samedi 24 mai 2014

Paris : Promenade printanière rue Crémieux - XIIème



Pittoresque rue piétonne aux façades chamarrées, paradis des chats et des blogueurs, la rue Crémieux se situe dans le quartier des Quinze-Vingts du nom de l’hôpital situé rue de Charenton. Elle relie la rue de Bercy à la rue de Lyon dans le XIIème arrondissement, à quelques encablures de la Gare de Lyon. Son charme bucolique doit beaucoup à l’initiative de ses heureux habitants qui ont repeints les coquettes bicoques de couleurs acidulées et tendres qui ne sont pas sans rappeler Portobello à Londres, l’île de Burano à Venise ou encore Valparaiso au Chili. Jardinières savamment entretenues et arbustes verdoyants, rosiers et hortensias prospèrent pour le plus grand bonheur des promeneurs, halte champêtre en plein cœur de l’émoi urbain.








Tracée à l’emplacement des anciennes Arènes Impériales, lieu de divertissement de 1500 places très prisé au début du Second Empire, la rue est ouverte en 1865 par la Compagnie Générale Immobilière. Elle porte alors le nom d’avenue Millaud en référence à Moïse Polydore Millaud (1813-1871). Banquier, entrepreneur, cet homme très affairé est également patron de presse. C’est lui qui  créé en 1863 le Petit Journal, premier quotidien à un sou, ancêtre de la presse populaire mêlant actualités, politique, faits divers, romans-feuilletons rédigés notamment par Ponson du Terrail, auteur des aventures de Rocambole et Garboriau, considéré comme le père du roman policier. En 1897, cette jolie venelle est rebaptisée rue Crémieux, en hommage à Isaac Moïse dit Adolphe Crémieux (1796-1880) avocat et homme politique français, membre du gouvernement provisoire de 1848, célèbre pour le décret de 1870 qui porte son nom et donna la nationalité française aux Juifs d’Algérie.








Construite sur le modèle des cités ouvrières, la rue Crémieux mesure à peine 144 mètres de long, pour 7,50 de large. Interdite à la circulation depuis 1993, ses pavés ne sont plus foulés que par les piétons et les nombreux félins peu farouches qui paressent au soleil.  A l’origine, les 35 petites maisons de ville ont été pensées à la façon des pavillons anglais avec cuisine en sous-sol et deux étages comprenant six pièces. Dans cette partie de la ville, durement touchées par la crue de 1910, on trouve des plaques commémoratives comme celle située au numéro 8 qui indique que l’eau a atteint le niveau record de 1m75 dans la nuit du 28 au 29 janvier. 









L’agrément sans pareil de la rue Crémieux, dans un quartier manquant singulièrement de charme, est un enchantement. A tel point que les blogueurs parisiens s’y pressent avec délice, moi la première. Je me demande parfois si les habitants ne vont pas finir par se lasser du ballet incessant d’olibrius mitraillant les façades colorées de leur petit Eden. La grande Cité réserve parfois de jolis moments de poésie qu’il faut savoir préserver.





Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

9 commentaires :

L expat de Biarritz a dit…

Ravissant !

Mamzelle Bulle a dit…

Cette rue fait partie de mes coins à visiter depuis quelques temps (pour ne pas dire plusieurs années) et grâce à toi, elle vient de remonter au sommet de cette liste ;) ça a l'air super mignon et charmant!

Lili-Paige Dixon a dit…

Cool ! J'ai vu cette rue très récemment sur le blog d'une américaine - je crois - qui faisait un séjour à Paris. J'ai halluciné car je n'avais absolument jamais vu cette rue (non, ne me jetez pas de cailloux). Grâce à toi je sais ou elle et je vais même pouvoir y aller ! Bisouxxxxx

Sheily a dit…

Superbes photos qui me rappellent que ça fait bien longtemps que je ne suis pas passée dans ce quartier.

Sécotine a dit…

En voilà une rue que je mets sur ma liste à visiter ! Peut être que les habitants vont finir par la faire fermer ... comme certains beaux passages du XVIème !

La Nantaise a dit…

Et dire que je ne suis toujours pas aller me balader dans cette rue; et pourtant j'en entend souvent parler.
A prévoir cet été ... peut-être :)

Caroline a dit…

Je m'étonne que personne n'ait encore eu l'idée d'installer un petit café dans cette rue. L'assemblée des propriétaires doit être contre l'idée.

Au printemps, c'est tout à fait charmant et tellement paisible.

Anonyme a dit…

J'ai découvert tout à fait par hasard, cette charmante petite rue colorée, fleurie... toute proche de la gare de Lyon.

Anonyme a dit…

Cette rue est magnifique. Quel dommage de ne pas savoir mettre davantage de couleur partout, comme dans le sud de la France ou en Italie ! Et mettre ainsi davantage de couleur dans notre vie...

Share this

Related Post