Paris : Eglise Notre-Dame des Otages, architecture Art déco et souvenir tragique de la Commune - XXème



L’église Notre Dame des Otages célèbre la mémoire des otages exécutés lors de la Semaine Sanglante de la Commune de Paris. Le 26 mai 1871, cinquante-et-un prisonniers sont transférés par les Communards depuis la prison de la Roquette au 85 rue Haxo. Onze ecclésiastiques parmi lesquels Pierre Olivaint, prêtre jésuite français, éducateur, travailleur social fondateur d’une « Société de jeunes gens », trente-six gardes et gendarmes versaillais et quatre civils sont fusillés. La plaque commémorative mentionne cinquante-deux victimes. Aujourd’hui, l’église Notre Dame des Otages, lieu de culte, ouvrage Art déco d’une épure architecturale intéressante est aussi un lieu de mémoire. A l’arrière, un monument hommage aux fusillés de 1871 a été placé dans la cour. Il s’y trouve également l’une des portes de la prison de la Roquette et un pan de mur devant lequel s’est tenue l’exécution.  











En 1872, à la suite des événements tragiques de la Semaine Sanglante, la Compagnie de Jésus, communauté religieuse à laquelle appartenait les prêtres, rachète le terrain où s’est tenu le drame. La messe est célébrée pour la première fois dans un petit oratoire de 3 mètres sur 4 mètres, improvisé en ces lieux, le 4 avril 1889. A partir de cette date, un office sera tenu tous les lundis. En 1894, la communauté jésuite élève une première petite chapelle dédiée au Sacré-Cœur en hommage aux otages fusillés. Le 15 avril 1898, une chapelle un peu plus grande en matériaux légers est inaugurée.

Le père Henri Diffiné (1890-1978) nommé à la chapelle de la rue Haxo en 1933 lance dès son arrivée une souscription afin de faire édifier une église. Le plan en croix latine à transept étroit est établi par Julien Barbier (1869-1940), architecte spécialiste des lieux de culte qui auteur de l’église du Sacré-Cœur de Dijon, de l'église Saint-Rémi de Limé inscrite au titre des monuments historiques, de l’église Sainte-Jeanne-de-Chantal de Paris située à la Porte de Saint Cloud. Il signe l’église Notre Dame des Otages d’un portrait médaillon qui se trouve sur le flanc droit de l’édifice. 











Lorsque le chantier débute en 1936, des difficultés techniques contraignent l’architecte à revoir ses plans. L’instabilité imprévue du sol nécessite de creuser trente-trois puits de béton reliés par des arches afin d’établir des fondations solides. L’église Notre Dame des otages enfin finalisée est inaugurée le 23 octobre 1938 en présence du cardinal Jean Verdier, archevêque de Paris de 1929 à 1940. 

L’église Notre Dame des Otages réalisé dans une veine Art déco dépouillée s’inspire du style néo-roman. L’édifice en béton armé est recouvert de moellons laissés sans revêtements, des pierres de taille récupérées de l’ancien palais du Trocadéro construit à l'occasion de l'exposition universelle de 1878, démantelé en 1935. La façade porche unique à pans coupés est surmonté d’un clocher à l’avant de la nef au faîte de la toiture. Elle est ornée d’un Christ entouré de deux anges, un Sacré-Cœur oeuvre de Roger de Villiers (1887-1958), sculpteur réputé pour ces réalisations d’art religieux. 

L’ordonnancement intérieur rappelle que l’église est placée sous le chiffre de la Trinité. Les vitraux, notamment sont rassemblés par groupe de trois lancettes. Réalisés d’après des cartons signés du maître-verrier Louis Barillet (1880-1948), ils ont été exécutés par Jacques Le Chevallier (1896-1987), verrier vitrailliste, décorateur, illustrateur et graveur français et Théodore Hanssen (1885-1957) maître-verrier belge.









 


Sous la voûte en berceau, la nef unique au transept court suit un chemin de croix en mosaïque réalisé par Félix Gaudin (1851-1930) peintre-verrier, vitrailliste et mosaïste sur des dessins de Louis Mazetier (1888-1952) peintre, cartonnier et maître verrier. Ce dernier conçoit également les sculptures du lieu et le maître-autel originel. 

Le chœur surélevé se termine par un chevalet plat orné de mosaïques que deux rosaces éclairent. Il est entouré de deux chapelles latérales, Sainte Marie et Saint Joseph auxquelles répond la chapelle dédiée à Saint Thérèse. Derrière l’autel, une plaque commémorative rappelle la bénédiction de l’église en 1938 par Mgr Verdier. Au-dessus du maître-autel, se trouve un Christ en croix, réalisé par le sculpteur Jules Dechin (1869-1947). A droite se distingue la Vierge, gauche Saint Jean. Les bras de la croix sont soutenus par deux colonnes à chapiteaux composites.

Des mosaïques à motifs géométriques et végétaux, bruns, rouges, ors ornent l’abside en cul-de-four. Les côtés du chœur également reprennent ces éléments décoratifs. Une vierge polychrome ancienne se tient discrètement dans un renfoncement.  Au fond de l’église, côté entrée, une tribune hissée au-dessus de trois arcades supporte l’orgue, acquis en 1966 après de l’église de Saint Séverin.









Dès 1951, le père jésuite Etienne Thouvenin de Villeret, mène un projet d’habitat communautaire. La Compagnie de Jésus quitte les anciens bâtiments de la communauté qui sont rasés ainsi que l’ancienne chapelle. Aux numéros 47/49 bis de la rue du Borrégo est construite en 1958 la villa des Hauts-de-Belleville, un immeuble de 158 logements ainsi qu’un jardin d’enfants, espace réaffecté en 2001. En 1961, une Maison des Jeunes et de la Culture ainsi qu’un foyer de jeunes travailleurs complète cette oeuvre sociale. Quant à l’église Notre Dame des Otages, lorsque la chapelle est érigée en paroisse en octobre 1961, un premier curé le père jésuite Maurice Husson (1914-1993) est nommé. Il y demeure jusqu’en 1974

En 2009, un chantier d’envergure de ravalement intérieur procède à des travaux de restauration et réaménagement du chœur. Un nouvel autel est installé. A la suite de cette rénovation, l’église est consacrée le 24 mai 2009 par l’évêque auxiliaire de Paris, Mgr Eric de Moulins-Beaufort. 

Eglise Notre Dame des Otages
81 rue Haxo - Paris 20
Horaires d’accueil : tous les jours de 8h à 10h

Paroisse Notre Dame des Otages
51 rue du Borrégo - Paris 20
Tél : 01 43 64 60 70
Horaires : Le secrétariat est ouvert le lundi, mardi, jeudi et vendredi de 9h à 12h et de 15h à 18h (au fond de la cour, derrière l’église)

Bibliographie
Dictionnaire des églises de Paris - Collectif - Editions Hervas
Le guide du promeneur 20è arrondissement - Anne-Marie Dubois - Parigramme
Connaissance du Vieux Paris - Jacques Hillairet - Rivages

Sites référents