Expo : L'Âme primitive - Musée Zadkine - Jusqu'au 27 février 2022

 

Au début du XXème siècle Ossip Zadkine (1890-1967) invente un nouveau langage esthétique, fruit d’une conception transcendantale de l’art. Il embrasse la radicalité des expérimentations formelles, célébrant la main de l’homme, le geste de l’artisan, le savoir-faire ancestral. Par le travail de la matière, Zadkine se reconnecte à un état naturel. L’exposition « L’Âme primitive » qui se tient au sein de son musée-atelier place en regard les sculptures de jeunesse du maître, les œuvres de ses contemporains néo-primitivistes, ainsi que les artistes actuels. L’évènement éclaire dans sa perspective historique la postérité d’une démarche, un héritage. Les propositions détachées des canons académiques de leur temps, sculptures, peintures, arts graphiques, vidéos, entrent en dialogue. L’exposition déployée en trois volets s’attache dans un premier temps à déconstruire le concept de primitif puis explore le rapport au corps, motif récurrent essentiel avant de s’achever sur la représentation de la demeure. 












L’exposition « L’Âme primitive » donner à penser la démarche d’Ossip Zadkine et de ses pairs. La stylisation débarrassée des aprioris révèle des modalités inédites de représentation. L’approche autant que les procédés souligne l’insatisfaction jusqu’à la défiance ressentie vis à vis de la société occidentale, entre nostalgie du paradis perdu et persistance des cultures archaïques. La pratique exploratoire, symbolique, réflexive, déconstruit la hiérarchie entre les arts.

Au début du XXème siècle, les artistes occidentaux se prennent d’engouement pour les œuvres venues d’Afrique et du Pacifique. Picasso et Matisse, Derain sont fascinés par « l’art nègre » et écument les collections ethnographiques. La redécouverte des formes d’art antérieures les guide dans une quête de pureté expressive, d’authenticité. En parallèle, le mouvement néo-primitiviste apparaît en Russie à partir de 1910. Les peintres s’intéressent aux images du paganisme slave ainsi qu’à la pureté formelle des icônes chrétiennes. Expression naïve spontanée, l’imagerie populaire, enseignes des marchands, objets de la culture paysanne, les inspire. Leur démarche s’inscrit en réaction à la cérébralité du Modernisme. Ils célèbrent la puissance originelle en connexion avec l’essence du monde.











La technique personnelle d’Ossip Zadkine, la taille directe, libère le geste afin de graver le mouvement dans la matière. En rupture avec les codes, les artistes qui revendiquent l’âme primitive rejettent le naturalisme trop appliqué, la représentation réaliste et les canons académiques. La beauté classique vole en éclat dans les distorsions de la matière qui évoluent vers l’abstraction. Ces schémas mentaux et esthétiques mettent à distance les préceptes d’une construction civilisationnelle. Ils suggèrent l’introspection, retour à soi, et poussent les artistes à rechercher une proximité avec l’état de nature. La teneur expressive s’incarne à travers leurs propositions, dans l’absence de détermination précise. Ils assument une forme de férocité comme valeur esthétique et poétique. Le primitivisme devient une métaphore du retour à la Nature.

Les commissaires d’exposition, Jeanne Brun, conservatrice en chef du patrimoine, directrice du développement culturel et du Musée de la Bibliothèque Nationale de France, et Claire Le Restif, directrice du Centre d’art contemporain d’Ivry-le Crédac, avec la collaboration de Pauline Créteur, attachée de conservation au musée Zadkine, ont réuni une centaine d’œuvres.  Le parcours thématique, déambulation intimiste, fait résonner le travail d’Auguste Rodin, Marc Chagall, Jean Arp, Etienne Martin, le néo primitivisme russe de Natalia Gontcharova, les recherches de Vassily Kandisky ou encore Fernand Léger. 










Dans l’évidence des rapprochement, questionnements analogues, similarité des recherches plastiques, les dessins de Marisa Merz Arte Povera côtoient les peintures de Miriam Cahn, les sculptures de Mark Manders, les propositions de la plasticienne Hannah Höch, proche du groupe Dada. « L’Âme primitive » en perpétuelle évolution prône des valeurs alternatives à rebours des fruits de la civilisation moderne. Parmi les œuvres des contemporains, au minimalisme figuratif intrigant, Valérie Blass, Morgan Courtois, Rebecca Digne, Mathieu Kleyebe Abonnec, Gyan Panchal, certaines sont exposées pour la première fois.


OSSIP ZADKINE ET
MATHIEU KLEYEBE ABONNENC | CAROLINE ACHAINTRE | MARIA THEREZA ALVES | WILLIAM ANASTASI | JEAN ARP | VALÉRIE BLASS | MICHEL BLAZY | MIRIAM CAHN | CORENTIN CANESSON | MARC CHAGALL | MORGAN COURTOIS | ANDRÉ DERAIN | REBECCA DIGNE | ETIENNE-MARTIN | LOUIS FRATINO | THOMAS GLEB | NATALIA GONTCHAROVA | EVA HESSE | HANNAH HÖCH | VASSILY KANDINSKY | LAURENT LE DEUNFF | FERNAND LÉGER | MARK MANDERS | MARISA MERZ | GYAN PANCHAL | ABRAHAM POINCHEVAL |HELENE REIMANN | AUGUSTE RODIN | JESSICA WARBOYS

L’Âme primitive
Jusqu’au 27 février 2022

Musée Zadkine
100 rue d’Assas - Paris 6
Horaires : Du mardi au dimanche de 10h à 18h - Fermé le lundi
Tél : 01 55 42 77 20