Cinéma : Dodo, de Panos H. Koutras


 

Un grand mariage se prépare au sein d’une belle villa aux abords d’Athènes, quand un Dodo, une espèce originaire de l’île Maurice éteinte depuis le XVIIème siècle fait son apparition dans le jardin. La présence du volatile surgi de nulle part va détraquer la belle mécanique de l’évènement. Rien ne se déroule comme prévu. Sophia est censée se marier le lendemain avec un ami d’enfance, héritier d’une famille très fortunée. Cette union doit sortir de l’ornière les parents de la mariée. Ces derniers ont prévu une noce en grande pompe qu’ils n’ont plus les moyens de payer. Mariella, la mère, ancienne starlette de la télévision devenue bonne bourgeoise, refuse de renoncer à son statut. Pavlos, le père, chef d’entreprise mouillé dans des spéculations véreuses a fait faillite à la suite de la crise de 2012. Eva est éprise d’Alexis, homme d’affaires associé de Pavlos, qui la mène en bateau. 






Oeuvre déroutante, objet cinématographique ne se prend pas au sérieux, « Dodo » est le cinquième long métrage du réalisateur Panos H. Koutras, auteur fantasque de « L’attaque de la moussaka géante » en 1999, « Strella » 2009 et « Xenia » 2014, séries Z assumées. Sélectionné à Cannes Première en 2022, ce nouveau vaudeville queer emprunte au soap opéra, flirte avec la comédie de mœurs, ne se refuse aucun kitsch. Le cinéaste revendique l’autodérision et la caricature. Volontiers burlesque, tout à fait iconoclaste, le film embrasse une forme de théâtralité porteuse de fantaisie, d’énergie. L’idée loufoque originelle, faire revivre une espèce éteinte en réalité augmentée, donne au réalisateur l’occasion d’emprunter le point de vue du volatile ressuscité. L’absurde n’est jamais loin.

Panos H. Koutras pratique avec panache le détournement dans la veine camp, l’ironie transversale et l’exagération. Au passage, il interroge le caractère artificiel des conventions de genre. Le film multiplie intrigues et sous intrigues au point que la noce passe rapidement au second plan. Le règlement de compte autour du banquet n’aura pas lieu. Film choral, « Dodo » est porté par l’empathie du cinéaste pour ses personnages. Il pose un regard humaniste sur cette galerie de personnages contrastés, personnalités souvent excessives dont la complexité se révèle dans les interactions inattendues. Au-delà du rire, Panos H. Koutras nous invite à percer la façade des stéréotypes pour mieux aborder la question des identités fluctuantes.



Cette fable à l’enthousiasme sexy très Almodovar entremêle le drame et le comique au fil d’une narration rythmée par des situations hors de contrôle, des péripéties rocambolesques savoureuses. De rebondissements en révélations, les déchirements mélodramatiques conduisent en sous-texte une réflexion sur la société occidentale actuelle. Les grandes problématiques de l’époque, les répercussions de la crise économique de 2012, la crise migratoire en Méditerranée, la place des femmes dans la société, le chômage, le pouvoir d’achat, l’évolution de la cellule familiale, trouvent à s’incarner dans des personnages attachants.  « Dodo », une comédie imparfaite et improbable, baroque et généreuse.

Dodo, de Panos H. Koutras
Avec Smaragda Karydi, Akis Sakellariou, Natasa Exintaveloni, Marisha Triantafyllidou, Nikos Gelia, Mariella Savvides, Tzef Montana, Aggelos Papadimitriou
Sortie le 10 août 2022