mercredi 6 novembre 2019

Paris : Fontaine Saint Sulpice, élégance renaissance pour une composition du XIXème siècle - VIème



La Fontaine Saint Sulpice a été édifiée de 1843 à 1848 par l’architecte Ludovico Tullius Joachim Visconti, dit Louis Visconti (1791-1853), dans un style renaissance inspiré par la fontaine des Innocents dont je vous parlais ici. A l’ombre des platanes, la place déploie le charme classique de la pierre blonde caractéristique de Paris, écrin modelé au XVIIIème siècle afin de souligner la beauté de l’église Saint-Sulpice. La Fontaine centrale est également appelée fontaine des Quatre évêques ou des Orateurs sacrés en référence aux statues des quatre grands prélats du XVIIème siècle qui l’ornent. Bossuet, Fénelon, Fléchier et Massillon exercèrent leur éloquence à Saint Sulpice. La Fontaine dont les faces sont plus ou moins orientées vers les points cardinaux, était par dérision, ces quatre hommes d’Eglise n’ayant jamais atteint ce rang dans les Ordres, fontaine des Cardinaux. La Fontaine Saint-Sulpice est inscrite par arrêté du 16 mars 1926 au titre des Monuments historiques. 











La fontaine monumentale en pierre agrémente une place Saint-Sulpice déployée sur l’emplacement du vieux cimetière et des ruines de l’ancien Grand Séminaire du XVIIème siècle. Son élégance austère entre naturellement une harmonie avec la façade de l’église Saint Sulpice finalisée vers 1730 par l’architecte Giovanni Niccolò Servandoni (1695-1766). En 1752, ce dernier avait proposé pour la place Saint Sulpice un plan en demi-cercle afin d’accompagner la façade de l’église et la création d’un ensemble architectural homogène de maisons de rapport à l’instar de la place Vendôme. Si le résultat n’est pas conforme au projet initial, il ne manque pas de charme.

La belle fontaine centrale imaginée par l’architecte Louis Visconti et édifiée par l’entrepreneur Antoine Vivenel (1799-1862) a été inaugurée en 1848. Pour cela, il aura fallu déloger la fontaine de la Paix qui se trouvait à l’extrémité de la place, construite en 1807 et transportée en 1824 vers le marché Saint-Germain afin de laisser place à la nouvelle composition monumentale. De nouveau déplacée en 1935, la fontaine de la Paix se trouve désormais au cœur d’un jardin ouvert arboré, le long l’allée du Séminaire côté impair de la rue Bonaparte. 











La Fontaine Saint-Sulpice est surmontée d’un dôme à fleuron coiffé d’une croix latine. Les compartiments en fronton sont frappés en cartouches aux armes des villes épiscopales des quatre personnalités. Le toit en baldaquin est posé sur un édicule carré décoré de quatre colonnes corinthiennes. Dans les niches en cul-de-four, les orateurs du Grand Siècle veillent sur des temps moins littéraires. Face Nord, se trouve la statue de Jacques-Bénigne Bossuet (1627-1704), évêque de Meaux, réalisée par Jean-Jacques Feuchère (1807-1852). Face Est, se dresse la silhouette de François de Salignac de La Mothe-Fénelon dit Fénelon (1651-1715), archevêque de Cambrai, immortalisé par François Lanno (1800-1871). Face Ouest, la sculpture représentant Esprit Fléchier (1632-1710), évêque de Lavaur et de Nîmes, a été exécutée par Louis Desprez (1799-1870). Face Sud, l’hommage à Jean-Baptiste Massillon (1663-1742), évêque de Clermont-Ferrand, a été rendu par Jacques-Auguste Fauginet (1809-1847).

La Fontaine Saint-Sulpice se compose de trois bassins octogonaux, étagés en pyramide. Depuis le plus petit bassin à débordement au sommet, de grandes vasques déversent l’eau en nappes ruisselantes. Sur le deuxième bassin sont couchés quatre lions qui tiennent entre leurs pattes les armoiries de la ville de Paris, réalisés par le sculpteur François Derré (1797-1888).

Fontaine Saint Sulpice
Place Saint Sulpice - paris 6

Bibliographie
Paris de fontaine en fontaine - Jacques Barozzi - Parigramme
Le guide du promeneur 6è arrondissement - Bertrand Dreyfuss - Parigramme
Le guide du patrimoine Paris - Sous la direction de Jean-Marie Pérouse - Hachette

Sites référents

Aucun commentaire :