lundi 29 juillet 2013

Lundi Librairie : Un bien fou - Eric Neuhoff




Un bien fou est une longue lettre que le narrateur, trentenaire publicitaire, destine à l’homme qui lui a volé sa fiancée. Il vit une belle histoire d’amour avec Maud, demoiselle piquante et imprévisible comme Eric Neuhoff les aime (Les hanches de Laetitia, La petite française). Lors de vacances sur une île au large de Rome, le couple rencontre un charmant septuagénaire en compagnie de sa petite-nièce. Dans un premier temps, il ne leur donne pas sa véritable identité mais la sympathie venant, il révèle qu’il n’est autre que Sebastian Bruckinger, mythique écrivain américain retiré de la vie publique, échappé du monde, installé reclus dans la forêt du Vermont où il mène une vie paisible qui fait bruisser de curiosité toute la scène littéraire. En somme, un double parfait de J.D. Salinger, l’auteur de l’Attrape-cœurs.

Mais le romancier expérimenté a une idée derrière la tête. Il a succombé au charme de la jeune Maud et compte bien la séduire en usant de tout son prestige de grand manitou énigmatique, la chiper au héros qui a la moitié de son âge, malgré son côté vieillard libidineux et alcoolique. Le narrateur, cocu magnifique, partagé entre l’aigreur et l’admiration, la jalousie et l’engouement pour le grand homme de lettres, la rancune et l’enthousiasme pour l’œuvre du romancier américain se demande comment accepter que sa femme soit tombée follement amoureuse de ce vieux barbon, son idole littéraire.

Roman court à la plume légère et mélodique, Un bien fou ponctué d’aphorismes charmeurs et désabusés, mêle émotion et nonchalance avec grâce et humour désenchanté. On y retrouve les personnages d’un autre temps, d’une autre époque, chers à Eric Neuhoff, entre autre la charmante emmerdeuse évoquée plus haut. Ils boivent des grands crus, se délectent de plats raffinés, s’habillent négligé chic.

Il y a dans ce roman ainsi que dans la plupart de ses œuvres toute une iconographie empruntée au cinéma américain ou encore à François Truffaut, de belles images cinématographiques et des icônes blondes en rappel d’idéal. L’auteur, néo-hussard à la gravité nouvelle, dandy amoureux du détail élégant, rythme son texte de scènes délicieuses, vives et lumineuses, une belle après-midi d’été, une leçon de danse. Et ce regard d’une infinie tendresse qu’il porte sur les femmes.

Eric Neuhoff évoque les choses de la vie avec une légèreté profonde, une ombre de sourire goguenard, insolent et une pudeur gracieuse qui se marient si bien avec son talent naturel, ce verbe harmonieux sans effort presque indolent mais d’une redoutable efficacité.

Un bien fou - Eric Neuhoff - Editions Albin Michel - Collection de poche Le Livre de Poche - Prix du roman de l'Académie 2001

Share this

Related Post