Street Art : Banksy en Palestine - Projet Santa's Ghetto - juillet 2005

Art Attack - Banksy - Palestine mur près de Qalandiya - juillet 2005
Crédit : Wikimedia Commons

En juillet 2005, le graffeur anglais Banksy, dont l'anonymat fait perdurer le mystère, se rend en Cisjordanie à l'occasion de l'anniversaire de l'avis rendu par la Cour Internationale de Justice de La Haye condamnant la barrière de séparation israélo-palestinienne. Afin de protester contre le mur de Gaza, il réalise clandestinement neuf fresques en territoire palestinien sous le regard médusé des soldats des forces de sécurité qui bien que relativement tendus - coups de feu de sommation - le laisse faire, fusils braqués sur son équipe. Il est épaulé dans son action par des artistes du street art  notamment l'américain Ron English transformant le mur en vaste toile vierge. Cette intervention coup de poing se fait sans l'aval des autorités. Afin d'éviter de se faire tirer dessus, l'équipe agit en plein jour faisant en sorte d'être bien identifiée comme touriste. Malgré deux alertes un peu plus sérieuses avec l'armée israélienne, la police des frontières palestiniennes n'intervient jamais pour empêcher Banksy de réaliser ces fresques.


Unwelcome Intervention - Banksy mur près de Bethléem - juillet 2005
Crédit Wikimedia Commons

Window on the West Bank - Banksy - Palestine juillet 2005
Crédit Wikimedia Commons
Balloon debate - Fillette aux ballons - Banksy - Palestine (West Bank) 2005
Crédit Wikimedia Commons
Cut it out - Banksy - Palestine (West Bank) 2005
Crédit Wikimedia Commons
Stable Conditions - Banksy - Palestine (West Bank) 2005
Crédit Wikimedia Commons
Windows on West Bank - Banksy - Palestine (West Bank) 2005
Crédit Wikimedia Commons

Le projet "Santa’s Ghetto" est un message d'espoir dédié aux populations civiles. Les oeuvres, bien que provocantes ne sont pas directement sujet à polémique car non-violentes et hymne à la paix. Les fresques in situ procèdent de l'espace environnant, offrant au regard une puissante confrontation entre la création et la réalité. A la forme oppressive, Banksy répond par une expression libertaire, poétique dissidente. 

Lors de la réalisation d'Unwelcome Intervention, un vieil homme interpelle Banksy en lui faisant remarquer qu'il rend le mur beau. L'artiste le remercie. Mais le palestinien précise sa pensée, en lui signifiant que son peuple ne veut pas que ce mur symbole de haine soit beau, qu'il ne veut pas de ce mur du tout. Et que les membres de l'équipe feraient mieux de rentrer chez eux.

Escapism - Banksy - Palestine 2005
Crédit Wikimedia Commons

L'art de Banksy est un mélange d’ironie, d’irrévérence, d’humour, manifeste pour la liberté et la justice, contre la guerre et tous les fléaux engendrés par l’homme. L'artiste perce le mur séparant les deux territoires en offrant des paysages de paix au regard. La dimension de risque est un des fondements de l'art urbain. Il s'agit de braver l'interdit, donner une voix à la subversion. Banksy cherche ici à dénoncer les actes de guerre entre Israël et la Palestine. Au cours de son voyage, il exécute d’autres œuvres qu’il dissémine au fil de ses visites reprenant ses marques de fabrique telle le rat au pochoir ou le manifestant jetant des fleurs.

Manifestant aux fleurs - Banksy - Cisjordanie
Crédit Wikimedia Commons
Rat and Wall - Banksy - Al Quds University - Jérusalem 2005
Crédit Wikimedia Commons
Dove in the gun-sights
40 personnes ont été tuées pendant la première Intifada devant ce mur
Crédit Wikimedia Commons
Stop + Search - Fillette fouillant un soldat - Banksy- 2005 près de Bethléem
Crédit Wikimedia Commons
Soldat israélien face à un âne - Banksy - 2005
Crédit Wikimedia Commons
Wet Dog - Banksy - Cisjordanie 2005
Crédit Wikimedia Commons