Cinéma : Les enfants du soleil, de Majid Majidi

 


Ali et ses trois copains aiment les voitures et faire la course, activité propre à développer qualités physiques nécessaires pour échapper à la police. Ces gamins des rues de Téhéran vivent d’expédients. Leurs parents sont absents, drogués, en prison ou morts. Ali rêve de permettre à sa mère de sortir de l’hospice où elle est internée. Pour aider leur famille, apporter leur part, ces enfants alternent entre débrouille et menus larcins. Ils bricolent pour un garagiste auquel ils revendent des pièces détachées de provenance douteuse. Le quatuor s’est spécialisé dans le vol de roues sur les voitures de standing. Ils ne connaissent des adultes que maltraitance et exploitation. Un caïd local les embauche pour retrouver un trésor situé sous un cimetière lequel est accessible par un tunnel. L’entrée de ce dernier se trouve au sein d’une école de quartier, gratuite, financée par des bienfaiteurs, et destinée aux enfants des rues. Les quatre garçons intègrent à grand peine l’établissement. Sur les bancs de l’école, ils font connaissance de deux enfants afghans, Aboefazl le fort en maths et sa petite sœur Zahra. Rafie, le sous-directeur de l’école, instituteur investi, a soif de justice sociale. Sa bonté, sa bienveillance va apprivoiser les enfants sauvages et leur faire découvrir le vrai trésor : l’éducation.






Comédie grave sur l’enfance en souffrance, « Les enfants du soleil » associe un discours social politique et récit d’aventure. Cette histoire de gamins des rues à la recherche d’un trésor, riche en suspense et rebondissements se révèle véritable plaidoyer pour l’éducation. Majid Majidi, premier réalisateur iranien nommé pour l’Oscar du meilleur film étranger en 1999, tourne à hauteur d’enfant. Son propos reflète un engagement jusque dans la distribution. Afin de trouver ses acteurs principaux, il a mené de longues auditions auprès de plus de quatre mille gamins des rues, réunissant un casting dont la justesse et le charisme crève l’écran. Le film lumineux évite l’écueil du misérabilisme. Dénué de pathos, sans faire l’impasse sur la cruauté de la réalité, le long-métrage traduit dans son énergie positive l’insouciance de l’enfance. 

La forme originale porte une vision sociale, la dénonciation de l’exploitation des enfants, un problème à l’échelle planétaire. A travers le monde, ils sont cent-cinquante-deux millions à travailler, contraints à des vies d’adulte avant l’âge. En Iran, en Inde, en Afghanistan, en Syrie… A Téhéran, de nombreux enfants des rues sont des migrants afghans déconsidérés par la population. Leurs familles sont entrées, sans papier, dans l’illégalité sur le territoire iranien.  



Bifurcation des destins brisés, manipulations sordides des adultes, courage et résilience des enfants, le réalisateur veille à n’être jamais larmoyant malgré l’émotion. Il dresse en creux un portrait de l’Iran contemporain, pays de contrastes, opulence des centres commerciaux dernier cri et indigence des enfants des rues, modernité du métro flambant neuf et ségrégation entre les sexes.

Majidi milite pour le droit des enfants de grandir dans de bonnes conditions afin de devenir des citoyens du monde. A peine âgés d’une douzaine d’années, les quatre gamins du film se trouvent sur une pente inquiétante, leur permettre d’aller à l’école, signifie leur laisser une chance d’échapper à leur destin. Dans « Les enfants du soleil », la connaissance, l’apprentissage, le savoir ouvrent aux enfants à la dérive des perspectives insoupçonnées, espoir de nouveaux horizons, d’un avenir meilleur. Eduquer et sauver.

Les enfants du soleil, de Majid Majidi
Avec Rouhollah Zamani (Ali), Javad Ezzati (Vice-directeur d'école), Shamila Shirzad (Zahra), Ali Nassirian (Hashem), Tannaz Tabatabaie (la mère d'Ali), Safar Mohammadi (Monsieur Safar), Ali Ghabeshi (Directeur Amani), Mohammad Mahdi Mousavifar (Mamad), Abolfazl Shirzad (Abolfazl), Mani Ghafouri (Reza), Babak Lotfi Khajepasha (le professeur), Mohammadreza Vakili (Kaveh)
Sortie le 29 décembre 2021