vendredi 3 avril 2015

Mes Adresses : Le Bistrot Valois, la cuisine de terroir authentique - 1 place de Valois - Paris 1



A deux pas de la rue Saint-Honoré et du Louvre, une petite place piétonne à la quiétude sereine se préserve grâce à sa situation du troupeau des touristes qui trustent les environs. Le voisinage est pourtant très élégant puisque s’y trouvent le Ministère de la Culture mais également la Comédie française ou encore le Théâtre du Palais Royal. Il s’agit de la place de Valois sur laquelle un charmant bistrot tradi-chic fait briller la cuisine de marché. Une excellente surprise, de beaux produits et des prix raisonnables que l’on n’espérait plus dans le quartier, le Bistrot Valois pourrait bien réconcilier les Parisiens avec le Palais Royal. Découvrons ensemble ce lieu chargé d’histoire où Laurent Chaniel maître-restaurateur, déjà à l’origine du Café Tournon dans le VIème et du Verbalon dans le XIIIème parle avec sentiments de son établissement, de sa carte alliant la sincérité des terroirs et des touches modernes joliment imaginatives.







Le Bistrot Valois frappe tout d’abord par son architecture. Il est logé dans le bâtiment qui abritait les anciennes écuries de Louis-Philippe et de la maison d’Orléans. La vaste terrasse d’angle chauffée en hiver est un atout qui promet bien des choses pour les beaux jours. Les patrons, en grands amoureux de nos amis à quatre pattes, y ont installé un bar à chiens. Entièrement refaite pour l’ouverture en octobre 2013, poutres dégagées, blonde pierre de taille, briques, joli carrelage à l’ancienne, la décoration soignée est pleine de clins d’œil. Mur galerie évoquant la mémoire des lieux et du quartier chargé d’histoire, portrait du Duc de Valois, récurrence du motif bouledogue français, affiches drolatiques, bouteilles de vin aux noms amusants, les détails fourmillent. Le zinc en étain poinçonné atelier Nectoux, l’un des derniers artisans parisiens et la machine à café une réédition Faema Jubilé E61, originellement lancée en 1961 et équipée dans cette version d’un microprocesseur des plus contemporains, apportent un cachet supplémentaire à cette brasserie que l’on pourrait croire établie ici depuis toujours.











Produits frais du marché et fait maison, cuisine de terroir traditionnelle, simple et goûteuse, tour de main imparable, la carte du Bistrot Valois respire l’authenticité retrouvée. Rareté bienheureuse à Paris. Les vins naturels, passion de Laurent Chaniel,  se déclinent avec franchise. Patrimonio d’Arena, Pouilly-fumé d’Olivier Bain, Beaujolais de Chermette, cuvée Grololo de Pithon-Paille, Côtes du Rhône de Gramenon, tout un programme. Côté charcuterie, il en va de même. Maison Conquet en Aveyron, Di Rosa pour le jambon - Jambon Serrano de Trevelez AOC, Ralette Iberico Bellota - andouillette AAA de Troie, les petits producteurs sont à l’honneur. Yves Lethielleux artisan fromager nous livre un chèvre frais, Jean-Luc Poujauran un pain vraiment excellent. Les glaces et sorbets sont signés Terre Adélice maître artisan glacier.










La carte selon arrivage du marché suit les saisons, à l’ardoise ou menu. Cuisine spirituelle, bistrot droit dans ses bottes, les assiettes classiques joliment tournées sont plus que généreuses. L’évidence et la sincérité des beaux produits s’allient au fait maison : les foies gras, les desserts, jusqu’à la vinaigrette ou encore la chantilly montée au citron. Dans une ambiance conviviale, l’accueil y est chaleureux et le service attentionné. Que demander de plus ?










En entrée, nous avons succombé pour l’assiette de dégustation foie gras - 34,90 euro. Foie gras des Landes cuit au torchon au goût puissant et authentique, foie gras au chutney de figue, un mariage sucré-salé primesautier, escalope de foie gras poêlée, fondante légèrement caramélisée en un mot divine. C’est terriblement bon, sans chichi. Le faux filet de Salers dont la viande est maturée 21 jours, tendre et savoureuse, se parsème de fleur de sel. En ce moment, saison oblige, pas de frites au Bistrot Valois car les pommes de terre gorgées d’eau ne sont pas aptes à la double cuisson. Ce sera donc pommes grenaille en accompagnement. 22,50 euro. L’une des meilleures façons, à mon sens, de mettre à l’épreuve un bistrot est de tenter le tartare de bœuf - 17,80 euro. Parfaitement assaisonné, surtout pas englué dans l’œuf, le tour de main est imparable. Tandis que folâtrent les jeunes pousses de mesclun dans l’assiette, les pommes grenaille complètent le tableau. Pour accompagner ce repas, un Morgon 2012 domaine Jean Foillard AOP aux arômes de griotte mêlés de pivoine, puissant parfum de fleur et de fruits rouges, tout en profondeur et minéralité, à la rondeur heureuse. Je n'ai pas résisté à l'envie de prendre en photo le hambourgeois qui passait par là et la superbe côté de bœuf majestueuse qui voltigeait ici.






Les desserts également faits maison sont à l’avenant. Le baba au rhum chantilly et rhum arrangé - 8,80 euro - rêve de volupté nuageuse. La tartelette aux poires Bourdaloue - 7,50 euro - exprime avec tendresse sa crème d’amande. Les croquembouches - 7,50 euro - petits choux caramélisés recouvert d’amandes effilées et fourrés de crème pâtissière sont joliment dodus.

Les Bistrot Valois est une adresse discrète à l’abri des regards et pourtant au centre de l’animation du quartier. Idéal pour un dîner en amoureux ou un déjeuner entre amis, cet établissement authentiquement parisien, ouvert toute la journée, nous rappelle que le bistrot est un art. Enorme coup de cœur donc. J’ai hâte que revienne le soleil afin de profiter pleinement de la sublime terrasse. 

Bistrot Valois
1 place de Valois - Paris 1
Tél : 01 42 61 35 04
Horaires : Tous les jours sauf le dimanche de 7h à 22h30 - 23h le samedi


Share this

Related Post