Série : Fran Lebowitz : Si c'était une ville, documentaire de Martin Scorsese - Disponible sur Netflix



Autrice, essayiste, éditorialiste, actrice aussi parfois, Fran Lebowitz est une icône de la scène littéraire newyorkaise, souvent surnommée la Dorothy Parker moderne. Ses œuvres n’ont pas été traduites en France où elle demeure surtout connue dans le miieu de la mode pour son élégance androgyne. Depuis cinquante ans, elle croque dans des chroniques incisives inspirées de son quotidien la vie à New York. En témoin privilégié des évolutions qu’elle désapprouve, elle professe des avis tranchés, radicaux, empreints d’ironie et d’humour noir, commentaire social au vitriol. Cette observatrice avisée, réputée pour l’acuité du regard qu’elle porte sur le monde, résiste à toute forme de technologie, n’a ni téléphone portable ni ordinateur. Elle élève la grogne bougonnr au rang d’art. Amie intime du cinéaste Martin Scorsese, leur relation complice a donné naissance en 2010 à une précédente série documentaire, « Public Speaking » / « Art oratoire ». Ce nouvel opus en tandem, « Fran Lebowitz : Si c’était une ville » / « Martin Scorsese presents : Pretend it’s a city », trace le portrait haut en couleurs de Fran Lebowitz par le prisme de son rapport à New York, véritable ode à l’esprit de la ville qu’elle incarne si bien. 







La série documentaire diffusée sur Netflix semble déjà empreinte d’une nostalgie mélancolique. Elle nous parle du monde d’avant, avant la pandémie mondiale. Son titre original « Pretend it’s a city », est extrait d’une citation de Fran Lebowitz râlant après les passants errant sur les trottoirs bondés de la ville sans regarder où ils vont. Martin Scorsese suit l’autrice dans ses pérégrinations à travers les rues, livrant de superbes images de l’East Village, de bâtiments iconiques Rockfeller Center, l’Empire Hotel. En quête d’un New York disparu, le réalisateur se place dans les pas d’une femme d’exception, indépendante et libre dont l’énergie, les humeurs, l’humour noir et la mauvaise foi ressemblent si fort à la ville elle-même. 

Fran Lebowitz joue de son personnage grincheux, mécontent pour mieux faire entendre ses récriminations. Mais derrière cette incarnation forte en gueule, se trouve un être profond et sensible guidé par une soif de connaissance inextinguible, une curiosité aimable pour tout et des passions multiples comme les livres, les beaux meubles, les cigarettes et le sommeil. Née en 1950 dans le New Jersey, où ses parents sont propriétaires d'un magasin de meubles, Fran Lebowitz débarque à New York au début des années 1970. La ville est foisonnante, sale et dangereuse. Elle emménage à Manhattan et exerce pléthore de petits boulots plus ou moins bien rémunérés, chauffeur de taxi, vendeuse de ceintures au porte à porte, femme de ménage. Proche d’Andy Warhol et de la Factory, son goût pour la fête la pousse vers les chroniques mondaines. Prêtant sa plume aux grands quotidiens locaux puis aux magazines de mode, Fran Lebowitz croque la société américaine et raconte la vraie vie newyorkaise. 



La série documentaire réalisée par Martin Scorsese en sept chapitres compilent balades pré-covid dans les rues, images d’archives, entretiens privés, extraits d’émission de télé. La suite d’épisodes donne l’impression d’assister à une savoureuse conversation entre deux amis aussi brillants et spirituels l’un que l’autre. Fran Lebowitz se raconte et conte New York. Les anecdotes de sa propre vie illustrent ses idées sur la transformation de la ville en perpétuelle mutation. Commentaire vif, verbe acerbe et lucidité salvatrice, elle vitupère contre la gentrification, la culture de l’argent roi, s’inquiète du devenir des sans-abris dont le nombre croit de façon inquiétante, écharpe au passage les maires Rudolph Giuliani, Michael Blomberg qui ont fait de New York la ville des ultra-riches et du tourisme de masse.

Questionnement poétique et grandes interrogations existentielles ponctuent ce manifeste, entre instantané de vie et guide ultime de la ville à travers l’histoire et sa géographique sensible. Le fantasme et la réalité, les touristes, les problèmes d’argent, le métro, la culture, Fran Lebowitz décrypte New York dans ses excès, ses désagréments mais également livre un beau témoignage de la vie artistique et intellectuelle. Destin intime et évolution urbaine, le talent de Martin Scorsese rend palpable la vitalité de la ville qu’il traduit en images dans ce guide idéal pour tous les amoureux de la Grosse Pomme.

Fran Lebowitz : Si c’était une ville / Martin Scorsese presents : Pretend it’s a city
Série documentaire de Martin Scorsese
Disponible sur Netflix