Ailleurs : Château de Chantilly, résidence des princes de Condé, destin architectural mouvementé



Le Château de Chantilly, propriété de l’Institut de France, surgit des eaux au cœur d’un vaste domaine de 7 800 hectares. De la forteresse médiévale sans cesse agrandie, transformée, modernisée par ses propriétaires successifs jusqu’au Château Neuf du XIXème siècle, le palais conserve le souvenir fastueux des grandes familles qui l’ont façonné. Résidence favorite des princes de Condé, le destin de Chantilly est intimement lié à celui de cette lignée et à la grande histoire de France. Le Château de Chantilly tel qu’il se visite aujourd’hui se compose du Petit Château construit au XVIème siècle par l’architecte Jean Bullant pour le Connétable Anne de Montmorency et du Grand Château reconstruit sur des plans de l’architecte Honoré Daumet, au début de la Troisième République, après les démolitions drastiques de la Révolution. Autour du château, les Jardins de Chantilly offrent un panorama grandiose de l’art du jardin à la française dont le parterre nord, l’une des plus remarquables réalisations d’André Le Nôtre. Les Grandes Ecuries, chef-d’œuvre architectural du début du XIXème siècle, imaginées par l’architecte Jean Aubert, accueillent désormais le Musée Vivant du Cheval, gardien de collections d’œuvres d’art dédié et où se tiennent des spectacles équestres. Le domaine accueille chaque année depuis 1843 le mythique prix de Diane ainsi que le prix du Jockey Club (1836).  Chantilly, la dentelle, la porcelaine, la gastronomie, les chevaux et son château.











A la fin du XIème siècle, Guy de Senlis bouteiller du roi Louis VI acquiert des terrains dans la vallée de la Nonette. Il fait ériger une forteresse médiévale cantonnée de sept tours, entourée de douves. Pillée par les Jacques en 1358, elle est vendue en 1386 par Guy de Laval héritier des Bouteiller-Senlis à Pierre d’Orgemont, ancien chancelier de Charles V. De 1386 à 1394, il entreprend une reconstruction du château, achevée après sa mort par son fils Aumary d’Orgemont. En 1484, Pierre III d’Orgemont lègue Chantilly à son neveu Guillaume de Montmorency. 

Cette puissante famille demeurera propriétaire du XVème siècle au XVIIème. Les Montmorency mènent d’importants chantiers de transformations. Le connétable Anne de Montmorency (1492-1567) fait appel à l’architecte Pierre Chambignes en 1528 pour mener une restauration dans un style d’inspiration Renaissance. Vers 1550, le connétable charge l’architecte Jean Bullant d’élever au pied de la forteresse médiévale un château de plaisance désigné sous le nom de Petit Château ou Capitainerie. En 1558, est aménagée la terrasse où se dresse désormais la statue équestre d’Anne de Montmorency. Celui-ci édifie sept chapelles parmi lesquelles deux sont toujours situées à l’intérieur du parc moderne et fait tracer les premiers jardins.  

En l’honneur du roi Henri IV, Henri Ier de Montmorency (1534-1614) fait construire La Chaumière, un pavillon dans la partie haute du parc. Marie des Ursins (1600-1642), épouse d’Henri II de Montmorency (1595-1632), y offre l’asile au poète Théophile de Viau (1590-1626), condamné à mort pour libertinage. La Chaumière prend le nom de Maison de Sylvie d’après le poème que l’homme de lettres dédie à la maîtresse des lieux. A la suite d’une révolte contre l’autorité royale, le Maréchal Henri II de Montmorency est exécuté à Toulouse en 1632. Les biens de la famille Montmorency sont confisqués. Louis XIII en restitue la majorité aux sœurs du Maréchal mais conserve Chantilly, domaine de chasse qu’il affectionne particulièrement. A la mort du roi en 1643, Anne d’Autriche, désormais régente, restitue le domaine par lettres patentes à la dernière des sœurs d’Henri II de Montmorency, Charlotte de Montmorency, épouse d’Henri II de Bourbon-Condé, troisième prince de Condé. Du XVIIème au XIXème siècle, Chantilly sera la principale propriété des Condé, branche cadette de la maison de Bourbon.  











Louis II de Bourbon-Condé dit le Grand Condé (1621-1686) tient une position ambiguë durant la Fronde. Chantilly est confisqué en 1652 par le pouvoir royal mais à la suite de la Paix des Pyrénées en 1659, le prince retrouve son domaine. Loin de la cour, le Grand Condé s’acharne à réinventer des fastes propres à attirer les beaux esprits de l’époque. Il reçoit La Fontaine, La Bruyère, Bossuet, Madame de la Fayette, Madame de Sévigné, Mademoiselle de Scudéry. A Chantilly, Molière y créé "Les Précieuses ridicules" en 1659 et y joue "Tartuffe". Dès 1661, des fêtes somptueuses se donnent à Chantilly. En 1664, le prince revient définitivement au domaine. 

Le Grand Condé soucieux d’embellir son domaine, demande à André Le Nôtre qui n’est pas encore intervenu à Versailles, d’aménager le parc. Le paysagiste des rois dessine les parterres nord à la française. Il envisage une superficie d’eau exceptionnelle.  La Nonette, affluent de l’Oise, est transformé en Grand Canal et les étendues liquides se multiplient. Le Nôtre choisit, fait rare dans ses réalisations, de ne pas placer le château dans l’axe de la perspective. Le Grand Condé confie à Daniel Gittard, la construction du Grand Degré qui initie la perspective allant de la grille d’honneur à la terrasse.  

En avril 1671, une grande fête à laquelle Louis XIV assiste scelle la réconciliation avec le pouvoir monarchique. Selon Madame de Sévigné, c’est à cette occasion que François Vatel, le maître d’hôtel, se suicide de désespoir en ne voyant arriver la marée commandée. L’authenticité de l’anecdote est néanmoins remise en question. 

Le Grand Condé consacre sa fortune à réunir d’inestimables œuvres d’art, tableaux, sculptures, mobilier d’art, orfèvrerie. Il enrichit les collections de livres rares et de manuscrits, initiées par le connétable de Montmorency.  A la fin de sa vie, il charge Jules Hardouin Mansart (1646-1708) de rénover les appartements du Grand Château. 












Henri Jules de Bourbon-Condé (1643-1709) dit Condé le Fol poursuit la modernisation du château en lui ôtant tout caractère médiéval. Les travaux sont achevés par Jean Aubert (1680-1741), auteur de l’Hôtel Peyrenc de Moras dit de Biron désormais Musée Rodin dont je vous parlais ici. De 1723 à 1726, Jean Aubert construit pour Louis IV Henri de Bourbon-Condé (1692-1740) les Grandes Ecuries, aujourd’hui Musée Vivant du Cheval, qui comptent parmi les plus belles écuries de l’Ancien Régime. 

Ministre de Louis XV de 1723 à 1725, ce prince de Condé est exilé à Chantilly en 1726 où il se consacre à son domaine. Il fait appel à des peintres prestigieux afin de décorer les appartements du Petit Château, Jean-Baptiste Oudry (1686-1755), Alexandre François Desportes (1661-1743), Christophe Huet (1700-1759) et Jean-Marc Nattier (1685-1766). Il aménage un cabinet d’histoire naturelle et créé la Manufacture de porcelaine de Chantilly. Dans le jardin, de nouvelles allées sont tracées. Le prince expérimente l’acclimatation des tulipes hollandaises sur le sol français. En 1756, Louis V Joseph de Bourbon-Condé (1736-1818) fait édifier le Jeu de Paume. Entre 1769 et 1776, il confie à l’architecte Jean-François Leroy la construction du château d’Enghien.  En 1774, le jardin anglo-chinois voit le jour ainsi que le hameau qui inspirera Marie-Antoinette pour la création du hameau de la Reine à Trianon.

Fuyant la Révolution, Louis V Joseph de Bourbon-Condé (1736-1818) émigre en 1789. Ses biens sont placés sous séquestre, le domaine confisqué, le château vidé de son mobilier. Entre 1793 et 1795, une partie des terrains lotie est vendue. Le reste du domaine est progressivement morcelé partir de 1798. Les adjudicateurs du Grand Château, Damoye et Boulée décident de démanteler l’édifice afin d’en récupérer les matériaux de construction. Ils démolissent les bâtiments jusqu’aux soubassements. Le marché retiré à ces entrepreneurs avant qu’ils ne poursuivent leur démarche permet d’épargner le Petit Château et les Grandes Ecuries. Ces dernières occupées par l’armée sont préservées du vandalisme. Sous l'Empire, Chantilly est inclus dans l'apanage de la fille de l’impératrice, Hortense de Beauharnais (1783-1837), propriétaire du proche château de Saint-Leu.

A la Restauration (1814-1830), Louis V Joseph de Bourbon-Condé de retour d’exil, reprend possession des reliquats de son domaine. Il entame quelques réparations, rachète une partie des terrains. Le parc coupé en deux par une nouvelle voie ne peut être reconstitué. Entre 1811 et 1820, son fils, Louis VI Henri de Bourbon-Condé (1756-1830) charge l’architecte Victor Dubois de redonner sa beauté à cette partie occidentale du domaine en la traitant à l’anglaise afin de dissimuler cette route.











En 1830, le dernier prince de Condé, sans héritier depuis la mort en 1804 de son fils unique le duc d’Enghien fusillé à Vincennes, sur ordre de Napoléon Bonaparte alors Premier Consul, lègue ses biens à son petit-neveu et filleul Henri d’Orléans, duc d’Aumale (1822-1897). L’avant-dernier petit-fils du roi Louis-Philippe Ier est alors âgé de 8 ans. Durant la Monarchie de Juillet (1830-1848), des projets de reconstruction du Grand Château voient le jour mais ils sont avortés par la chute de la Monarchie. Le duc d’Aumale est contraint à l’exil. De 1848 à 1870, il réside en Angleterre où il réunit de vastes collections de peintures, dessins, objets d’art, livres anciens, manuscrits précieux. Alors que le Second Empire s’effondre, il rentre en France en 1871. La reconstruction du Grand Château de Chantilly sur les anciennes fondations va pouvoir débuter. Un chantier d’envergure est mené de 1876 à 1882 sur des plans de l’architecte Honoré Daumet (1826-1911). Ce sera l’écrin d’exception aux riches collections du duc pour lesquelles il créé en 1886 la Fondation des Princes de Condé. A sa mort en 1897, le duc d’Aumale lègue cet ensemble et le domaine de Chantilly à l’Institut de France. 

Le Musée Condé, institution en charge de ces collections, conserve près de 500 œuvres prestigieuses parmi lesquelles des trésors signés Fra Angelico, Raphael, Filippino Lippi, Jean Fouqet, Piero di Cosimo, Sandro Botticelli, François Clouet, Nicolas Poussin, Antoine Watteau, Théodore Géricault et Jean-Baptiste Greuze. Joyau de Chantilly, il détient la deuxième collection la plus importante de peinture classique datant d’avant 1850, après le Louvre. Au cœur du château, la galerie des peintures rivalise d’opulence avec le cabinet de livres rares et de manuscrits enluminés. La bibliothèque, troisième plus importante de son genre en France, compte 19 000 ouvrages dont 1500 manuscrits enluminés parmi lesquels se trouvent "Les Très riches heures du duc de Berry" datant du XVème siècle ou encore quarante miniatures de Jean Fouquet "Les incunables". Le cabinet d’arts graphiques est également très bien doté.

Situé au cœur de l’une des plus grandes forêts de la région parisienne, le massif des Trois Forêts, comprenant Chantilly, Halatte et Ermenonville, le Château de Chantilly et ses dépendances font l’objet depuis 1988 de plusieurs protections au titre des Monuments historiques.

Domaine de Chantilly
7 Rue Connétable Château - Chantilly
Tél : 03 44 27 31 80
Horaires :
- Basse saison du 28 octobre 2019 au 17 mars 2020 inclus : Ouvert du mercredi au lundi de 10h30 à 17h / 18h pour le parc - Fermé le mardi 
- Haute saison du 28 mars 2020 au 1er novembre 2020 inclus : Ouvert tous les jours y compris les jours fériés de 10h à 18h / 20h pour le parc