mardi 5 avril 2016

Cinéma : A bigger splash de Luca Guadagnino - Avec Tilda Swinton, Matthias Schoenaerts, Ralph Fiennes, Dakota Johnson



Marianne Lane, star du rock aphone, se remet d'une opération des cordes vocales. Convalescente, elle passe de paisibles vacances sur l'île de Pantelleria, au large de la Sicile, en compagnie de son jeune amant, le taciturne mais très prévenant, Paul de Smedt. Cette apparente sérénité est troublée par l'arrivée impromptue de Harry Hawkes, ex de Marianne, un producteur de musique excentrique, jouisseur invétéré, et de sa fille Pénélope à laquelle Paul n'est pas indifférent.






A bigger splash, qui doit son titre à celui d'une toile de David Hockney, est inspiré du scénario de La piscine de Jacques Deray de 1969. Cette relecture contemporaine vénéneuse reprend la trame originale, tensions sexuelles matinées de jalousie inquiète, interrogations sur l'essence du désir. La légèreté de ce badinage amoureux trouve, en prise avec l'actualité dramatique, un contrepoint violemment correcteur dans une narration sur fond de crise des migrants. Il y a une certaine ironie cruelle à mettre en parallèle l'afflux des réfugiés, et l'indifférence des rich and beautiful tout entier préoccupés par leurs marivaudages, une désinvolture gênante qui participe du malaise général.

Le réalisateur, Luca Guadagnino, n'hésite pas à surjouer sur la gamme mélodramatique. Les rapports qui se voudraient électriques, entre ressentiments et attraction, dégagent une impression de fadeur accrue par la sensation de désintérêt pour les personnages de ce quatuor amoureux pris dans des jeux de séduction. Le bouillonnement de fioritures esthétiques, de langueurs hyper-esthétisées donnent un ensemble volontairement kitsch. La très belle photographie souligne la splendeur d'une nature sauvage vaguement inquiétante.






Le temps suspendu des paysages volcaniques lunaires écrasés de soleil est un décor, travaillé comme tel ajoutant au manque de sincérité de l'histoire qui sonne faux malgré un casting flamboyant. Tilda Swinton, privée de sa voix, doit compter sur le charisme de sa présence, en murmures et vulnérabilité. Jeu instinctif et physique, Matthias Schoenaerts incarne un ancien alcoolique en lutte contre ses démons plus monolithique que franchement mystérieux. Ralph Fiennes semble éclipser à l'écran tous ses partenaires, charme hystérique, interprétation fougueuse tandis que Dakota Johnson se révèle franchement transparente.




Film inégal, esthétique et survolté, A bigger splash abonde dans le non-sens et la gratuité. Assez peu convaincant malgré la présence de comédiens brillants. Je vous conseille plutôt de voir ou revoir l'original de Jacques Deray avec le trio solaire Delon, Schneider, Ronet.  

A bigger splash de Luca Guadagnino
Sortie le 5 avril 2016
Avec Tilda Swinton, Matthias Schoenaerts, Ralph Fiennes, Dakota Johnson





Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

3 commentaires :

Auroreinparis a dit…

Ton avis confirme ce que j'ai ressenti au visionnage de la bande annonce qui commençait à me sortir par les trous de nez !!

Caroline a dit…

Je n'ai pas été convaincue du tout. Ceci dit, La piscine est l'un de mes films culte... Mon avis est peut-être biaisé.

Paris frenchtouch a dit…

bonne critique mais à mon humble avis ce n'est pas un remake de la piscine

Share this

Related Post