Expo : Les curiosités de Françoise Huguier - Musée du Quai Branly Jacques Chirac - Jusqu'au 11 octobre 2020



Depuis plus de quarante ans, Françoise Huguier parcourt inlassablement le monde, appareil photo en bandoulière. Elle capture des images au plus près des habitants des pays qu’elle traverse. La Russie jusqu’en Sibérie, le Japon, l’Asie du Sud-Ouest, l’Afrique et particulièrement le Mali où elle possède une maison et a créé la Biennale de Bamako, l’inspirent autant que les coulisses des défilés de mode. Guidée par l’intérêt qu’elle porte à ses frères humains, elle raconte des histoires au gré des rencontres. Son goût pour l’insolite, le cocasse, l’étrange a fait d’elle une glaneuse d’objets à l’esthétique volontiers kitsch. Au fil de ses pérégrinations, elle a accumulé des centaines d’objets, masques, statuettes, reliques, vaisselle, vêtements, jouets, tableaux, livres, tapis, coquillages, qui témoignent d’une vie de voyage et murmurent les secrets des lieux. Ce cabinet de curiosités, - Françoise Huguier déteste le terme collection - capture l’essence des pays par le biais de leur culture populaire. Mais ce véritable jardin secret révèle également l’imaginaire pluriel et flamboyant de cette grande photographe, ouvrant des portes inédites sur son univers éclectique. Au Musée du Quai Branly Jacques Chirac, Françoise Huguier nous donne rendez-vous sur la mezzanine de l’Atelier Martine Aublet à l’occasion d’une exposition aussi ramassée qu'exubérante et intrigante.











Carnet de route intime, bric à brac insolite, Françoise Huguier surnomme cet ensemble d’objets collectés à travers le monde son « bazar zoulou ». Laissant libre-cours à ses envies de baroque, de fantaisie, la photographe assume toutes les extravagances. Le premier objet ajouté à ce cabinet de curiosités remonte à 1977. Alors au début de sa carrière, elle craque à Singapour pour des jouets, deux soucoupes volantes japonaises. Aujourd’hui, elle a accumulé un ensemble de près de cinq-cents pièces éparses, disparates, cocasses. Son enfance au Cambodge lui a donné le goût du voyage. Très vite, elle choisit de parcourir l’Asie à la recherche de ses souvenirs. De nos jours, elle avoue un lien privilégié avec l’Indonésie mais également l’Afrique et en particulier le Mali.

L’exposition qui se tient au Musée du Quai Branly Jacques Chirac présente une nouvelle face de sa personnalité et de son travail. Les objets source d’inspiration parlent des rencontres, des histoires entendues et de celles vécues. Derrière chacun de ces relais transitionnels qui éclairent la culture et les rites des pays dont ils proviennent, se cache une anecdote. Il y a de la sensualité dans l’objet. Le toucher devient complémentaire de l’impalpabilité de la photo. L’événement à l’Atelier Martine Aublet rassemble sept vitrines regroupées sur les thèmes Il était autrefois, Cuisine, Masques, Mangas érotiques, Chaud / Froid, Vaudou et Images. Ce court parcours poétique est ponctué de films et d’extraits de documentaires parmi lesquels des entretiens avec Françoise Huguier et Christian Lacroix qui partage cette fièvre accumulatrice.










Parmi les pièces fétiches de Françoise Huguier, il y a cette statuette en fonte d’aluminium qui représente Lénine et Eino Rahia et date de 1920/30. François Huguier l’a trouvée au marché aux puces de Saint Pétersbourg lors de ses voyages en Russie de 2003 à 2005 à l’occasion d’un reportage sur les appartements communautaires. La poupée vaudoue béninoise que seule la propriétaire est autorisée à y toucher, est un cadeau de Jean Jacques Mandel, l’un de ses amis, journaliste et anthropologue, désormais antiquaire spécialiste des objets africains. 

Découverte cocasse, des bols de ramen en résine, utilisés comme menus dans les restaurants japonais au cours des années 1980, ont inspiré un reportage sur les artisans qui les concevaient. Masques et figurines de Goldorak côtoient des jouets anciens de Birmanie. Un ensemble de minuscules masques évoquent le destin des singes dressés qui jouaient des spectacles de rue en Malaisie avant qu’ils soient interdits.  Des assiettes en fils électriques tressés du bidonville de Durban en Afrique soulignent la grande créativité de ces populations démunies.









De Sibérie où en 1992, Françoise Huguier a poursuivi un reportage sur la chasse aux phoques, elle a ramené en cachette dans ces valises des dents de cachalot et une canine de morse gravée, ainsi qu’un poncho en peau de renne ou encore une étoile rouge trouvée sur une tombe dans un goulag de Sibérie. De Chine, des boîtes de thé en métal, des paquets de cigarettes, de Tombouctou une théière achetée à un jeune Touareg.  Ou encore des boîtes de médicaments au graphisme intéressant. Dans la vitrine vaudoue, Françoise Huguier réunit pêle-mêle les rites et les religions sans discriminations. Le missel de sa grand-mère, un reliquaire de Saint Hyppolite, une statuette de Saint Thérèse de Lisieux qui clignote, une petite mosquée lumineuse dénichée à Barbès, un bouddha illuminé d’Indonésie, des diables du Mexique, un crâne humain du Népal.  

Les curiosités du monde de Françoise Huguier
Jusqu’au 11 octobre 2020

Musée du Quai Branly Jacques Chirac
37 quai Branly - Paris 7
Tél : 01 56 61 70 00
Horaires : lundi, mardi, mercredi et dimanche de 11h à 19h, jeudi, vendredi et samedi de 11h à 21h