Déco : Refaire sa salle de bain dans un esprit méditerranéen moderne



J’ai décidé de refaire ma salle de bain, de réinventer cette triste salle d’eau, seule pièce à laquelle je n’avais pas pu toucher en emménageant à cause d’un problème général d’étanchéité. Tout l’immeuble étant atteint de ce défaut de construction, sa résolution nécessite de gros travaux, tellement importants qu'il faudrait déménager les habitants pendant trois mois et détruire intégralement chacune d’elles pour les mettre aux normes et enfin résoudre le cauchemar de l’humidité constante, moisissure incluse, de ces champignonnières. Cela fait aujourd’hui sept ans que je suis propriétaire et le procès contre les promoteurs ne progressant pas, j’ai pris la décision de repenser cette horrible chose dans laquelle je passe quand même un certain temps. Mes velléités sont restreintes par la menace d’une prochaine destruction complète, contrairement au balcon où je m’en suis donné à cœur joie, rappelez-vous c’était ici. Là, j’en ai ras la couenne du beigeasse, des carreaux à petites fleurs ringards et du sol en lino ignoble. Donc sans me lancer dans des grands travaux en rasant tout - mon rêve - je vais tenter de repenser les volumes en trichant sur les couleurs tout en apportant de la lumière malgré l’absence d’ouverture sur l’extérieur. J’ai comme des fantasmes maritimes de méditerranée. 







Je me suis donc plongée dans la lecture forcément un chouilla frustrante d’AD Magazine et Marie-Claire Maison, une sorte de quête masochiste aux bonnes vibrations à défaut d’avoir les moyens de Rockefeller. Pour vous donner une idée de ma folie des grandeurs, les photographies qui illustrent ce billet sont représentatives de ce qui m’inspire en ce moment. Bien qu’étant joyeusement foutraque, je caresse le rêve d’un univers élégant de papier glacé avec un petit supplément d’âme. 






Je veux tout et son contraire, jusque là tout va bien. Néanmoins, avant de sombrer dans un maelstrom d’horreurs hétéroclites peu assorties, j’ai pris note de quelques astuces pouvant m’aider à refréner le grand n’importe quoi. Number one : La récurrence des matériaux donne une certaine homogénéité et permet plus de fantaisie dans le choix du mobilier, que je désire disparate en alternant chine, brocante et pièces signées. Number two : L’effet brut des matériaux naturels - le bois, la pierre qui apportent une certaine rusticité - trouve un équilibre dans la sophistication des détails. Number three : Tadelakt, béton ciré coloré, tomette en terre cuite mettent en valeur les détails des carreaux de céramique ou les mosaïques raffinées s’inspirant des salles d’eau orientales. Number four : L’atmosphère estivale de bord de mer se pare de multiples influences de l'Atlantique à la mer Egée jusqu'au Bosphore. L’évocation maritime peut aller de la ligne simple aux formes originales dans un esprit zen aux couleurs douces ou éclatantes. 


Les serviettes de toilette New Uni (Ens. 10 pces.) 24,90 euro, Les valises Rocko (Ens. 2 pces.) 169,00 euro, Le meuble sous-lavabo Paula 84,99 euro, Le miroir Napoli 64,99 euro, Les bougeoirs muraux Cara (lot de 2) 17,99 euro, L'armoire sur pieds Luis 169,99 euro, Le bouddha avec photophore 29,99 euro, Les lanternes Rome (Ens. 3 pces.) 39,99 euro, Le carillon Maritim 17,99 euro, Le banc Sylt 84,99 euro, Les poissons ventouses (lot de 2) 9,99 euro, Le store double à clipser 14,99 euro

Dominantes de bleu, turquoise, blanc, sable, corde, clins d’œil nautiques, objets en bois, photophores et détournement d’accessoires de jardin, j’en ai profité pour chasser la bonne affaire sur la toile. Après m'être fait du mal chez Lefroy and Brooks - sublime mais ouch ! le portefeuille - puis avoir rêvassé sur la collection Philippe Starck pour Duravit, il était temps de shopper intelligemment. Avec cette boutique,  j’ai trouvé mon bonheur à prix raisonnables dans l'espace Maison, l’occasion d’un petit board comme on les aime. Que vous semble ? Je suis sur la bonne route ou je me fourvoie ?