lundi 7 novembre 2016

Lundi Librairie : Riquet à la houppe - Amélie Nothomb



Alors que ses parents n'espéraient plus avoir d'enfant, nait Déodat, adoré par sa mère mais très laid, hideux au point de ressembler à un petit vieux fripé. Il est très vite confronté au regard d'un monde qui l'accable de sarcasmes, persécuté par ses camarades de classe. D'une intelligence supérieure, l'enfant disgracieux mais surdoué met au point des stratagèmes pour ne pas être rejeté. Une capacité d'adaptation qui lui assure adolescent malgré un corset pour ne pas devenir bossu, un grand succès auprès de la gent féminine. Elevée par sa grand-mère un peu sorcière, cartomancienne qui dort chaque nuit recouverte de ses plus beaux bijoux, Trémière est une petite fille magnifique à la personnalité contemplative. Son mutisme fait dire d'elle qu'elle est idiote et elle grandit victime des préjugés qui associent la beauté à la sottise. Hors norme chacun à leur façon, ils vivent la même hostilité et le harcèlement des autres. Ils étaient fait pour se rencontrer.

Interprétation libre du conte de Charles Perrault, Amélie Nothomb transpose avec poésie, fantaisie et délicatesse la fable dans le Paris contemporain. Elle s'empare des mots de l'enfance pour exprimer la cruauté d'une société dans laquelle le physique est la première injustice. Alors qu'elle s'interroge sur le rôle de l'apparence physique, elle célébré la beauté et son pouvoir d'enchantement sous toutes ses formes. Pour la romancière, celle-ci n'est pas superficialité mais plutôt une vocation spirituelle, l'accès à une expérience mystique pour peu que les facultés d'étonnement originelles aient été préservées.

Parenthèse radieuse d'un univers singulier, Amélie Nothomb explore avec lucidité la nature humaine dans un mouvement lumineux où le fond rencontre la forme, la grâce de la langue, le sens. De la naissance à leur rencontre, elle retrace l'itinéraire de ces deux enfants détestés et marginalisés dont l'extrême beauté et la laideur repoussante, deux monstruosités pour le commun des mortels, forment les deux pendants d'un même tout. Les antagonismes se rejoignent à travers la construction en miroir inversé du récit. Talent de conteuse et humour décalé, l'auteur fait converger l'espièglerie de l'enfant et l'extase du poète par le biais d'un texte sensible et sincère à la limpidité souveraine.

Riquet à la houppe - Amélie Nothomb - Editions Albin Michel




Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

2 commentaires :

Serena a dit…

Hello,
Voilà un très jolie chronique parfaitement écrite :)

Caroline a dit…

Merci ! Le roman qui m'a inspiré sans doute ;)

Share this

Related Post