samedi 30 mai 2015

Paris : Passage Lhomme, la mémoire du Paris industriel - 26 rue de Charonne - XIème



Le passage Lhomme est accessible au 26 de la rue de Charonne en traversant un immeuble datant du XVIIIème siècle dont l’alignement a été revu au début du XXème. Avant le percement de l’avenue Ledru Rollin, ouverte par tronçons successifs entre la rue de Lyon et l’avenue Daumesnil dès 1859, puis entre la rue Basfroi et la rue Godefroy-Cavaignac jusqu’en 1931, un ensemble de ruelles étroites, dédale de courettes caractéristique, permet de rejoindre la rue de Charonne depuis le Faubourg Saint-Antoine, l’une des plus anciennes voies de Paris. La position stratégique de celui-ci sur le chemin menant de Paris à Vincennes où se trouve à l’origine le palais royal, sa proximité avec le port de l’Arsenal, lieu de transit des navires marchands de la ville, favorise le développement du commerce et de l’artisanat dès le XIIème siècle. Au XVème siècle, un décret royal exempte le Faubourg Saint-Antoine d’impôts divers ce qui entraîne une forte expansion du quartier sous l’impulsion des artisans. Les métiers du bois plus particulièrement liés à l’ameublement tels que menuisiers, ébénistes, doreurs, marqueteurs et ferrailleurs en font leur fief attitré.

vendredi 29 mai 2015

Expo : Laurent Garcin, abstraction figurative solaire - Galerie L’Œil du Huit - 8 rue Milton - Paris 9



L’abstraction figurative permet à la réalité visuelle de se fondre dans l’intuition de la représentation onirique. L’œuvre de Laurent Garcin est harmonie et lumière, plénitude et évidence. Au fil de ses paysages intérieurs matérialisés, ce peintre singulier nous raconte une histoire à la fois intime et universelle. Poésie tendre et caressante des arabesques, touches ouvertes, il nous livre un art intuitif généreux qui se donne dans l’immédiateté de la rencontre. Vision lumineuse d’un coloriste inspiré, le mouvement prend son essor dans la vibration de la gamme chromatique, la douceur des lignes courbes naturelles, l’entrelacement de motifs organiques. La sensibilité picturale de Laurent Garcin matérialise l’espace des rêves à travers un art du récit, de la couleur et de l’abstraction. Jusqu’au 7 juin, la galerie L’Oeil Ouvert lui consacre une exposition.

jeudi 28 mai 2015

Thursday Oh Yeah ! Vintage Edition : Elvis Presley, 10 anecdotes royales



Elvis Presley, l’homme du jour n’est pas un homme comme les autres. Son charisme, sa beauté, son talent et sa voix de velours ont marqué à jamais le destin de la musique moderne. Star parmi les stars, son nom brille au Panthéon des dieux du rock. The King est né le 8 janvier 1935 à Tupelo, Mississipi. Le 3 octobre 1941 lorsque, encouragé par son institutrice impressionnée par ses prestations lors de la prière matinale, il participe à un concours de chant au cours d’une foire aux bestiaux, Mississipi-Alabama Fair and Dairy Show. Habillé en cowboy, la future étoile âgée de dix ans interprète le classique country de Red Foley, Old Shep. Il se classe cinquième. Quelques mois plus tard, sa mère lui offre une guitare ce qui le déçoit un peu. Le gamin aurait préféré un vélo ou une carabine. En 1947, il participe à un radio-crochet dans une émission de WELO la radio locale, Saturday Jamboree mais trop intimidé, il ne parvient pas à chanter. Sa carrière musicale débute réellement à partir de 1954. Si son succès de nos jours ne se dément, il a connu une baisse de popularité à la fin des années 60 avec la montée en puissance d’une nouvelle vision du rock portée par des groupes comme les Beatles, The Doors ou encore The Rolling Stones. En 1968, une émission de télévision qui lui est consacré, un concert unplugged, relance l’engouement du public. Dieu vivant jusqu’à son décès tragique le 16 août 1977, la légende a pris une nouvelle dimension de nos jours. The King est aujourd’hui l’un des chanteurs les plus imités. On compte plus de 250 000 sosies officiels. Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, monsieur Elvis Presley, sous vos applaudissements !

Music : Angel Olsen - High and Wild



You're gone, you're gone 
You're with me but you're gone 
A feeling once so strong 
Is now an old and forgotten song 
You don't sing so high and wild (x2) 
You're here, you're here 
But your spirit disappeared  
Off to some place that I don't know 
Some human thing has squashed your soul 
And I don't recognize you  
I wish that this could turn our thing to bliss 
And we could put our fears aside  
And learn to laugh and be alive 
And let our bodies be revived  
But you can't  
Say that you ? 

mercredi 27 mai 2015

Paris : Ancien atelier des Peignes A. Mermet - 35 rue Clavel - XIXème



Bien qu’ancienne, la rue Clavel située à proximité des Buttes Chaumont garde peu de trace de son histoire. La plupart des constructions qui la bordent sont très récentes. Créée avant 1730, elle est alors un chemin emprunté par les meuniers pour accéder aux moulins de la Butte Chaumont, le moulin du Coq et le moulin de la Bruyère. En 1812, le chemin des Moulins devient la rue des Moulins puis en 1868 prend le nom du Général de Brigade Pierre Clavel (1773-1843) qui défendit Belleville contre les troupes autrichiennes et russes lors de la Campagne de France en 1814. Les promoteurs immobiliers ayant oeuvré, elle manque aujourd’hui de charme. Cependant, il s’y trouve encore la trace d’une activité artisanale typique de ce que fut ce quartier populaire au début du XXème siècle. Au numéro 35, un singulier petit pavillon vétuste attire le regard grâce à son enseigne à tessons, une mosaïque bleu et jaune annonçant Peignes A. Mermet.

mardi 26 mai 2015

Cinéma : Mad Max : Fury Road de George Miller - Avec Tom Hardy, Charlize Theron, Nicholas Hoult



Dans un monde post-apocalyptique désertique où l’homme lutte pour sa survie, Immortam Joe, un seigneur de la guerre terrifiant, règne sur la Citadelle, une cité forteresse perchée sur d’abruptes montagnes. Composée d’éclopés, de guerriers consanguins déjantés, cette société de rescapés traite les femmes comme du bétail, vaches à lait ou génisses reproductrices. Max Rockatansky, un solitaire des routes qui est tombé entre les mains de ces furieux, sert à l’occasion de figure de proue à leurs véhicules mais également de source de sang frais. Alors que L’impératrice Furiosa, le bras droit d’Immortam Joe est chargée d’une mission de ravitaillement, elle décide de libérer les femmes du harem de celui-ci. S’engage une course-poursuite sans merci à laquelle se joint Max sauvé par Furiosa la féministe.

lundi 25 mai 2015

Lundi Librairie : Beaux seins, belles fesses - Mo Yan



Beaux seins, belles fesses - Mo Yan : Dans un modeste village du Shandong, Shuangguan Lushi, qui n’a mis au monde que des filles, au grand désespoir de sa belle-famille, donne naissance à des jumeaux. Un fils enfin paraît, il s’agit de Jintong, l’Enfant d’or, fruits des amours adultères entre sa mère et un pasteur suédois. Mais Jintong voue une passion sans limite aux seins de sa génitrice et refuse de se nourrir d’autre chose que de lait maternel. Le garçon et ses huit sœurs seront ballottés par le destin au gré du souffle de l’Histoire : l’occupation japonaise dans les années 30, les hommes du Guomindang dans les années 40, la révolution maoïste et l’avènement du communisme, la tyrannie des commissaires politiques dans les années 50, le Grand Bond en avant et la famine jusqu’à l’hégémonie des néo-capitalistes contemporains.

samedi 23 mai 2015

Coup de coeur : Artediem Millenium, une association au cœur de la création artistique



Si vous suivez le blog - on va faire comme si, histoire de ne pas plomber mon samedi - vous devez savoir que depuis quelques temps, un nouveau chroniqueur cinéma fantastique a rejoint la Dream team du mardi. Didier, dont vous retrouverez les billets ici n’en est pas à son coup d’essai sur la blogosphère puisqu’il est non seulement le rédacteur de Caméra Critique mais aussi l’un des auteurs-interprètes du programme court dédié au 7ème art diffusé sur Youtube, FBI : Film Bureau Investigations qu’il anime en compagnie de Baudouin Jackson. Quatre à cinq minutes par épisodes, ces critiques cinéma développées sur un ton humoristique volontairement parodique bien que pointu en matière de cinéphilie, mettent en scène deux agents très spéciaux dans une dynamique good cop / bad cop. Les longs métrages hachés menu sont soumis à la question sous l’œil avisé de ces investigateurs un peu particuliers. Derrière la réalisation de cet excellent vlog, se trouve Artediem Millenium, une association créée en 2005 qui soutient la création en aidant les artistes à monter des projets aussi variés que pièces de théâtre, one man show, programmes audiovisuels, courts et moyens métrages ou encore clips. Aux manettes de cette belle entreprise, Benjamin Danet et Didier Flori proposent un véritable partenariat aux jeunes artistes désireux de se lancer dans le grand bain. Je vous en dis un peu plus.

vendredi 22 mai 2015

Paris : Mystérieux château percé, vestige du château des Ternes - 17-19 rue Pierre Demours - XVIIème



Le village des Ternes fait partie de ces quartiers parisiens qui ont su conserver un certain charme malgré une pleine intégration à la ville. Si le style y est plutôt haussmannien, le promeneur attentif peut y découvrir à loisir de nombreuses curiosités rappelant avec bonheur l’histoire de Paris. C’est le cas aux 17 et 19 rue Pierre Demours, d’une singulière bâtisse au ventre percé d’un passage vouté où vaquent les piétons. Deux belles façades XVIIIème aux hautes fenêtres cintrées qui furent l’avant-corps central d’un ensemble plus vaste et un étonnant portail esseulé sont les seuls vestiges du château des Ternes autour duquel s’est développé le hameau éponyme. Inscrite au titre des monuments historiques le 13 juin 1949, cette bizarrerie architecturale méritait quelques investigations.

jeudi 21 mai 2015

Thursday Oh Yeah Reloaded : Tom Hardy, 10 anecdotes furieuses



Tom Hardy, l’homme du jour bien qu’ayant déjà fait partie de la sélection sexy du blog, n’avait pas eu droit à ses dix anecdotes croustillantes. La sortie du film Mad Max IV dans lequel il interprète le rôle titre est une occasion toute trouvée pour revenir sur son parcours en quelques faits divertissants voire édifiants. Comédien britannique - oui encore, à force je songe à renommer cette rubrique British Thursday - repéré grâce à la série produite par Spielberg en 2001, Band of brothers, sa carrière au cinéma prend son envol en 2010 lorsqu’il prête ses traits au détenu le plus célèbre d’Angleterre, Michael Gordon Peterson surnommé Charles Bronson dans le film Bronson de Nicolas Winding Refn. Performance saluée par le public et la critique, Christopher Nolan est séduit et lui propose un rôle dans Inception en 2010 puis en 2012 dans The Dark Knight Rises. Spécialiste de la transformation physique, il se forge une réputation d’acteur caméléon à peine reconnaissable d’une performance à l’autre. Avec Mad Max : Fury Road en ce moment dans les salles, il acquiert une nouvelle célébrité. Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, monsieur Tom Hardy sous vos applaudissements !

Music : Royal Blood - Out of the Black



How did it feel when it came alive and took you?
Out of the black
It broke your skin and shook through
Every part of me, every part of you

You made a fool out of me
And took the skin off my back running
So don’t breathe when I talk
Cos you haven’t been spoken to
I’ve got a gun for a mouth and a bullet with your name on it
But a trigger for a heart beating blood from an empty pocket

mercredi 20 mai 2015

Expo : Pol Bury, Instant Donnés, la sculpture cinétique d'un maître zen - Espace Fondation EDF - Paris 7



La sculpture cinétique de Pol Bury (1922-2005) fascine autant qu'elle étonne. Hypnotique, elle puise sa richesse dans l’incroyable diversité de l’expérimentation menée par l’artiste. Plasticien, ingénieur inventeur de moteurs électriques puis hydrauliques, cet homme fantasque dont l’humour imprègne l’œuvre, a su mettre la technicité au service de la poésie. A travers son travail sur le mouvement, véritable éloge de la lenteur, il invoque lumière et  mobilité pour faire surgir l’inattendu dans une invitation à la contemplation zen. « La vitesse limite l’espace, la lenteur le multiplie » Le temps dilaté. L’émotion nait de la combinaison des formes et du mouvement rendant sensible l’espace et le temps. Dix ans après sa disparition, l’Espace Fondation EDF consacre une rétrospective à Pol Bury retraçant plus d’un demi siècle de création.  Quatre-vingt œuvres, sculptures, installations, maquettes, fontaines accompagnées de photographies et films d’archives retrace son parcours singulier en mettant l’accent sur la période 1960-80.

mardi 19 mai 2015

Cinéma : La tête haute d'Emmanuelle Bercot - Avec Rod Paradot, Catherine Deneuve, Benoît Magimel



A 14 ans, Malony est déjà un délinquant récidiviste. Fils incontrôlable d’une mère célibataire dépassée et immature, adolescent déscolarisé, il crache sa haine de la société qui le rejette en s’enfermant dans le cercle de la violence. Depuis ses six ans, il va de familles d’accueil en foyer de réinsertion en centres d’éducation repassant sans cesse devant le bureau de la juge qui le suit depuis son plus jeune âge et désespère de pouvoir l’aider. A la dérive, stigmatisé par une certaine fatalité sociale, Malony refuse obstinément les mains tendues malgré l’opiniâtreté de la juge et de l’éducateur.

lundi 18 mai 2015

Lundi Librairie : L'astragale - Albertine Sarrazin



L'astragale - Albertine Sarrazin : Née en Algérie de parents inconnus, enfant de l’Assistance Publique, Anne/Albertine est adoptée par un couple âgé. Il est colonel à la retraite, rigide et froid. Alors qu’elle vient d’avoir quinze ans, il envoie sa fille en maison de correction dont elle s’échappe le jour du bac. Elle s’enfuit à Paris où elle connaît l’errance, les milieux interlopes et la prostitution. Incarcérée une première fois pour vagabondage, elle se lie avec Rolande qui devient son amante. A leur sortie, les deux demoiselles vivent d’expédients et sont arrêtées lors d’un braquage manqué. Retour à la case prison. Un soir de mai 1957, Anne se fait la belle en se jetant d’un mur de plus de dix mètres de haut. Elle se brise un os du pied, l’astragale. Incapable de marcher, tel un oiseau tombé du nid, un camionneur vient à son aide. Effrayé lorsqu’il apprend qu’elle est en cavale, il arrête le premier automobiliste qui passe et lui confie la jeune femme. C’est Julien, jeune malfrat au grand cœur. Il la recueille tout d’abord chez sa mère puis chez un couple d’aubergistes. Alors qu’elle ne se fait pas soigner de peur d’être repérée, elle traîne sa douleur de planque en planque et découvre le grand amour, la passion aux côtés d’un Julien dont elle est si souvent séparée.

vendredi 15 mai 2015

Paris : Fontaine Stravinsky, une sculpture-fontaine de Jean Tinguely et Niki de Saint Phalle - Place Igor Stravinsky - IVème



A la croisée des arts, la fontaine Stravinsky ou fontaine des Automates fait le lien entre la modernité du Centre Pompidou et les arches gothiques de l’Eglise Saint Merri. Œuvre in situ associant à son esthétique singulière les éléments architecturaux du lieu tout en soulignant le dynamisme propre à ce quartier de Paris, elle offre un contraste saisissant entre le plan d’eau de 580m2 et l’espace minéral de la place. Spectacle musical et chamarré, théâtre nautique, cet ensemble exubérant de sculptures batifolant dans l’eau réenchante la réalité quotidienne à travers une appropriation poétique du concret. La fontaine-sculpture imaginée comme une invitation à l’insouciance et à la joie par le couple mythique du Nouveau Réalisme, Jean Tiguely et Niki de Saint Phalle, a été inaugurée en mars 1983. Pierre Boulez, fondateur et directeur de l’IRCAM - Institut de Recherche et de Coordination Acoustique Musique - dont les cinq niveaux souterrains se trouvent sous la place Stravinsky est à l’origine du projet de cette commande publique de la Ville de Paris en partenariat avec le Ministère de la Culture et le Centre Pompidou. Hommage au compositeur russe qui a donné son nom au parvis, la fontaine-sculpture reprend des éléments figuratifs de son œuvre tout en évoquant le rythme et la musicalité. Effet acoustique de l’élément liquide, recherche cinétique sonore, Jean Tinguely la décrit comme « jouée et éclaboussée par l'eau [...] tentation de rendre visible la musique ».

jeudi 14 mai 2015

Music : Alabama Shakes - Future People



Some want to see
Those who've gone above
Friends that they lost
People they love
I'd rather meet
Freedom than roam
To lead me through the fog
Couldn't ask for more

Children
Take a living
Gotta keep up
You got to give a little, get a little
And see it
Like future people

mercredi 13 mai 2015

Paris : Cour Damoye, l'esprit du Faubourg Saint-Antoine - XIème



A l’ouest des anciennes cours du Faubourg Saint Antoine où les artisans du bois et du fer prospérèrent jusqu’à la fin du XIXème siècle, la Bastille, ses terrasses bondées, ses pickpockets et ses hurluberlus avinés, fait aujourd’hui songer à une cour des miracles. Pourtant, il semblerait qu’elle ait la mémoire courte concernant les échoppes qui firent sa réputation. L’esprit du Faubourg a fait son deuil des ébénistes, menuisiers et ferrailleurs, artisans d’un temps révolu. Cependant, en aiguisant un peu son regard, en faisant abstraction du chaos de la ville ronflante et bourdonnante, c’est bien place de la Bastille que se dévoile au promeneur attentif un havre de paix verdoyant, joli clin d’œil au patrimoine parisien préservé. La cour Damoye dont l’entrée principale se trouve au 12 rue de la Bastille joue à cache-cache entre deux limonadiers sans charme. Curiosité architecturale, elle trottine sur 124 mètres de long parmi les glycines jusqu’au 12 rue Daval.  Alors qu’elle était menacée, dans les années 90, par des promoteurs désireux de la raser pour y faire pousser quelques vilains immeubles plus rentables, cette petite enclave pavée a été entièrement réhabilitée en respectant son architecture d’origine.

mardi 12 mai 2015

Cinéma : Le Talent de mes amis d’Alex Lutz - Avec Alex Lutz, Bruno Sanches, Audrey Lamy



Alex et Jeff sont inséparables depuis le lycée. Ils forment un duo complice aussi bien dans la vie qu’au bureau. Employés dans une multinationale, ils s’ennuient dans de petites existences sans aspérité à la routine soporifique mais ne sont, somme toute, pas malheureux. L’apparition de Thibaut, coach en développement personnel et gourou du management, ancien ami d’école d’Alex, vient perturber l’équilibre de leur amitié. A grands coups de beaux discours, il convainc ce dernier de laisser tomber son boulot lénifiant pour réaliser ses rêves.

lundi 11 mai 2015

Lundi Librairie : Touriste - Julien Blanc-Gras



Touriste - Julien Blanc-Gras : Gamin, Julien Blanc-Gras se passionne pour la géographie, les cartes et planisphères à tel point que le doudou avec lequel il s’endort le soir est un globe-terrestre en plastique offert un peu inconsciemment par ses parents. Il développe une fascination pour les voyages, l’ailleurs mais plutôt que de devenir explorateur ou aventurier, il rêve d'être touriste professionnel, un visiteur traînant certes une mauvaise réputation mais qui « traverse la vie, curieux et détendu. » Pour assouvir sa passion et financer sa bougeotte, il se fait journaliste et écrivain ce qui parfois le contraint à accepter voyages de presse, périples organisés par des tours opérateur et autres séjours dans des clubs de vacances. Tourisme de masse à Djerba, karaoké chinois, bidonville de Medellin, favela de Rio, surf en Polynésie, Bollywood et enfant dieu en Inde, jungle inviolée au Mozambique et en Tanzanie, aéroports suisses, Julien Blanc-Gras qui décidément ne trouvera « pas de repos dans l’immobilité » passe au-delà des clichés et nous emmène en sa compagnie savourer des instants suspendus au bout du monde.

samedi 9 mai 2015

Paris : Square Chauré, un confetti fleuri à Charonne - XXème



En se promenant dans le nord-est du XXème arrondissement, la flânerie conduit souvent les amoureux de notre ville du côté de la Campagne à Paris dont je vous parlais ici , ensemble d’agréables ruelles bordées de maisons de ville et HBM (habitation bon marché) dont le charme très prisé aujourd’hui ferait presque oublier qu’il s’agissait à l’origine d’un quartier modeste construit dans une optique philanthropique : permettre aux classes ouvrières d’accéder à la propriété. Au pied de la butte artificielle de cette campagne érigée sur les anciennes carrières de gypse, allées verdoyantes, passages secrets, cours et ateliers auxquels il faut ajouter quelques belles villas de notables, immeubles de rapport du XIXème et bâtiments 1900 laissent l’imagination vagabonder. Il n’en faut pas plus pour imaginer ce que fût jadis la commune de Charonne.

jeudi 7 mai 2015

Thursday Oh Yeah ! : Brett Dalton, 10 anecdotes marvellous



Brett Dalton, l’homme du jour commence tout juste à se faire un nom grâce à son rôle de super-héros dans la série Marvel : Les Agents du SHIELD où il incarne depuis novembre 2012 Grant Ward. Physique avantageux, ce beau brun ténébreux a fait quelques apparitions à la télévision dans des épisodes de Nurses, Blue Blood ou encore American Wives. En 2013, il a joué dans un téléfilm produit par Ridley Scott, Killing Lincoln. En 2014, il remporte le prix de la révélation masculine aux Teen Choice Awards pour son interprétation de l’agent Ward. Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, monsieur Brett Dalton, sous vos applaudissements !

Music : Hozier - Take Me To Church



My lover's got humour
She's the giggle at a funeral
Knows everybody's disapproval
I should've worshipped her sooner

If the heavens ever did speak
She's the last true mouth-piece
Every Sunday's getting more bleak
A fresh poison each week

We were born sick
You heard them say it

mercredi 6 mai 2015

Paris : Ruines d'une folie datant du XVIIIème siècle dans le parc de Bercy - XIIème



Platanes, marronniers, érables et sycomores, ces arbres centenaires forment un écrin précieux et vénérable pour les jardins à thème du nouveau parc de Bercy. Celui-ci marqué par le souvenir du plus grand marché aux vins et spiritueux XIXème siècle se situe entre l’ultra-moderne Palais Omnisport de Bercy et le cour Saint-Emilion sorte d’hommage à ce glorieux souvenir. Les 14 hectares qui le constituent ont repris l’ancienne trame orthogonale du site marchand originel. Les architectes Marylène Ferrand, Jean-Pierre Feugas, Bernard Leroy, Bernard Huet et les paysagistes Ian Le Caisne et Philippe Raguin ont entièrement repensé ce quartier, le réaménageant pour faire de cette zone jusqu’alors boudée par les Parisiens un pôle d’attractivité. Mêlant avec esprit passé et présent, le parc de Bercy ouvert partiellement au public dès 1994, a été officiellement inauguré le 1er janvier 1997. 

mardi 5 mai 2015

Cinéma : Le Labyrinthe du Silence de Giulio Ricciarelli - Avec Alexander Fehling, Friederike Becht - Par Lisa Giraud Taylor



En 1958, Johann Raadman, jeune procureur allemand, idéaliste et foncièrement attaché aux principes d’égalité, décide de traduire en justice un enseignant ancien SS ayant sévi à Auschwitz. Ce dernier a été repéré par un peintre, survivant du camp, soutenu par un journaliste peu crédible. Le procureur va se heurter à l’hostilité du pouvoir en place, à l’ignorance relative de la génération suivant la guerre et de ses propres collègues. Sa vie bascule alors lorsqu’il découvre que son propre père était un nazi. La culpabilité et son plaidoyer contre l’oubli commencent à s’affronter en lui.

lundi 4 mai 2015

Lundi Librairie : Demain Berlin - Oscar Coop-Phane



Demain Berlin - Oscar Coop-Phane : A Berlin, tentant de tourner la page sur leur passé,  trois garçons trouvent une nouvelle famille dysfonctionnelle, celles des druffis, ces toxicos qui errent de club en club. Monde de la nuit et de la drogue, sexe facile non protégé, déchéance inéluctable, c'est l'histoire d’une jeunesse blessée par la vie qui dérive vers une existence d’excès, privée de mémoire. Tobias abusé par son oncle, trimballé par ses parents de l’Allemagne à New York jusqu’à Paris où serveur il plonge dans la cocaïne et se met à dealer. Son amoureux le contamine. Séropositif et toxicomane, il part pour Berlin où il compte faire table rase. Il est rattrapé par ses démons et s’abîme dans des nuits sans fin. Armand quitte son foyer à 16 ans pour vivre avec Emma, jeune fille romantique des beaux quartiers qui voudrait vivre la bohème. Abandonnant ses études en Khâgne parce qu’il se sent soudain venir une fibre artistique, il quitte également Emma pour une aventure de passage. Alors qu’il regrette peu à peu son inconséquence, les choses ne décollent pas pour lui. Il s’envole vers Berlin en quête d’une expérience fondatrice, espérant y trouver l’inspiration à travers un nouveau mode de vie plus underground.

vendredi 1 mai 2015

Paris : Flânerie printanière rue Laurence-Savart à Ménilmontant - XXème



Délicieuse venelle pentue dont les pavés miroitent au soleil, la rue Laurence-Savart évoque avec poésie le Ménilmontant de Willy Ronis, un voyage dans le temps pour une atmosphère de coquet village. A deux pas de la Bellevilloise, la Maroquinerie et du Théâtre de Ménilmontant, la vie de quartier y est culturelle et animée. La plupart des façades et des petites maisons ayant été préservées, elle a conservé son caractère original, sa belle perspective à peine dénaturée par quelques constructions plus récentes et cette lumière singulière des petites rues bordées d’immeubles bas. Verdoyante, abondamment fleurie par les riverains, large d’à peine 10 mètres, elle prend naissance au 19 rue du Retrait et dévale joyeusement sur 153 mètres de longueur jusqu’au 16 rue Boyer. Ouverte vers 1875 sur le tracé d’anciennes carrières come souvent à Ménilmontant, elle s’appelait alors passage Laurence-Savart. Elle porte le nom de la fille du propriétaire du terrain qui a fait percer la voie, un viticulteur également entrepreneur Pierre-Claude Savart.