samedi 6 octobre 2018

Théâtre : Les crapauds fous, de Mélody Mourey - Avec Charlie Fargialla, Gaël Cottat - Théâtre des Béliers Parisiens



En 1990, à New York, une jeune étudiante en psychologie rend visite au Dr Stanislaw Matulewicz, médecin à la retraite et meilleur ami de son grand-père disparu en 2006, le Dr Eugene Lazowski. Stanislaw se souvient. En 1940, la Pologne est occupée par les Nazis. A Rozwadòw, malgré l’interdiction, le Dr Lazowski passe ses nuits dans le ghetto juif où il apporte ses soins.  Avec l’aide de son ami le Dr Matulewicz qui mène des recherches sur le typhus, ils décident pour sauver des milliers de personne de la déportation de feindre une épidémie. Ils montent une vaste opération en inoculant à des sujets sains des souches inactives de la bactérie, sorte de vaccination qui les rend positifs aux tests de dépistage. La ville est bientôt placée en quarantaine. Mais l’armée nazie suspectant quelque chose envoie des émissaires afin de mener une enquête approfondie.







Histoire vraie méconnue de deux héros oubliés de la Seconde Guerre Mondiale, Les crapauds fous écrit et mis en scène par Mélody Mourey prend le parti de traiter sur le ton de la légèreté un sujet grave. Eloge du courage, ode à la rébellion, cette libre adaptation de faits réels rend hommage à ceux qui ont dit non, ceux qui se sont opposés à la barbarie, les insoumis. Sur le fil de l’émotion, la cocasserie de la pièce, le récit de la supercherie qui va sauver plus de 8000 personnes, parvient à faire rire dans un contexte d’événements dramatiques.

L’épopée humaniste du Dr Eugene Lazowski, surnommé le Schindler polonais et de son ami le Dr Stanislaw Matulewicz s’incarne avec esprit dans une narration à tiroirs qui reprend les codes du café-théâtre. Le texte vif, tout en rupture, est porté par un humour généreux, que prolonge l’inventivité de la scénographie. 

Le va et vient entre deux époques, passé et présent, se matérialise par le changement à vue de décors montés sur roulettes, imaginés par Hélie Chomiac. Le système mobile escamotable amplifie le sentiment de vitesse, le rythme trépidant de la pièce portée par le dynamisme des séquences en flash-back, l’énergie des passages chantés et dansés.




Sur scène, les neuf comédiens soudés par une belle complicité, formidables de fluidité dans leur interprétation, incarnent plus de vingt personnages attachants. Cette troupe dynamique est menée par un duo d’acteurs épatant, Charlie Fargialla et Gaël Cottat qui incarnent les deux médecins aux tempéraments opposés mais entrés ensemble en résistance. Claire-Lise Lecerf et Frédéric Imberty les narrateurs contemporains sont également très justes. 

Beaucoup d’émotion et de rire pour ce joli moment de théâtre qui redonne foi en l’humanité. A ne pas manquer !

Les crapauds fous, de Mélody Mourey
Jusqu’au 4 novembre 2018
Du mardi au samedi à 21h00, le dimanche à 15h00

Mise scène Mélody Mourey
Avec (en alternance) : Benjamin Arba, Merryl Beaudonnet, Charlotte Bigeard, Constance Carrelet, Hélie Chomiac, Gaël Cottat, Rémi Couturier, Charlie Fargialla, Tadrina Hocking, Frédéric Imberty, Damien Jouillerot, Blaise Le Boulanger, Claire-Lise Lecerf, Christian Pelissier

Théâtre des Béliers Parisiens
14 bis rue Sainte Isaure - Paris 18
Tél : 01 42 62 35 00

Aucun commentaire :