lundi 30 novembre 2015

Lundi Librairie : Délivrances - Toni Morrison



Délivrances - Toni Morrison : Mal aimée par sa mère, "une mulâtresse au teint blond", parce que née trop sombre, Lulla Ann grandit sans père. Celui-ci les a abandonnées imaginant que la couleur de peau du bébé est le résultat d'un adultère. Victime du racisme, rejetée par sa propre famille, la fillette ne trouve pas sa place. Elle est amenée à témoigner au cours d'un procès contre une institutrice blanche accusée injustement de pédophilie qui est condamnée à la suite de la déposition à charge de la petite fille. Devenue une jeune femme superbe, Lulla Ann qui se fait maintenant appeler Bride, occupe un poste important dans une société de cosmétiques. Elle s'est réinventée. Tout de blanc vêtue au volant de sa Jaguar, elle incarne le succès professionnel. Booker, un musicien bohème avec qui elle vit une grande passion sensuelle la quitte soudainement sur ces mots "T'es pas la femme que je veux." Dévastée, Bride tente d'affronter son passé tandis que Brooklyn, son assistante qui se prétend son amie mais rêve de lui voler son travail, oeuvre à sa perte.

samedi 28 novembre 2015

Paris : Parc Georges Brassens, bucolisme urbain et histoire carnassière - XVème



Le XVème arrondissement, le plus étendu des vingt qui composent Paris, est aussi l'un des plus modernes sur le plan architectural. Complexe et multiple, dès le début du XXème siècle, l'urbanisation intense et rationnelle lui donne un visage singulier dans le foisonnement des genres, des constructions les plus pointues aux micro-quartiers bucoliques jusqu'à la restauration d'îlots végétalisés. A partir des années 50, la désindustrialisation et les grands programmes d'urbanisme marquent de profondes mutations dans ce paysage citadin par excellence. Le parc Georges Brassens est l'un des poumons du XVème, superbe espace vert d'agrément s'étendant sur 8,7 hectares développés sur des terrains en dénivelé où se trouvaient, de 1894 à 1978, les anciens abattoirs de Vaugirard. Une petite visite et un peu de recherche s'imposaient.

vendredi 27 novembre 2015

Coup de Coeur : Encore, le nouvel album jazz de Virginie Teychené



Hommage sensible et inspiré aux grands noms du répertoire français tels que Léo Ferré, Alain Bashung ou Claude Nougaro mais également à la canadienne Joni Mitchell, au brésilien Vinicius de Morae, Encore, le nouvel album de Virginie Teychené est une histoire de rencontres, le récit harmonique d'une alchimie intime entre des univers artistiques. Projet ambitieux mené avec rigueur et précision, la chanteuse de jazz révélée par ses précédents opus, notamment le très swing Bright and Sweet, poursuit un voyage à travers les mots et les styles. Ses reprises de standards sont autant de titres réinventés au gré de sa propre musicalité tandis que ses compositions personnelles confirment sa générosité. Sens inné de la mélodie et du rythme, elle explore ces treize morceaux avec émotion et poésie.

jeudi 26 novembre 2015

Music : La chanson d'Hélène - Romy Schneider et Michel Piccoli



Ce soir nous sommes septembre
Et j'ai fermé ma chambre
Le soleil n'y entrera plus
Tu ne m'aimes plus
Là-haut un oiseau passe
Comme une dédicace
Dans le ciel

Parlé :
Je t'aimais tant Hélène
Il faut se quitter Les avions partiront sans nous
Je ne sais plus t'aimer Hélène

mercredi 25 novembre 2015

Nightlife : Little Red Door, accent new-yorkais pour un bar à cocktails élégant - 60 rue Charlot - Paris 4



L'essor de la culture des bars à cocktail importée des Etats-Unis se poursuit à Paris. Plus question de s'arsouiller en éclusant de tristes vodkas pomme, aujourd'hui le summum de la nuit est une invitation à la dégustation élégante. Les breuvages sont des philtres d'amour élaborés avec soin par des experts en mixologie et les lieux au cadre raffiné savamment peaufiné font frétiller d'aise les branchés qui s'imaginent à Brooklyn, Mecque de la hype. Les bars d'atmosphère à l'ambiance tamisée jouent la carte séduction pour une clientèle cosmopolite amatrice de cocktails rondement menés. Le très chic Little Red Door, situé dans le Haut Marais, fait dans la discrétion. Façade gris souris anonyme - anonymat tout relatif - et pas de porte éclairé donnant sur une petite porte rouge façon Alice au pays des merveilles. Pas de mot de passe ou de carte privilège à dégainer pour ce speakeasy nouvelle génération, ici la sélection à l'entrée se fait au bon vouloir d'un sympathique physio. Le sourire est de mise !

mardi 24 novembre 2015

Cinéma : #Concours #LesCowboys - Tentez de gagner l'une des 5 invitations pour deux personnes




Aujourd'hui, je vous propose de tenter de gagner l’une des cinq invitations pour deux personnes mises en jeu afin d'aller voir Les Cowboys, un film ambitieux de Thomas Bidegain, l'histoire terrible d'un père à la recherche de sa fille adolescente disparue  dans les réseaux djihadistes, qui sortira le 25 novembre et dont je vous parlais ici ce matin. Une oeuvre exigeante et dense, des acteurs brillants pour un récit terrible qui entre de manière poignante en écho avec l'actualité.



Cinéma : Les Cowboys réalisé par Thomas Bidegain - Avec François Damiens et Finnegan Oldfield



Dans l'est de la France, une communauté passionnée par l'univers de la country américaine se réunit lors d'une grande assemblée festive. Alain est venu en famille avec sa femme et ses deux enfants mais sa fille, Kelly, seize ans, disparaît. Rongé par l'angoisse et les incertitudes, cet homme opiniâtre découvre qu'elle a fuit avec son petit ami, un jeune musulman radicalisé. C'est le début d'une longue quête obsessionnelle, de 1994 à 2005, dans les milieux intégristes européens jusqu'au Moyen-Orient, l'histoire d'un père à la recherche de sa fille partie rejoindre le djihad par amour. Détruit par la disparition de Kelly, Alain entraîne Kid, son fils, dans cette poursuite acharnée croisant trafiquants, salafistes, négociateurs, faisant fi de leur propre sécurité et au risque de se perdre en route.

lundi 23 novembre 2015

Lundi Librairie : In Utero - Julien Blanc-Gras



In Utero - Julien Blanc-GrasJulien Blanc-Gras, journaliste, écrivain-voyageur, baroudeur du bout du monde s'apprête à vivre une aventure universelle, à la fois formidablement banale et unique. Il va devenir père. Trentenaire, émerveillé et terrifié, pour faire face à l'angoisse, aux questions existentielles, il a trouvé une parade : l'écriture. Journal de grossesse d'un futur père, In Utero retrace, entre joies, anxiété, autodérision et mauvaise foi, tous les temps forts de ces neuf mois, la première échographie, la découverte du sexe du bébé, la perte des eaux. L'arrivée de l'enfant promet un périple au cœur de l'intime, une odyssée autour du ventre de la Femme où grandit une nouvelle vie.

samedi 21 novembre 2015

Cinéma : #Concours #LesSuffragettes Tentez de gagner l'une des 5 invitations pour deux personnes




Aujourd'hui, je vous propose de tenter de gagner l’une des cinq invitations pour deux personnes mises en jeu afin d'aller voir Les Suffragettes, très beau film parlant du combat des activistes féministes anglaises pour le droit de vote des femmes sorti le 18 novembre dernier et dont je vous parlais ici. Un casting féminin d'exception avec Carey Mulligan, Helena Bonham-Carter et un cameo de luxe en la personne de Merryl Streep, autant de raisons de redécouvrir cette histoire poignante de courage et d'abnégation qui résonne singulièrement aujourd'hui.

vendredi 20 novembre 2015

Paris : Vigne de Montmartre, la tradition réinventée - XVIIIème



Dans les vignes de Montmartre, célébrant le riche passé vinicole de la Butte dans un grand hommage à Bacchus et à l'art de vivre à la française, la Fête des vendanges, se déroule le deuxième week-end d'octobre depuis près de quatre-vingt ans. En 1980, la Mairie du XVIIIème prend en charge l'organisation de cet événement pour lui donner un nouvel élan touristique mêlant folklore de proximité et fête populaire. Propriété de la Ville de Paris, entretenue par une brigade spéciale des agents des Parcs et Espaces verts, la vigne située à l'angle des rues Saint-Vincent et des Saules, s'étage sur cinq paliers distribués le long d'une parcelle en pente de 1536m2. Ce vignoble de poche curieusement orienté plein nord, s'il relève d'une ancienne tradition ne produit qu'un petit vin aigrelet, cru pittoresque du Clos Montmartre. Les bénéfices de la vente des bouteilles sont reversés aux œuvres sociales du Comité des Fêtes et d'Action Sociale de Montmartre et du XVIIIème. La vigne de Montmartre est une curiosité dont l'histoire ne manque pas de piquant.

jeudi 19 novembre 2015

Music : Virginie Teychené - C'était bien



C'était tout juste après la guerre,
Dans un petit bal qu'avait souffert.
Sur une piste de misère,
Y'en avait deux, à découvert.
Parmi les gravats ils dansaient
Dans ce petit bal qui s'appelait...
Qui s'appelait... qui s'appelait... qui s'appelait...

mercredi 18 novembre 2015

Paris : Eglise orthodoxe Saint-Séraphin-de-Sarov, un confetti russe au coeur de la ville - 91 rue Lecourbe - XVème



La rue Lecourbe, l'une des plus anciennes voies de Paris qui menait à Meudon et Sèvres, a conservé malgré ses allures très urbaines un esprit de village. Les petits commerces de proximité y fleurissent. Maraîchers, volaillers, crémiers lui confèrent une aimable animation de marché constante. Au numéro du 91, la façade d'un immeuble du XIXème siècle assez commun préserve des regards quelques secrets bien gardés. Au delà de la porte cochère, deux jolies cours intérieures bordées de maisonnettes nous transportent hors du temps. Tout au bout du chemin, la deuxième d'entre elle s'ouvre derrière une grille sur un jardin fleuri planté de bouleaux. Un pavillon ancien fait face à une surprenante construction au bardage de cèdre rouge surmontée de deux bulbes bleus. Cette isba russe, pour le moins dépaysante, est une minuscule chapelle de rite orthodoxe, l'église Saint-Séraphin-de-Sarov.

mardi 17 novembre 2015

Cinéma : Macbeth réalisé par Justin Kurzel - Avec Michael Fassbender et Marion Cotillard



Dans les Highlands écossaises, à l'aube d'une ultime bataille contre les norvégiens, Macbeth, thane de Glamis et son épouse portent en terre leur unique enfant. Les combats reprennent. Chef des armées du roi Duncan dont il est le cousin, il mène in extremis ses troupes à la victoire aux côtés de son fidèle compagnon d'armes, Banquo. Trois sorcières leur apparaissent leur prédisant au premier qu'il sera thane de Cawdor et roi, au second qu'il sera père de roi. Duncan, accomplissant la prophétie sans le savoir, offre le titre de thane de Cawdor à Macbeth en récompense de ses succès guerriers. Lady Macbeth, dévorée par l'ambition, pousse son mari à assassiner le roi afin d'accéder au trône. Malcolm, fils aîné de Duncan, fuit vers l'Angleterre. Alors que Macbeth couronné perd peu à peu la raison, rongé par la culpabilité, combattant brisé par la guerre en proie à ses démons, il fait exécuter tous ceux qui pourraient se dresser contre lui.


lundi 16 novembre 2015

Lundi Librairie : 2084 : la fin du monde - Boualem Sansal




2084 : la fin du monde - Boualem Sansal : L'Abistan, l'empire totalitaire aux soixante provinces, dirigé par Abi le Délégué immortel de Yölah, vit depuis la Grande Guerre Sainte contre la Grande Mécréance selon les stricts préceptes des textes sacrés du Gkabul que les hauts fonctionnaires de l'état, l'Appareil, font appliquer grâce à un système de surveillance de tous les instants. Confinée, la population est interdite de circulation sauf pour participer aux grands pèlerinages. Ati, habitant de la capitale Qodsabad, était un parfait croyant avant d'être forcé d'aller soigner sa tuberculose dans un sanatorium situé dans de lointaines montagnes. Lorsqu'il revient de son long séjour, il est guéri mais le doute a fait son chemin en lui. Sa rencontre avec Nars, un archéologue d'état, qui vient de découvrir un intrigant village antique parfaitement intact qui pourrait remettre en cause les fondements de l'Abistan, le pousse à s'interroger. Ati cherche alors des réponses à ses questions en tentant de rencontrer un peuple de renégats vivant sans religion dans des ghettos souterrains. Sa quête le mènera jusqu'aux murailles de la Cité de Dieu derrière lesquelles s'exercent le pouvoir absolu.  

vendredi 13 novembre 2015

Expo : Hanging Garden, Jardin Suspendu, une installation de Kris Ruhs à la galerie Azzedine Alaïa - 18 rue de la Verrerie - Paris 4



Insolite jardin d’hiver sous une grande verrière de laquelle semble ruisseler une pluie d’or, l'installation du plasticien américain Kris Ruhs, Hanging Garden, enchante le très bel espace historique de la galerie Azzedine Alaïa. Au premier abord, cette flore étrange et festive se manifeste presque une abstraction végétale.  En s'approchant, une multitude de bourgeons, pétales et baies de porcelaine, feuilles de cuivre, fleurs stylisées se matérialise à l'œil. Ces délicates plantes grimpantes enroulées sur leur tige de métal, suspendues au dessus de trois îlots, invitent à la flânerie rêveuse, déambulation onirique qui renvoie le promeneur à l'expérience chimérique des forêts enchantées de son enfance. Et c'est bien l'enfant en soi qu'il faut laisser s'émerveiller tandis que l'imagination dérive dans la quiétude heureuse de cette installation sensorielle. "Le Jardin Suspendu n'est pas un espace imaginaire mais un labyrinthe dans lequel on doit entrer. Ce n'est un rêve en aucun sens" explique Kris Ruhs.

jeudi 12 novembre 2015

Music : Fitz and the Tantrums - MoneyGrabber



Don't come back anytime
I've already had your kind
This is you pay back
MoneyGrabber
Don't come back anytime
You've already robbed me blind
This is you pay back
MoneyGrabber

mercredi 11 novembre 2015

Théâtre : Moins 2 de Samuel Benchetrit - Avec Guy Bedos et Philippe Magnan - Théâtre Hébertot - Paris 17



Jules Tourtin, sexagénaire et Paul Blanchot, septuagénaire, tout deux gravement malades sont hospitalisés. Ils font connaissance en salle de réanimation où ils apprennent que le cancer des reins de l’un et celui des poumons de l’autre ne leur laisse respectivement que deux semaines et une semaine à vivre. En pyjamas rayés et pantoufles, ils décident de fuguer pour vivre un dernier baroud d’honneur. Leur aventure débute au bord d’une route déserte à quelques mètres de l’hôpital où ils cherchent à se faire prendre en stop. Ils croisent Jeanne, une jeune femme très enceinte, désespérée parce que son compagnon vient de la quitter en réalisant que finalement, il ne voulait pas d’enfant. Elle les charge de retrouver le père inconséquent et ils partent à la recherche du fuyard à travers la ville.

mardi 10 novembre 2015

Cinéma : Les Suffragettes réalisé par Sarah Gavron - Avec Carrey Mulligan, Helena Bonham-Carter, Anne-Marie Duff



1912. Maud Watts, une blanchisseuse de 24 ans, mariée à un collègue et mère d’un petit garçon, fait déjà partie de la vieille garde dans l’usine londonienne où elle travaille depuis son enfance. Alors que le patron violeur abuse des plus jeunes en toute impunité, les ouvrières sont condamnées au silence par une société patriarcale dans laquelle elles ne sont pas considérées. Suivant une collègue Suffragette lors d’une prise de paroles devant les membres du gouvernement, Maud s’engage un peu par hasard dans le mouvement militant pour le droit de vote des femmes et se met à rêver d’un avenir meilleur. Elle fait connaissance d’Edith Ellyn, une pharmacienne, chef de section volontaire. Alors que les revendications pacifiques résonnent en vain, Emmeline Pankhurst, légendaire activiste qui a fondé le syndicat Women’s Social and Political Union, appelle à la désobéissance civile pour faire entendre leur voix. La lutte clandestine se radicalise, jets de pierre dans les vitrines, incendies, manifestations donnent lieu à une répression brutale de la part des autorités. Maud fait face aux violences policière, à la prison où les grévistes de la faim sont gavées de force. Son mari progressivement la rejette, elle devient une paria mais préfère sacrifier son existence d'opprimée que d’abandonner le combat.

lundi 9 novembre 2015

Lundi Librairie : La logique de l’amanite - Catherine Dousteyssier-Khoze - #MRL15



La logique de l’amanite - Catherine Dousteyssier-Khoze : Vieux misanthrope, fin lettré autodidacte d’un snobisme confinant à la pédanterie, mycologue chevronné vouant une passion exclusive aux cèpes, Nikonor s’est retiré loin du monde sur les terres familiales. Alors qu’il attend une visite qu’il pressent menaçante, il entreprend, dans l’urgence, de rédiger ses mémoires. Fils d’un aristocrate corrézien très terroir et d’une anglaise russophile, il voue dès son plus jeune âge une haine farouche et réciproque à sa sœur jumelle Anastasie. Leur enfance idyllique au château de la Charlanne n’est perturbée que par le défilé des précepteurs aussitôt arrivés aussitôt repartis, fuyant devant les tourments imaginés par Nikonor. Devenu jeune adulte, celui-ci, pressé par ses parents de trouver une profession, monte à Paris pour faire son Droit. Peu enthousiasmé par l’enseignement académique, il préfère se lancer dans des activités annexes interlopes. Son père en ayant eu vent, lui fait d’âpres reproches lors de son retour en Corrèze. Peu de temps après, il décède dans des conditions étranges. Secrets de famille, disparitions, morts suspectes, qui est vraiment Nikonor ?

samedi 7 novembre 2015

Paris : Mère et enfant, une oeuvre de Baltasar Lobo - Angle des rues du Faubourg Saint-Honoré et Berryer - VIIIème



L’oeuvre de Baltasar Lobo (1910-1993), sculpteur espagnol de la Nouvelle Ecole de Paris, célèbre le corps de la femme. Dans la lignée d’Henry Moore et de Jan Arp ou encore de Constantin Brancusi, il dépasse la frontière entre abstraction et figuration, donnant à l’harmonie des courbes et des rythmes une géométrie épurée. Simplification progressive, les détails s’effacent au profit de la ligne, de la forme essentielle dans toute sa plénitude. Marqué par les arts grecs archaïques ainsi que par l’art africain ou encore océanien, Lobo travaille sur le thème classique du nu féminin, symbole de fécondité, tout en réinterprétant les influences de l’art brut. La sculpture Mère et enfant, dont l’original date de 1947, est représentative de ce style personnel puisant son inspiration dans l’idée de femme éternelle. Cette œuvre offre une vision radieuse et universelle, idéalisée, de l’amour maternel. Dans l’arrondi des formes suggérant le mouvement, joie de vivre et sensualité du corps se mêlent dans un dynamisme heureux.

vendredi 6 novembre 2015

Paris : Square des Peupliers, le temps retrouvé - XIIIème



De 1650 à 1950, le territoire de notre actuel XIIIème arrondissement est marqué par sa vocation industrielle. Cette destinée, qui tend de nos jours vers d’autres horizons, a été déterminée par deux voies de transport, la rivière de la Bièvre qui dès le XIVème siècle permet d’acheminer biens et marchandises jusqu’à Paris, puis à partir du XIXème, par la voie ferrée Paris-Orléans, symbole des temps modernes. Après les entrepôts et les usines, l’arrondissement dont l'esthétique s'inscrit dans la verticalité des tours datant des années 1960-70, connaît un nouvel essor avec le développement des quartiers verts qui ne manquent pas de charme. Pourtant, un village peuplé d’irréductibles Gaulois résiste encore et encore à l’envahisseur. Au XVIIIème siècle, la vallée de la Bièvre - située entre nos actuels points de repère Maison Blanche, Tolbiac et Glacière - conserve toutes ses caractéristiques bucoliques. Champs cultivés et pâturages bordent la rivière. Un chemin planté de peupliers traverse la plaine le long du cours de la Bièvre. De ces arbres, il ne reste aujourd’hui que le souvenir évoqué par le nom des rues du quartier des Peupliers, charmant village de province en plein coeur de la ville.

jeudi 5 novembre 2015

Music : Paris t'es belle - Mickey 3D



Paris t'es belle,
La Tour Eiffel,
Tu fais bander les Japonais.
Paris, Texas,
C'est dégueulasse,
Et puis c'est loin,
C'est dans l'espace.
Paris football,
C'est rock'n'roll.
A l'étoile rouge,
Paris ça bouge.
Paris tu penses,
A la violence.
Paris tu danses,
C'est les vacances.

mercredi 4 novembre 2015

Mes Adresses : Sinople, le restaurant du Klay - 4 bis rue Saint-Sauveur - Paris 2



Dans un beau bâtiment industriel datant du XIXème siècle, le club de sport le plus tendance du moment a su conférer à son statut de temple de l’effort physique une dimension glamour. Le Klay, petit frère du célèbre Ken Club situé à côté de la Maison de la Radio, s’est établi en 2009 dans le quartier Montorgueil pour le bonheur des athlètes en salle qui composent sa clientèle huppée. Vaste structure métallique de type Eiffel et murs de briques prennent toute leur ampleur esthétique sous la verrière escamotable de la grande terrasse façon jardin d’hiver, à l’entrée du club. Une terrasse couverte paradisiaque accueillant, tout au long de l’année, membres et non-abonnés autour du restaurant entièrement rénové en 2014 et rebaptisé le Sinople à cette occasion. « En cherchant l’étymologie de la rue Saint-Sauveur, j’ai découvert un village nommé Saint-Sauveur (en Haute- Garonne), et son blason sinople qui désigne la couleur rouge jusqu’au XIV° siècle, puis change de sens sans explication précise. Il est alors utilisé pour désigner le vert », explique Franck Bonarel, directeur du Klay dans le dossier de presse diffusé par l’agence Duende. Nouveau nom et nouvel élan gastronomique alliant chic parisien et cuisine équilibrée pour cette table gourmande. Invitée à dîner par mon amie Clélie, j’ai découvert un lieu d’exception marqué par une architecture d’intérieur spectaculaire.

mardi 3 novembre 2015

Cinéma : Pan réalisé par Joe Wright - Avec Hugh Jackman, Levi Miller, Rooney Mara - Par Sand



Il était une fois un jeune orphelin qui s’appelait Peter. Kidnappé par des pirates, le garçon est emmené au Pays imaginaire, autrefois un paradis peuplé de fées, désormais tombé sous le joug de Barbe-Noire, pirate cruel ayant réduit en esclavage des milliers d’enfants afin de servir ses funestes desseins. Aidé de son nouvel ami, Crochet, Peter va s’évader de sa prison, accomplissant son destin bien malgré lui : devenir le célèbre Peter Pan.

lundi 2 novembre 2015

Lundi Librairie : Un homme dangereux - Emilie Frèche



Un homme dangereux - Emilie Frèche : Ecrivain, scénariste, citoyenne engagée, Emilie Frèche, trente-cinq ans, mère de deux enfants et épouse d’un homme plus âgé, Adam, sympathique cardiologue, est en panne d’inspiration. Hyperactive, elle a enchaîné, jusque là, les livres, les films et les déménagements. Si elle aime encore son mari, ils n’ont pas fait l’amour depuis sept ans et elle a pris pour amant un ami de jeunesse. Elle croise alors la route de Benoît Parent, ancienne gloire littéraire à l’aura déclinante mais hautement influent dans le milieu germanopratin grâce à son statut de journaliste. Littérateur à bout de souffle, chroniqueur aigri, amateur de galéjades antisémites, il est le symbole de tout ce qu’elle déteste. Contre toute attente, Emilie est irrésistiblement attirée par ce sale type, brillant intellectuellement mais parfaitement abject. Le sexagénaire au physique peu reluisant entreprend de la séduire. Une critique élogieuse de son dernier film, des dizaines de sms par jour, il la piège avec les mots. Comme une adolescente, elle perd la tête pour cet homme cynique et veule, un manipulateur sciemment destructeur qui l’entraîne dans une passion platonique toxique.