lundi 29 février 2016

Lundi Librairie : Canada - Richard Ford



Professeur retraité, Dell Parsons se souvient de son adolescence. En 1961, à Great Falls, Montana, Dell a quinze, il rêve de faire des études, s'intéresse aux échecs et aux abeilles. Sa sœur jumelle Berner est une adolescente renfrognée ingrate. Si leurs parents sont mal assortis, ils forment un couple typique de la middle class américaine. Petite bonne femme pas très liante, Neeva est institutrice. Bev, ancien de l'Air Force, grand gaillard à l'accent du sud devient vendeur de voitures lorsqu'il réintègre la vie civile. Sans grand succès. Afin de joindre les deux bouts, il monte une combine douteuse de trafic de viande bovine avec les Indiens Cree mais lorsqu'une transaction tourne mal, il est tenu de dédommager les contrebandiers menaçants. L'existence des jumeaux bascule lorsque leurs parents s'improvisent braqueurs de banque pour régler leur dette et finissent en prison. Pour échapper à l'orphelinat la sœur de Dell fugue à San Francisco, tandis qu'il est envoyé au Canada chez une relation de sa mère, dans un village paumé du Saskatchewan. L'adolescent travaille alors pour un mystérieux propriétaire d'hôtel exilé, inquiétant double paternel, Arthur Remlinger.

Vaste roman de la solitude, Canada dresse à travers l'histoire de Dell un tableau vivace et cruel des Etats-Unis. Cette oeuvre d'un réalisme sobre, dépourvue de tout pathos, doit au talent singulier de Richard Ford cette limpidité pudique dans la mise à distance. Renouant les fils d'une vie dévastée, le narrateur, d'un fatalisme serein dans les épreuves, raconte désillusions familiales et incertitudes de l'existence sur le ton de la méditation désabusée.  

Le déploiement romanesque d'envergure souligne une réalité qui s'incarne dans la multitude de détails concrets et une galerie de personnages précis, finement tracés, d'une belle intelligence. La plume subtile, presque chirurgicale, vise à l'épure. Cette sécheresse apporte une densité presque douloureuse au texte qui s'étire avec la lenteur des jours sans lendemain.

Richard Ford s'attache à l'adolescence période dramatique en elle-même, transition entre enfance et âge adulte. Alors que le deuil est impossible, le déracinement de Dell, gamin à la dérive contient en lui tous les sentiments de perte et de solitude, rendant accessible la complexité du monde. Sa destinée, ballotée par les évènements, interroge sur la possibilité d'une vie normale et les aptitudes de chacun au bonheur. Sombre, désespéré, vertigineux.

Canada - Richard Ford - Traduit de l'anglais par Josée Kamoun - Editions de l'Olivier - Edition de poche Points



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Share this

Related Post