samedi 19 décembre 2015

Mes Adresses : La bûche de Noël 1928 au Prince de Galles, une création festive imaginée par Stéphanie Le Quellec et sa brigade



Symbole festif et gourmand entre tous, la bûche de Noël est un incontournable des fêtes de fin d'année, le clou du spectacle de repas mirifiques dont on ne ressort pas toujours indemne. Fruitée, roulée, glacée, elle prend mille tournures. J'ai eu l'opportunité de découvrir une bûche d'exception imaginée par Stéphanie Le Quellec et l'équipe de pâtisserie du Prince de Galle : la Bûche 1928. Déclinée autour des classiques saveurs de Noël, marron et clémentine, son allure sage voire épurée réserve quelques surprises généreuses.







La tradition de la bûche remonte au XVIIème siècle. A l'époque, il est d'usage de faire brûler une grosse bille de bois fruitier dans l'âtre de la cheminée lors du réveillon de Noël. Les cendres recueillies sont censées protéger le foyer des mauvais coups du sort et des divers fléaux. Au XIXème siècle, les moyens de chauffage des habitations évoluent et les cheminées font place aux poêles en fonte. Lors des festivités de fin d'année, la grosse bûche est remplacée par un élément décoratif, un rondin orné et posé sur la table du Réveillon. La légende veut qu'un pâtissier s'inspire alors de cette coutume pour inventer un dessert sous forme de bûche perpétuant ainsi la tradition en lui donnant une touche gourmande. Depuis, la bûche de Noël n'a cessé d'inspirer les pâtissiers du monde entier qui réinventent chaque année ce gâteau.







1928 marque la fin des travaux de construction de l'hôtel Prince de Galles par l'architecte André Arfvidson. Ce palace destiné à accueillir le futur Edouard VIII, fils du roi George V, est un joyau de style Art Déco dont les mosaïques emblématiques sont signées par l'entreprise Gentil et Bourdet. Le design de la bûche pensée par Stéphanie Le Quellec et sa brigade s'inspire de cette mosaïque reprenant les codes géométriques des ornements fastueux de l'hôtel.

La Bûche 1928, présentée dans un élégant coffret de bois numéroté, se compose de huit parts individuelles poudrées. Sous une coque craquante de chocolat au lait, la mousse de marrons aux éclats de marrons glacés allie la gourmandise aérienne au moelleux d'un biscuit à la farine de châtaigne et les touches d'agrumes d'une marmelade de clémentines corses. Pour l'accompagner, Christopher Gaglione, chef barman, a revisité le classique mimosa dans un cocktail mariant avec esprit le champagne Laurent Perrier, la liqueur de clémentine et le jus de clémentine. Epatant !

Pour une pause gourmande au bar Les Heures ou au restaurant La Scène - 19 euro la part - la Bûche 1928 est également disponible à emporter sur commande - 95 euro - afin d'enchanter votre table de Noël et définitivement épater votre belle-mère !

Hôtel Prince de Galles
33 Avenue George V - Paris 8
Tél : 01 53 23 77 77
labuche@princedegallesparis.com




Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Share this

Related Post