Paris : Villa Flore, exquise impasse à Auteuil, face à face intrigant des deux Guimard - XVIème



La Villa Flore, élégante impasse du quartier d’Auteuil, s’ouvre entre les numéros 120 et 122 de l’avenue Mozart percée en 1867 à l’occasion des grands travaux de modernisation de Paris menés sous le Second Empire par le préfet de la Seine, le baron Haussmann. Plus tardive, la villa Flore est ouverte en 1909 sur des terrains appartenant à Jules Brégère, un architecte établi au 118 avenue Mozart, qui baptise la ruelle en hommage à son épouse. Cet homme d’affaires avisé s’est lancé, dès 1899, dans la spéculation immobilière et le lotissement de parcelles. Il se porte acquéreur de nombreux terrains à Paris, avenue Mozart notamment, et à Boulogne Billancourt où il donne son patronyme à la rue Jules Brégère rebaptisée rue Esnault-Pelterie dans les années 1980. Ouverte à la circulation publique par arrêté du 23 juin 1959, la villa Flore possède un charme bourgeois indéniable. Néanmoins son intérêt principal réside dans le face à face de deux constructions signées de l’architecte Hector Guimard. Ces deux édifices très dissemblables, élevés à quinze ans d’intervalle, illustrent l’évolution du style Guimard et les tentatives Art déco d’une fin de carrière un peu triste.  



 







A l’entrée de la Villa Flore, les deux réalisations d’Hector Guimard (1867-1942), contrastent singulièrement. Jules Brégère et Hector Guimard, confrères en architecture, fréquentent les mêmes cercles mondains où ils développent des opportunités professionnelles. En 1909, date d’ouverture de l’impasse, Guimard épouse Adeline Oppenheim, riche héritière d’un banquier newyorkais et peintre. La fortune personnelle de l’heureuse mariée va permettre à l’architecte de développer des projets d’envergure. A l’angle du 122 avenue Mozart et de la Villa Flore, il acquiert une parcelle étroite de forme irrégulière, réputée inconstructible, propriété de Jules Brégère. A partir des 90m2 au sol, Hector Guimard dessine un hôtel particulier destiné à devenir son domicile personnel. Edifié sur six niveaux, l’hôtel Guimard, dont la porte principale est frappée du monogramme de l’architecte, est achevé en 1912.

L’agence Guimard quitte le Castel Béranger et s’installe au rez-de-chaussée de ce nouvel hôtel. La réception de la demeure se déploie au premier étage. Les chambres sont réparties au deuxième et l’atelier de peintre d’Adeline Oppenheim Guimard prend place au troisième étage. L’architecte développe l’idée d’une oeuvre totale. Architecture, ferronnerie, architecture d’intérieur, décoration, mobilier, il imagine l’intégralité des éléments qui composent l’hôtel.

A la suite du décès de l’architecte en 1942 à New York, Adeline Guimard revient en France au début des années 1950 afin de régler les affaires laissées en suspens au début de la Seconde Guerre Mondiale. Elle propose de faire don de l’hôtel particulier à l’Etat français afin que soit ouvert un musée Guimard. La proposition est déclinée. De nombreuses archives détruites et le mobilier dispersé, entre les musées américains et les musées français de province notamment à Lyon, ville de naissance de l’architecte, où le mobilier de la chambre de Mme Guimard rejoint les collections du Musée des Beaux Art de Lyon. A Paris, le mobilier de la salle à manger est conservé au musée des Arts décoratifs. L’hôtel Guimard est la première réalisation d’Hector Guimard inscrite aux Monuments historiques le 4 décembre 1964. 











Face à l’hôtel Guimard, oeuvre de la maturité édifiée en pleine gloire, se dresse à l’angle du 120 avenue Mozart et du 2 villa Flore l’immeuble Houyvet, réalisé entre 1924 et 1927 à la demande de l’industriel Michel Houyvet. La haute façade anguleuse haute de sept étages, verticalité affirmée, affirme une inspiration Art déco fort différente du style Guimard originel. L’étroitesse de la façade sans entrée donnant sur l’avenue Mozart confère une drôle d’allure à cette construction aux matériaux variés. Pierre de taille et briques, fenêtres disposées en meurtrières, sur l’avenue, la façade plus large sur la villa Flore est développée en granit jusqu’au premier étage granit, puis en briques roses de différentes tonalités agrémentées de motifs en céramiques ou en pierre. L’immeuble Houyvet fait partie des dernières réalisations de l’architecte. Hector Guimard, précurseur en son temps d’un style proche de l’Art Nouveau vite tombé en désamour, n’a su être qu’un aimable suiveur Art déco au lendemain de la Première Guerre Mondiale. Tombé dans l’oubli puis redécouvert à la fin du XXème siècle, Guimard connaît de nouveau les faveurs du public.

Villa Flore - Paris 16
Accès entre les numéros 120 et 122 avenue Mozart

Bibliographie
Le guide du patrimoine Paris - sous la direction de Jean-Marie Pérouse de Montclos - Hachette
Le guide du promeneur 16è arrondissement - Marie-Laure Crosnier Leconte - Parigramme 

Sites référents