Série : Clan - Disponible sur Arte.Tv

 

A Vredegem, petite ville flamande, les quatre sœurs Goethals se rendent aux funérailles de leur beau-frère qu’elles détestaient cordialement. La cinquième sœur, la naïve Goedele est une veuve éplorée, désormais seule avec sa fille. Pourtant, son mari Jean-Claude, misogyne, raciste, homophobe, était un sale type dont le plus grand plaisir était de faire vivre un enfer à ses proches. Chacune de soeurs avait une bonne raison d’en vouloir à l’ignoble Jean-Claude surnommé « la couille » par leur soin. Eva, l’aînée, qui a élevé la sororie au décès prématuré de leurs parents, était en lice pour la même promotion que Jean-Claude et ne supportait plus les bassesses de ce dernier. Birgit, la deuxième sœur, ancienne championne de tir à l’arbalète, a été contrainte d’abandonner sa carrière sportive à la suite d’un accident de voiture provoqué par Jean-Claude. Veerle, la troisième, infirmière, mariée trois enfants, a été surprise par son beau-frère dans une situation compromettante de relation adultère. La petite dernière du clan, Bekka, mannequin lingerie et kinésithérapeute, mène une vie amoureuse tumultueuse. Poussées à bout par Jean-Claude, elles prennent la décision de l’éliminer par tous les moyens et multiplient les tentatives infructueuses. Jusqu’au trépas du tyran. Mais qui est responsable ? La mort de Jean-Claude est classée comme un accident par la police. Les agents d’assurance Mathias et Thomas Dewitt, sont bien décidés à trouver un moyen pour ne pas verser la prime décès à la veuve. Cette dépense les mènerait à la faillite et à la perte de leur licence. Ils se rendent aux obsèques de Jean-Claude pour débuter une enquête sur les circonstances de sa disparition. Ils espèrent prouver qu’il s’agit en réalité d’un suicide ou d’un meurtre, afin d’annuler le contrat. 





Série flamande savoureuse tout à fait amorale, « Clan » a été réalisée par Kaat Beels et Nathalie Basteyns en 2012 en collaboration avec la show-runneuse Malin-Sarah Gozin. Cette comédie noire inclassable, polar alternatif dans lequel la victime est surtout un bourreau, embrasse volontiers la carte de l’absurde et de l’humour grinçant pour livrer en sous-texte une histoire d’émancipation.
 
Acide et cocasse, la fresque familiale explore les dysfonctionnements d’un clan féminin, personnages bien campés, quintet d’actrices très inspirés, clan confronté à la quintessence du pervers narcissique. Les sœurs prennent leur résolution : elles vont libérer Goedele de l’emprise de ce bonhomme malveillant et nuisible. Elles font preuve d’une imagination débordante pour supprimer Jean-Claude dans le dos de sa femme. Dépourvues de sens pratique, elles vont de catastrophes en échecs cuisants. 





La construction narrative en flashbacks successifs, éclaire, au fil des épisodes, les motifs possibles de ce meurtre avec préméditation, mécanique efficace, scénario inventif orchestré avec panache. Les aller-retours entre passé et présent, permettent de reconstruire le puzzle chronologique de la détestation unanime. Les réalisatrices puisent dans leurs références cinématographiques, particulièrement les films de genre, des trouvailles visuelles pas dénuées d’une certaine fantaisie cartoonesque. La stylisation décalée de l’image est soutenue par la justesse de l’écriture, dialogues incisifs, humour corrosif. Une série politiquement incorrecte des plus réjouissantes.

Clan
Création Malin-Sarah Gozin
Réalisation Kaat Beels et Nathalie Basteyns 
Avec Barbara Sarafian, Maaike Neuville, Dirk Roofthooft, Inge Paulussen, Kristine Van Pellicom, Ruth Becquart, Geert Van Rampelberg, Robbie Cleiren