Ailleurs : Retable d'Issenheim, fin d'une restauration marathon, majesté retrouvée d'un chef-d'oeuvre de l'art gothique tardif, génie de Matthias Grünewald, grâce de Nicolas de Haguenau - Musée Unterlinden - Colmar



Le Retable d’Issenheim, chef-d’œuvre du gothique tardif conservé au Musée Unterlinden de Colmar, a retrouvé son éclat originel grâce à la restauration d’envergure menée de 2018 à 2022. Le polyptyque monumental dont la structure complexe aux dimensions exceptionnelles s’ouvre sur trois niveaux, se compose d’un ensemble de statues et de panneaux. Les huit reliefs sculptés vers 1490 par Nicolas de Haguenau (1445/60-1528) et les dix modules peints entre 1512 et 1516, attribués à Matthias Grünewald (vers 1475/80-1528), représentent les épisodes de la Vie du Christ et de saint Antoine. Objet de fascination depuis sa création, le Retable d’Issenheim surprend par l’audace de ses partis pris esthétiques et iconographiques. La qualité picturale s’inscrit dans une expressivité novatrice. La représentation par exemple d’un Christ en Croix souffrant, révélation de la dimension humaine du Sauveur, idée qui préfigure la Réforme à venir, illustre cette originalité. La liberté de la composition, la technicité de la facture, l’association hardie des couleurs signent l’oeuvre d’un grand maître au style empreint d’onirisme et dont l’imaginaire se rapproche d’un Jérôme Bosch. 

Sous l’égide de sa directrice et conservatrice en chef, Pantxika de Paepe, le Musée Unterlinden, institution gérée et administrée par une association, la Société Schongauer, a offert une renaissance à son plus important chef-d’œuvre. L’intervention s’est appuyée sur les analyses du Centre de recherche et de Restauration des Musées de France ainsi qu’une étude complémentaire menées par un comité scientifique de 2013 à 2014. Le travail scientifique préalable a permis d’éclairer sous un angle alternatif cette oeuvre cinq fois centenaire et de lui redonner grâce à une connaissance intime inédite, toute sa splendeur passée. Les mesures conservatrices exceptionnelles, abondamment documentées par des photographies, des rapports d’analyse scientifique, et les notes des restaurateurs, ont obtenu des résultats esthétiques auxquels s’ajoute une compréhension renouvelée. Le Retable d’Issenheim entièrement restauré a été officiellement inauguré le 30 juin 2022.







Le Retable d’Issenheim occupe une place particulière dans l’histoire de l’art, statut nourri de mystères. L’absence de signature, le bon de commande a disparu, les attestations de règlement également nourrissent son statut de mystères non-élucidés. La partie sculptée la plus ancienne est l’oeuvre de Nicolas de Haguenau autour de 1490. Elle a été réalisée pour l’hôpital du couvent des Antonins à Issenheim autour de 1490 puis complétée par les panneaux peints de 1512 à 1516, attribués à Matthias Grünewald, contemporain d’Albrecht Dürer. L’ordre monastique se consacrait alors aux soins des malades atteintes du « mal des Ardents » ou « feu de saint Antoine », l’ergotisme gangreneux. Ce mal causé par l’ergot de seigle minuscule champignon provoquait chez les victimes sensations de brûlure, convulsions et nécroses. Considéré comme un élément de cure, le polyptyque monumental assurait sa fonction thérapeutique au cœur du maître-autel de l’église de la préceptorerie. 

A la Révolution française, afin d’être préservé du vandalisme, le Retable d’Issenheim est démonté puis entreposé au musée national de Colmar, ancien collège royal des Jésuites, à partir de 1793. A l’occasion de l’inauguration du Musée Unterlinden en 1853, il est transféré dans l’ancien couvent devenu institution culturelle. Au cours de la Première Guerre Mondiale, il est placé dans la salle blindée d’une banque avant d’être envoyé en 1917 à Munich pour restauration. L’Alsace est alors allemande. Il revient au Musée Unterlinden en 1919. L’oeuvre enchaîne les péripéties durant la Seconde Guerre Mondiale. En 1939, le Retable est caché au château de Lafarge près de Limoges puis déplacé au château de Hautefort en Périgord. Lors de l’armistice de 1940, à la suite de la défaite française, il est transféré en secret au château du Haut-Koenigsbourg. L’armée américaine le libère en 1944 et il retourne officiellement au Musée Unterlinden le 8 juillet 1945.







Reverni, entretenu, le Retable d’Issenheim n’avait fait l’objet jusqu’à présent que d’opérations de restauration superficielles, la dernière datant du début des années 1990. En 2003, un diagnostic d’experts fait le constat d’une oeuvre encrassée par l’accumulation de vernis oxydés et dont les motifs manquent de lisibilité. Le projet de nettoyage d’un premier panneau mené en 2011 est suspendu pour délibération scientifique lors de la redécouverte de couleurs aussi intenses qu’inattendues. Une quinzaine de prélèvements sont effectués afin de déterminer avec précision les pigments d’origine, la richesse de la palette chromatique. 

Bien au-delà du simple toilettage, l’idée d’une restauration d’envergure est relancée en 2013. Le chantier - 1,3 million d’euros - est financé à 80% par le mécénat. Un budget de 720 000 euros est attribué à la restauration elle-même. La différence est répartie entre les études préliminaires menées par le C2RMF le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France, le comité de restaurateurs et conservateurs internationaux ainsi que la création d’une nouvelle structure de présentation qui permet désormais l’évacuation du Retable en cas de sinistre. Tout au long du processus, le comité scientifique se réunit à onze reprises afin de contrôler les étapes, de répondre aux nombreuses questions concernant les couleurs d’origine et de poursuivre une réflexion sur les techniques applicables. 







La restauration débutée en septembre 2018 s’achève en 2022, après quelques retards liés à la pandémie. La consolidation structurelle du Retable répare les dommages infligés à la suite des manipulations pour déplacer l’oeuvre à l’abri au cours de la Révolution française et durant les deux guerres mondiales. Panneaux peints, encadrements, sculptures et caisse tardive datant de 1930 font l’objet de toutes les attentions dans le cadre du musée Unterlinden lui-même, au C2RMF à Paris et dans des ateliers de Vesoul. 

La restauration mobilise deux équipes, la première sous la houlette d’Anthony Pontabry, a pris en charge les panneaux peints. Ils mènent à bien un exercice minutieux d’affinement d’une patine accumulé de cinq siècles, laquelle avait assombri et jauni les motifs. Les couches de vernis sont réduites de vingt à huit microns. Cette action restitue la puissance picturale des scènes. Certains plans sont redécouverts, la profondeur des compositions, les contrastes. L’amincissement du vernis rend aux compositions de précieux détails effacés par la superposition des couches, la chevelure de Marie-Madeleine sur le panneau de la Crucifixion, les nuances insoupçonnées du ciel bleu nuit derrière le Christ en Croix. Les panneaux retrouvent une certaine homogénéité dans l’éclat des couleurs.







La seconde équipe dirigée par Juliette Lévy se consacre aux sculptures et particulièrement au refixage de la polychromie. Les deux porteurs d’offrande, éléments volés par un édile prussien indélicat au XIXème siècle, conservés depuis au Badisches Landesmuseum de Karlsruhe en Allemagne, et placés en dépôt à Colmar, sont pris en charge par Andrea Wähning, restauratrice de ce musée. Les statues retrouvent l’intensité de leurs couleurs d’origine, le vert céladon du socle sculpté de saint Antoine, le bleu azur de la tunique de saint Jérôme, le rose des joues de saint Jean.

Les encadrements en bois de tilleul jusqu’à présent n’avaient pas fait l’objet de restauration. Les angles altérés susceptibles de fragiliser les panneaux peints définissent la nécessité d’une rénovation. Anna Brunetto, spécialiste mondiale de la restauration au laser, s’attache à la réjuvénation des cadres par enlèvement des couches successives de peinture afin d’en retrouver les surprenantes couleurs premières.

La restauration finalisée du Retable d’Issenheim offre une lecture renouvelée et éclairante de l’oeuvre ainsi que de son iconographie pleinement redécouverte, sa puissance chromatique, sa luminosité, sa somptueuse complexité.

Retable d’Issenheim
Musée Unterlinden
Place des Unterlinden - 68000 Colmar
Tél : 03 89 20 15 50
Horaires : Ouvert du mercredi au lundi de 9h à 18h - Fermé le mardi