte par une marquise. Alors qu'elles devaient originellement permettre à des populations ouvrières d'accéder à la propriété, les maisons seront finalement louées.









Villas d'Alsace, Eugène Leblanc, Emile Loubet, de Bellevue, des Lilas, Sadi-Carnot, Félix Faure au Sud, au nord Progrès et Renaissance, la Mouzaïa se forme en séries d'allées flanquées de maisonnettes en pierre, en briques, en meulière. Jusqu'en 1920, le quartier se développe selon le modèle pensé par Paul Casimir Fouquiau. Mais durant l'Entre-deux-guerres, les habitations prennent de l'ampleur permettant ainsi de loger une famille au rez-de-chaussée et une autre à l'étage. Les toilettes sont intégrées dans les maisons. Le progrès est d'importance !

Le Hameau du Danube, au 46 de la rue du Général Brunet, de nos jours, protégé par un digicode, est construit entre 1923 et 1924 par les architectes Albenque et Gonnot qui imaginent une série de vingt-huit pavillons établis en forme de boucle. L'ensemble remporte le concours de façades de la ville de Paris en 1926. Plus cossues, ces habitations sont louées par un propriétaire unique à un population d'employés. Les villas des peintres et des poètes, villas Verlaine, Rimbaud, Laforgue, Monet, suivent le mouvement concentrique tandis qu'entre les rues de la Prévoyance et de la Solidarité de petits immeubles à vocation sociale voient le jour. Du n°3 au n°7 rue de la Prévoyance, se retrouvent logements sociaux et ateliers d'artistes conçus par l'architecte André-Louis Arfvidson.










Maisons accolées et jardinets clôturés, dans le quartier de la Mouzaïa l'architecture variée des différentes villas évoque les périodes de construction. Mais la règle est la même pour tous les propriétaires : interdiction de rehausser les toits, de creuser des caves. Cette enclave enchanteresse ne doit sa survivance qu'aux nombreux problèmes de sous-sols causés par les anciennes carrières. Dans les années 70, les promoteurs attirés par la facilité ont d'abord attaqué les zones les plus simples à traiter. Le temps que la résistance s'organise pour sauver la Mouzaïa. Un arrêté du 6 août 1975 signé par le Secrétaire d'Etat à la Culture Michel Guy a permis d'inscrire l'ensemble urbain des abords des Buttes Chaumont et de la Mouzaïa à l'inventaire des sites pittoresques de la Ville. Une inscription votée par le Conseil de Paris en mars 1976 pour notre plus grand bonheur !

Quartier de la Mouzaïa
Accès par le métro Danube
Entre rues Miguel Hidalgo, Mouzaïa, de Bellevue et David d'Angers

Bibliographie 
Le guide du promeneur 19è arrondissement - Elisabeth Philip - Parigramme
Curiosités de Paris - Dominique Lesbros - Parigramme
Paris secret et insolite - Rodolphe Trouilleux - Parigramme

Sites référents


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

4 commentaires :

Léa Delapierre a dit…

Un quartier que j'aime beaucoup !

Sheily a dit…

Passionnant ! J'ai beau connaître le quartier comme ma poche, je ne connaissais pas cette histoire dans le détail!

Aurore a dit…

j'adore ce quartier. Merci pour l'histoire, c'était passionnant !

Caroline a dit…

Toutes ces recherches me permettent de redécouvrir les lieux sous un autre angle. C'est passionnant !

Share this