lundi 13 juin 2016

Lundi Librairie : Windows on the World - Frédéric Beigbeder



Le 11 septembre 2001, Carthew Yorston, agent immobilier texan, divorcé, emmène ses deux fils, David et Jerry, prendre un petit-déjeuner au restaurant situé au 107ème étage du World Trade Center. Il est 8h30 et dans un quart d'heure un Boeing 767 détourné par des terroristes va se fracasser contre la Tour Nord. A travers les baies vitrées, New York sous le soleil est superbe. Carthew pense à sa nouvelle fiancée, Candace, mannequin lingerie, rencontrée sur Internet. Lorsque le drame survient, c'est l'effroi, la stupeur. L'incendie dans les escaliers, la fumée, le piège qui se referme dans un huis clos infernal, seul l'espoir fou demeure. Le père tente désespérément de cacher sa peur à ses enfants tandis que l'imminence de la fin est inéluctable. Un an plus tard, de l'autre côté de l'Atlantique, Frédéric Beigbeder écrit un roman sur les derniers instants des victimes du 11 septembre.

Entrecroisant deux récits parallèles, minute par minute, Frédéric Beigbeder tend des fils imaginaires à travers le temps entre les Twin Towers du World Trade Center et la Tour Montparnasse où l'écrivain s'installe pour rédiger son manuscrit, au restaurant panoramique Ciel de Paris. Compte à rebours fatidique, il expose le drame dans toute sa brutalité et tente de retranscrire sans pathos ni racolage ce qui s'est passé au dernier étage de la tour. Texte émouvant et fort qui rend hommage aux victimes, dans ce 11 septembre vu de l'intérieur, l'auteur touche à quelque chose de vrai quand l'horreur, l'incompréhension se mêlent à l'impuissance et la résignation. Il exprime l'indicible dans un style sobre riche d'émotions, infiniment triste et humain.

Entre les bribes de récit tragique, Frédéric Beigbeder s'interroge sur le monde et sur lui-même à travers des méditations confessions où il se livre dans la crudité lucide de l'autobiographie. Touchant dans sa lucidité, il avoue faiblesses, lâchetés et peurs, use de l'autodérision comme pour mieux approcher la sincérité. Réflexions sur son existence, sur son parcours amoureux, la démission des pères de famille, il digresse volontiers sur la politique, le rôle des médias dans nos sociétés ou encore la littérature.

Regard empathique, humaniste, liberté de ton, dans Windows on the World, Frédéric Beigbeder semble se défaire de ses oripeaux de dandy superficiel qui agacent autant qu'ils fascinent pour aborder avec intelligence un sujet sensible, toujours autant d'actualité quinze ans plus tard. Un beau livre malgré quelques embardées très beigbedesques qui pourraient agacer ses détracteurs.

Windows on the World - Frédéric Beigbeder - Editions Grasset - Collection de poche Le Livre de Poche




Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Share this

Related Post