lundi 18 novembre 2019

Lundi Librairie : Rien n'est noir - Claire Berest



Rien n’est noir - Claire Berest : Frida Kahlo a dix-sept ans lorsqu’elle est prise dans un tragique accident de tramway. Le corps en morceaux, la volcanique jeune fille se retrouve prisonnière de son lit d’hôpital, enfermée dans un carcan durant des mois. L’évènement dévastateur et par la suite la reconquête de cette enveloppe de chair désormais source de souffrances terribles seront déterminants. Frida abandonne ses études de médecine pour se consacrer à la peinture. Elle se place sur le chemin de Diego Rivera qu’elle admire, le peintre le plus célèbre du Mexique, l’un des plus grands séducteurs aussi malgré un physique disgracieux. Muraliste, il réalise de gigantesques fresques sur les façades aveugles des immeubles. Il veut offrir un art libre pour tous. Leur rencontre ne doit rien au hasard. Elle veut le conquérir et l’épouser. C’est la passion entre l’éléphant et la colombe, incarnations de deux visions de l’art et de l’engagement. Diego l’infidèle séduit sans relâche, les femmes bien sûr mais aussi les puissants, ceux susceptibles de faire avancer sa carrière. Avide de reconnaissance, Rivera rêve des honneurs et du succès. Membre actif du Parti Communiste mexicain, il accepte de travailler aux Etats-Unis pour Henry Ford et Rockefeller, deux symboles Capitalisme triomphant. Frida la flamboyante, soutenue par Marcel Duchamp et Pablo Picasso, doute constamment de son talent. Pour ne pas être en reste, elle suit son mari dans les méandres de l’adultère multipliant amants et amantes, parfois illustres comme Trotski.  

Sur le fil d’un destin terrible et magnifique, Claire Berest tisse un récit contrasté haut en couleurs. Cette biographie romancée dresse le portrait d’une héroïne mythologique, émouvante et fière, un peu sorcière, un peu déesse, personnage hors norme, tout d’ombre et de lumière. Avec Frida Kahlo, la réalité dépasse souvent la fiction. Personnalité hors du commun, elle invente auprès de Diego Rivera une vie d’extravagances où les drames et les joies sont plus vastes qu’ailleurs.

Claire Berest porte un regard sensible et inspiré sur cette insoumise au corps brisé. Elle fait revivre une femme de chair au-delà du personnage culte, de l’icône pop. La romancière s’empare de l’imagerie colorée imaginée par Frida Kahlo elle-même dans sa robe d’indienne, fleurs et rubans tressés dans ses cheveux, couverte de bijoux pour redonner sa pleine dimension terriblement humaine à cette figure féministe avant l’heure.

Le caractère bien trempé de la peintre explose à chaque page. L’insolence piquante et l’intense soif de vivre malgré les souffrances de son corps et une existence ponctuée d’innombrables opérations, d’insoutenables séjours à l’hôpital. Mexico, Detroit, New York, Paris, Claire Berest suit le parcours de l’artiste et pénètre au cœur d’une oeuvre et d’une intimité.  Elle réinvente le quotidien, peint avec les mots des instantanés de vie. D’une langue riche portée par un souffle romanesque, elle illumine les images poétiques de dialogues plus vrais que natures, vivants, électriques qui traduisent avec force la démesure des protagonistes.

Frida et Diego, c’est l’amour fou, la voracité des sentiments. Entre le « géant à tête de crapaud-buffle » et la « poupée menue », les relations chaotiques, ardentes, sont aussi destructrice humainement qu’inspirante sur le plan artistique. Ce couple fascine. Il y a du tragique, de la violence définitive dans leurs liens ambivalents. Claire Berest saisit le tumulte intérieur et donne à repenser l’art de Frida Kahlo fruit de la passion et des souffrances, jaillissement des trop-pleins de douleurs qui rend possible un improbable équilibre. Sensualité, déchaînement des passions et des excès, ce portrait de l’artiste en femme amoureuse est une ode à la vie, aux artistes et à leurs engagements.

Rien n’est noir - Claire Berest - Editions Stock



Aucun commentaire :