lundi 4 février 2019

Lundi Librairie : Cliente - Josiane Balasko



Cliente - Josiane Balasko : Mariés depuis quatre ans, Marco et Fanny rencontrent des difficultés financières. Fanny s’est endettée pour acquérir avec une amie un modeste salon de coiffure en banlieue qui peine à décoller. Marco travaille sur des chantiers. Ils ont tellement de mal à joindre les deux bouts qu’ils ont été obligés d’emménager avec Maggy, la mère de Fanny, et la petite sœur, Karine, en pleine crise d’adolescence. Traites de plus en plus difficiles à régler, promiscuité et tensions liées aux problèmes d’argent, Marco a décidé en secret de devenir escort boy pour aider financièrement Fanny et tenter de s’en sortir. Sur des sites spécialisés où il se fait appeler Patrick, il vend ses charmes à des femmes aisées d’un certain âge. Il y rencontre Judith, présentatrice vedette d’une émission de télé-achat. La cinquantaine séduisante, divorcée, elle n’a pas refait sa vie, échaudée par les relations amoureuses. Au grand désarroi, d’Irène sa sœur, célibataire de longue date qui croit encore au prince charmant malgré un premier mariage désastreux, elle lui confie qu’elle s’offre les services de jeunes hommes, relations tarifées, sans lendemain, sans attaches. Malgré cette liberté revendiquée, sa froideur affichée, Judith apprécie de plus en plus la compagnie de Patrick, son charme simple, sa gentillesse. Fanny découvre alors la vérité.

En 2003, Josiane Balasko, actrice et réalisatrice, conçoit un projet de scénario au sujet de la prostitution masculine hétérosexuelle. Mais ce thème subversif déplaît aux producteurs. Elle se lance alors dans l’écriture d’un roman. Cliente, succès de librairie deviendra finalement un film en 2008. Oeuvre polyphonique, le livre alterne les points de vue. Marco, Judith, Fanny, les trois protagonistes font entendre leur voix à tour de rôles à travers de courts chapitres où une même scène acquiert une signification différente selon la subjectivité des personnages.

En choisissant une inversion des rôles traditionnels de domination sexuelle, Josiane Balasko aborde les relations délicates entre les sexes à rebours du cliché. Elle se laisse néanmoins porter par le mouvement classique en littérature de l’amour naissant entre prostitué et client. Femme de cinéma, Josiane Balasko, plume fluide, style limpide, fait montre d’un sens de la narration des plus agréables. Le récit habilement construit est porté par la crédibilité des situations bien menées, des dialogues efficaces. 

La romancière aborde les rapports de classe, rapports humains conditionnés par l’argent avec une grande acuité sociologique. Elle évoque un monde scindé en deux univers réunis par la nécessité. D’un côté, les jeunes prolétaires fauchés qui voudraient bien s’en sortir, être heureux, se résolvent à monnayer leurs charmes. La paradoxale naïveté de Marco ferait presque oublier la réalité de ses activités vénales très rémunératrices. Le désarroi de Fanny contrainte d’accepter la prostitution de son mari pour faire face aux dettes est troublant. 

De l’autre côté du spectre, se trouvent les bourgeois nantis rattrapés par l’âge et les désillusions. Blasée, cynisme de façade, Judith assume, décomplexée, son existence et se paie des hommes. Le masque de l’indifférence bientôt se craquelle, tandis qu’elle se retrouve désemparée devant l’irruption du sentiment. L’auteur laisse transparaître sa profonde empathie pour ses personnages cabossés par la vie et questionne avec sensibilité le statut de femme libre, minée par la solitude. Néanmoins, il semble qu’elle n’y voit pas une fatalité avec le contrexemple du couple inattendu d’Irène et de Jim. Habité de superbes personnages de femmes, Cliente est un beau roman doux-amer.

Cliente - Josiane Balasko - Editions Fayard - Edition de poche Le Livre de Poche







1 commentaire :

Aurore a dit…

Je me rappelle du film. la prostitution masculine hétéro est rarement abordée au cinéma ou dans la littérature mais elle soulève beaucoup de questions elle aussi, souvent bien différente de la prostitution féminine. C'est très intéressant.