samedi 22 octobre 2016

Mes Adresses : Déjeuner au restaurant de l'Hôtel de Sers, terrasse de charme façon jardin d'hiver et saveurs d'une table gourmande - Paris 8




A deux pas des effervescents Champs Elysées, une adresse confidentielle cinq étoiles, écrin précieux pour hôtes de marque, accueille une clientèle élégante. L'Hôtel de Sers allie les qualités d'un lieu moderne d'exception et le charme historique d'un ancien hôtel particulier du XIXème siècle dont le cadre classique est rehaussé par une décoration résolument contemporaine. Construit en 1880 pour le marquis de Sers, devenu ensuite hôtel de voyageurs, l'établissement a été entièrement rénové au début des années 2000 sous la houlette de l'architecte Thomas Vidalenc. C'est à lui qu'Anne Jousse, présidente du groupe B Signature Hotels and Resorts confie l'actualisation de l'Hôtel de Sers lorsqu'il intègre l'écurie Bessé en 2010. Luxe discret, forte personnalité et esprit de famille, autant de qualités qui séduisent aussi bien hommes d'affaires que cinéastes, comédiens, musiciens et écrivains qui comptent aux nombres des habitués. Pour mon plus grand bonheur, j'ai eu l'occasion de découvrir le restaurant de l'Hôtel de Sers. La cuisine française revisitée avec esprit du jeune chef Emeric Buthigieg associe amour des beaux produits, respect de la saisonnalité et originalité maîtrisée. Une pépite à découvrir !










La galerie des portraits ornées de tableaux fin XIXème conduit au restaurant sur les flots saphir d'un somptueux tapis Bochard Toulemonde. Gamme chromatique bleu, or, gris, taupe relevé de notes jaune citron, alliance de métal et de pierre, mobilier subtilement design, étoffes précieuses, luminaires high tech, l'atmosphère feutrée de l'Hôtel de Sers joue des codes établis pour affirmer une véritable personnalité. 

L'atout charme du restaurant est sans conteste le sublime patio Joséphine sous verrière modulable, façon jardin d'hiver. L'espace lumineux s'orne d'une abondante végétation, palmiers en pots et compositions florales exubérantes, dont le mur végétal est le climax. L'effet est spectaculaire. Déjeuner entre amis, dîner romantique sous les étoiles du ciel de Paris, alcôves intimistes, le lieu s'adapte avec une élégance chaleureuse. Et bien sûr cherry on the cake, accueil palace, attentionné et discret.







Le chef Emeric Buthigieg qui a fait ses classes au Lutetia puis au sein du groupe Peninsula, a intégré la brigade de l'Hôtel de Sers en 2014. Gravissant les échelons pour devenir le bras droit du chef Jordan Delamotte, il le remplace aux commandes des cuisines depuis juillet dernier. Il a imaginé pour la rentrée une carte gourmande et créative qui changera en fonction des saisons. Contemporanéité joliment assumée, produits essentiellement bio, poissons des côtes bretonnes, viandes françaises hormis l'Angus écossais, les assiettes colorées crânement troussées révèlent leur belle modernité, la passion des saveurs, la subtilité d'un tour de main expert. Pour le déjeuner, du lundi au vendredi, le chef propose également un menu retour du marché selon son inspiration du jour.








Ce jour-là, le déjeuner débute primesautier avec un amuse-bouche délicatement iodé, un tataki de thon, royal de langoustine, palet à l'orange et sésame noir. En entrée, La langoustine est accompagnée de courge en spaghettis et en velouté, croustillant de jambon cru - 24 euro - dans un joli effet terre et mer où le cochon vient titiller le crustacé. Les textures se répondent avec gourmandise : rondeur automnale du velouté, fraîcheur des spaghettis de courge et craquant du jambon caressent le moelleux de la chair de langoustine. L'assiette de Betterave déclinaison de textures, sablé parmesan et espuma de cresson - 18 euro - est une explosion joyeuse de couleurs.  








Le Pigeon en tourte feuilletée, palet de butternut et muesli de fruits secs - 39 euro - me fait de l'œil. Fan de Game of Thrones, rassurez-vous, rien à voir avec la tourte de Geoffrey. Feuilletage serré, puissance du foie et subtilité de la chair de pigeon, onctuosité de la butternut - la courge doubeurre qui porte bien son nom, l'ensemble ne manque pas de caractère. Le muesli de fruits secs apporte une note sucrée-salée des plus intéressantes à ce plat traditionnel. La selle rôtie d'agneau, artichauts poivrade et chapelure à la menthe fraîche - 42 euro - ose le graphisme chamarré.

En dessert, le Cheesecake façon Mont Blanc, crème de marron, meringue - 18 euro - est un Everest de gourmandise aérienne pour tous les accros au marron qui attendent les fins d'année avec impatience. A noter, tous les dimanches au restaurant de l'Hôtel de Sers a lieu le Brunch dominical bio.







Je ne résiste pas à l'envie de brièvement vous faire découvrir en images le S' Bar, cocon serein, bar intimiste des plus cosy. Préciosité des étoffes, marbre de Carrare, installation lumineuse stellaire, je me suis promis de revenir très bientôt pour expérimenter la carte des cocktails. Et l'happy hour de 16h à 20h.

Restaurant de l'Hôtel de Sers
41 avenue Pierre 1er de Serbie - Paris 8
Tél :  01 53 23 75 75
Menu retour du marché, du lundi au vendredi : entrée plat ou plat dessert 42 euro, entrée plat dessert 50 euro
Brunch bio le dimanche de 11h30 à 15h30 : 75 euro


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Share this

Related Post