mercredi 9 décembre 2015

Mes Adresses : Bistrot Alexandre III, la bistronomie sur Seine - Pont Alexandre III - Paris 7



Vaisseau épicurien, le Bistrot Alexandre III nous emmène en voyage pour une croisière immobile au gré des sens. Ce restaurant flottant, amarré au pied du Pont Alexandre III, , est une invitation aux plaisirs de la table dans un cadre exceptionnel. Une expérience unique, festive ou romantique selon l'humeur de chacun. Si a vue imprenable sur les trésors de la ville est ébouriffante, la cuisine bistronomique inspirée et généreuse n'est pas en reste. La carte créative imaginée par le chef Ruynosuke Naito réinvente les codes de la gastronomie française, s'approprie le terroir classique pour lui insuffler une nouvelle fraîcheur. Au menu, produits de saison, agriculture biologique et notes asiatiques audacieuses combleront les gourmets du monde entier. Embarquons, moussaillons !  








La péniche bercée par le roulis des vagues déploie sa longue silhouette de verre et de zinc le long de la promenade sur berge du port des Invalides. Elle est le fruit d'un projet un peu fou et diablement séduisant monté par Daniel Bessaha, Stéphane Billy, Sandra Kombouaré et Lucas Tozzato. Réalisée sur mesure sur les conseils de l'architecte Iglal Boulad, la barge allie tradition et décoration moderne façon bistrot chic contemporain. Bois roux au sol, tabourets de bistrot hauts perchés, tables arrimées le long de la coursive avec vue sur berges ou sur Seine, le cadre intimiste et chaleureux peut facilement être aménagé pour s'adapter aux besoins d'un événement convivial. Les petites terrasses extérieures où trônent quelques tables fort convoitées aux beaux jours sauront séduire les amoureux en mal de romantisme assumé. Le panorama laisse rêveur : pont Alexandre III paré de ses ors d'un côté et tour Eiffel illuminée de l'autre, le plus difficile est de faire un choix.








Et parce qu'au Bistrot Alexandre III, la gastronomie est à l'honneur, le chef et son équipe officient dans une cuisine de poche ouverte sur deux grands comptoirs en étain d'où les dîneurs peuvent admirer la belle chorégraphie des mets en préparation. Aux manettes de cette belle mécanique, un couple de passionnés et francophiles de la première heure, le chef Ryunosuke Naito d'origine japonaise qui a fait ses armes Chez Antoine, Taillevent, Le Meurice ou encore Le Comptoir Saint-Germain et sa sous-chef Kwen Liew d'origine malaysienne. Ensemble, ils conçoivent une bistronomie originale faisant la part belle à l'authenticité, entre créations personnelles, classiques revisités, amour des beaux produits. Côté fournisseurs, c'est un sans faute avec les célèbres Jean-Luc Poujaran pour le pain et Hugo Desnoyer pour les viandes. Le sommelier Jean-Christophe Piquet, ancien de chez Taillevent, sélectionne des vins de caractère, bio et petits producteurs en tête. Les pâtisseries sont signées par Mori Yoshida dont les créations franco-japonaises affolent les papilles parisiennes.






Invitée à tenter l'expérience, j'ai assisté à une superbe soirée placée sous les auspices de la générosité et de l'inspiration. Pour débuter la dégustation, une série d'amuse-bouches reprend quelques-unes des assiettes phare de la carte en version miniature. L'Aubergine confite aux aromates, chips d'échalote - proposée à la carte en entrée, 17 euro- est une aubergine japonaise marinée dans un bouillon dashi de bonite séchée et algue kombu, relevée par une pincée de piment oiseau. L'équilibre des saveurs, composition subtilement relevée, s'amuse du contraste des textures entre le fondant de l'aubergine confite et le croustillant de la chips d'échalote.

Le Risotto croustillant au jambon ibérique, salade de betterave, crème de jambon - en plat à la carte 20 euro - surprend par sa présentation en petites boulettes troussées avec panache. Craquant dessus, le cœur intensément fondant agrémenté de mozzarella révèle des parfums de riz et de chorizo tandis que la crème de jambon ajoute de gourmandes notes carnées ibériques. Troisième suggestion du chef, les Rillettes de canard maison, pruneaux cuisinés au porto - en entrée à la carte, 18 euro - d'une belle évidence, délicatement relevées par des épices audacieuses, cannelle, badiane, clou de girofle, sont des plus plaisantes.





En entrée, le Carpaccio de carabineros, sorte de grosses gambas rouges, mangue, hibiscus, concombre -21 euro- allie la rondeur sucrée de la mangue et la fraîcheur du concombre. La poudre d'hibiscus utilisée comme une épice apporte une touche fleurie acidulée intense. Gourmande et légère, cette assiette sucrée-salée se révèle pleine d'esprit. Pour le plat principal, le chef nous a proposé un met qui n'est pas encore à la carte. Joue de bœuf sauce au vin, un plat de terroir revisité avec brio. La viande cuit au bain-marie pendant 16 à 20 heures tandis que la sauce au Pinot noir mijote 6 heures durant. En garniture, le panaché de betteraves tièdes rencontre l'acidité de la framboise citronnée. Rondement mené, heureuse vivacité des accords. Ryunosuke Naito joue avec la tradition grâce à des associations osées conférant à l'ensemble une pimpante modernité.







Les desserts sont à l'avenant. Nous avons découvert la création signature du pâtissier-chocolatier Mori Yoshida, le Beige, un entremet fabuleux si vous voulez mon avis. Pâte sucrée au chocolat, praliné feuilleté, ganache orange, crème thé citron vert. Intensément fondant et subtil, il évoque un cheesecake couture, c'est à dire plus travaillé, plus léger - en texture, pas en calories - que la recette originelle. La bûche façon M, un autre classique de la maison, est une bûche qui aurait fait un séjour au Canada. Crème d'érable, mousse chocolat érable, confiture de mandarine, biscuit noisette, nougatine, noisette, ce dessert aérien ravira les amoureux du chocolat qui y retrouveront tout l'esprit de Noël. Petite photo en cadeau bonus du Mont-Blanc qui a fait de l'oeil à de nombreux invités ce soir-là.




Le Bistrot Alexandre III jouit d'un cadre idyllique. Rien de tel pour épater votre chéri-e. Privatisable pour des évènements, il se transforme en lieu de fête élégante et gastronome à la demande. Une superbe découverte ! Il me tarde d'y retourner.  

Bistrot Alexandre III
Port des Invalides - Pont Alexandre III - Rive Gauche
Promenades des berges de la Seine André Gorz - Paris 7
Tél. : 01 47 53 07 07
Horaires : du dimanche au mardi : 12h00 - 14h30 et 19h00 - 23h00 - du mercredi au samedi : 12h00 - 14h30 et 19h00 - 23h30
Le bistrot reste ouvert entre 2 services et propose un tea-time (pâtisseries, crêpes et galettes).



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Share this

Related Post