Ailleurs : Château de Conches-en-Ouche, vestiges d'une place forte médiévale édifiée à partir du XIème siècle et démantelée à la fin du XVIème

 


Les vestiges du château de Conche-en-Ouches s’inscrivent au cœur de la ville, mémoire du passé défensif du site. La famille Tosny, importante lignée aristocratique d’origine franque, rattachée au duché de Normandie, s’établit au XIème siècle sur le fief du Castillon, vocable dont dérive l’appellation Châtillon. Vers 1034, Roger Ier de Tosny, considéré comme le fondateur de la ville de Conches, initie la construction d’une forteresse. Le château est élevé sur une motte castrale, un remblai de terre circulaire. Le principe du tertre entouré d’un fossé servant de basse-cour reprend un procédé très répandu au cours du Haut Moyen Âge. Les descendants et les propriétaires successifs complèteront et agrandiront la citadelle jusqu’à la fin du XVIème siècle, période à laquelle la place forte est démantelée. Les vestiges éclairent avec précision la composition finale de la place forte : un donjon et cinq tours, parmi lesquelles la plus tardive possède une originale base angulaire. Une muraille épaisse de 2,60 mètres cerne l’ensemble. Bâtie en silex, la forteresse d’apparence rustique se pique d’esthétique grâce à l’ajout d’un enduit de mortier, chaux et sable sur les murs et embrasures des fenêtres. Le rez-de-chaussée, sans accès depuis l’extérieur, vaste espace voûté en pierre, est dévoué aux réserves de vivres. L’accès principal, la porte d’entrée de la tour correspond au premier étage. Le deuxième et le troisième sont accessibles par des escaliers tournants. Chaque salle dispose d’une cheminée. De nos jours, la trace du puits d’eau douce pratiqué dans l’épaisseur du mur, vidé en 1849 aujourd’hui comblé, demeure. Le donjon en ruines a été classé aux Monuments historiques par arrêté du 12 juillet 1886. Le parc du vieux château et la porte d’entrée forment un site classé en 1940.







Les origines exactes de la lignée Tosny restent obscures. Néanmoins, elle s’illustre auprès du duché de Normandie dès le XIème siècle. En 1013, le duc Richard II confie le château de Tillières à Raoul Ier de Tosny et son fils Roger Ier de Tosny. Pour des raisons non élucidées à ce jour, les deux hommes sont contraints à l’exil. Chevaliers mercenaires, Raoul s’engage dans les Pouilles tandis que Roger rejoint l’Espagne à l’occasion de la Reconquista. Il y acquiert le surnom de « Mangeur de Maures ».  En 1024, le duc Richard II les autorise à revenir en Normandie. Raoul décède entre-temps. 

Roger Ier de Tosny reçoit le fief de Castellion, le nom dérive pour devenir Châtillon. A l'occasion d’un pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle, il est marqué lors d’une étape à Conques par le culte dédié à sainte Foy, martyre d’Agen. En Normandie, il fonde la ville de Conches sur le territoire d’un ancien village d’origine celtique ou romaine. L’église édifiée avant 1026 est dédicacée à sainte Foy. L’abbaye Saint-Pierre de Castillon établie vers 1035 est tenue par une congrégation originaire de Fécamp. Les nombreux troubles dans le duché et les humeurs belliqueuses de Roger Ier le pousse dès 1034 à instituer les bases d’une place défensive, un futur château fort. Il meurt vers 1040 lors d’une bataille. Suivi dans la mort à quelques semaines près par ses deux fils aînés. Le clan Tosny défait, afin de rétablir la paix dans la région, la veuve de Roger Ier, Godehilde est contrainte d’épouser Richard d'Évreux, ennemi de son défunt époux.

Le château de Conches est achevé aux alentours de 1175 par Roger VI de Tosny. Les dispositions particulières préfigurent celles de Château-Gaillard. Le donjon s’inscrit au centre d’une enceinte de protection, chemise flanquée flanquée de quatre tours semi-circulaires rapprochées à chaque angle.








Au fil des siècles, le château de Conches fait l’objet de nombreux sièges. En 1093, au cours de la guerre des Belles Dames, les seigneurs de Tosny s’opposent à leurs voisins, seigneurs de Breteuil, Beaumont et Evreux. Le roi de France Philippe Auguste ordonne la prise du château en 1199. A partir de 1202, le domaine est mis à la disposition de son cousin Robert de Courtenay qui agrandit le château. Fief de Robert III d’Artois (1287-1342), l’un des principaux personnages du cycle romanesque « Les Rois maudits » de Maurice Druon, la ville de Conches-en-Ouche connaît les premières affres de la Guerre de Cent ans (1337-1453). 

En 1354, à l’occasion du traité de Mantes, Jean II, roi de France offre la ville et le château au roi Charles II de Navarre, dit le Mauvais, avec le comté de Beaumont-le-Roger, la vicomté de Pont-Audemer et le Clos du Cotentin. Charles II confie cette puissance défensive aux ordres du captal de Buch, Jean de Grailly (1330-1376), l'un des principaux capitaines de la guerre de Cent Ans, fidèle à l'instar de ses ancêtres aux rois d’Angleterre, les ducs d’Aquitaine. La couronne française les considère donc comme des ennemis anglais. 

Jean de Grailly décide de renforcer la position du château fort. Une tour supplémentaire à base carrée est érigée. Sans héritier, il transmet la charge de son vivant à son oncle Archambaud de Grailly. En 1371, Bertrand du Guesclin, capitaine du roi Charles VII, estime la ville de Conches se trouve aux mains des Anglais. Il s'empare de la place forte. Un accord est conclu le 4 février 1371. Les Navarrais quittent le fief. Bertrand du Guesclin devient comte de Conches.







Le roi Henry V d’Angleterre (1386-1422) remporte de grands succès militaires contre les Français tels que la bataille d’Azincourt en 1415. Les troupes anglaises ont presque conquis la France. Elles s’emparent du château de Conches en 1420. Le règne du fragile Charles VI de France (1368-1422) s’affaiblit encore. A la suite du Traité de Troyes signé en 1420 par le roi et le clan Bourguignon allié aux Anglais, il déshérite son fils au profit d’Henry V qui est reconnu comme régent et héritier du trône de France. 

Le dauphin, futur Charles VII, conduit à la cérémonie du sacre à Reims par Jeanne d’Arc au lendemain de la levée du siège d’Orléans, parvient néanmoins à asseoir sa légitimité. En 1440, son armée reprend la place forte de Conches à ses adversaires. Avant de céder à nouveau contre les Anglais, l’année suivante. En 1449, Robert de Floques, bailli d'Evreux mène l’assaut français sur la ville de Conches et reprend définitivement la ville aux partisans de l'Angleterre.

Dans les années 1560, un temple protestant est édifié à Conches. En pleine guerre de Religions, le château est assailli par la Ligue catholique en 1591. Cette place forte inquiète la couronne de France qui voit d’un mauvais œil son potentiel exploité par des adversaires frondeurs. La forteresse est démantelée à la fin du XVIème siècle.

Château de Conches-en-Ouche 
place Aristide Briand - 27190 Conches-en-Ouche