mardi 24 novembre 2015

Cinéma : Les Cowboys réalisé par Thomas Bidegain - Avec François Damiens et Finnegan Oldfield



Dans l'est de la France, une communauté passionnée par l'univers de la country américaine se réunit lors d'une grande assemblée festive. Alain est venu en famille avec sa femme et ses deux enfants mais sa fille, Kelly, seize ans, disparaît. Rongé par l'angoisse et les incertitudes, cet homme opiniâtre découvre qu'elle a fuit avec son petit ami, un jeune musulman radicalisé. C'est le début d'une longue quête obsessionnelle, de 1994 à 2005, dans les milieux intégristes européens jusqu'au Moyen-Orient, l'histoire d'un père à la recherche de sa fille partie rejoindre le djihad par amour. Détruit par la disparition de Kelly, Alain entraîne Kid, son fils, dans cette poursuite acharnée croisant trafiquants, salafistes, négociateurs, faisant fi de leur propre sécurité et au risque de se perdre en route.







Premier film de Thomas Bidegain, scénariste acclamé, coauteur d'Un Prophète de Jacques Audiard, Les Cowboys aborde un sujet difficile au cœur de l'actualité entre choc des civilisations, incompréhension et terrorisme contemporain. Le regard aigu porté sur notre temps enrichit le propos par le biais d'un traitement mutique, glaçant, une vision très sombre d'un monde clandestin effrayant. Ce long métrage est marqué par l'hommage appuyé au western de John Ford datant de 1956, La Prisonnière du désert. Les paysages superbes aussi bien en France qu'au Pakistan renvoient aux films de genre. Grands espaces et cowboys solitaires perdus dans des décors trop grands pour l'homme apparaissent comme des motifs illustrant le dialogue entre le propos du film et la mythologie du far-west.






Oeuvre d'envergure, complexe, exigeante, le réalisateur a choisi d'inscrire le récit dans notre époque marquant les années et le temps qui passe par des images d'archives diffusées à la télévision, l'attentat du 11 septembre à New York, ceux qui ont suivi à Madrid et Londres. Néanmoins, Thomas Bidegain s'est refusé à politiser son sujet cherchant plutôt à toucher à la vérité sensible des personnages et de leur histoire, à se centrer sur ce qu'ils traversent. Film lent et dense, réalisation épurée, mise en image efficace et sobre, le récit maîtrisé tout en ellipses se concentre sur l'aventure humaine vécue par les personnages.

Un homme dévasté transmet son obstination, son refus du renoncement et sa quête terrifiante à son fils dans une histoire glaçante de passation. Le jeu des comédiens et la direction d'acteur apportent beaucoup à la qualité du film. François Damiens, père opiniâtre, habité, traumatisé est remarquable dans un registre dramatique tandis que Finnegan Oldfield, véritable révélation du film, livre une interprétation intelligente, profonde. Les seconds rôles dont John C. Reilly en négociateur américain inquiétant, sont impeccables de justesse.



Prise de risque thématique, manière singulière d'aborder le sujet, Thomas Bidegain signe un premier film ambitieux, complexe, exigeant dont les nombreuses références cinéphiles aiguiseront la curiosité des aficionados. Une oeuvre rare, impressionnante.

Les Cowboys réalisés par Thomas Bidegain
Sortie le 25 novembre 2015
Avec François Damiens, Finnegan Oldfield, John C. Reilly




Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

2 commentaires :

Aurore a dit…

Ce film résonne particulièrement après les évènements de Paris. J'avais déjà envie de le voir avant, et j'ai encore envie de le voir. Surtout pour voir François Damiens, qui est très bon dans les tragédies.

Caroline a dit…

J'étais un peu sceptique en lisant le synopsis mais ce film est trop subtil et trop complexe pour être résumé. Excellente surprise !

Share this

Related Post