mercredi 22 avril 2015

Théâtre : Albertine Sarrazin d'après l'oeuvre d'Albertine Sarrazin - De et avec Mona Heftre - Théâtre de Poche Montparnasse - Paris 6

Crédit Louis Décamps


Née à Alger, abandonnée à l’Assistance Publique, Albertine est adoptée par un couple sévère qui n’a pas tellement d’amour à donner. Élève brillante, le Colonel son père adoptif décide pourtant de la placer dans une sinistre maison de correction à Marseille où elle s’éprend d’une camarade, Emilienne. Le jour du bac, Albertine s’enfuit en auto-stop pour monter à Paris. Elle y a rendez-vous place de la Concorde avec son amie. Toutes deux vivotent de rapines lorsqu’elles sont arrêtées au cours d’une tentative de braquage. Alors qu’elle a à peine dix-sept ans, Albertine est condamnée à sept de prison. Mais elle s’évade en sautant par-dessus un mur se brisant l’astragale, titre de son premier roman, un petit os du pied. Au cours de sa cavale, elle est recueillie sur la route par Julien Sarrazin, petit voyou, qui deviendra son mari. 





Portrait de femme à fleur de peau, portrait d’une insoumise éprise d’absolu, Mona Heftre signe une adaptation sensible, redonnant chair à Albertine Sarrazin d’après des textes autobiographiques. La vie mouvementée de ce feu follet, féroce et tendre, qui se découvrit une vocation d’écrivain en cellule, est évoquée avec intelligence et l’humour qui la caractérisait. Ode à la liberté, ce seul-en-scène est un hommage à un être habité dont le don d’observation, l’intime poésie réenchantent la réalité. La rage de vivre et d’aimer, l’espoir fou de la jeunesse, la solitude, la passion, sur scène, résonnent avec une intensité rare.




Récit sulfureux d’un destin fulgurant, des faits divers et autres chroniques judiciaires à la littérature, monologue irrévérencieux, sensuel, l’émotion pure vibre à travers les beaux mots d’Albertine Sarrazin, une voix d’écrivain incarnée par une magnifique comédienne. Dans le clair-obscur d’un minuscule amphithéâtre, la lumineuse Mona Heftre, pieds nus, gracieuse silhouette féline de noir vêtue, tour à tour révoltée, désespérée, enjôleuse, interprète avec subtilité l’incandescence d’une femme complexe, remarquable de modernité. Puissance d’évocation, elle prête à Albertine défiant la société et la bien-pensance, force, fragilité, tendresse canaille en alternant texte parlé et poèmes mis en musique.




La mise en scène imaginée par Manon Savary, fille de Mona Heftre, flirte avec une épure inspirée. Une toile tendue sur laquelle défilent des images d’archive, une paire d’escarpins blancs symboles de liberté, une couverture grise pour invoquer l’univers carcéral et les jeux de lumière de Pascal Noël donnent à la comédienne un cadre laissant libre-court à son interprétation incarnée. Poétique et sensible, Albertine Sarrazin, sans compromis, du rire aux larmes, un destin d'étoile filante.

Adaptation et interprétation : Mona Heftre
Mise en scène : Manon Savary

75 boulevard de Montparnasse - Paris 6
Tél réservations : 01 45 44 50 21

2 commentaires :

AuroreInParis a dit…

Après avoir vu le film "l'astragale", j'aimerais lire le livre Et cet article attire également mon attention sur cette pièce !

Caroline a dit…

Ce seul en scène est sublime. Un très beau moment de théâtre.

Share this

Related Post