Ailleurs : Nymphée du Château d'Auvers, une curiosité du XVIIème siècle, rare salle fraîche au décor de rocaille - Auvers-sur-Oise

 


Le Nymphée du Château d’Auvers, au cœur de l’Orangerie nord, a donné son nom au restaurant bistronomique de l’institution culturelle. Cette grotte artificielle du XVIIème siècle, drastiquement restaurée au XVIIIème, servait à la fois un propos pratique, salle de fraîcheur intime, et esthétique, par l’agrément d’un programme décoratif foisonnant. La coupole percée diffuse une douce lumière pas exempte d’un certain mystère. L’éclairage zénithal vient souligner le décor de rocaille, vastes panneaux de mosaïques en coquillages, moules, ormeaux, strombes roses mais également pierres de meulière et éclats de verre. En médaillon, le monogramme du prince de Conti, propriétaire du château d’Auvers à partir de 1762, se décline dans des losanges de nacre. Parmi les trois niches en cul de four, où logent désormais des vases, l’une d’elle a dû abriter une fontaine, comme l’atteste la redécouverte d’un réservoir à l’arrière du Nymphée lors de la restauration menée au début des années 1990. Conçue dans des matériaux particulièrement fragiles, les salles fraîches de ce type sont rarement parvenues en bon état jusqu’à nous. Il n’en reste qu’une douzaine d’exemplaires originels en France.









Le principe du Nymphée s’inspire de l’Antiquité grecque. Les sources sacrées font alors l’objet de culte. Autour d’elles sont édifiés des édicules dotés de bassins où l’eau se déverse dans un spectacle fascinant. Dédiées au nymphes, divinités de la nature, personnifications de la source, ces constructions au charme indéniable quittent peu à peu le domaine du divin pour intégrer l’espace domestique des maisons de plaisance. Salles de rafraîchissement, elles empruntent la forme de grotte artificielles ornée de statues, de vases, de portiques. 

A l’époque romaine, le nymphée prend de l’ampleur. Il devient fontaine publique monumentale à plusieurs étages telle que la fontaine de Trévi à Rome. Bassins multiples et jeux d’eau, illustration d’une maîtrise technique doublée de moyens importants, manifestent la grandeur de la ville et de ses édiles. Dans un contexte privé, les salles d’eau des demeures patriciennes déploient d’exquis raffinements. Les vestiges retrouvés à Pompéi et Herculanum laissent deviner la splendeur passée des décors. 

Au XVIème siècle en Italie, la Renaissance retrouve le goût antique. La dimension architecturale des Nymphées séduit. Ils viennent souligner les compositions paysagères, à travers parcs et jardins. Ponctuations pittoresques des promenades, les grottes artificielles animées par des jeux d’eau, rivalisent de beauté dans leur fragile décor de coquillages. La mode se diffuse en France par l’entremise de la suite de Marie de Médicis et perdure jusqu’au XVIIIème siècle.








Vers 1635, Zanobi Lioni, riche financier italien, fait édifier un pavillon à proximité d’Auvers dans le style des villas italiennes de la Renaissance. Il souhaite adapter l’expérience architecturale florentine à sa nouvelle demeure nobiliaire de campagne. L’architecture intègre des éléments antiques, une ordonnance, un programme décoratif luxuriant mais précis et calibré. La prédominance de la nature éclaire la vocation de repos et de divertissement. Le domaine ouvre de larges perspectives sur la vallée de l’Oise, paysage dont la beauté a été célébrée par de nombreux artistes. Les jardins développés sur trois terrasses successives sont marqués par l’omniprésence de l’eau, sous la forme de fontaines, de bassins. Le Nymphée créé au XVIIème siècle, probablement selon le souhait de Zanobi Lioni, procède de cette même quête esthétique de l’élément liquide.

Jean de Léry (de Leyrit), conseiller et maître d’hôtel de Louis XIV, président trésorier de France et général des finances se porte acquéreur de la villa en 1662. Le palazzio originel devient à sa demande château à la française, de style classique. Le pavillon italien originel se flanque de deux orangeries, l’une au sud et l’autre au nord dans laquelle est intégrée le Nymphée. Au cours du XVIIIème siècle, le château de Léry est remis au goût du jour à plusieurs reprises par ses propriétaires successifs. En 1756, les travaux préservent la façade nord de style Louis XIII mais ajoute au sud deux nouveaux pavillons. Le château est vendu en 1762 au prince Louis François de Bourbon-Conti, féru de chasses en forêt de l’Isle-Adam. Il mène la restauration du Nymphée et fait inscrire ses initiales dans des médaillons de coquillages.

Acquis par le Conseil Général du Val d’Oise en 1987, le Château de Léry fait l’objet d’une rénovation extensive afin de devenir une institution muséale. Un parcours de visite est créé ainsi que des espaces propices à l’organisation d’expositions temporaires. La restauration débute février 1989 sous la direction de Pierre-André Lablaude architecte en chef des Monuments historiques et Charles Maj architecte des Bâtiments de France. Afin de redonner son lustre au château assoupi, ils s’inspirent des gravures du XVIIème et du XVIIIème siècles

La dernière étape du programme en 1992 s’ouvre sur la restauration de l'orangerie Nord, du nymphée et la restitution des jardins Sud ainsi que l'agencement des intérieurs du château. Le Château d’Auvers ouvre ses portes au public en mai 1994. Il fait l’objet d’une inscription partielle à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques, par arrêté du 23 juillet 1997. 

Nymphée du Château d’Auvers

Château d’Auvers
rue François Mitterrand - 95430 Auvers-sur-Oise
Tél : 01 34 48 48 48
Horaires : Du mardi au dimanche et les jours fériés de 10h à 18h