lundi 24 octobre 2016

Lundi Librairie : La Cheffe, roman d'une cuisinière - Marie Ndiaye




Retraité retiré en Espagne, un homme âgé se souvient de celle dont il fut le disciple et le confident. Elle, c'est la Cheffe, une cuisinière de génie, une étoile de la gastronomie de vingt ans son aînée qu'il a admiré et aimé sans espoir. Femme sévère, taiseuse solitaire, toute entière habitée par son art, redoutant les éloges plus que la critique, elle est née dans les années 50. Enfance modeste mais heureuse auprès de ses parents ouvriers agricoles à Saint-Bazeille et de ses cinq frères et sœurs, à quatorze ans, sachant à peine lire, elle devient bonne dans une grande maison bourgeoise à Marmande chez les Clapeau. Deux ans plus tard, lorsqu'elle doit remplacer la cuisinière partie en vacances, l'adolescente se révèle à elle-même à l'occasion d'un premier repas fondateur. Véritable aventure spirituelle, elle entre en gastronomie comme on entre dans les ordres. Par la suite, elle part à Bordeaux où commence l'irrésistible ascension de cette autodidacte opiniâtre, entre dépassement de soi et intransigeance des idéalistes qui fuient toute compromission.

Déchirant portrait de femme, récit sous forme d'hagiographie, Marie Ndiaye interroge les mystères de la création, ses silences, son lyrisme aussi et touche au sublime. Dans ce roman enivrant presque austère à force d'épure à l'instar de son héroïne, elle explorant avec subtilité les replis de l'âme. La saveur des mots se mêle tout au long du récit au nom des recettes imaginées par la Cheffe : le gigot en habit vert, chou farci à l'andouillette de Troye, lapereau encroûte de noix. L'auteur porte son verbe à incandescence dans la magnifique scène du premier repas. Force d'un style unique, beauté lente du récit, densité, La Cheffe, roman d'une cuisinière est l'histoire d'une vie mystique portée par la création et la quête d'honnêteté.

Au cœur du roman, se retrouvent les grands thèmes de prédilection de Marie Ndiaye. Le déterminisme social et les destins tout tracés, la complexité des relations mère-fille, la filiation à travers plusieurs générations, la difficulté de concilier création et maternité. Cette histoire d'une femme ordinaire révélée par une passion exclusive est aussi celui d'un combat intime, d'une dévotion complète.

N'existant que pour son art, à travers sa fonction, tout au long du récit elle n'est désignée que par sa fonction "la Cheffe". Son prénom n'apparaît qu'à la toute fin du roman. La cuisine qui procède pour elle du sacré est un don d'amour, une méditation mystique à partager en silence. Alors qu'elle fuit les relations humaines, murée dans son mutisme, les rumeurs les plus odieuses la font sourire, insensible à la cruauté d'un monde auquel elle ne semble pas appartenir, celui d'une humanité violente, envieuse, destructrice et médicore incarnée par le personnage de la fille.

Mélancolique et grave, La Cheffe, roman d'une cuisinière est un livre délectable à l'écriture charnelle, élégante qui se déploie dans un style admirable de rigueur, d'émotion retenue. L'épure de l'idéal et la virtuosité d'une des plus belles plumes de la littérature française contemporaine. Un très beau livre.

La Cheffe, roman d'une cuisinière - Marie Ndiaye - Editions Gallimard




Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Share this

Related Post