lundi 12 mars 2018

Lundi Librairie : BettieBook - Frédéric Ciriez



BettieBook - Frédéric Ciriez : Stéphane Van Hamme alias Stéphane Sorge, est un critique littéraire du Monde des livres, estimé de ses pairs, redouté des écrivains. Chaque semaine, ce quadra blasé se commet dans une émission culturelle sur Paris Première où il tient une chronique éclair. Afin de boucler les fins de mois, il pige sous pseudo dans des publications moins reluisantes, Lovely Lady, Télé 2 semaines et même Amazon, se fait à l'occasion prête plume pour des biographies d'hommes politiques. Surnommé Super Style par ses amis, SS par ses détracteurs, Stéphane a perdu le goût des livres et néglige de plus en plus d'ouvrir ceux qui lui sont confiés. Manque de temps, manque d'envie. Il préfère se plonger dans les faits divers sorides de la revue Détective. La chef de service du Monde des livres le charge, à son grand dam, d'écrire un article de fond sur les nouveaux prescripteurs du web et plus particulièrement les booktubeurs. Lors d'un salon du livre, il fait la connaissance de Bettie, technicienne dans un centre de bronzage à Melun, qui tient la chaîne Youtube BettieBook. La jeune femme y parle de sa passion pour les dystopies adaptées au cinéma. Aussi ambitieuse que naïve, à la fois narcissique et généreuse, Bettie a soif de reconnaissance. S'il éprouve quelques aigreurs vis à vis de cette candeur arrogante, Stéphane est troublé. Bien que sensible au prestige du journaliste, elle le classe dans la catégorie des ringards. Stéphane va tout faire pour la séduire.

Satire du monde de la critique littéraire sur fond de lutte des classes et des générations, BettieBook dézingue l'époque avec panache. Féroce, provocateur, érotique aussi, le roman dresse un constat acide des plus galvanisants. Frédéric Ciriez met en scène la société du spectacle dans une parodie jubilatoire teintée d'une certaine mélancolie. Alors que le culte de l'image est en passe de liquider l'écrit, les enjeux de l'industrie culturelle évoluent drastiquement.

L'auteur n'épargne personne dans cette rencontre entre deux mondes, l'un sur le déclin, l'autre en pleine expansion. Stéphane, fin lettré à bout de souffle, désenchanté, incarne le microcosme bouffi de suffisance de l'intelligentsia parisienne. S'accrochant désespérément à leur légitimité, les médias traditionnels sont confrontés à la démocratisation de la culture, la disparition de la notion d'autorité culturelle. La baisse inexorable des ventes de la presse écrite s'oppose aux audiences mirobolantes des chaînes Youtube. Bettie, la modeste employée qui habite en grande banlieue, est le symbole de ces nouvelles pratiques ritualisées dont le simulacre n'est pas exclu. Dans les chroniques des booktubeurs, l'affect a remplacé la réflexion. Pour évoquer les livres, Bettie se met en scène. Dans un échange en prise directe avec son public, le discours et le corps ne font plus qu'un. 

Les nouveaux prescripteurs tout d'image et de vent face aux critiques originels soumis à l'institution, cramponnés à leurs privilèges, entrent en collision, réclamant chacun leur part du gâteau. Sur fond d'éternel combat des anciens et des modernes, Frédéric Ciriez tisse une romance perverse qui lorgne volontiers vers le burlesque. Jouant sur les registres de narration, ne boudant pas son plaisir dans l'exercice de style, il imagine la revanche cocasse du vieux monde sur la nouvelle génération. A moins que ce ne soit l'inverse tant l'auteur parvient à brouiller les pistes. Mensonges, manipulations, quand la satire lucide tourne au thriller drolatique, le roman prend son envol. Texte cinglant, humour au vitriol, BettieBook ne nous dira pas pour autant comment sauver la critique littéraire.

BettieBook - Frédéric Ciriez - Editions Gallimard Collection Verticales




Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Aucun commentaire :