lundi 17 novembre 2014

Lundi Librairie : Les âmes grises de Philippe Claudel



1917, dans une petite ville du nord-est de la France à proximité du front, alors que résonnent les échos de la Grande Guerre, cette effroyable boucherie de tranchées qui apporte chaque jour son lot d’horreur et de morts, le corps de la fillette de l’aubergiste, si jolie qu’elle était surnommée Belle de jour, est retrouvé dans la Guerlante, une rivière au nom prédestiné. Elle a été étranglée. Vingt ans après les faits, alors que tous les protagonistes de l’affaire sont décédés, le policier en charge de l’enquête, depuis à la retraite, se souvient de ce meurtre non élucidé. Une énigme qu’il n’a pas résolue, dévasté par un drame personnel qui lui a volé le goût de vivre.

A travers un récit non linéaire, du présent au passé, Philippe Claudel, peintre de l’âme humaine, enchevêtre les époques et les sentiments intimes, traçant peu à peu une galerie de portraits dans un dégradé de gris. Pierre-Auguste Destinat, le procureur, veuf solitaire et taciturne, châtelain qui impressionne par sa position sociale, impitoyable au tribunal lorsqu’il réclame des têtes, détaché de la réalité. Le juge Mierk et son comparse le colonel Matziev, infâmes bâfreurs corrompus. Des personnages féminins lumineux et tendres aux destins tragiques. Lysia Verhareine, institutrice fraîchement nommée que Destinat aime en secret et dont la présence dans la ville de V. n’est pas un hasard, Clémence la femme du policer, la petite fille assassinée ange blond.

Dans une atmosphère subtile et inquiétante, sous des cieux tourmentés par la guerre, si loin, si proche, Philippe Claudel évoque une province morne d’une autre époque, marquée par les clivages sociaux et la soumission aux plus forts, aux biens nés. L’auteur dresse par touches le tableau en clair-obscur d’un univers feutré, opaque, rythmé par les saisons, la touffeur de l’été, les glaces hivernales.  Avec une grande justesse de ton, il explore la frontière ténue entre le Bien et le Mal, dessinant finement en creux la psychologie de ses personnages, entre gris clair et gris foncé, le gris couleur du temps, de la boue et du chagrin. Un roman d’ombres et de lumière, traversé par des fantômes, qui mêle l’émotion intime et la grande Histoire

Les âmes grises - Philippe Claudel - Editions Stock - Collection de poche Le Livre de Poche




3 commentaires :

Vanessa Lekpa a dit…

J'ai lu ce livre il y a quelques années et il m'a beaucoup plus . Claudel fouille les âmes et y trouve toujours une noirceur ou quelque chose à cacher et de ce mélange d'ombre et de lumières naissent nos âmes grise. Très beau livre .

Caroline a dit…

J'aime passionnément la sensibilité de cet écrivain. Il me bouleverse à chaque fois.

marion a dit…

J'ai lu ce livre il y a quelques années et je me rappelle avoir été bouleversée par la sensibilité de Claudel.

Share this

Related Post