samedi 17 décembre 2016

Expo : Le Grand Musée du Parfum, expérience immersive, olfaction ludique - 73 rue du faubourg Saint-Honoré - Paris 8



La parfumerie participe du rayonnement international de l'art de vivre à la française. Longuement mûri et fort attendu, un projet ambitieux qui a été développé afin de célébrer ce patrimoine immatériel vient d'être présenté au public au cœur du luxueux faubourg Saint-Honoré. Nouveau venu sur la scène muséale parisienne, le Grand Musée du Parfum a été imaginé comme un lieu emblématique à la mesure de ce fleuron de l'économie tricolore. Pensé comme un centre culturel du parfum, cette nouvelle institution a pris le parti de l'émotion, de l'expérience vivante. Le parcours sensoriel et interactif déployé sur quatre étages et 1 400 m2 suit la trace du parfum de l'Antiquité à la création contemporaine interrogeant connaissances et savoir-faire, processus de création des fragrances et pouvoir de l'olfaction. Cette expérience immersive, fruit de la collaboration entre experts scientifiques, chimistes, créateurs de parfum, designers, artistes et scénographes, se révèle à la fois savante et ludique. 








Entre art et science, le Grand Musée du Parfum prolonge l'histoire créative de l'hôtel particulier dans lequel il s'est lové. Ancienne demeure d'Etienne Moreau-Nélaton (1859-1927) peintre, historien d'art, collectionneur qui légua en son temps à l'Etat Le déjeuner sur l'herbe d'Edouard Manet, Les coquelicots de Claude Monet ou encore La forge à Marly-le-Roi d'Alfred Sisley, un temps siège de la marque de lingerie Scandale puis de la maison Christian Lacroix, le superbe bâtiment sur cour s'ouvre sur un grand jardin de 1 200 m2. 

A la tête de cette entreprise ambitieuse, se retrouvent quatre associés passionnés, Guillaume de Maussion, entrepreneur prolifique, Dorothée Lepère, financière de haut de vol, Sarah Amstrong, experte du secteur de la parfumerie et du luxe et Nicolas de Gaulmyn publicitaire à la réputation internationale, disparu avant la finalisation. L'aventure du musée aura nécessité plus de deux ans de travaux intensifs et un budget total de 7 millions d'euros. Le projet, soutenu par le Syndicat français de la parfumerie institution qui représente soixante six maisons, a pour ambition d'attirer 300 000 visiteurs par an. 

"Scientifique, créatif et grand public" le parcours déroulé en quatre étapes a été conçu avec l'aide d'experts prestigieux tels que Nicolas Beaulieu parfumeur créateur pour le grand laboratoire IFF, Jean-Claude Ellena, nez d'Hermès, Elisabeth Sirot, directrice du Patrimoine chez Guerlain, Patricia de Nicolaï, fondatrice des parfums de Nicolaï et présidente de l'Osmothèque conservatoire mondial du parfum situé à Versailles. 









Afin de retranscrire l'idée du parfum qui procède à la fois de l'odeur, de la science, de la mémoire personnelle et de la culture, l'Agence Projectiles spécialiste de la muséographie et de l'expographie a misé sur une hybridation de la scénographie. Installations et innovations mêlent au travail scientifique celui de designers et d'artistes dans la recherche d'effets visuels propices à aiguiser les curiosités. La première partie de la visite retrace l'historique du parfum et ses origines sacrées lorsqu'il était vecteur de communication divine. Une installation singulière permet même de découvrir le premier parfum connu de l'humanité créé par les Egyptiens, le kyphie. 

Un cabinet de curiosité joliment enchâssé dans la pierre des voûtes poursuit le récit d'une pratique qui au Moyen-âge s'apparentait l'hygiène et le soin lorsque le parfum se faisait remède. Saut dans le temps, ère des gantiers parfumeurs, essor de la parfumerie française à la cour du Roi-Soleil, chimie organique, industrialisation et au passage flacon original du mythique N°5 de Chanel. La galerie des séducteurs, illustrée par Bruno Bressolin peintre et graphiste, retrace l'histoire des parfums et de leur utilisation à travers celles de figures légendaires de Cléopâtre à Marie-Antoinette. 









Hommage à la chimie des odeurs, la suite de la visite dévoile les processus biologiques de l'odorat en tentant de rendre "visible l'invisible". Art du parfumeur et métier de nez, science des accords, tout le travail intellectuel est expliqué à travers des bornes interactives et de nombreuses vidéos. 

Véritable installation artistique, bouquet de gouttes suspendues, La Collection de matières premières créée par l'agence Harvey & John présente vingt-cinq des plus belles matières de la parfumerie d'une façon particulièrement ludique. Réponse tout aussi végétale, Blossom de Violette Houot Blossom s'inscrit dans un travail autour de la rose. Différents nez livrent leur version de la reine des fleurs dont le parfum est si difficile à capter. 











Autre étage, autres découvertes, le musée propos de tester nos propres sens par le biais d'expérimentations récréatives. Au cœur du dispositif, Le jardin des Senteurs plonge le visiteur dans un univers digne d'Alice au pays des merveilles, où les fleurs gigantesques penchent leurs corolles devenues cloches olfactives pour nous faire jouer au jeu des devinettes odorantes.

Le spectaculaire Concept Store qui clôt la visite propose une sélection exclusive de parfums, grandes maisons et jus confidentiels. A tester, à aimer, à acheter aussi bien sûr si le cœur est conquis. En note finale, le mignon corner librairie et babioles risque bien de nous faire craquer.











Grand Musée du Parfum (le musée ouvrira ses portes au public le jeudi 22 décembre 2016)
73 rue du Faubourg Saint Honoré - Paris 8
Tél : 01 42 65 25 44
Horaires : Du mardi au dimanche de 10h30 à 19h00 - Nocturne le vendredi jusque 22h00 - Fermé tous les lundis
Tarifs : Adultes 14,50 euros, enfants 5 euros, jeunes (13 à 17 ans) 9,50 euros, tarif réduit 9,50 euros 


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Aucun commentaire :

Share this