lundi 12 février 2018

Lundi Librairie : Au revoir là-haut - Pierre Lemaître



Au revoir là-haut - Pierre Lemaître : Le 2 novembre 1918, dix jours avant l'armistice, le lieutenant Henri d'Aulnay-Pradelle, aristocrate désargenté, arriviste qui rêve encore de gloire, déclenche un incident afin de lancer ses troupes à l'assaut dans l'espoir de se faire un nom. Au cours de cette bataille de trop, cette dernière boucherie, Edouard Péricourt sauve la vie d'Albert Maillard mais est défiguré par un éclat d'obus qui lui arrache le bas du visage. Entre Edouard, rejeton rebelle de la haute bourgeoisie, étudiant aux Beaux-Arts et Albert, simple employé de banque, naît une amitié indéfectible. A la démobilisation, tandis qu'Edouard atrocement mutilé refuse de retrouver sa riche famille et préfère se faire passer pour mort, Albert doit trouver une solution pour assurer leur subsistance à tous les deux. Mais le retour des vétérans à la vie civile est difficile, la Nation préférant rendre hommage aux glorieux disparus plutôt que de prendre soin des survivants aux gueules cassées, aux esprits détruits par l'horreur de la guerre. Edouard convainc Albert de s'associer dans un projet d'escroquerie aux monuments aux morts. Henri qui a pris du galon et épousé une riche héritière, la sœur d'Edouard, poursuit sa carrière dans l'ignominie en s'impliquant dans le commerce des cimetières militaires dans l'idée de faire fortune grâce aux contacts de son beau-père. 

Roman de l'après-guerre de 14, atmosphère crépusculaire, cruauté glaçante, Au revoir là-haut est parcouru d'une causticité salvatrice, d'un humour très noir que Pierre Lemaître pratique en funambule averti entraînant le lecteur du rire aux larmes. Réquisitoire contre l'administration, l'armée, les affairistes opportunistes, cette histoire d'arnaque et d'imposture se révèle récit picaresque et politique d'une vengeance amorale sur fond de lutte des classes.

Gueules cassées, peur au ventre, condamnés à l'exclusion, il imagine un duo improbable, deux hommes traumatisés dans leur chair et dans leur tête qui se sentent responsables l'un de l'autre. Considérés comme des rebus par la société qui leur tourne le dos, ces deux rescapés des tranchés revivent l'horreur de la guerre et sont confrontés à la douleur indicible d'avoir survécu. Oubliés de tous, le découragement, l'amertume les prend tandis que la morphine de l'un, les cauchemars de l'autre les minent. C'est la grande tragédie d'une génération sacrifiée. Tandis que l'Etat célèbre la gloire des disparus, accueillant les lâches, les salauds en héros, il se débarrasse des vivants trop esquintés, devenus encombrants. Le culte des soldats tombés au front, le commerce des morts, donne des idées d'escroquerie cynique.  

Sur la trame d'une double arnaque, un double suspense, l'auteur tisse une histoire très scénarisée. Le plaisir narratif est accru par les multiples rebondissements. Architecture maîtrisée et puissance d'évocation, l'art du conteur trouve sa pleine expression dans l'efficacité d'une plume très visuelle, écriture précise, mordante. Travaillant au fil du roman l'évolution psychologique tout en finesse de ses personnages, Pierre Lemaître cultive leur ambiguïté. Les "bons" ont aussi leur part d'ombre quand se côtoient l'abjection et la dignité, l'horreur et la souffrance.

Pierre Lemaître signe un grand roman de littérature populaire, une chronique ironique teintée d'une grande tristesse, une réflexion intelligente sur le patriotisme, le courage, la loyauté.  

Au revoir là-haut - Pierre Lemaître - Editions Albin Michel - Edition de poche Le Livre de Poche





Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Aucun commentaire :

Share this